background preloader

Veille et Analyses de l'ifé

Veille et Analyses de l'ifé
Vous êtes ici : Dossier de veille de l'IFÉ : PISA : ce que l'on en sait et ce que l'on en fait n° 66, octobre 2011 Auteur(s) : Rey Olivier Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF) Résumé : Les résultats de PISA (programme pour l’évaluation internationale des élèves) sont depuis 2001 rendus publics tous les trois ans et suscitent un flot croissant de commentaires sur les diagnostics qu’ils permettent de dresser de notre système éducatif. Ce programme de l’OCDE constitue un réservoir de données sans précédent que de nombreuses recherches exploitent depuis plusieurs années.Il permet de mieux comprendre quelles sont les spécificités de notre école, au regard des résultats et des comportements des élèves français de 15 ans comparés à ceux de leurs camarades des autres pays concernés par l'enquête. Sa régularité au niveau international permet aussi de nourrir les réflexions sur la diversité des approches et des appropriations de PISA au niveau national. Abstract :

Universités : le classement de Shanghaï rend-il fou ? Chaque année au mois d’août "tombe" le désormais fameux "Classement de Shanghaï", qui présente plusieurs palmarès (voir nos commentaires ici). D’une part, un palmarès des 500 premières universités mondiales, classées une par une de la première à la centième, puis par blocs d’ex-aequo : de 101 à 150, de 151 à 200, de 201 à 300, de 301 à 400 et de 401 à 500. D’autre part sont publiés des classements thématiques par grandes disciplines : en Sciences naturelles et mathématiques, en Sciences du vivant et agronomie, en Ingénierie et informatique, en Médecine et pharmacie et en Sciences sociales. Ce détail a échappé à un grand chercheur, Didier Raoult , médecin biologiste, spécialiste des virus, qui dirige à Marseille "un laboratoire de 140 personnes dont 45 chercheurs très actifs", d’après sa fiche Wikipedia. Depuis peu, il trouve même le temps de publier des chroniques chez notre confrère "Le Point". L’analyse par champ thématiques des 200 premières universités est révélatrice.

La claque du « Financial Times » pour les écoles de management françaises Le cru 2013 du classement des masters en management du Financial Times, qui paraît lundi 16 septembre, risque de jeter un coup de froid dans les écoles de commerce françaises, surtout celles qui viennent de fusionner. Kedge (qui réunit les écoles de Marseille, Euromed, et de Bordeaux, BEM) et Neoma (Rouen Business School et Reims Management School) dévissent en effet dans le palmarès réputé du quotidien économique britannique – qui classe les 70 meilleurs masters en management au monde. Dans l'édition 2012, Euromed était 34e et BEM 30e. En 2012, Rouen Business School était 19e et Reims Management School 25e. Certes, d'une manière générale, le cru 2013 n'est pas bon pour les écoles françaises. Et deux écoles font une entrée remarquée dans le classement : l'Iéseg à la 24e place et l'ESC Rennes à la 36e. ESCP Europe (2e), HEC (4e) et Grenoble école de management (13e) maintiennent leur position. Mais toutes les autres perdent des places. Benoît Floc'h

Les écoles hôtelières, des formations de plus en plus prisées Un groupe d'élèves de l'Institut Glion (DR). Quelles sont les formations les plus convoitées au plan international ? Celles dans lesquelles les familles aisées (et informées) sont prêtes à investir fortement ? Sans compter qu'un nombre croissant d'entreprises d'autres secteurs commencent à s'intéresser aux diplômés des écoles hôtelières - et à les recruter. Or en matière de formation à l'hôtellerie, la France apparaît très en retrait. 40 000 euros par an Sur ce domaine en forte expansion et de plus en plus concurrentiel, deux acteurs possèdent une solide longueur d'avance. La Suisse, d'abord : on y recense une bonne quinzaine d'écoles hôtelières. Second acteur qui occupe une position de choix sur ce créneau : le groupe américain Laureate. Signaler ce contenu comme inapproprié

Rankins FR | Education Les classements internationaux d’universités ont une incidence sur les politiques publiques et les choix des étudiants et de leurs familles. À tort ou à raison, ils sont perçus comme un instrument de mesure de la qualité et créent une vive concurrence entre les universités du monde entier. Mais font-ils plus de mal que de bien ? Une nouvelle publication de l’UNESCO, Rankings and Accountability in Higher Education: Uses and Misuses [Classements et responsabilisation dans l’enseignement supérieur : bons et mauvais usages], analyse les avantages et les inconvénients des classements d’universités. Elle a convié les responsables des classements d’universités et ses pourfendeurs à débattre des bons et des mauvais usages des classements. Seulement 1 % des 17 000 universités en activité à travers le monde sont concernées par les « classements internationaux d’universités » publiés par les trois principaux « instituts de classement ».

Un quart des Américains ignorent que la Terre tourne autour du soleil Plus de la moitié ne savent pas que l'homme a évolué à partir d'espèces précédentes d'animaux, révèle aussi une enquête menée par la Fondation nationale des sciences américaine. Un quart des Américains (26 %) ignorent que la Terre tourne autour du Soleil et plus de la moitié (52 %) ne savent pas que l'homme a évolué à partir d'espèces précédentes d'animaux. C'est ce que révèle une enquête aux résultats édifiants, menée auprès de 2 200 personnes par la Fondation nationale des sciences américaine et publiée vendredi 14 février. Sur neuf questions portant sur des connaissances élémentaires en physique et en biologie, le score moyen des réponses exactes a été de seulement 6,5. Malgré ces résultats très médiocres concernant les connaissances scientifiques, plus de 90 % des Américains interrogés se sont déclarés « très intéressés » ou « modérément intéressés » par les nouvelles découvertes médicales.

Reporters sans frontières L’édition 2014 du « Classement mondial de la liberté de la presse » révèle l’impact négatif des conflits sur la liberté de l’information et ses acteurs. Le rang d’un certain nombre de pays est également affecté par une interprétation trop large et abusive du concept de la protection de la sécurité nationale, aux dépens du droit d’informer et d’être informé. Cette dernière tendance constitue une menace croissante au niveau global, dangereuse pour la liberté de l’information jusqu’au cœur des « États de droit ». La Finlande conserve son rang de meilleur élève, en occupant pour la quatrième année consécutive la première place du classement. Le classement est établi cette année sur 180 pays contre 179 dans l’édition précédente. Le classement 2014 souligne logiquement la corrélation négative entre un conflit – ouvert ou non déclaré – et la liberté d’information. Les chutes du Mali (122e, -22) et de la République centrafricaine (109e, -34) illustrent également cette corrélation négative.

Classement PISA : rien ne va plus à l'école Le collège Pierre-Mendès-France de Tourcoing (Nord), classé Eclair et Zone violence, reflète les difficultés du système éducatif français. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard Mériem aimerait avoir de bonnes notes. Pourtant, stockés en vrac, couverts d'encre rouge, ses devoirs de maths plafonnent à 5. Elle n'y comprend rien et se sent à peine concernée par ce tas de copies en début de cahier. Si cette élève de 15 ans, en 3e au collège Pierre-Mendès-France de Tourcoing (Nord), avait passé les évaluations internationales de l'OCDE, elle n'aurait pas remonté le niveau ! Lire le contexte : Classement PISA : la France championne des inégalités scolaires Lire aussi l'analyse : Une nécessaire prise de conscience Jeudi 23 janvier, la porte du bureau du principal adjoint se referme sur deux mini-agresseurs. La leçon de vocabulaire n'aura pas d'application pratique puisqu'une heure plus tard Cynthia confond une nouvelle fois diplomatie et insolence.

Related: