background preloader

Comparatif : les NAS

Comparatif : les NAS
Bien connu du monde de l'entreprise, le NAS est un périphérique voué à occuper de plus en plus de place chez les particuliers. Cette solution est particulièrement bien adaptée au partage de données entre plusieurs ordinateurs. Accueillant la plupart du temps plusieurs disques durs, il permet de mettre en oeuvre des stratégies de sécurisation grâce à la technologie Raid. Par ailleurs, comme nous le verrons plus en détails par la suite, ce type de produits ne se limite pas au simple stockage de données. Suivant les modèles, ils peuvent également faire office de serveur FTP / web / impression / mails, de station multimédia, etc. Quelques rappels sur le RAID RAID est l'acronyme de Redundant Array of Independent Disks (matrice redondante de disques indépendants). - Le RAID 0 est une configuration permettant d'augmenter significativement les performances en travaillant en parallèle sur plusieurs disques durs. - Le RAID 1 est souvent utilisé dans les NAS pour la sécurité des données. Related:  Veille techno - Supports de données informatique

M-Disc : le support de stockage fait pour durer 1 000 ans 01net le 09/08/11 à 15h35 Ce n’est pas un secret : les disques de données gravés « à la maison » n’ont pas une durée de vie exceptionnelle, et il est fréquent de se retrouver avec un CD-R ou DVD-R illisible au bout de quelque temps, même s’il a été parfaitement conservé. Un DVD et un M-Disc en coupe. Millenniata, une petite start-up américaine, alliée au géant coréen LG, pense avoir une solution à cet épineux problème de stockage : un nouveau format de disque optique, baptisé M-Disc, conçu pour durer très, très longtemps. Un M-Disc est au premier abord très proche d’un DVD traditionnel : il a la même capacité que celle d’un simple couche (4,7 Go) et est lisible sur n’importe quel lecteur DVD. En effet, sur une galette enregistrable ordinaire, les données sont enregistrées grâce au laser sur une couche de colorant organique qui a tendance à se dégrader avec le temps, ce qui fait disparaître les données. Une faible capacité de stockage Reste que cette technologie a plusieurs défauts.

Le plus grand Datacenter du monde construit par le français OVH. Une superficie de 60 000 m2 Début 2013, le nordiste OVH ouvrira son premier datacenter sur le continent nord-américain, au Canada, sur une ancienne aluminerie de Rio Tinto Alcan. Installé à Beauharnois, dans la banlieue de Montréal, sur 60 000 mètres carrés, ce centre de données – nom de code BHS – disposera de 360 000 serveurs. En comparaison, l’ensemble du parc informatique déployé en France par l’hébergeur totalise 100 000 serveurs. Une énergie “green” Conscient des enjeux environnementaux que représentent de telles installations, BHS se situe à proximité des rives du fleuve Saint-Laurent, plus précisément à 300 mètres du barrage hydroélectrique de Beauharnois, une source d’énergie renouvelable et… inépuisable. Une clientèle nord-américaine Situé au Québec, à 80 kilomètres de la frontière américaine, ce datacenter est proche des grandes villes de l’est des Etats-Unis. Une sécurité maximum OVH dans le monde

Hitachi montre un prototype de stockage sur du quartz Hitachi va-t-il rendre possible un rêve de technophile : permettre le stockage de données numériques sur un matériau aussi peu coûteux et basique que le verre ? Le géant japonais a montré un prototype de stockage basé sur du quartz, comme le rapporte le site d'actualités scientifiques Phys.org. Le constat de base est d'une évidence simple : "Le volume de données créées chaque jour explose, mais en terme de conservation pour les générations futures, nous n'avons pas suffisamment évolué depuis le temps où nous les gravions dans la pierre." Kazuyoshi Torî, chercheur chez Hitachi, a le sens de la formule. Lavable en machine Il en faut pour présenter ce qui pourrait être une évolution intéressante en terme de stockage. Il résisterait en outre aux ondes radio, aux produits chimiques - le matériau est d'ailleurs utilisé dans les laboratoires de chimie - et aux liquides. La densité de stockage serait comparable aux CD, grâce à quatre couches de gravure. Compatibilité assurée

Disque dur SSD Avril 2014 Disque dur SSD La mémoire flash peut remplacer dans certains cas un disque dur. On parle dans ce cas de disques SSD (Solid State Drive). Le terme anglais solid state désigne un appareil ou composant électronique à semi-conducteurs, donc sans pièces mobiles. Avantages Son principal avantage est son temps d'accès particulièrement faible, généralement de 0,1 ms. Ces disques utilisent généralement une interface SATA et sont disponibles en 3" ½ ou 2" ½. Inconvénients Pour autant, le nombre d'écritures sur une même zone du « disque » est limité à quelques centaines de milliers (ce qui est rapidement atteint en cas d'utilisation de mémoire virtuelle ou de fichiers de log). Type de puces Il existe deux puces différentes sur les SSD. Puce MLC Elle est l'abréviation de "Multi-Level Cell" literralement cellule à multi-niveaux. Puce SLC Elle est l'abréviation de "Single Level Cell", ce qui signifie cellule à un niveau. En savoir plus Optimiser un disque SSD A voir également

Stockage de données dans de l'ADN, des chercheurs britanniques réitèrent l'expérience SCIENCE - Se servir de l'ADN pour stocker des données, c'est possible et c'est même ce que vient de faire une équipe de chercheurs britanniques de l'Université de Cambridge. Dans un article publié par la prestigieuse revue Nature, ils assurent être parvenus à encoder numériquement dans de l'ADN plusieurs objets dont une publication scientifique, une photo, mais aussi un sonnet de Shakespeare ainsi qu'une partie du célèbre discours de Martin Luther King, I Have A Dream. Selon eux, la molécule aurait une capacité de stockage tellement puissante qu'ils estiment pouvoir conserver les données équivalentes à un demi-million de DVD, soit deux petaoctets, dans un seul gramme de cette matière. Les chercheurs affirment encore que l'ADN offre une garantie de stockage sur plusieurs milliers d'années, la preuve, on récupère de l'ADN de mammouth encore intact aujourd'hui. Économie d'énergie Stocker des données "froides" Dans l'ADN classique c'est l'ordonnancement de ces bases qui code l'informations.

Disque holographique polyvalent Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ne doit pas être confondu avec HDV. Structure du disque versatile holographique 1. Le disque holographique polyvalent (Holographic Versatile Disc ou HVD) est une technique de stockage de données sur disque, développée par la Holographic Versatile Disc Alliance. Mécanisme et caractéristiques[modifier | modifier le code] Contrairement aux techniques antérieures, où la lecture est faite sur une succession de creux lus par un laser, le HVD stocke les données dans un hologramme numérique. Le HVD est toujours lu par laser, mais cette fois il s'agit d'un laser bleu-vert qui lit un hologramme stocké sur le disque. Les disques sont couverts d'une couche de photopolymère et sont enfermés dans une cartouche car celui-ci ne supporte pas la lumière. Concernant l'écriture sur ce support, chaque adresse doit être gravée en une fois, par un SLM (spatial light modulator), l'effacement et l'écriture bit par bit ne sont pas encore au point.

Stockage : GE grave 500 Go sur un disque holographique Le stockage holographique n'a toujours rien d'une réalité commerciale, mais l'industrie avance : General Electrics vient d'annoncer avoir réussi à procéder à la gravure de 500 Go de données sur un disque holographique, avec un taux de transfert proche de celui d'un graveur Blu-ray. Le stockage holographique pourrait tenir de l'arlésienne si, de temps en temps, une nouvelle démonstration ne venait pas ponctuer l'actualité. Plus de deux ans après avoir présenté un prototype de disque holographique capable de contenir 500 Go d'informations, General Electrics a affirmé la semaine dernière avoir franchi un nouveau cap dans la maîtrise de cette technologie, avec la mise au point d'un dispositif de gravure capable d'écrire les données à une vitesse de 4,5 Mo/s, soit un taux de transfert à celui que permet un graveur Blu-ray en mode 1x. Pour General Electrics, cette avancée témoigne de la viabilité du format et du potentiel qui serait le sien s'il était lancé sur le marché.

Des disques durs lus 100.000 fois plus vite grâce à des lasers Des impulsions lasers ultracourtes permettent de multiplier par 100.000 la lecture et l'écriture sur les disques durs d'ordinateurs, selon les résultats de travaux publiés dimanche une équipe française de chercheurs dans la revue spécialisée Nature Physics. Au lieu d'utiliser la polarisation des électrons sur des têtes de lecture, pour lire des informations ou écrire sur un support comme un disque dur ou un film magnétique, l'équipe de Jean-Yves Bigot, de l'Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg, a utilisé des photons, les particules qui composent la lumière et sont émises par les lasers. "Avec l'écriture à tête magnétique, on parle de spintronique, ou d'électronique de spin. En 1988, le Français Albert Fert et l'Allemand Peter Grünberg sont parvenus à contrôler le spin (ou état) des électrons sur des films minces grâce à la mise en évidence d'une propriété appelée magnétorésistance géante. "On ne savait pas bien quelle était la limite de temps pour l'inscription. M.

Related: