background preloader

L'aménagement d'une bibliothèque rurale

L'aménagement d'une bibliothèque rurale
Le projet d’une bibliothèque en milieu rural ou, si l’on préfère, d’une « petite » bibliothèque relève, peut-être plus encore que pour une bibliothèque en milieu urbain, d’un choix politique fort qui va conditionner l’existence, puis le fonctionnement de la bibliothèque. Il est vrai, à cet égard, que la situation est sensiblement différente aujourd'hui qu’elle pouvait l’être il y a une bonne dizaine d’années. Néanmoins, malgré des évolutions certaines, de nombreux départements français sont encore dans une situation qui relève plus de l’improvisation que du professionnalisme en matière d’aménagement de bibliothèque. Cependant, on constate, à la lecture des bulletins des bibliothèques départementales, un effort très net pour passer de la situation de « placard », parfois appelé dépôt-mairie, à une situation plus envieuse d’un local que l’on peut considérer, à juste titre, comme une bibliothèque. Des aménageurs du territoire Un lieu d’animation Où, et comment ? 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Bibliothèques rurales et pôles d'accès au savoir : l'expérience du canton de Saint-Laurent-de-Chamousset (Rhône) Contexte Le canton de saint Laurent de Chamousset réunit 14 communes et 10 700 habitants dans une zone de moyenne montagne, rurale et placée à une heure de Lyon. Depuis 25 ans les élus locaux ont engagé une politique de développement qui a permis à ce territoire de sortir de la crise de l’exode rural qui le frappait durement dans les années 70. Les grandes étapes de ce développement permettront de mieux comprendre ensuite la dynamique qui est engagé dans les bibliothèques municipales. En 1974, une première action à consister à favoriser la création d’emplois féminins afin de fixer la population. En 1980, une politique de diversification de l’économie a été développée afin d’être moins dépendant des donneurs d’ordres extérieurs au canton. Le bilan de cette démarche c’est qu’en 1998, le cap du millième emploi créé a été franchi. Les Bibliothèques Aujourd’hui, chaque village dispose de sa bibliothèque municipale. Informatisation des bibliothèques Problèmes rencontrés Perspectives

La bibliothèque rurale, un lieu de vie nécessaire La France compte un très grand nombre de bibliothèques publiques de petites dimensions, qui ne sont pas « normatives » au regard des critères fixés pour bénéficier du concours particulier de la dotation générale de décentralisation, à savoir 0,07 m² par habitant pour les communes de moins de 25 000 habitants 1. À ce « réseau » de bibliothèques s’ajoutent des réseaux parallèles, tel celui des Bibliothèques pour tous 2, réseau issu des mouvements de l’éducation populaire. De ce fait, la France ne compte pas quelque 4 000 bibliothèques publiques, comme les statistiques officielles l’affirment, mais plus de 10 000. L’offre de lecture publique est donc bien plus étoffée que ne le laisse apparaître la statistique publique, et le territoire, surtout dans le monde rural, est couvert de petits établissements offrant certes une gamme de services plus limitée, mais que le public – si recherché – fréquente. Les bibliothèques dans le monde rural La bibliothèque, le seul lieu de vie de la commune ?

Les petites bibliothèques modèles Postulats Postulat n° 1 : poser la question de la « petite bibliothèque », c’est aussi poser la question de la grande. C’est d’abord s’interroger sur les limites (en excluant sciemment du champ, du moins provisoirement, les problématiques liées à l’internet comme « bibliothèque virtuelle infinie »), les deux bornes extrêmes de la notion de bibliothèque : y a-t-il un seuil au-dessous duquel on ne peut pas encore parler de bibliothèque, mais aussi un seuil au-delà duquel on ne pourrait plus parler de bibliothèque ? Et, dans l’espace compris entre ces bornes, n’a-t-on affaire qu’à de multiples déclinaisons d’un même modèle, la petite bibliothèque n’étant qu’un microcosme de la grande ? Autrement dit, y aurait-il un modèle de bibliothèque ? Postulat n° 2 : cette classification des bibliothèques masque souvent un classement : derrière la mesure, la valeur n’est pas loin. La petite bibliothèque Se posent donc d’emblée les questions : De Michel Melot à Micromégas Étendue et profondeur Février 2012

Médiathèques de proximité (CNL) March Les rencontres 2014 du CNL Écoutez les rencontres du CNL Voir l’agenda complet ça s’est passé au CNL Mardi 1er avril à 19 heures Rencontre avec António Lobo Antunes Le CNL est heureux d’accueillir António Lobo Antunes, pour la présentation de son dernier ouvrage Quels sont ces chevaux qui jettent leur ombre sur la mer ? Vendredi 21 au lundi 24 mars Le CNL au Salon du livre de Paris 2014 À l’occasion de la 34e édition du Salon du livre de Paris, le CNL organise rencontres et tables rondes sur son stand (N80). Mardi 11 mars à 19h Max Jacob : entre ciel et terre, lecture à haute voix À l’occasion du 70è anniversaire de la disparition de Max Jacob, dans le cadre de la 16è édition du Printemps des poètes qui lui est entièrement dédiée, le Centre national ... > Voir les archives Infos-presse 1ères Rencontres des organismes européens du livre : le CNL souhaite leur annualisation et propose la signature d’une déclaration commune Le CNL aime et soutient la BD ! Les tweets

Les jeunes et les inégalités numériques L’association Lecture Jeunesse organisait à la mairie du 10e arrondissement de Paris, le jeudi 7 juin 2012, un colloque intitulé « Les jeunes et les inégalités numériques ». Sonia de Leusse – Le Guilloux, directrice de l’association, a ouvert la discussion par cette question : « Peut-on parler d’une “fracture numérique” au sein des adolescents et jeunes adultes ? » Six invités sont intervenus pour tenter d’y répondre en abordant tous les aspects du problème, socio-économique, éducatif, scientifique et psychologique. Élie Maroun, chargé de mission national à l’ANLCI (Agence nationale de lutte contre l’illettrisme), a tout d’abord rappelé que la compétence numérique était l’une des compétences-clés définies en France et au niveau européen pour l’éducation et la formation tout au long de la vie. Karine Aillerie, docteur en sciences de l’information et de la communication, a justement concentré son étude sur ces pratiques informationnelles des jeunes sur internet.

L’offre documentaire dans les bibliothèques rurales à l’âge de l’infobésité. | C'est où la Garabagne ? Un retour sur le cycle de formations intitulé CULTURE NUMERIQUES : sensibilsation et expérimentations et Une contribution à la question d’une politique documentaire concertée La question est simple : les bibliothèques rurales du futur seront-elles des comptoirs en terre étrangère (la campagne) pourvoyeuse d’infobésité générées par nos métropoles ou bien peuvent-elles prétendre agir comme des cribles qualitatifs auprès des habitants qu’elles ont pour mission de servir ? On trouve tout de suite la notion de l’offre documentaire comme pièce maîtresse du dispositif qui empruntera l’une ou l’autre des voies possibles. Soit la voie de l’infobésité : on étend aux documents numériques les pratiques et les modalités de l’offre documentaire telle qu’elle existe depuis le développement des politiques culturelles locales. Mais l’évolution des techniques semble nous indiquer que l’accès aux documents numériques se fait toujours au plus près de l’utilisateur final. De quoi s’agit-il dans ces trois cas ?

Offre de lecture en milieu rural Les facteurs de réussite des bibliothèques et médiathèques publiques Il est bien rare que le Bulletin des bibliothèques de France rende compte d’un rapport circonstanciel, proposé par une bibliothèque ou un groupe de bibliothèques, sur des études de terrain menées auprès des publics. Mais le rapport Les facteurs de réussite des bibliothèques et médiathèques publiques proposé par le conseil général du Val-d’Oise fera, ici, pièce à cette rareté 1. Car le travail présenté de manière claire mais détaillée vaut tout autant par sa méthode que par ses témoignages, par ses données chiffrées ou qualitatives que par ses conclusions. Un volet quantitatif et un volet qualitatif La méthode, comme toute enquête auprès des publics qui devrait se respecter, inclut tout à la fois un volet quantitatif et un volet qualitatif. On sait la propension quasi névrotique (aggravée s’il était possible par l’outil numérique) des bibliothécaires à accumuler les données chiffrées. Petit florilège Nouveau florilège Les esprits chagrins (et qu’ils sont nombreux dans nos professions !)

Bibliothèques et université populaire en milieu rural, interview de Renaud Aioütz Il m’a semblé intéressant de poser quelques questions à Renaud Aïoutz, directeur d’un réseau de bibliothèques en milieu rural. N’y voyez pas du copinage (quoique, je l’admire beaucoup!) mais plutôt une manière de montrer une des facettes de notre métier en donnant la parole à ceux qui le font. L’occasion de rappeler que l’engagement pour la diffusion des savoirs n’est pas proportionnel à la taille des bibliothèques qui le mettent en œuvre. Merci à Renaud pour ses réponses ! Tu es directeur des bibliothèques municipales de Tence, Saint-Jeures et Le Mazet-Saint-Voy, a quoi ressemble le quotidien d’un directeur de bibliothèques rurales en 2010 ? Comment envisages-tu l’avenir des petites bibliothèques à l’heure où une offre gigantesque de livres est disponible chez les libraires en ligne ? Ce qui m’inquiète n’est pas vraiment les librairies en ligne ni même le développement des ebooks. Bon d’abord tout simplement le goût pour les politiques documentaires. Sur le même thème 28 septembre 2010

Accessibilité et territoires (BBF) Bibliothèque(s) et accessibilité : cette problématique résonne évidemment dans l’esprit des professionnels du monde des bibliothèques. On évoque l’accès physique aux collections ou aux bâtiments et l’accès intellectuel aux contenus, pour l’ensemble des usagers bien sûr, mais également pour les publics en situation de handicap, les publics empêchés (personnes incarcérées, malades hospitalisés…) ou les publics les plus éloignés du livre (grande précarité, marginalité, clandestinité…). Une littérature absente La littérature professionnelle est riche en contributions sur l’accessibilité aux locaux des bibliothèques, l’accessibilité à distance par l’entremise des nouvelles technologies, les outils spécifiques imaginés pour les usagers handicapés, les expériences conduites en milieu carcéral, etc. La quasi-absence de littérature spécialisée sur cette question ne témoigne pas d’un désintérêt pour le domaine. Un idéal inaccessible Comment aborder cette problématique ? Offre et public Juin 2009

Related: