background preloader

LA MOTIVATION

LA MOTIVATION
Related:  motivationapprendre

Des conditions à respecter pour susciter la motivation des élèves Pour que les élèves cherchent à s'améliorer, il faut bien sûr que la motivation soit au rendez-vous. De manière à susciter cette motivation chez les élèves, voici une proposition qui a déjà fait l'objet d'une expérimentation à l'enseignement supérieur. Rolland ViauDépartement de pédagogie, Université de Sherbrooke L'analyse des récentes recherches sur la motivation à apprendre en contexte scolaire, nous fait voir que les quatre facteurs qui influent le plus sur la dynamique motivationnelle des élèves en classe sont les activités d'apprentissage que l'enseignant propose, l'évaluation qu'il impose, les récompenses et les sanctions qu'il utilise, et lui-même, de par surtout sa passion pour sa matière et le respect qu'il porte à ses élèves. Nos travaux sur la motivation dans l'apprentissage du français nous ont amené à porter une attention particulière à l'un de ces facteurs : les activités d'apprentissage proposées aux élèves en classe. Dix conditions pour motiver Être authentique BROPHY, J.

50 conseils pour développer l'envie d'apprendre L’intention initiale de cette série de conseils est le partage le plus large d’idées, de valeurs et de pratiques pédagogiques auprès d’une communauté de formateurs. Ce dispositif fait partie d’une nouvelle génération d’approches qui visent à aider les éducateurs, formateurs, apprenants, concepteurs de cursus à utiliser des ressources libres et à les intégrer à leurs propres fins. Ce type de dispositif n’obéit pas à une logique « d’objectifs » ou de « validation », ou encore à un « modèle économique ». « #50conseils » est basé sur : Le hashtag "#50conseils" vous permettra de retrouver plus facilement le chemin vers les conseils proposés. L’engagement et les ressources du formateur Conseil n°1 : Visez l’apprenance plutôt que le transfert, le savoir plutôt que la connaissance. - ressource associée Conseil n°2 : Cultivez la posture du don, du plaisir et de l’échange - ressource associée Conseil n°3 : Partagez et apprenez sans cesse : l’exemple est contagieux. L’apprentissage en groupe.

Comment j’apprends ? – Veille et Analyse TICE Au moment où on entend parler de plus en plus des moocs et autres classes inversées, il est toujours intéressant de revenir à des fondamentaux ! Or dans notre domaine de spécialité, ce qui est fondamental c’est le sujet qui apprend (cf la vidéo de cloture du mooc itypa2 dans l’échange que j’ai eu avec Marcel Lebrun). Les méthodes d’enseignement sont-elles capables de transformer les formes de l’apprentissage des sujets ? Pour revenir aux fondamentaux, regardons simplement comment chacun de nous apprend. Mais le problème initial est que l’école a tout déformé ou formaté. La question qui se pose à chacun de nous est donc de comprendre comment on apprend soi même. Dans un contexte numérique qui ouvre des accès à des ressources quasiment infinies, les systèmes formels sont désarmés et mis en concurrence. Entre les deux extrêmes que je viens d’évoquer, il y a les propositions types MOOCs ou Classes inversées qui fleurissent. A suivre et à débattre

Méthode Decroly Pédagogue, psychologue et professeur de psychologie de l’enfant, Ovide Decroly est un médecin-éducateur à l’origine d’une méthode nouvelle d’enseignement. Les idées maîtresses de sa pédagogie reposent sur les centres d’intérêt de l’enfant, l’observation et la globalisation. A l’heure actuelle, ses principes profitent encore à de nombreux élèves. A la recherche d’une vocation Ovide Decroly Jean-Ovide Decroly naît le 23 juillet 1871 à Renaix dans un milieu bourgeois. Etudiant brillant, Decroly s’intéresse à l’anatomie pathologique avant de découvrir la médecine mentale. En 1898, il revient en Belgique et s’installe à Bruxelles où il poursuit des recherches sur les maladies mentales et sur l’anatomie pathologique du cerveau. De la théorie à la pratique En cette fin de 19e siècle, la population des villes vit dans une grande misère et le bien-être des enfants n’est pas un souci prioritaire. Le Dr Decroly au travail Ecole de l'Ermitage Cette thèse, le Dr Decroly va la démontrer avec succès.

Climat motivationnel instauré par l’enseignant et implication des élèves en classe : l’état des recherches 1 En témoigne le Miroir du Débat qui reflète ce que les Français on dit de leur école. Il contient la (...) 1« Motiver, motiver, comment les motiver » titrait Le Monde de l’Éducation dans son numéro d’avril 2004, se faisant l’écho de la fameuse « question 8 » du « Grand débat sur l’école » organisé par Luc Ferry le ministre de l’Éducation nationale de l’époque. 2 Bien que proche, ce dernier ne se confond pas avec « l’effet-classe » qui intègre d’autres éléments (...) 2Sensibles à cette préoccupation sociale grandissante, les travaux en psychologie de l’éducation se sont multipliés ces vingt dernières années sur le thème de la motivation. 3L’objectif de cette revue de littérature est précisément de montrer que le climat motivationnel instauré par l’enseignant dans sa classe constitue une variable importante à analyser pour comprendre l’investissement motivationnel des élèves à l’école. Postulats théoriques 8Initialement développée dans le champ de l’éducation grâce aux propositions de C.

Quelle place accorder à l’erreur dans sa pratique pédagogique ? Au plus près des besoins de l’enfant – Accompagner l’élève Quelle place accorder à l’erreur dans sa pratique pédagogique ? Un texte de Daniel Calin À l’école, les erreurs ont longtemps été des fautes. Elles n’étaient pas considérées comme des occasions d’apprendre, mais comme les bases de l’évaluation. Elles étaient suivies d’une correction, dans laquelle les maîtres se contentaient généralement d’amener l’élève à effacer sa faute en lui substituant la bonne réponse, dictée par la maître, à la mauvaise réponse qu’il avait produite lorsqu’il était livré à lui-même, lors de la réalisation de l’exercice ou du devoir(1). Quel est le problème ? Selon le modèle pédagogique actuellement dominant, le terme même de faute serait à proscrire, du fait de sa connotation morale négative. Alain anticipe ainsi remarquablement sur la philosophie bachelardienne, dont on s’accorde d’ordinaire à faire l’inspiratrice des pédagogies de l’erreur(3). Qu’on ne s’y trompe cependant pas. Daniel CalinSeptembre 2006

Introduction L'essentiel à savoir pour réussir sans travailler plus mais mieux. "notre chance d’avenir repose sur ce qui fait notre risque présent : le retard de notre esprit par rapport à ses possibilités" Edgar Morin, dans La méthode, tome 3 : La connaissance de la connaissance Si la capacité à apprendre est innée, car dans la nature du cerveau, le "savoir apprendre", qui favorise la réussite et mène à une véritable autonomie, est une compétence complexe qui nécessite d'acquérir une méthodologie d'apprentissage, et d'accepter de modifier ses représentations sur l'apprentissage, et parfois même ses représentations de soi. Tout apprentissage est une transformation profonde, il faut changer pour apprendre et on change en apprenant. Insolite à l'université ? Non, si constatant l'importance de l'échec scolaire, et reconnaissant les limites de l'enseignement traditionnel de type transmissif, le système éducatif repense les notions d'enseignement-apprentissage pour offrir les meilleures chances à chacun.

Une nouvelle génération de formateurs fait son entrée - We Are Learning Pendant que toute une partie des enseignants, des formateurs, des éducateurs et du grand public, s'accroche à la vieille idée, dite de bon sens, que : "sans relations humaines directes, il ne peut pas y avoir de pédagogie valable et performante" ; pendant que toute une partie du monde de l'éducation ricane à l'évocation des e-learning, du blended learning, des MOOC, des serious games, de la gamification, des LMS "avancés"... et attend que cette "mode" se passe ("tout cela finira au placard, comme tant d'innovations techniques") ; pendant tout ce temps là, les formateurs nouvelle génération se forment, se perfectionnent, expérimentent et renouvellent en profondeur la formation professionnelle. Quels sont ces "formateurs nouvelle génération", ces révolutionnaires, nouveaux hussards de la République, qui sont disqualifiés par la masse des bien- pensants ? Ils gèrent à la fois des connaissances, des expériences et de l'intelligence relationnelle Conclusion À propos de

Favoriser la motivation des élèves : conseils d'expert Rolland Viau, professeur émérite à la faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke (Québec), aborde la question de la motivation des élèves au cours d'une conférence publique menée en France au CRDP de Poitou-Charentes le 14 décembre 2011. L'auteur oriente sa réflexion autour de trois grandes questions : Pourquoi l’enseignant doit-il se préoccuper de la motivation de ses élèves ? La responsabilité de l'enseignant Pour Rolland Viau, il importe de se préoccuper de la motivation des élèves sans quoi il ne peut y avoir d'apprentissages significatifs. La dynamique motivationnelle L'auteur distingue trois types de motivation face à une activité d'apprentissage : la première est la perception de la valeur (importance, intérêt, utilité de l'activité pour l'élève). Les facteurs d'influence Des conditions motivationnelles à remplir L'enseignant lui-même Rolland Viau rappelle que l'enseignant lui-même se doit d'être motivé pour être à même de motiver ses élèves. Sources

L’erreur pour apprendre L’erreur est un impondérable de l’acte d’apprendre. Omniprésente, multiforme, pernicieuse, maligne, entêtante, saugrenue, obstinée ou accoucheuse, révélatrice, elle est encore souvent mal perçue et sanctionnée dans notre système scolaire. L’erreur a des statuts divers, elle questionne et interpelle. Si les enseignants ont bien conscience que « l’erreur est un outil pour enseigner », pour reprendre les mots de Jean-Pierre Astolfi, savent-ils pour autant comment s’y prendre ? Vous trouverez dans ce dossier des récits et des méthodes issus des expériences de praticiens, mais aussi des articles abordant les différentes dimensions de l’erreur en pédagogie. Au fil de votre lecture, vous découvrirez ce qui se cache derrière les perles de nos élèves avec Alexandra, sur quoi s’appuient Sabrina, Soukhaïna et Selin pour justifier l’orthographe d’un mot, ce que le mont Blanc a à voir avec la géométrie et ce que pensent des élèves de CP de l’utilité de faire des erreurs.

L'empathie de l'enseignant, source de réussite scolaire Pour renforcer la motivation et les compétences des élèves, la clé du succès tient en un mot : empathie ! C’est ce que tend à démontrer une étude de grande ampleur menée par trois universités finlandaises (1). Depuis 2006 et jusqu’en 2016, les chercheurs suivent les parcours de plusieurs milliers d’enfants, en se focalisant sur les interactions avec leurs professeurs, ainsi que les coopérations entre parents et enseignants. Ces relations peuvent-elles expliquer les bons résultats du système scolaire finlandais dans le cadre du programme Pisa de l’OCDE ? Selon les premiers résultats de l’enquête, l’attitude empathique et chaleureuse de l’enseignant agit favorablement sur la motivation et les compétences des enfants, aussi bien en lecture, écriture ou arithmétique.

29:1:03 - Les futurs enseignants confrontés aux TIC. Les futurs enseignants confrontés aux TIC : changements dans l'attitude, la motivation et les pratiques pédagogiques Résumé La présente étude porte sur les tendances, enjeux et défis liés à l'intégration des TIC dans la formation à la profession enseignante et dans la pratique enseignante. Elle a pour objectif de mieux comprendre le changement opéré chez les futurs enseignants confrontés aux TIC (à partir de l'innovation pédagogique que représente les cours « en ligne »), sur le plan de leur motivation face à l'intégration des TIC en pédagogie universitaire, de leurs attitudes face à ce nouveau mode d'apprentissage, de leurs pratiques pédagogiques en salle de classe. Les premières « expériences » de cours en ligne ont eu lieu à l'automne 1998. Les résultats présentés sont donc basés sur des données recueillies entre septembre 1998 et mai 2000 (quatre sessions). Abstract Resumen Introduction Contexte et objectif de l'étude [...] Problématique Cadre théorique

Qu'est ce qu'apprendre ? "Qu'apprend-on exactement à l'école ? Comment apprend-on ?" Ce sont ces questions centrales pour l'éducation que la revue Administration & Education soulève à travers une mise en parallèle d'approches différentes qui rendent ce numéro (2016 n°4) particulièrement intéressant. A l'entrée par les sciences cognitives, privilégiée dans ce numéro, s'oppose presque une analyse toute en finesse des programmes de maternelle par Viviane Bouysse. Chercheurs et enseignants "Une solide connaissance des processus , des obstacles épistémologiques et des conditions favorables à la construction des savoirs parait aujourd'hui indispensable à la professionnalité des enseignants... C'est Olivier Houdé (Université Sorbonne Paris Cité) qui ouvre la première partie du numéro qui donne la parole aux sciences cognitives. Beaucoup est dit dans ces deux phrases sur les rapports entre chercheurs et enseignants. Apports des neurosciences Apprendre avec le numérique ? François Jarraud Qu'est ce qu'apprendre ?

La différenciation pédagogique

Related: