background preloader

Sma

Sma
Related:  nathalie03

Le Damier - Première grappe d’entreprises labellisée DATAR sur le champ des industries musicales et audiovisuelles Yves Bommenel élu président du SMA Publié le mardi 18 février 2014 Version imprimable Mouvement Yves Bommenel, nouveau président du SMA Les 10 et 11 février dernier, le Syndicat des musiques actuelles (SMA), s’est réuni en congrès national à la Coopérative de Mai, à Clermont-Ferrand. A l’issue de ces deux jours, Yves Bommenel, vice-président de l’association Illusion & macadam / Festival Tropisme, structure implantée à Montpellier, a été élu président. Le bureau a également été renouvelé, et est désormais constitué de : Yves Bommenel, Illusion & macadam Janick Tilly, Penn ar Jazz Gilles Garrigos, La Tannerie David Morel, Jarring effect Olivier Dieterlen, Le Noumatrouff Eric Petrotto, Cd1d Philippe Couderc, Vicious Circle Bruno Alvergnat, Fédélima Un nouveau Conseil National, constitué de 39 membres représentant les différentes zones géographiques, mais aussi les différentes activités composant la filière des musiques actuelles, a été élu pour une nouvelle période de 2 ans. Ont été élus au titre des activités :

Le Réseau Ressources / Musiques actuelles Conférence proposée par Sayem, producteur de musiques électroniques Le but de cette rencontre est de comprendre les différentes étapes du développement d’un projet musiques actuelles, à travers le parcours d’un artiste qui dressera « son » état des lieux de l’industrie musicale aujourd’hui. Il vous fera partager sa propre expérience pour vous aider à mieux comprendre la stratégie à adopter pour mettre en lumière son projet ainsi que les pièges et écueils à éviter. Nous aborderons : l’identification du projet, le studio, la scène, les partenaires (manager/label/tourneur/attaché de presse), les différent type de contrats, l’auto production, la distribution numérique, le rôle de l’artiste en 2013. Cette introduction balaiera ainsi l’ensemble des thématiques qui seront ensuite traitées de façons plus approfondie, chaque mois, de janvier à juin, dans le cadre du cycle « DIY » des rencontres professionnelles du Centre.

Numéro 6 - Actes du colloque interdoctoral 2010 - Articles - L?action culturelle mise à nu par ses métiers (1788-1988) - Sciences Humaines Combinées La thèse propose d’explorer la question de la professionnalité des acteurs culturels, particulièrement ceux qui contribuent à la mise en œuvre de la médiation. Après avoir fait le constat que ces praticiens forment un ensemble aux contours extrêmement flous qui ne permet pas de définir une profession homogène et structurée, il convient de s’interroger sur les raisons de cette absence de reconnaissance professionnelle. Révélateur d’un déficit de légitimité sociale pour une activité dont les liens avec l’accomplissement du processus démocratique sont affirmés haut et fort, ce phénomène renvoie aux fondements de la construction de la doctrine et du système républicain français. Dès lors s’impose une double exploration, synchronique et diachronique. La thèse présentée ici est le premier travail universitaire consacré exclusivement aux « métiers de la culture », c’est-à-dire aux acteurs de l’ombre qui, à l’écart des feux de la rampe, font que l’art peut devenir culture.

Un cynisme ambiant et des collègues de travail insupportables La première fois que j’ai entendu la voix de JB, c’était sur mon répondeur : un rockeur de banlieue éructait en exigeant une explication franche. J’avais écrit un papier dans un torchon où je disais le plus grand mal d’une de ses compilations. C’était pas malin : je m’imaginais déjà traîné sur le périph’ derrière une grosse cylindrée ou attaqué au cran d’arrêt dans un terrain vague par un loubard surgi d’une BD de Margerin. Au troisième appel, j’ai quand même fini par décrocher. Vice : Tu n’as jamais eu envie de faire de la musique ? Tu aurais supporté d’être dans un groupe ? C’est finalement un taf comme un autre. À la différence près qu’ils se font beaucoup plus de thunes que les groupes… Effectivement, dans le rock tu bosses pour la gloire. Marche ou crève. C’est dur de se faire respecter dans ce circuit ? Born Bad est aujourd’hui un label à la mode, ça ne t’emmerde pas trop ? T’as eu des propositions de publi-reportages dans la presse musicale ? Comment ça s’est terminé ?

MédiaZik Internet sonne l’heure de la re-création!! Viméo sur le point de lancer une plateforme payante, BandCamp qui s’impose, le crowdfunding qui explose… Plus les internautes se sentent proches des créateurs, plus ils sont partants pour payer. Internet, fossoyeur de la culture. Tiens, c’est une foule d’internautes qui grossit à vue d’œil. Et le système fonctionne d’autant mieux que les internautes se sentent proches des créateurs. Depuis la semaine dernière, il est possible, grâce au système « tip jar » de donner un « pourboire » après la vidéo. « Nous sommes dans l’économie du partage au sens large, s’enthousiasme Vincent Ricordeau, cofondateur et PDG de KissKissBankBank, site de crowdfunding en plein essor, sans ce marché qui se développe de pair à pair, des centaines de projets seraient restés dans les cartons. Le chanteur français Oldelaf en a fait l’expérience. par Erwan Cario sur le site

Quel modèle économique pour les scènes de musiques actuelles ? 1 Les termes « scène de musique amplifiée » ou « scènes de musiques actuelles » sont utilisés ici sa (...) 2 Voir pour un cadre plus général, Sagot-Duvauroux (2005). 1Les scènes de musiques actuelles 1, labellisées ou non, présentent des spécificités qui les distinguent, malgré de nombreux points communs, de leurs sœurs spécialisées dans les autres domaines du spectacle vivant (théâtre, danse, arts de la rue…). Le but de cette contribution est, à la lumière de l’économie du spectacle en général, de s’interroger sur les différents modèles économiques que peuvent adopter ces structures 2. 2Cet article se structure en deux parties. Les scènes de musiques amplifiées sont des entreprises de spectacle vivant (a), insérées dans une filière industrielle (b) et dont la vocation n’est pas majoritairement marchande (c). a) Des entreprises de spectacle vivant 3 Précisons que la loi de Baumol s’applique tout autant aux entreprises de production de spectacles (...) a) L’association affinitaire

Ministère de la culture et de la communication - fiche pratique 4: Elaborer un projet culturel Vous avez clarifié, pour vous, vos objectifs. Transmettre votre admiration pour tel oeuvre ou artiste, susciter une confrontation à l'excellence, irriguer ou aménager le territoire. Vous formulez finement, d'une phrase, le concept spécifique sur lequel votre projet s'appuie. La question, néanmoins, ne vous sera pas épargnée : quel est votre projet culturel ? Et ce quels que soient l'ampleur de l'action envisagée, le contexte (scolaire, institutionnel ou associatif), la discipline artistique, l'importance du chantier culturel (bibliothèque, musée, centre d'art, de spectacle ou de création). Qui prétend à un financement public doit, un jour, répondre à cette question. Cette fiche, plus théorique que véritablement pratique, propose, simplement, une manière de trame. Un projet culturel doit, avant tout, être habité. Précisons enfin : la condition nécessaire du projet dit culturel c'est, en son coeur, la présence d'une oeuvre. Une oeuvre Au coeur du projet donc, la présence d'une oeuvre.

Related: