background preloader

Global Consciousness Project

Global Consciousness Project
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Titre et sous-titre officiels du projet. Le Global Consciousness Project (Projet Conscience Globale) est une expérience parapsychologique débutée en 1998 à l'Université de Princeton dans le New Jersey. Utilisant des appareils électroniques situés dans divers endroits du monde, cette expérience cherche à mesurer d'éventuelles anomalies dans la génération de nombres aléatoires, qui seraient corrélées avec d'importantes émotions collectives lors d'événements mondiaux. Présentation du projet[modifier | modifier le code] Emplacement des laboratoires participant au Global Consciousness Project en 2009. Le projet a été développé par Roger D. Origines du projet[modifier | modifier le code] Le projet[modifier | modifier le code] Par la suite, Dean Radin, de l’université du Nevada, eut l'idée d'interconnecter, via Internet, plusieurs GNA à travers le monde pour tester l'influence de la pensée collective. Critiques[modifier | modifier le code] Related:  3.0 et big data

Dynvibe détecte les opportunités d'innovations sur les réseaux sociaux Un service de R&D 2.0, c'est ce que propose Dynvibe au travers de son offre Innovation Fast Track. Le spécialiste de la veille digitale propose aux marques de détecter les tendances de consommation susceptibles de représenter des opportunités de développement stratégique. Une étude qu'elle réalise en analysant la data, principalement les conversations spontanées, sur les réseaux sociaux. " Plus que jamais, les entreprises ont besoin d'aller vite, de prendre des longueurs d'avance sur leur marché et vis-à-vis de leurs concurrents. La détection et l'analyse approfondie des commentaires présents sur les réseaux sociaux offrent des données inégalables en termes de compréhension des besoins et des attentes des consommateurs, d'identification de nouveaux acteurs, de nouvelles tendances de consommation, etc. Dynvibe a déjà expérimenté cette étude pour plusieurs marques.

Banque et innovation au cœur de la culture digitale A l'heure du tout connecté, les banques multiplient les nouveaux services online et proposent des solutions de paiement dématérialisé. Téléphonie mobile, tablettes, objets communiquants, réseaux sociaux... la banque de demain se dessine aujourd'hui et doit sans relâche être force de propositions innovantes. La journée du 7 novembre sera l'occasion de présenter cet esprit d'innovation technologique et sociétal autour d'intervenants de haut vol comme Rémy Weber (Président du directoire de La Banque Postale), Gilles Babinet (Responsable des enjeux de l'économie numérique pour la France auprès de la Commission Européenne), Christophe Ducamp (Consultant MyDataLabs), Michael Stora (Psychologue et fondateur-président de l'Observatoire des mondes numériques en sciences humaines) ou encore Fréderic Bois (Chargé d'Etudes Banque à Distance & Observatoire innovations et initiatives internationales, Semaphore Conseil). Quand l'objet devient « intelligent » Vers une mue techno-sociale (c) Julien Millet

Technologies mobiles et Big Data au service de la lutte contre l’épidémie Ebola Technologies mobiles et Big Data au service de la lutte contre l’épidémie Ebola Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l’ouest. "Cette épidémie exceptionnelle exige une mobilisation sans précédent dans toutes les dimensions" ont affirmé conjointement le coordinateur de l'ONU contre Ebola l’ONU et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon l’OMS, il faudra entre 6 et 9 mois pour enrayer l'épidémie Ebola qui frappe l’Afrique de l’Ouest et surtout qu’elle ne se transforme en pandémie. Les systèmes de santé de ces pays manquent, en effet, de personnel médical, de laboratoires mobiles, de dispensaires et de matériels de dépistage et de protection des personnels soignants. L’information et la communication jouent, en effet, un rôle essentiel dans la gestion des épidémies pour le recueil de données épidémiologiques et l’échange d’informations entre les différents acteurs notamment ceux des niveaux opérationnel et central et les autres partenaires. Cartographie de l’épidémie

Smart city : la cartographie des émotions au service de la politique urbaine En plaçant des capteurs précis pour saisir l’interaction concrète des citadins avec leur ville, la politique urbaine va pouvoir travailler au niveau du ressenti individuel du stress. L’installation de capteurs sur les citadins d’une ville annonce une étape nouvelle, plus analytique, dans l’urbanisme aujourd’hui suite au mouvement des smart cities. En effet, des capteurs sensoriels divers permettent dorénavant de centraliser un nombre de données colossales, géolocalisées et dynamiques pour cerner la façon dont les citadins s’approprient les espaces urbains. C’est donc une analyse "par le bas" que propose l’équipe du chercheur Bernd Resch de l’université d’Heidelberg : toujours au stade de l’expérience de recherche, ils récupèrent des données depuis des objets connectés portés par des utilisateurs. C’est le concept du "people as sensors" qui prend la forme d’un objet connecté qui mesure systématiquement les émotions et le niveau de stress. Le Big Data du stress en ville

Redbird | Better data. Better decisions. Les 50 objets connectés qui ont marqué l'année 2014 L’année 2014 aura été une année charnière pour les objets connectés. La rédaction d’Aruco a listé les 50 objets connectés phares qui ont marqué l’année. Les innovations ont été extrêmement nombreuses en 2014 et toutes les conditions sont désormais réunies pour une adoption massive de technologies issues de l’internet des objets. Voici les 50 objets connectés qui nous ont marqué cette année. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive puisque nous avons publié près d’un millier d’articles sur les nouveautés du marché de l’internet des objets, mais elle représente un classement de ceux qui ont retenu notre attention : Le Top 5 : Evidemment, nous avons particulièrement débattu pour parvenir au top 5 ci-dessus. Dans la maison : Au sein de la maison intelligente, de nombreux accessoires domotique sont apparus cette année. Pour la santé et le sport : Les textiles connectés ont largement fait parler d’eux en 2014. Pour s’amuser :

Big data : le diagnostic psychologique par les réseaux sociaux L’analyse des médias sociaux peut-elle permettre de diagnostiquer certaines pathologies psychologiques comme le stress, la dépression, le burn-out et les troubles bipolaires ? Des chercheurs de l’Université Johns-Hopkins répondent par l’affirmative. Après avoir exploité des tweets pour repérer des cas de grippe en 2013, ils ont amélioré leur algorithme pour étudier les publications de twittos ayant déclaré leur maladie… et pour décortiquer les éléments de langage liés à ces troubles. Leurs techniques de « data mining » explorent des mots et des expressions bien particuliers pour les rattacher à des comportements. Par exemple, « Je ne veux pas sortir du lit » en relation avec l’anxiété ou l’insomnie. L’examen de 8 milliards de tweets leur a permis de créer une large base de connaissance allant des troubles affectifs au stress post-traumatique.

La démarche « open data » L'« open data » ou l'ouverture des données publiques Partout en Europe, les États et les collectivités locales s’engagent dans l’« ouverture » de leurs jeux de données publiques. La libération des données publiques est une conséquence de la volonté de transparence de l’action administrative et de l’accessibilité des informations publiques. De quoi s’agit-il ? De mettre à disposition des citoyens, des entreprises, des chercheurs, des associations et même, des autres acteurs publics, les données brutes que les collectivités produisent dans leur activité quotidienne : informations géographiques, statistiques, localisation des services, textes réglementaires, budget, et compte administratif, études, mesures, barèmes, informations transports, annuaires, etc. Les objectifs de la démarche d’« Ouverture des données et contenus publics» de la Région Île-de-France Vers plus de transparence Vers plus de participation Vers plus de valorisation

They talk about us | CybeleTech La lettre Valloire Le projet Smart Agriculture System pourrait créer 40 emplois Le projet régional collaboratif Smart Agriculture System (SAS), qui vise à proposer des plateformes prédictives de rendement des cultures, pourrait susciter d’ici trois ou quatre ans la création de 40 emplois répartis entre ses différents partenaires. Read more. L'usine Digitale Un campus pour mettre la modélisation numérique au service de l’agriculture Mettre la modélisation numérique au service de l’agriculture est l’objectif d’un futur campus que l’agglomération d’Orléans veut créer, en associant acteurs privés et publics. Premier lancement prévu en 2015. La république du Centre L'abondant Open Agrifood s'est clos hier en s'ouvrant vers 2015 et l'avenir des filières La naissance d’un nouveau pôle a été annoncée lors de la plénière de clôture, intitulé la Vallée numérique du végétal, pour mettre les hautes technologies au service de l’agriculture. Loiret Agricole et rural

#BigData : Dataiku lève 3 millions d'euros pour conquérir le monde Dataiku, une jeune pousse qui se positionne déjà comme un acteur majeur sur le marché du Big Data, vient d’annoncer une première levée de fonds de 3 millions d’euros. Un tour de table réalisé auprès d’Alven et Serena Capital pour accélérer sa croissance et développer son logiciel Data Science Studio à l’international. Dataiku est une startup parisienne, créée en 2013 par Florian Douetteau, Marc Batty, Clément Sténac et Thomas Cabrol, qui a lancé son premier logiciel, Data Science Studio, en février 2014. Une plate-forme facilitant et accélérant l’analyse de données et la création d’applications business et prédictives en environnement Big Data et qui a déjà séduit une vingtaine d’entreprises au cours de ces derniers mois (Chronopost, par exemple, utilise les services de la startup pour l’optimisation de la livraison de colis). “Le marché du Big Data connait une expansion rapide.

Hackaton autour des données de la Caisse d’Allocations familiales le 2 octobre Depuis le 30 juin, la Caisse d’allocations familiales ouvre 50 jeux de données sur les publics bénéficiaires des allocations familiales. Un hackaton sera organisé en Seine Saint Denis le 2 octobre. La Cnaf met actuellement en place l’organisation d’un Hakathon les 2 et 3 octobre prochains, en Seine-Saint-Denis pour lequel elle fera prochainement un appel à candidature et plus ample présentation. Open Data des allocations familiales Ce projet se met actuellement en place avec le concours des services du Premier ministre et d’Etalab. Avec l’ouverture du site Cafdata, la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) indique se mettre en conformité avec ses obligations de tenir à disposition ses données tant qu’elles ne mettent pas à mal la vie privée ou la sécurité nationale. Données numériques publiques Mise à jour régulière Cafdata devrait être régulièrement mis à jour et s’enrichir de nouvelles données. Nouvelles données Ce texte a été lu 4354 fois ! 6 novembre 2014 Dans "brèves"

Related: