background preloader

En Chine, un système de notation des citoyens encore flou mais aux ébauches effrayantes

Le « système de crédit social » (SCS) que le gouvernement chinois entend mettre en place à compter de 2020 ressemble à un épisode de la série d’anticipation dystopique Black Mirror. Les détails de ce que l’on présente couramment comme un système unifié de notation des citoyens, fonctionnaires et entreprises chinois sont encore flous. Et pour cause : Pékin expérimente encore plusieurs options avant d’en choisir la meilleure pour la déployer dans tout le pays. Actuellement, plusieurs dizaines de systèmes différents coexistent et permettent d’entrevoir les grandes lignes du système qui sera choisi par les autorités. L’économiste Antonia Hmaidi, doctorante à l’université allemande de Duisbourg et Essen, les a présentés lors d’une conférence à la 35e édition du Chaos Communication Congress, la grand-messe annuelle des hackeurs qui se tient à Leipzig (Allemagne) jusqu’au 30 décembre. La légalité et la moralité passées au crible Soixante-dix projets pilotes Des systèmes largement biaisés Related:  actualités - liens

Le crédit social chinois sera généralisé dès 2021 à Pékin Les big data ont-elles enfanté big brother ? Annoncé dès 2014, le système de "crédit social" que souhaite mettre en place le gouvernement chinois a déjà fait l'objet de multiples expérimentations, par exemple à Hangzhou, dans la province du Zhejang. C'est désormais au tour de Pékin et de ses 22 millions d'habitants de mettre en place ce système d'évaluation sociale. La notation sociale, projet de société en Chine Le principe de notation sociale a été largement investi par la pop culture, et notamment par l'épisode Nosedive de la série TV dystopique Black Mirror. LISTE NOIRE. Outre l'entrave aux déplacements, les mauvais citoyens pourraient être aussi être punis en voyant la vitesse de leurs accès internet limitée, selon un article de Rachel Botsman publié sur Wired. Des attraits ludiques pour les individus Dystopique ? LUDIFICATION. Une tentative de moralisation de la vie publique ? Les big data ont-elles enfanté big brother ? LISTE NOIRE.

La natalité s’effondre dans une Chine vieillissante Le nombre des naissances en Chine a chuté au-dessous des 15 millions en 2018, deux millions de moins qu’en 2017, soit son plus bas niveau depuis l’an 2000, en dépit de la politique de libéralisation des naissances lancée depuis 2015. Alerte rouge sur la natalité en Chine. Le nombre de bébés nés en 2018 a chuté de plus de deux millions par rapport à 2017, qui avait déjà connu une chute de 3,5 % par rapport à l’année précédente. Même si le Bureau national de la statistique ne doit publier les chiffres officiels que dans quelques semaines, ces prévisions alarmantes sont déjà publiées dans le quotidien anglophone du parti communiste chinois The Global Times : le nombre total des naissances pour 2018 chutera au-dessous des 15 millions alors que les autorités du planning familial avaient envisagé plus de 20 millions de naissances. Une chute rapide et vertigineuse pour un pays qui comptera près de 30 % de personnes au-dessus de 60 ans en 2030. À lire aussi Une bombe démographique menace la Chine

28 Minutes - Tunisie : l’humour au féminin / Hong-Kong peut-elle résister à la Chine ? (13/06/2019) Tunisie : elle conjugue l’humour au fémininPour Nadia Khiari, "le stylo est une arme, le dessin son prolongement". Dessinatrice tunisienne, elle est la créatrice du personnage de Willis from Tunis, un chat espiègle et moqueur, devenu l’un des visages de la révolution de Jasmin en Tunisie en 2011. Avec ses caricatures, elle milite également pour le droit des femmes, une cause qu’elle met en avant dans « Siné Madame » le premier mensuel satirique et sociétal entièrement écrit et illustré par des femmes, et dont le premier numéro est paru en avril dernier. Caricatures, chats, Printemps arabe et féminisme : on reçoit Nadia Khiari dans "28 Minutes". La petite Hong-Kong peut-elle résister au géant chinois ?

Semaine d'or (Chine) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les semaines d'or (黄金周) sont le nom donné en République populaire de Chine à deux semaines annuelles de congés, accordées par le gouvernement à partir de 2000. La semaine d'or du festival de printemps (ou semaine d'or de l'année de la nouvelle lune chinoise) commence en janvier ou en février, suivant la date du nouvel an chinois.La semaine d'or du jour de la fête nationale commence le 1er octobre. Une troisième semaine d'or a existé jusqu'en 2007, la « semaine d'or du jour du travail » qui commençait le 1er mai. Ces semaines là, trois jours de congés payés sont donnés et les week-ends proches sont réarrangés de manière que les salariés des sociétés chinoises puissent avoir sept jours continus de vacances. Les semaines d'or sont par conséquent des périodes de très nombreux déplacements à travers le pays. On estimait que 28 millions de Chinois avaient voyagé durant la première semaine d'or de la fête nationale en 1999.

Rencontre - Cyrille J.-D Javary Pour une rencontre et discussion autour de "Yin yang : la dynamique du monde", publié aux éditions Albin Michel. Pour en savoir plus à propos de l'ouvrage « Yin-Yang » est le nom donné en chinois au fonctionnement de tout le vivant. Et pour aller plus loin

POINT DE VUE. La Chine, grande gagnante des flottements occidentaux Il n'est certes pas encore l'heure de décréter le déclin de l'Occident... Mais la Chine n'a jamais été aussi proche de prendre la place de première puissance économique mondiale. Le point de vue de Dominique Seux. « Quand le sage montre la Lune, le sot, lui, regarde le doigt », dit un proverbe chinois qui semble d'actualité ces temps-ci. Légitimement, la crise migratoire nous obsède, les conflits commerciaux entre les trois blocs économiques du monde États-Unis-Europe-Asie nous préoccupent. Pékin a longtemps joué de l'appétit (et de la naïveté) de tous ceux qui ont été alléchés par un marché de centaines de millions de consommateurs et une main-d'oeuvre à bas coût, sans trop regarder si les mêmes règles du jeu économiques s'appliquaient. Pendant que ce dernier sabordait le dernier sommet du G7 au Canada, Xi Jinping, le numéro un chinois, en organisait tranquillement un autre avec la Russie, l'Iran et l'Inde. Bien sûr, le chemin n'est pas sans embûche.

La Chine roule électrique Le Salon automobile de Pékin va pousser les voitures électriques. Oui, cela va être très frappant à partir de mercredi. La Chine est devenue (le savez-vous ?) le premier marché automobile au monde, avec 25 millions de véhicules vendus en 2017 (15 millions en Europe), et le pouvoir politique impose le virage vers l’électrique de façon extrêmement ferme, c’est bien davantage que de la direction assistée - ce qui fait passer par comparaison Anne Hidalgo pour une aimable écolo bisounours (c'est dire). Alors comment ? Le plus intéressant est que les constructeurs chinois mordent à pleines dents ce marché : ils ne sont pas excellents sur les motorisations thermiques classiques, essence ou diesel, du coup ils sautent une génération et passent à l’électrique. A partir de là, l’objectif est en réalité double du point de vue des autorités politiques chinoises : limiter un peu la pollution abominable dans les villes et donner un coup de pouce aux industriels chinois. Quelle conclusion pour nous ?

Brest. Du chinois, à l’Harteloire, dès la 6e C'est une nouveauté à Brest. A partir de septembre, dans ce collège du centre-ville, des élèves actuellement en CM2 pourront démarrer le chinois tout en maintenant l’anglais. Une section bilangue qui n’existait pas encore dans la cité du Ponant. Le collège de l’Harteloire va proposer l’enseignement du chinois dès la 6e à partir de septembre prochain. " Une section bilangue qui n’existait pas encore à Brest », explique Jean-Paul Goarzin, professeur de chinois dans les collèges de l’Harteloire et Kerhallet. Voilà déjà douze ans que le chinois est enseigné à l’Harteloire. L’établissement prépare à la certification internationale HSK et propose des initiations variées à la culture chinoise en plus des cours de langue. Les inscriptions sont ouvertes.

«Je sais pourquoi je ne pige pas un mot d’arabe, qui est pourtant ma langue maternelle» Temps de lecture: 7 min Tous les enfants d’immigrées et immigrés maghrébins ont déjà vécu ce moment: vous participez à une fête quelconque. Quelqu’un glisse dans la playlist une chanson vaguement orientale et les regards se tournent alors vers vous. Car tous pensent qu’une «rebeu» saura faire au moins deux choses à ce moment précis: - Chalouper lascivement comme une danseuse cairote - Murmurer les paroles à l’unisson avec le chanteur de n’importe quel tube de l’album 1, 2, 3 Soleils ou de Tarkan et paraître particulièrement pénétrée par le texte. Alors que je danse comme une patate, n’ai jamais réussi à dissocier mon bassin du reste de mon corps, et que les paroles de «Didi» me sont aussi étrangères qu’à tout le reste de l’assemblée. Si je ne peux qu’imputer à la génétique et à une maladresse innée mon incapacité totale à faire des 8 avec mon cul et des jolis moulinets avec mes bras, je sais exactement pourquoi je ne pige pas un mot d’arabe, qui est pourtant ma langue maternelle.

Tiangong-1 retombe sur Terre : quelles sont les étapes de la chute de la station spatiale chinoise Tiangong-1 de retour sur Terre. La première station spatiale chinoise va rentrer dans l'atmosphère de manière incontrôlée. Ce devrait être probablement le 1er avril 2018. Elle file actuellement sur son orbite à la vitesse d'environ 29.000 km/h. Depuis la perte de communication des instances chinoise avec la station, fin 2016, il n'est plus possible d'utiliser les moteurs pour la remonter sur son orbite ou maîtriser sa chute. Comme tous les satellites et engins spatiaux situés en orbite basse, elle est affectée par la faible, mais non nulle, traînée atmosphérique présente même à 300 ou 400 km d'altitude. Les pièces de Tiangong-1 en titanium devraient résister à la rentrée atmosphérique "Lorsqu'elle atteindra les 100 kilomètre d'altitude, la station ne fera pas une orbite complète de plus, car elle sera comme attrapée par l'atmosphère, explique Benjamin Bastida Virgili, ingénieur en débris spatiaux à l'Agence spatiale européenne (ESA).

28 Minutes - Elia Suleiman / Faut-il boycotter la Chine ? (26/11/2019) Le regard allumé sur le monde d’un Palestinien en exil"It must be heaven" est le quatrième long métrage d’Elia Suleiman en près de trente ans de carrière. Mais la lenteur semble porter ses fruits car trois de ses films ont été primés à Cannes et à Venise, dont le fameux "Intervention divine". Souvent comparé à Buster Keaton, Nanni Moretti ou encore Jacques Tati, Elia Suleiman est un réalisateur cosmopolite : né à Nazareth, la plus grande ville arabe d’Israël, il se considère comme palestinien, a forgé sa cinéphilie à New York où il a vécu quatorze ans, et réside depuis dix-sept ans à Paris avec son épouse libanaise, la chanteuse Yasmine Hamdan. Un million de Chinois internés de force par le régime : faut-il boycotter la Chine ?

Taïwan, cette Chine qui vote La contestation à Hongkong électrise le climat politique sur l’île à l’approche des élections présidentielle et législatives de samedi. Et la tentation d’une déclaration d’indépendance ressurgit, au risque de susciter la colère de Pékin Abonné 7 minutes de lecture Asie Chine Anne-Sophie Labadie, envoyée spéciale à Taipei Publié mardi 7 janvier 2020 à 18:01, modifié mardi 7 janvier 2020 à 18:07. Un peu d'histoireSi les Taïwanais vivent aujourd’hui dans une démocratie, il s’agit pourtant d’un acquis récent. Les nationalistes y instaurent un règne sans partage avec l’appui des Etats-Unis, Taïwan occupant le siège de la Chine comme membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies jusqu’en 1971. «Ce n’est pas un scrutin contre le Kuomintang» (KMT), principal parti d’opposition, «c’est un scrutin contre le Parti communiste chinois!» Lire aussi: Liao Yiwu: «Depuis Tiananmen c’est la première fois qu’on assiste à un tel défi pour cette dictature»

Le Dessous des cartes - Singapour, île modèle ou île fragile ? Située en Asie du Sud-Est sur l’un des grands axes maritimes de la planète, l’île de Singapour s’est inventé un modèle : devenir la pionnière des smart cities. Ordonné comme une Suisse asiatique, le petit État a connu un développement économique exemplaire. Mais "le modèle singapourien" révèle aujourd’hui ses failles. Située en Asie du Sud-Est sur l’un des grands axes maritimes de la planète, l’île de Singapour s’est inventé un modèle : devenir la pionnière des smart cities.

Related: