background preloader

Épuisement professionnel

Épuisement professionnel
L’épuisement professionnel est surtout connu sous l’appellation anglaise burnout. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), il se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail »1. C’est en 1969 que le terme burnout a été utilisé pour la première fois. Dans les années 1970, on réservait l’expression aux employés du domaine de la relation d’aide, très engagés émotivement dans leur travail, comme les infirmières, les médecins, les travailleurs sociaux et les enseignants. L’ampleur du problème Depuis le début des années 1990, la fréquence des problèmes de santé psychologique au travail augmente de façon alarmante. On ne dispose pas de statistiques précises sur l’épuisement professionnel. En Europe, la situation est tout aussi préoccupante : 1 cas sur 2 d’absentéisme est causé par le stress chronique, d’après un rapport de l’Agence Européenne pour la Santé et la Sécurité au Travail paru en 20096.

Comment réussir son retour au travail suite à un épuisement professionnel Personne n’est à l’abri d’un épuisement professionnel, qu’on soit opérateur de machines, gestionnaire ou médecin. Selon Statistique Canada, en 2004, 3 400 000 travailleurs souffraient de burnout au Canada, une tendance qui semble loin de se renverser. Basée sur des expériences cliniques, la réflexion amorcée dans cet article vise, dans un premier temps, à mieux cerner les enjeux vécus par les employés aux prises avec un épuisement professionnel et, dans un deuxième temps, à préciser quelques facteurs organisationnels facilitant le retour au travail de ces individus. Les employés touchés par l’épuisement L’activité professionnelle constitue une partie importante de la vie des gens puisqu’elle occupe souvent plus du tiers de leur temps. L’acceptation Reprendre contact avec soi Après un moment, la personne retrouve le goût d’accomplir des activités autrefois appréciées; toutefois, il n’est pas rare qu’elle se demande comment ce sera perçu par son entourage. Prêt pas prêt, j’y vais!

Parties prenantes de l’entreprise Type et rôle des parties prenantes dans les politiques de développement durable Les parties prenantes (stakeholder en anglais) sont l’ensemble des acteurs, internes ou externes et partenaires économiques et sociaux de l'entreprise. L’activité de l’entreprise a une répercussion directe ou indirecte sur ces acteurs, et ces acteurs ont une influence plus ou moins importante sur l'entreprise. Ce sont des réseaux complexes d’influence, de relations, de partenariats, de pouvoir, et d'interdépendance : dans une certaine mesure, l’entreprise dépend de chacune de ses parties prenantes pour sa survie, et inversement. Ils sont : Employés Actionnaires Clients / consommateurs Fournisseurs Concurrents Partenaires Pouvoirs publics Collectivités territoriales Investisseurs Associations, ONG Citoyens

Anti-stress : faire le choix d'être calme le juillet 29th, 2011 Si vous êtes régulièrement stressé dans la vie de tous les jours, ou même simplement tendu, voici un petit exercice de visualisation pour apprendre et s’entraîner à rester calme en toute situation. Tout d’abord, je vous invite à bien vous détendre (vous pouvez par exemple lire cet article : petit exercice de relaxation). Tendu ou stressé ? Visualiser une journée normale Ensuite fermez les yeux et visualisez une de vos journée normale, du levé jusqu’au coucher. Dans cette visualisation, vous faîtes toutes vos activité, une par une, sans ne jamais vous énervez, vous restez imperturbable, calme, tranquille. Vous faîtes simplement ce que vous avez à faire, mais calmement, sans aucune tension. Visualisez ainsi votre levé, votre petit déjeuné, vos différentes activités pour par exemple aller au travail, travailler, déjeuner rentrer le soir, diner… tout cela toujours sereinement. Inclure des éléments perturbants habituels Parmi ces éléments, on peut par exemple inclure :

Sept exercices pour être zen au quotidien Ce long week-end a été un moment idéal pour être tendre avec soi-même, corps et esprit. Il s'agit maintenant de rééquilibrer le dynamisme de l'action et la douceur de la détente. S'écouter, prêter attention à toutes les sensations qui nous habitent à l'instant " t " permet de se rééduquer aux petits plaisirs de la vie. Et de les réveiller tout au long de l'année, au travail ou à maison. Sept exercices à pratiquer... sans modération. 1. Encore dans un demi-sommeil, prenez conscience de la position allongée de votre corps, de son poids, de ses zones de contact avec le matelas. 2. Une fois devant votre bol de café (ou de thé) fumant, fermez les yeux. 3. Programmez-vous de courtes marches découvertes, d'un pas alerte. 4. L'idée n'est pas de dormir mais de se relaxer de 1 à 5 minutes. 5. 6. Campez-vous debout, les pieds bien à plat sur le sol. 7. (1) Coauteur avec Géraldine Lemoine de Les cartes de la détente/minute, Le Courrier du Livre, 2008.

epuisement Sophie Bernard On associe souvent le syndrome de l'épuisement professionnel, ou burn-out si vous préférez, aux métiers de l'enseignement et de la santé. « Mais il serait plus juste de dire que l'épuisement professionnel touche les métiers qui font appel à l'empathie, donc les infirmiers, les travailleurs sociaux, les intervenants de l'aide à l'enfance et... les avocats quand ceux-ci commence à jouer un autre rôle que celui de simple avocat, quand la distance professionnel-client commence à s'effacer », explique la directrice du programme d'intervention de crise au Groupe santé Physimed. En fait, l'épuisement professionnel n'est pas un phénomène rare chez les avocats. Il n'y a cependant pas de statistiques précises, la question n'ayant d'une part jamais été étudiée et le diagnostic n'étant, d'autre part, pas toujours le bon. De plus, il est difficile ­ dans un métier où le contrôle de soi est important ­ d'admettre qu'on puisse être au bout du rouleau. Vers une hygiène de vie

Fonction publique : rémunération principale La rémunération des fonctionnaires et des agents non titulaires se compose d'une rémunération principale et, éventuellement, de primes et indemnités. La rémunération principale se compose du traitement indiciaire ou traitement de base et, éventuellement, de l'indemnité de résidence, du supplément familial de traitement (SFT) et de la nouvelle bonification indiciaire (NBI). Traitement indiciaire Principe Le traitement indiciaire dépend de l'indice majoré (IM) détenu par l'agent. L'indice majoré est lui-même fonction de l'échelon détenu par l'agent. À noter : certains grades d'encadrement supérieur (ou A+) comportent des échelons qui ne dépendent pas d'un indice mais d'un classement dans un groupe allant de A à G dits hors échelles. Calcul du traitement brut mensuel Le traitement brut mensuel (TBM) est calculé selon la formule suivante : TBM = (IM x valeur annuelle du traitement de l'IM 100) / 1200 Traitement brut minimum Indemnité de résidence Supplément familial de traitement Montant et exemple

Comment éliminer une mauvaise habitude ? le août 31st, 2011 Beaucoup de nos blocages sont directement liés à des habitudes négatives. Comment se débarrasser de ces habitudes qui nous empoisonnent la vie ? Comme j’ai commencé à l’expliquer dans l’article sur le pouvoir des habitudes, nous sommes des êtres d’habitudes. La très grande majorité de nos comportements, mais aussi nos pensées et mêmes nos émotions sont ceux que nous avons l’habitude d’avoir ou de faire. 95 % de nos comportements, sentiments, émotions sont des habitudes (Maxwell Maltz) Ce que l’on fait par habitude, on le fait quasi-automatiquement, sans réfléchir ou presque. Hmmm… je vous laisse réfléchir par vous-même à cette question… Comment éliminer une mauvaise habitude ? En tout cas, les habitudes nous aident pour toutes les choses que nous devons faire régulièrement, mais certaines habitudes peuvent aussi être un frein ou un blocage par rapport aux changements que l’on veut dans sa vie. Prendre la décision d’éliminer une habitude négative

Comment gérer le stress ? Qu’est-ce que le stress ? Le stress est un signal. C’est un signal envoyé par notre cerveau pour nous avertir que quelque chose ne va pas. Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, voyons ce qui se passe dans notre cerveau : Selon l’ANC, notre cerveau est composé de 4 territoires qui influencent nos comportements. Il s’agit des territoires cérébraux reptiliens, paléolimbiques, néolimbiques et préfrontaux. Le « reptilien » (en rouge sur le schéma) est la partie la plus archaïque de notre cerveau. En état de stress, il va provoquer 3 comportements instinctifs et inconscients pour assurer la survie. Tout animal ou toute personne face au danger va : chercher à s’échapper ou se cacher (fuite)chercher à impressionner l’autre, combattre (lutte)faire le mort, essayer de se faire oublier (inhibition d’action) Vous en avez un exemple dans la vidéo suivante. Un impala plus malin qu’un guépard et une hyène par je_taime_homri Comment cela se traduit chez nous ? Prenons l’exemple des examens oraux. Cindy

Related: