background preloader

Le « musée-Légo »

Le « musée-Légo »
Le Musée-Légo est un musée ouvert et accessible de façon la plus disponible possible, adapté aux modes de vie des visiteurs. Un musée en réseau et multi-plateformes, présent là où les visiteurs et les communautés le sont (en ligne et hors ligne). Un musée ludique où la relation aux oeuvres est décomplexée et créative. Il n’est pas réservé à ceux qui “savent se tenir” sur le mode exclusif de la contemplation. Les modes d’accès à la connaissance et aux oeuvres par le mental, les émotions, les relations, le geste… sont multiples et adaptés aux envies des visiteurs. Autrement dit, le musée-Légo n’est plus un “musée-cathédrale” mais un “musée-bazar” – pour reprendre la métaphore (2) du logiciel libre – où chacun pourrait trouver “sa” place de façon organique dans un projet culturel commun. Une démarche globale Si la démarche ouverte et participative est souvent influencée par les pratiques du web, elle doit se déployer au-delà pour faire partie de la politique du musée dans son ensemble. 1.

5 Ways Museums Are Reaching Digital Audiences If the last time you were in a museum you were being shuffled in a single-file line by an aging docent, you may be surprised by the dynamic lives these institutions lead in the digital world. New platforms are allowing museums to break free of the confines of the academic ivory tower and engage with their communities like never before. Ian Padgham, former social media guru of the San Francisco Museum of Modern Art says museums started flocking to social media in 2009. Museums initially used social media just to advertise events and exhibits, but quickly jumped into a world of interactive education and user generated content. From interactive SCVNGR challenges to crowdsourcing information about works of art, more museums are becoming digital savvy destinations. 1. The traditional experience of perusing exhibits can now become a dialogue, thanks to real-time information networks. During one visit, for example, Museum Nerd asked @MuseumModernArt why there was so much dust in an exhibit. 2.

Kit de démarrage du #muséogeek Je reçois souvent des demandes d’étudiants en histoire de l’art, en muséologie, en communication, parfois même en marketing pour relire leur note d’intention ou leur mémoire – encore plus depuis que j’ai commencé à travailler pour le musée du quai Branly. Et tout comme des professionnels, des étudiants, des mentors m’ont aidé il n’y a pas si longtemps, je fais de mon mieux pour les aider. Aussi, j’ai pensé que le plus simple serait encore de rassembler quelques ressources qui me semblent fondamentales pour aborder le numérique au musée. C’est donc une approche très généraliste, non spécialisée que je propose ici. N’hésitez pas à en proposer d’autres en complément dans les commentaires. "So you want to become an apprentice?" Quelques lectures pour bien démarrer Les lieux pour échanger au quotidien Les blogs à suivre en France Les blogs et personnes à suivre à l’étranger Personnes à suivre sur Twitter Conférences et événements réguliers Conférences et événements passés Like this:

5 idées reçues sur l’usage des mobiles dans la culture scientifique Les Rencontres Culture Numérique viennent de se dérouler, ouvrant de nombreuses pistes pour la médiation numérique. Pour l’occasion, Camille Cocaud nous partage ses recherches sur l’utilisation des mobiles dans la culture scientifique, enrichies de discussions ayant eu lieu pendant Caméras Mobiles. Les téléphones portables, quasi inexistants il y a encore vingt ans, sont devenus en 2012 omniprésents (voire indispensables). Inspirés par le célèbre Communicator du Captain Kirk de Star Trek, ils sont arrivés en France en 1992 avec le Bi-Bop, se transformant au fil des années pour devenir des mini ordinateurs hyper sophistiqués (détection de mouvement, interface tactile multipoint, géolocalisation, etc.) Les chiffres de pénétration du marché ont de quoi donner le tournis à tous les observateurs de tendances… Selon Charles de Laubier (2), l’écran des « téléphones » mobiles est devenu l’écran le plus regardé au monde, en faisant le premier média mondial. 1. La parade ? 2. La parade ? 3. 4. 5.

Kit de démarrage du #muséogeek | Réflexions sur le numérique au musée Je reçois souvent des demandes d’étudiants en histoire de l’art, en muséologie, en communication, parfois même en marketing pour relire leur note d’intention ou leur mémoire – encore plus depuis que j’ai commencé à travailler pour le musée du quai Branly. Et tout comme des professionnels, des étudiants, des mentors m’ont aidé il n’y a pas si longtemps, je fais de mon mieux pour les aider. Aussi, j’ai pensé que le plus simple serait encore de rassembler quelques ressources qui me semblent fondamentales pour aborder le numérique au musée. « So you want to become an apprentice? Quelques lectures pour bien démarrer Les lieux pour échanger au quotidien Les blogs à suivre en France Les blogs et personnes à suivre à l’étranger Personnes à suivre sur Twitter Conférences et événements réguliers MuseumNext, cette année à Barcelone, du 23 au 25 mai 2012 (c’est-à-dire depuis hier et jusqu’à demain).Museum and the web, cette année à San Diego, du 11 au 14 mars 2012. Conférences et événements passés J'aime :

Bienvenue sur le Wiki de MuzeoNum Faut-il "flipper" ? Flipping Classroom On parle de tectonique des plaques, de tremblement de territoires, de changement de paradigme, de grand switch dans l'organisation de nos sociétés et voici que l'univers bien clos de la classe (n'évoquait-on pas en France il n'y a pas si longtemps une école sanctuaire construite sur des fondamentaux ?) se renverse avec ce « nouveau » concept de « Flipping class ». Vraiment si renversant ? Pour de nombreux enseignants la notion n'a rien de bien nouveau : afin d'échapper à la « leçon » magistrale, ou ce qu'on appelle la lecture en université, il y a mille façons de mettre en activité un groupe d'élèves ou d'étudiants : recherches en bibliothèque ou sur internet, projets, discussions, travail en ateliers à partir de documents de tous types qui peuvent avoir été consultés préalablement à la séance. Le travail en amont, avant d'arriver en cours, s'il n'est pas très familier en France est plus courant dans les pays anglo-saxons. De quoi parle-t-on au juste ?

Une timeline pour 1000 ans d'histoire Tour à tour palais royal, prison, site d’exécution, arsenal, hôtel de la Monnaie, ménagerie et trésorerie, l’histoire de la Tower of London (Tour de Londres) se confond avec celle de la Grande-Bretagne. Sa construction a débuté en 1066 et vers 1078, Guillaume le Conquérant éleva la « Tour blanche » pour protéger Londres et asseoir son pouvoir. Le monument abrite les Joyaux de la Couronne, les armoiries, héberge les Yeoman Warders (hallebardiers de la Garde royale) et des corbeaux, mais elle est avant tout le symbole d’un millénaire d’histoire britannique. Théâtre d’exécutions capitales et de scènes d’horreur, elle fût témoin de faits historiques tels que l'exécution d'Anne Boleyn en 1538, la torture de Guy Fawkes en 1605, l'assassinat des deux Princes de la Tour en 1483 et le Grand Incendie de Londres en 1666. La Tour a également inspiré de nombreux contes et légendes où fantômes, Beefeaters (autre nom Yeoman Warders) et mythiques corbeaux s’entrecroisent.

Qui sont les #museogeeks ? | Réflexions sur le numérique au musée Suite à mon interview par Gayané Adourian pour le Knowtex Blog, il me trotte dans la tête depuis quelques mois d’écrire sur les #museogeeks, l’histoire et les caractéristiques de la communauté, ses membres et les trois principales initiatives qui en sont issues. Alors que ces projets se structurent de plus en plus, il me semble intéressant de commencer, dès à présent, une sorte d’archéologie de cette communauté dynamique aux contours fluctuants. Mise à jour de juin 2014 : suite à la rencontre des #museogeeks dans le cadre de Futur en Seine, j’ai mis à jour certains éléments, notamment les éditions de Museomix et les initiatives listées dans la conclusion. Les #museogeeks Les caractéristiques de la communauté La petite histoire… En ce qui me concerne, ma véritable entrée dans la communauté date du mois de février 2011, où j’ai participé au test de la bataille du Centre Pompidou, dispositif préparé à l’occasion de la Nuit des musées 2011. Les cinq initiatives Museomix Muzeonum Et demain ?

Omer Pesquer ::: Consultant culture + numérique ::: Paris Qu'est-ce que la classe inversée ? Depuis 2012, les expériences de classe inversée se multiplient et sont de plus en plus médiatisées. Née outre-Atlantique en 2004, la pédagogie inversée a été popularisée deux ans plus tard par Salman Khan et son académie virtuelle dont le principe est de « fournir un enseignement de grande qualité à tous, partout » en publiant sur le web des mini-leçons gratuites et stockées sur YouTube. L’objectif de Salman Khan est d’utiliser les vidéos pour réinventer l’éducation. C’est ce qu’il explique dans cette conférence TED « en démontrant le pouvoir des exercices interactifs et en appellant les enseignants à réviser le contenu d’une classe traditionnelle – en donnant aux étudiants des conférences vidéos à regarder à la maison, et en faisant les « devoirs » dans la salle de classe avec l’enseignant disponible pour apporter de l’aide. » Ce Prezi d’Adeline Colin revient sur la philosophe de la classe inversée et sur sa mise en pratique. article 1 : leurs motivations, les effets constatés

Les nouveaux usages : Museomix ou le musée dépoussiéré Museomix est un concept original , né en France, et qui permet d’ouvrir le musée poussiéreux à tout à chacun. Les Français ont plein d’idée, c’est la richesse. Et la France est riche de son histoire, de ses monuments, de ses grands Hommes. De sa culture, et de son patrimoine. Museomix est ainsi une approche moderne : De manière collaborative : j’agis , je ne suis pas passif devant un tableau. Ainsi l’oeuvre artistique retrouve tout son sens : l’art n’est pas un tableau poussiéreux à analyser. Il doit être un choc, une émotion, un questionnement pour le visiteur. La vision de Museomix est ambitieuse : Sur la feuille de route de ses principes, clairs : " Un musée ouvert où chacun trouve sa place, Un musée labo vivant qui évolue avec ses utilisateurs, Un musée en réseau auprès de ses communautés" MuseoMix en pratique. La première édition a eu lieu en novembre 2011, au musée des Arts décoratifs. Les dispositifs pédagogiques produits sont exposés pendant une semaine. Le temps est suspendu.

Related: