background preloader

2011 : taux d'insertion professionnelle des diplômés de l'université

2011 : taux d'insertion professionnelle des diplômés de l'université
Les résultats présentés sont issus de la quatrième enquête nationale sur l’insertion professionnelle des diplômés de l’université réalisée entre décembre 2012 et avril 2013. Celle-ci a porté sur les diplômés 2010 de D.U.T., de licence professionnelle et de master. Elle a pour objet d’évaluer la situation professionnelle, 30 mois après l’obtention du diplôme, des diplômés français issus de la formation initiale, entrés immédiatement et durablement sur le marché de l’emploi après l’obtention de leur diplôme, représentant respectivement 12%, 57% et 39% de l’ensemble des diplômés de chacun de ces diplômes. Cette évaluation est faite au travers de six indicateurs : le taux d’insertion, la part d’emplois de niveau cadre ou profession intermédiaire, la part d’emplois stables, la part d’emplois à temps plein, le salaire net mensuel médian des emplois à temps plein et un salaire brut annuel estimé à partir du salaire net médian.

Quel diplôme obtenir pour travailler dans le webmarketing ? Malgré la crise, les métiers du web continuent de bien se porter. Les opportunités d’emploi dans ce secteur sont nombreuses. Chef de projet search marketing, webmarketer, webdesigner, community manager, chef de projet facebook marketing… les métiers du web sont multiples et pour la plupart passionnants. Mais avant de se jeter à l’eau, une formation est bien sur nécessaire. Voici un tour d’horizon des différentes écoles préparant à ces métiers… S’il y-a encore quelques années, les formations liées au webmarketing se faisaient rares, aujourd’hui avec le développement du business en ligne, les métiers, les formations et les opportunités se sont multipliées. L’Hetic (Montreuil) : Créée en 2002 via l’alliance du groupe ECE (grande école d’ingénieurs) et du CIFAP (formation professionnelle à l’audiovisuel et aux médias), l’HETIC forme des experts managers du web de niveau I dans le domaine de l’économie numérique. Master et MBA orientés E-commerce : Les journées portes ouvertes… Pour conclure…

' Pourquoi les étudiants boudent-ils le digital ? ' Le secteur du numérique représente 3,2 % du PIB et 700 000 emplois créés depuis 15 ans (étude Mc Kinsey) et la tendance à la forte croissance du secteur n'est pas prête de faiblir comme en attestent de nombreux indicateurs. Les entreprises (PME, grandes entreprises, à Paris ou en province...) sont de plus en plus nombreuses à se mettre au digital que ce soit seulement pour de la publicité sur le Web, une activité e-commerce, le développement d’une application mobile... En 2011, les ventes en ligne ont dépassé les 37 milliards d'euros, (+ 22 %) et la Fevad estime qu’elles seront supérieures à 70 milliards d’euros en 2015. Or, les acteurs du Web, qu’ils soient prestataires ou annonceurs, font tous le même constat : recruter devient de plus en plus difficile. Il y a pénurie de certains profils et de candidats ayant une réelle formation digitale, sans même parler d’expérience ! Pourquoi les étudiants continuent-ils à choisir la pub et la com' au détriment du digital ?

Related: