background preloader

Fing: Innovation monétaire

Fing: Innovation monétaire

Plusieurs alternatives au remboursement de la dette publique Imaginons qu’en 2012, le nouveau Président décide de rembourser, autant que faire se peut, la dette publique. Bien évidement il se rendra compte que les administrations publiques, ne pouvant déjà pas payer plus de 50 milliards d’intérêt par an sur une dette qui sera à fin 2011 de plus de 1700 Md€, ne peuvent non plus absolument pas rembourser un centime du capital formant la dette, même en diminuant d’une façon considérable le nombre de leurs fonctionnaires et en réduisant de toute part les dépenses (car la réduction des revenus de tous, c’est en même temps la réduction de leurs dépenses, donc une baisse du PIB, donc une baisse des recettes fiscales), même en augmentant les impôts des classes moyennes déjà exsangues (avec également la conséquence sur l’activité), et que donc il ne reste qu’une seule solution : la monétisation directe par la Banque de France. Las, c’est interdit… doublement interdit. D’abord par une loi française, l’article L141-3 du code monétaire et financier. Like this:

REFEDD - Réseau français des étudiants pour le développement durable Le Protectionnisme et Michel Husson : commentaires sur quelques erreurs de l’anti-protectionnisme L’article de Michel Husson met en cause la pertinence du protectionnisme comme solution (partielle) à la crise que la France, mais aussi d’autres pays développés, connaît. Cet article contient des choses justes, des choses discutables et des choses qui sont fausses. C’est uniquement sur ces deux dernières catégories que j’interviendrai, car il n’y a guère de sens à répéter ce sur quoi, Husson et moi, sommes d’accord. Je tiens cependant à souligner dès le commencement deux points importants. Tout d’abord, je n’ai jamais prétendu et, à ma connaissance, il en va de même pour Bernard Cassen, Jean-Luc Gréau, Frédéric Lordon et Emmanuel Todd, que la concurrence internationale était la cause de tous nos maux. Ensuite, il convient de redonner aux mots leur sens. Le premier point de désaccord porte sur l’influence de l’ouverture sur les gains salariaux. C’est bien au nom de la « contrainte extérieure » que le tournant Mitterrand-Delors est mis en place. Schéma 1 Tableau 1 Août 2011 Jacques Sapir

TAOA REMBOURSER LA DETTE SANS APPAUVRIR LES CITOYENS - Le blog de rembourser-la-dette-publique-sans-appauvrir-les-ci Cet article vise à montrer l'intérêt d'un principe fiscal juste et efficace pour éviter la faillite d'Etats surendettés. L'application de ce principe permettrait de rembourser le plus rapidement possible les dettes publiques sans appauvrir les citoyens et sans réduire encore la croissance économique par les politiques de réduction de dépenses publiques et de hausses d'impôts qui commencent à être engagées. 1) Des peuples piégés par la mauvaise gestion de leurs dirigeants depuis des décennies Un certain nombre d'Etats occidentaux, après des décennies d'irresponsabilité budgétaire et de démagogie fiscale, se trouvent maintenant piégés par un niveau d'endettement trop élevé.. D'où l'engagement actuel de politiques de moindre laxisme budgétaire pour tenter de rassurer ces marchés financiers. 2) Des Etats occidentaux qui ne se sont pas adaptés aux exigences de la mondialisation économique 3) Epuisement des marges de manoeuvre en matière budgétaire et monétaire Or, que constate-t-on ? Economiste

TAOA | There Are Other Alternatives Vers une économie de la contribution La solution du capitalisme à bout de souffle pourrait bien être à chercher du côté des logiciels libres. Bernard Stiegler, philosophe, appelle à passer "du consumérisme toxique à une économie de la contribution". Ce n’est plus un secret pour personne : le capitalisme est en train d’être dévoré par ses propres effets toxiques. Aujourd’hui, l’association comporte plus de 500 membres, économistes, philosophes, informaticiens et toxicologues (car le capitalisme est devenu “addictif” et “pulsionnel”) confondus et ne semble pas s’être trompée de sonnette d’alarme. Malaise du consumérisme L’homme habite un petit moulin industriel reconverti en maison à Epineuil-le-Fleuriel, au beau milieu de la France paysanne. Au 20ème siècle, un nouveau modèle s’est substitué au capitalisme industriel et productiviste du 19ème : le consumérisme, qu’on assimile au Fordisme et qui a cimenté l’opposition producteur/consommateur. Le problème du capitalisme, c’est qu’il détruit nos existences. Poison et remède

215 – Résumé 100% monnaie Nota: Ce texte est paru le 25 juillet 2011 sur le blog « Financer l’avenir » de La Fondation pour la Nature et l’Homme Nous l’avions déjà cité sur ce blog Le « 100% monnaie » n’est pas (encore) dans un quelconque programme politique, mais il est probable que vous en entendrez de plus en plus parler. Il a donc semblé intéressant de vous faire partager un résumé concernant cette possible « révolution » monétaire et bancaire. Aujourd’hui Le secteur bancaire n’est pas une industrie comme les autres car son fonctionnement produit des « externalités » qui peuvent être dommageables pour les autres secteurs, et le produit qu’il crée, la monnaie, n’est pas un produit comme les autres car il permet d’exercer sur les marchés un pouvoir d’achat déstabilisateur . Il existe une différence fondamentale entre les deux types de monnaies que nous utilisons, nous les « agents non bancaires » (État, entreprises et ménages). De cette description, il faut retenir 2 points essentiels: Réponses aux objections 1.

TCSM - Une réforme pour soutenir l'emploi TCSM - Proposition de réforme des contributions sociales pour un accès au travail plus facile et soutenir l’activité. Taux de Contribution Sociale Maximum Le site du TCSM se propose de montrer comment nous pourrions réajuster la logique de nos contributions sociales afin d’obtenir davantage d’emplois, sans dépenser davantage, menacer les salaires, ni tout bouleverser dans notre organisation. Suivant la configuration actuelle de notre système, on agrandirait considérablement le périmètre de l’activité praticable en France si nous plafonnions les contributions attachées aux salaires en fonction de la valeur ajoutée qui est produite par les employés dans chaque entreprise, plutôt qu’en attachant les exonérations de charges aux demandeurs d’emploi ou à toutes les entreprises, quelles que soient leurs profitabilités, comme le font le plus souvent les dispositifs retenus jusqu’à présent. La deuxième catégorie d’aide à l’emploi s’adresse aux entreprises.

Related: