background preloader

Que manque-t-il à la presse en ligne ?

Que manque-t-il à la presse en ligne ?
Que manque-t-il à la presse en ligne pour la rendre vraiment intéressante (du point de vue du lecteur) ? Pour la presse d’information, la migration numérique est un enjeu vital ; le lectorat « papier » s’érode régulièrement, la concurrence de l’information gratuite (digitale ou non) se fait de plus en plus de pressante et les frontières s’estompent entre médias Papier – Radio et Télévision… Se « digitaliser » est perçu par beaucoup (à tort ?) comme un passage obligé, voire comme la seule alternative à la disparition pure et simple à plus ou moins long terme. Pourtant il faut bien avouer que la plupart des versions digitales peinent à convaincre. A défaut de trouver ici une solution structurelle ou un nouveau business model, je vais me contenter de décrire quelques fonctionnalités qui selon moi permettraient de rendre plus utile et plus intéressant un journal digital par rapport à son alter ego papier. Un contenu et une écriture spécifique Un moteur de recherche Des regroupements thématiques Related:  Presse papier vs presse en ligne

Les soucis des pure players sur internet (hdzimmermann - Flickr - CC) Rue89, Mediapart, Slate, Huffington Post, Owni... Depuis 2007, de nouveaux médias en ligne avec des drôles de noms bousculent le paysage traditionnel des Figaro(.fr), Le Monde(.fr), Libé(.fr). Ces sites d'information généraliste nés sur le Web sont des « pure players », indépendants (ou presque) des groupes de presse. Hérauts du numérique, ils revendiquent un autre ton, une liberté éditoriale, sans toujours en avoir les moyens. Un parcours du combattant. De ta cuisine tu sortiras Du même auteur « Maintenant, on a un téléphone par personne ! Mais l'enthousiasme s'étiole. Lire la suite de cet article d'Emmanuelle Anizon et Olivier Tesquet sur le site de Télérama.

Un exemple réussi de monétisation avec Virtuafoot Manager Connaissez-vous le jeu de foot Virtuafoot Manager ? Il s’agit d’un jeu de gestion d’équipe de foot qui existe depuis maintenant 5 ans. Trois particularités me poussent à en parler sur ce blog : C’est un jeu franco-français (cocorico !) Ce jeu existe donc depuis 5 ans, soit avant l’apparition de Facebook en France. Le modèle économique reposait sur des bannières publicitaires jusqu’en 2009, date à laquelle l’auteur a décidé d’en confier la monétisation à un acteur spécialisé (Sublime Média) qui l’a aidé à entièrement revoir le modèle économique, la décision majeure étant de basculer en freemium. Le modèle économique de Virtuafoot Manager intègre donc les sources de revenus suivantes : Comme vous pouvez le constater, les leviers de monétisation sont nombreux et permettent de diversifier les sources de revenus (sans pour autant dénaturer le gameplay). Voici donc une belle réussite pour ce jeu sans prétention qui démontre tout de même la viabilité d’une stratégie de revenus diversifiée.

Les lecteurs de presse en ligne attachés au papier Plus de quatre lecteurs de presse écrite sur dix se sont convertis aux supports numériques, selon une étude de l'institut GfK. Le numérique rentre dans les mœurs mais le papier reste un pilier pour les lecteurs de presse. Au cours des trois derniers mois, 42% d'entre eux ont téléchargé ou lu de la presse numérique sur des sites Internet, contre 58% qui n'ont pas sauté le pas, selon le troisième baromètre REC réalisé par l'institut GfK en France. Chez les lecteurs numériques, 53% de leur temps est consacré aux supports numériques, contre 47% au papier. «Ces chiffres évoluent lentement, indique Philippe Person, directeur entertainment chez GfK. Mais tous les lecteurs de presse se convertissent progressivement aux nouveaux supports, bien plus vite que les lecteurs de livres, qui ne sont que 10% à télécharger des e-books.» Le basculement est donc bien réel, mais il est loin d'être total. Les quotidiens favorisés

Monétisation d'un site internet - Manager GO! Analyses-études La presse sur Internet peut-elle être rentable ? Thèse de Mathieu de Vivie : la presse une industrie en crise, Le bien de presse à l'heure d'internet, les modèles d'affaires de la presse sur la web en quête de rentabilité (les différents revenus du modèle gratuit...), la chaîne de valeur sur internet... blog-conversion.com Articles Les méthodes pour passer d’un service gratuit à un service payant Cet article tord l'idée reçue concernant l'impossibilité de faire payer un client pour certains services, alors que tout était gratuit jusqu'à maintenant. Blog e-commerce de François ZisermanComment monétiser votre communauté ? Des pistes pour monétiser votre communauté : vendez vos produits, des offres et des services spéciaux, l'emailing, la pub contextuelle, l'affiliation, les bannières de pub. Le blog du community managementLes modèles d’affaires du web 2.0 Présentation des 4 formes de monétisation du Web 2.0 (publicité, Freemium, place de marché, don et bénévolat). Etudes de cas

Presse écrite : en 2011, suite de la chronique d’une mort annoncée ? {*style:<b> </b>*} Il est devenu terriblement banal de parler de l’agonie de la presse écrite. Elle serait au bord de l’effondrement, et ce n’est pas ce début d’année 2011, dernière période d’engagement exceptionnel de l’Etat suite aux états généraux de la presse en 2008, qui est fait pour rassurer. Cette année, selon Owni , le secteur devrait de nouveau toucher 464 millions d’euros de la part de l’Etat. Une diffusion nationale divisée par deux depuis l’après seconde guerre mondiale Bref, la PQN, et la PQR dans une moindre mesure, sont en mal d’un modèle économique non déficitaire, que l’Etat se doit de compenser dans un souci de maintient, aussi artificiel soit-il, d’un pilier de notre démocratie : la liberté d’expression. Dans son roman, Globalia, Jean-Christophe Rufin fait apparaître un jeune journaliste qui travaille pour l’Universal Herald, et le narrateur de noter : « ». Une revue des tendances de long terme est plutôt déprimante. Un marché publicitaire en convalescence

Crowdfunding Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. Le Crowdfunding[1] est une approche permettant le financement de projets en faisant appel à un grand nombre de personnes ordinaires (internautes, réseaux de contact, amis, etc.) pour faire de petits investissements. Une fois cumulés, ces investissements permettront de financer des projets qui auraient potentiellement eu de la difficulté à recevoir un financement traditionnel (banques, investisseurs, etc.). L'approche reçoit actuellement l'attention du public, en particulier des producteurs de cinéma indépendant[2][3]. Crowdfunding est utilisé pour répondre à une grande variété de besoins: secours aux sinistrés, journalisme citoyen, artistes cherchant le soutien, campagnes politiques, etc. Il n'existe pas de version francophone à l'expression "Crowd funding", mais on peut la traduire en: "financement collectif", "financement populaire" ou "financement par la foule" (en anglais on parle également de crowdfinancing ou crowdsourced capital).

Internet et la presse en ligne Internet et la presse en ligne Internet et ses applications Le Web ou World Wide Web C'est la partie la plus attractive de l'Internet et celle qui l'a rendu populaire. - Le multimédia permet de mêler texte, image, sons et même vidéo sur une même page Les documents répartis sur des centaines de serveurs de part le monde sont accessibles à toute personne disposant d’un accès Internet quel que soit le système d’exploitation utilisé. Ces informations sont de plus en plus constamment remises à jour et l’utilisateur dispose ainsi toujours de la dernière version en ligne. Le Web, une histoire très récente : L'Electronic Mail permet d'envoyer des fichiers d'un ordinateur à un autre en quelques secondes au prix d'une communication locale. Le transfert de fichiers (FTP) Ce service offre la possibilité de télécharger des fichiers notamment pour profiter de toutes les ressources du Web, il est nécessaire d'être bien équipé en logiciels. Trois types de programmes sont disponibles gratuitement :

Les modèles d’affaires du web 2.0 Les sites web 2.0 offrent toujours un accès gratuit à leurs services. Leur économie repose donc sur la capacité à valoriser les activités et les échanges qui se développent sur le site de manière à générer des revenus autour de ce service gratuit. Jean-Samuel Beuscart, Christophe Dacheux et Kevin Mellet, chercheurs au laboratoire Sense d’Orange Labs ont cherché à identifier les différentes modalités de monétisation de la présence et de l’activité des utilisateurs. On peut identifier quatre modalités distinctes de monétisation de la présence et de l’activité des utilisateurs. 1. Le principe du Freemium (contraction des mots Free et Premium) est fréquent : l’utilisation des services de base est gratuite, l’accès aux services premium étant, lui, payant. Le troisième modèle est celui de la place de marché : il repose sur le prélèvement d’une commission sur les transactions organisées par le site. Ces quatre formes de monétisation assurent aux sites web 2.0 des revenus directs. 2.

Les pure players s'imposent sur le Net français Considérés comme des médias alternatifs il y a encore un an, ce nouveau modèle de site séduit de plus en plus. Qu’est-ce qu’un pure player? C’est une société dont l’activité fonctionne uniquement sur Internet. Il existe des pure player commerciaux, comme Amazon, ou d’information, comme Mediapart. Ces sites d’informations diffusent leur contenu exclusivement en ligne, sans support imprimé. Pas comme 20 Minutes ou Le Figaro, diffusés à la fois en ligne et sur papier. Comment les pure players sont-ils financés? Mise à jour: dans la première version de cet article, nous avions omis de citer Lepost.fr. Slate.fr, késako? La monétisation des réseaux sociaux | Larmet Les réseaux sociaux drainent une forte audience, notamment Facebook qui compte plus de 350 millions d’utilisateurs (décembre 2009), et qui est le deuxième site le plus visité après Google.com. (source Alexa). Cependant, comparativement à son audience, Facebook réalise beaucoup moins de revenus par internaute, que ne le fait Google! L’enjeu pour les sites de réseaux sociaux, est de monétiser leurs plateformes, sans faire fuir ni les internautes, ni les entreprises. Les Stratégies de monétisation Compte Freemium L’inscription au site de réseau social est gratuite, mais l’internaute ne dispose que d’un nombre limité de fonctionnalités. L’E-marketer a publié une étude sur l’origine des revenus des sites de réseaux sociaux. Je suis plutôt en accord avec l’étude, et donc avec l’ensemble des dirigeants. N’hésitez pas à faire part de vos suggestions concernant la monétisation des réseaux sociaux, ça m’intéresse!

Les “pure players” ou le pari de la presse en ligne La presse papier est en crise ? De plus en plus de médias font le pari d'une présence exclusive sur le Net. Entre quête du clic et précarité financière, ces “pure players” peuvent-ils tirer leur épingle du jeu ? Rue89, Mediapart, Slate, Huffington Post, Owni... depuis 2007, de nouveaux médias en ligne avec des drôles de noms bousculent le paysage traditionnel des Figaro(.fr), Le Monde(.fr), Libé(.fr). Ces sites d'information généraliste nés sur le Web sont des « pure players », indépendants (ou presque) des groupes de presse. De Rue89 au Huffington Post, tous les pure players français passés au crible sur notre infographie. De ta cuisine tu sortiras« Maintenant, on a un téléphone par personne ! Participer à l'aventure d'un pure player, c'est quitter la presse en crise, et néanmoins confortable, du XXe siècle, pour se jeter dans le journalisme numérique balbutiant du XXIe siècle. Mais l'enthousiasme s'étiole. Pour se retrouver dans le tiercé gagnant, chacun pousse sa monture.

La presse sur Internet peut-elle être rentable ? Thèse de Matthieu de Vivie Il y a des thèses professionnelles plus professionnelles que d’autres… Je connais bien la thèse de Matthieu de Vivie car j’ai eu la chance d’être son tuteur pendant la rédaction de sa thèse en sortie du mastère MNT (HEC Paris – Télécom Paristech) dans lequel j’interviens. J’ai cherché à l’aider et le challenger autant que j’ai pu pour qu’il pousse sa réflexion au-delà des habituels lieux communs qu’on peut trouver sur le Net. Grâce à Florence Terray, il a pu rencontrer un grand nombre d’acteurs de la presse et son travail final est un must read pour qui aujourd’hui s’intéresse à l’avenir de ce secteur en pleine crise. N’hésitez pas à lui faire un retour sur son travail et participer à la réflexion Bonne lecture En complément, je vous invite à découvrir deux news récentes qui témoignent de la crise de la presse et de ses errements concernant son avenir : La presse sur Internet peut-elle être rentable?

Related: