background preloader

Organiser l'espace Cdi

Organiser l'espace Cdi

Comment enseigner Google* ? Présentation rapide : Travailler sur la notion de moteur de recherche à travers l’exemple de Google et de son fonctionnement dès les premières années du collège apparaît assez clairement indispensable. C’est l’outil de recherche majoritairement utilisé par nos élèves, leurs parents et nous-mêmes, c’est parfois la seule porte utilisée pour l’accès à l’information. Or cet accès même pose problème : pourquoi Google choisit-il de classer tel ou tel résultat parmi les premiers ? Explication développée : Objectif de l’apprentissage : Comprendre l’objet Google pour comprendre l’action que l’on peut avoir sur cet objet (cf André Tricot dans Comment concevoir un enseignement de Tricot, Musial et Pradère) "L’objet" d’étude Google est si étendu et complexe qu’il est sans doute pertinent avent de construire sa séquence de faire la liste des apprentissages précis que l’on souhaite développer à partir de quels types d’activités. Liens : Une année avec Google, article de Frédéric Rabat

Culture de l’information et politique documentaire : au milieu du gué ? Les activités principales recensées dans la fiche «enseignant» du Répertoire des métiers de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur[1] comptent deux activités corrélées à la fonction de professeur documentaliste. Elles sont ainsi libellées : ◗ « Contribuer à faire acquérir la maîtrise et la culture de l’information (professeur documentaliste) ◗ Mettre en œuvre la politique documentaire de l’établissement (professeur documentaliste) » On observera qu’en novembre 2011 le professeur documentaliste (re)trouve dans le REME sa fonction de professeur, fonction qui n’apparaît pas dans l’arrêté du 12 mai 2010 définissant « les compétences à acquérir par les professeurs, documentalistes et conseillers principaux d’éducation pour l’exercice de leur métier ». On notera toutefois que ce REME, à l’inverse d’un arrêté, « n’a pas de portée juridique et réglementaire » comme l’indique la présentation du document. Contribuer… avec qui ? Mettre en œuvre… seul ? Des avancées ou du surplace ?

Actualité - Learning center et CDI (suite) Toujours d’actualité, la conception de l’évolution du CDI en learning center voulue par l’inspection générale que nous avions signalée dans une brève : Learning center et CDI, est au coeur du débat qui anime la profession. Certains éléments peuvent éclairer les différents points de vue en présence. D’un côté la "démarche de ré-invention du CDI" avec la prise de position de la hiérarchie tout d’abord exposée pendant le (colloque de l’Esen sur les Learning Center ), puis représentée par la vision de l’avenir des CDI et des espaces scolaires développée dans un entretien de Jean-Louis Durpaire Inspecteur général de l’éducation nationale depuis 2002, président des Capes de documentation et celui de Jean-Pierre Veran IPR, vive-président du jury des CAPES externes et du concours de recrutement des CPE : Les CDI tardent-ils à entrer dans le monde du web 2.0 ? Une interview de JL Durpaire dans Educavox dans le cadre de Ludovia fin août 2011. Vive le learning center ! Mise à jour 9 janvier 2012

Pour en finir avec Le Learning center E01: l’intrusion administrative dans la pédagogie pour casser les disciplines au profit d’une autre logique disciplinaire: Voici donc la nouvelle série de l’année. J’espère qu’il n’y aura qu’une saison d’ailleurs. La liberté pédagogique tant clamée n’est qu’un leurre. Prochain épisode : Vive la documentation libre…

Apprendre et enseigner avec les réseaux sociaux : engluage sur la t... FADBEN De nouveaux défis attendent notre profession. Un accès égal à l’information et à la com­mu­ni­cation néces­saire pour se former, se réa­liser et s’insérer socia­lement et pro­fes­sion­nel­lement, accès à la fois tech­nique, intel­lectuel et éthique. L’adaptation des poli­tiques éduca­tives aux besoins des élèves. La fas­ci­nation pour les outils accorde une place déme­surée et coû­teuse à la tech­no­logie au détriment des savoirs sco­laires info-​​documentaires qui per­mettent la construction des connais­sances et de l’esprit cri­tique. Adhérer, c’est penser le métier de pro­fesseur docu­men­ta­liste pour gagner ensemble tous ces défis. Adhérer, c’est aussi un enga­gement local dans les ADBEN, asso­cia­tions académiques. Adhérer, c’est encore sou­tenir une fédé­ration active dans ses actions natio­nales et internationales. La Fédé­ration vit par la par­ti­ci­pation de ses membres, nous sommes tous bénévoles. Rejoignez les lieux de dis­cussion asso­ciatifs.

Du CDI au 3C (Centre de connaissances et de culture) Le Learning center est de nouveau d’actualité sous l’appellation francisée de centre de connaissances et de culture simplifié en 3C. De quoi s’agit-il ? La circulaire de rentrée 2012, parue le 27 mars 2012, fait intervenir pour la première fois l’appellation de centre de connaissances et de culture dans le septième point, sous rubrique : Innover, expérimenter et évaluer : trois piliers pour une école des réussites. Orientations et instructions pour la préparation de la rentrée 2012 circulaire n° 2012-056 du 27-3-2012 émanant deu MEN DGESCO. "Ainsi, dans le cadre d’expérimentations, les établissements peuvent réfléchir à la mise en œuvre de « centres de connaissances et de culture » (3C). Apprendre autrement à l’ère du numérique Le second rapport Fourgous du 24 février 2012 a été mis en ligne début avril 2012. En savoir plus lettre de rentrée 2012 : le CDI ne deviendra pas un learning centre... Le LC-3C de Schiltigheim, un modèle déjà obsolète Article de Gildas Dimier du 4 Avril 2012.

Les learning centres dans le secondaire : stratégie institutionnelle et enjeux pour la formation des élèves et l’identité de l’enseignant documentaliste - Table Ronde - Les Trois Couronnes - Didactique de l'Information Documentation 1. Le CDI-learning centre, une idée qui prend forme rapidement Une activité et des avancées conséquentes sont observables sur les terrains institutionnel (DGESCO, IPR-EVS, réseau CRDP) et professionnel (les académies). En témoignent, pour le moins, un séminaire ESEN en mars 2011, un vademecum DGESCO dont la sortie est annoncée en mars 2012, ainsi que de nombreuses communications de l’Inspection générale écrites, vidéos et orales sur le web et dans divers colloques. La communication de proximité est également importante : de multiples déplacements dans les académies (Amiens, Besançon, Rennes, Corse, Dijon, Poitiers, Strasbourg…) à la rencontre des professeurs-documentalistes, des directeurs de CDDP et même des collègues néotitulaires (les moins de 5 ans à Dijon, les moins de 7 ans à Strasbourg) pour impulser des initiatives auprès d’un public sans doute pressenti comme davantage ouvert à ce genre d’innovation. 2. Second repère : l’ancrage à la Vie scolaire. Conclusion

Utiliser Prezi à l'école - LeWebPédagogique Il y a quelques années, un drôle de mot avait fait vibrer ma fibre de pédagogue. Ce mot, simplexité, est un concept mis en avant par Alain Berthoz (professeur au collège de France) dans un livre paru en 2009. Dans plusieurs domaines, on s’est emparé de ce terme (sciences, design, marketing, …) issu de la contraction entre « simplicité » et « complexité ». La simplexité consiste à rendre simple ce qui est compliqué sans en perdre pour autant sa richesse. Pour l’enseignant, c’est l’art de faire comprendre à ses élèves quelque chose de compliqué. Prezi, le petit éditeur qui monte, qui monte… En mai 2012, un article du site vousnousils (« Enseigner avec Prezi pour dynamiser ses cours ») pointait l’intérêt de recourir à cet outil pédagogique : « La majo­rité des ensei­gnants a aujourd’hui rem­placé les vieux rétro­pro­jec­teurs à trans­pa­rents par des Powerpoint vidéoprojetés. Qu’est-ce que Prezi ? Prezi est une appli­ca­tion per­met­tant de créer des pré­sen­ta­tions dyna­miques. Aller + loin

« Cours d’info-com, cours magistral » : pour en finir avec quelques clichés Du « cours » tout court à la situation d’enseignement-apprentissage Le passage introductif par le mot « cours » semble inévitable, puisqu’il paraît devoir effrayer. Il ne fait pourtant que désigner, dans le domaine de l’éducation, « l’idée temporelle de ‘développement dans le temps’ »1. Un enseignement, un apprentissage, nécessite en effet du temps pour s’effectuer, aussi bien ponctuellement (la séance) que dans la durée (l’appropriation durable des connaissances). Ainsi, celui qui conçoit, organise, conduit (pendant des plages horaires déterminées) et évalue une séquence prévue pour que des élèves apprennent, « fait cours ». Si un professeur documentaliste, qui fait travailler une classe (ou demi-classe) seul ou avec un collègue disciplinaire, prend soin d'inscrire dans ses objectifs un apprentissage des savoirs scolaires en info-documentation, alors il « fait cours ». Dans le même élan, cessons d’opposer le CDI aux salles de cours. Pourquoi ? Pascal Duplessis

Du CDI au 3C : ou comment "vendre" un produit projet Philippe Chavernac, professeur documentaliste au Lycée professionnel Gustave Ferrié, à Paris, a lancé, le 7 juin dernier, un débat qui a déjà été engagé par ailleurs, sans l’honnêteté intellectuelle, éventuellement, de le signaler [1]. Il nous parle, à force de raccourcis, de l’histoire de la documentation en milieu scolaire et des changements nécessaires pour ce métier, avec le 3C comme conclusion, ou fin de l’histoire [2]. Cet article permet de faire un point sur l’argumentation développée pour défendre l’idée du passage du Centre de Documentation et d’Information au Centre de Connaissances et de Culture. Ce changement, faut-il le rappeler, n’est pas une simple vue de l’esprit pour l’intégration des nouvelles technologies dans les établissements. Il me semble qu’on a largement dépassé cette question, d’ailleurs, avec un réel consensus sur la nécessité de cette intégration, plus ou moins prise en charge ensuite par les Conseils généraux et Conseils régionaux. M. En outre, si M. M.

Le learning center doit-il remplacer la bibliothèque ou le CDI ? Du 23 au 25 mars 2011, l’Ecole supérieure de l’Education nationale a programmé un séminaire intitulé « du CDI au learning center ». L’hypothèse d’une transition d’un modèle ancien, le CDI, vers un modèle neuf, le « learning center », était donc au cœur des problématiques débattues : le présupposé était que le « learning center » pouvait être posé en tant qu’évolution du CDI. Reste à démontrer que ces deux notions recouvrent la même réalité. La notion de « learning center » est encore floue pour la plupart des acteurs de l’éducation en France. Les économies d’échelle sont importantes pour une université. Une importation problématique du « learning center » dans le second degré Lorsqu’on tente de faire descendre cette notion dans l’enseignement secondaire, une série de questions cruciales apparaissent et doivent être résolues avant de pouvoir affirmer que le « learning center » est l’avenir du CDI. Avantage et inconvénient de l’usage du terme « learning center » Articles liés :

Related: