background preloader

La Perspective Actionnelle

La Perspective Actionnelle
Mettre l'accent sur l'utilisation de la langue :- Apprendre à agir- Agir pour apprendre Tout acte de parole répond à un objectif et remplit une tâche. On ne parle pas pour ne rien dire (enfin, en général...). Adopter une approche actionnelle dans notre enseignement, c'est entraîner nos élèves à accomplir des tâches à l'aide de l'outil linguistique, de la plus élémentaire, faire passer son message dans un énoncé unique, jusqu'à la réalisation en groupe d'un projet complexe à long terme. Loin de la vision pragmatique anglo-saxonne d'une langue utilitaire où un acte de parole répond à un besoin (les petits anglais iront faire du tourisme en France? On leur apprend donc l'ABC du parfait touriste). Un acte de parole peut répondre à un besoin, certes, peut transmettre une idée, sans aucun doute, mais il véhicule aussi et peut-être surtout des sentiments et des émotions.

http://domisweb.free.fr/cadre/index.php/tasks/index

Related:  La perspective Actionnelle

Comment un manuel, avec ses limites structurelles, peut-il intégrer la perspective actionnelle ?, par Christian Puren Conférence de Christian PUREN donnée lors de la journée d’étude du GERES « Innovations didactiques dans l’enseignement-apprentissage de l’espagnol de spécialité grâce aux ressources technologiques » le 16 juin 2011. Après avoir énoncé les fonctions que remplit un manuel, cette communication montre de quelle façon ces fonctions sont un obstacle à l’utilisation du manuel dans la perspective actionnelle. Non seulement manuels et perspective actionnelle sont en contradiction en regard de ces fonctions, mais qui plus est, la conception même d’un manuel intégrant cette approche semble impossible. En effet, la perspective actionnelle tend vers la pédagogie de projet, ce qui implique un niveau de granularité et de complexité que le manuel peut difficilement offrir. L’unité didactique du manuel (qui est son atout) s’accommode mal avec le panel des méthodologies auxquelles la pédagogie de projet fait appel.

"Explication de textes et perspective actionnelle : la littérature entre le dire scolaire et le faire social", par Christian PUREN Christian PURENUniversité de Tallinn (Estonie),christian.puren@tlu.eeUniversité Jean Monnet de Saint-Étienne (France),christian.puren@univ-st-etienne.frCELEC-CEDICLEC, www.dlc.sup.fr Télécharger l’article au format doc Télécharger l’article au format PDF Puren, C.: Enseigner et apprendre les langues sur un mode qui change avec le monde Enseigner et apprendre les langues sur un mode qui change avec le monde: l’exemple du passage de l’approche communicative à la perspective actionnelle De l’approche communicative à la perspective actionnelle : continuité, ou changement ? Les auteurs du Cadre européen commun de référence pour les langues (désormais CECR) ne sont pas très explicites sur ce sujet, mais pour la plupart des commentateurs, la perspective actionnelle (PA) se situerait dans le prolongement naturel de l’approche communicative (AC).

Langue vivante - Enseigner les langues à l'école Langues étrangères Les programmes, publiés en 2007, fixent les objectifs à atteindre pour chaque cycle, pour les compétences de communication et pour la connaissance de la culture des pays où la langue est parlée. Ils concernent 8 langues : allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, italien, portugais et russe. À l'issue de l'école primaire, les élèves doivent avoir atteint le premier niveau du CECRL, le niveau "A1". Ils sont alors capables de communiquer de façon simple, si l'interlocuteur parle lentement et distinctement. Pour les cycles 2 et 3, l'enseignement des langues se déroule sur 54 heures annualisées.

Perspectives actionnelles et perspectives culturelles en didactique des langues-cultures : vers une perspective co-actionnelle co-culturelle, par Christian PUREN Article paru dans le n° 3/2002 des Langues modernes, juil.-août-sept. 2002, pp. 55-71, intitulé « L’interculturel » (Paris, APLV, Association française des Professeurs de Langues Vivantes). par Christian Puren- Université Jean Monnet, Saint-Étienne christian.puren@univ-st-etienne.fr Résumé Dans cet article, l’auteur passe en revue la succession, dans l’enseignement scolaire français des langues étrangères, des différentes méthodologies constituées, en montrant comment chacune s’est construite sur un mode d’adéquation entre sa perspective actionnelle (à savoir les actions qu’elle prépare les élèves à réaliser en langue étrangère) et sa perspective culturelle (à savoir les compétences culturelles auxquelles elle prépare les élèves). Mots clés Méthodologies, approche communicative, interculturel, perspective actionnelle, co-action, co-culturel « La pensée naît de l’action pour retourner à l’action. »Henri Wallon, De l’acte à la pensée, 1942.

La chronique de Lyonel Kaufmann : Piéger les élèves ou les former avec les médias sociaux ? Pendant que certains préfèrent pourrir le web et piéger leurs élèves, il reste des allumeurs de réverbères qui cherchent heureusement à élever leur élèves à la culture et au savoir historique en se saisissant des médias sociaux. L’affaire de l’enseignant pourrisseur du web [1] et de ses élèves en fournissant, via le web, et en particulier Wikipedia, des fausses informations au nom de la défense de la culture, avec un grand C, et de la nécessité pour les élèves d’apprendre à penser avant d’aller sur le web en dit long sur la perception d’un grand nombre d’enseignants à vivre l’école comme une citadelle assiégée et leur peur d’enseigner avec les médias sociaux, voire d’enseigner tout court. [2] Nul doute qu’enseignant au moment de l’arrivée de cette nouvelle technologie qu’a été en son temps le livre, cet enseignant et ses congénères prôneraient également que leurs élèves doivent apprendre à réfléchir par eux-mêmes avant de lire leur premier livre! Le principe est simple. Notes

"Apprendre et enseigner les langues dans la perspective actionnelle : le scénario d'apprentissage-action", par Claire Bourguignon Conférence donnée le 7 mars 2007 à l’Assemblée Générale de la Régionale de l’APLV de Grenoble, par Claire Bourguignon, Maître de conférences HDR, IUFM de l’Académie de Rouen claire.bourguignon@rouen.iufm.fr Dans le même temps qu’un rapport de l’Inspection Générale souligne que « la médiocrité des performances françaises [en langues], inférieures à celles des autres pays, constitue un défi à relever » [1], le Cadre européen commun de référence invite les enseignants à « prendre en considération un choix d’options plus large ou à mettre en question les hypothèses traditionnelles sur lesquelles ils fonctionnent et qu’ils n’avaient pas examinées auparavant. » (CECR p. 21) C’est face à la constatation de l’Inspection générale - qui ne date pas de janvier 2007 mais remonte à 1996 (date de la première étude conduite au niveau européen !)

L'élève français, ce cancre en langues étrangères LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia Dans les enquêtes internationales, les élèves français ne sont guère habitués à briller. Une étude européenne sur les compétences linguistiques - la première d'une telle ampleur - menée à l'initiative de la Commission européenne auprès de 54 000 lycéens, dans 14 pays, force encore le trait : les Français se classent derniers... ou presque.

Related: