background preloader

Le marché français du e-commerce de prêt-à-porter en 2018

En France, le secteur du e-commerce est en pleine croissance, en effet, les 37,5 millions de cyber-acheteurs français ont dépensé, pas moins de 92,6 milliards d’euros en 2018. Des chiffres en constante augmentation, notamment avec l’explosion du “m-commerce” (achats sur mobile et tablette). Parmi les produits les plus achetés sur internet, le prêt-à-porter reste le produit en ligne privilégié par les français devant notamment les produits culturels. Durant le premier semestre de 2019, le E-Commerce de prêt-à-porter a su s’imposer dans la vie des consommateurs, avec une dépense moyenne de 150€ par achat, et 3 milliards € de chiffre d’affaires généré sur les 6 premiers mois de l’année. Le marché du prêt-à-porter en ligne a connu un bond de +8.4% entre mars 2018 et mars 2019. Ainsi, nous allons nous pencher sur ce secteur pour faire ressortir quelques-uns de ses acteurs. Veepee ;Zalando ;Showroomprivé ;ASOS ;La Redoute. Veepee Veepee est l’un des acteurs principaux du E-Commerce en France.

https://www.ecommerce-nation.fr/marche-ecommerce-pret-a-porter-2018/

Related:  Mode/vêtementsmetiers de la relation clientanalyse du marchéEconomie

Julien Fournié, grand couturier et fan de nouvelles technologies - 100 % création Publié le : 12/07/2020 - 11:35Modifié le : 13/07/2020 - 15:24 Passionné par la couture et le dessin, Julien Fournier se veut le garant d’un savoir-faire traditionnel, tout en projetant son métier dans le futur. « C’est une histoire de concours de circonstances, de destin, et de désir », explique Julien Fournier.

Palmarès des enseignes : les champions de l'habillement et des accessoires La baisse n'en finit pas. En 2008, les ventes de vêtements en France pesaient encore 30,9 milliards d'euros. L'an dernier, elles étaient tombées à 28 milliards. Et 2016 s'annonce déjà mal.

Les chiffres clés de la mode française - Boutique2Mode A l’image du marché français de l’habillement, qui a connu une forte chute de son activité en 2018 (-2,9%), la consommation de prêt-à-porter féminin a elle aussi chuté en France l’année passée, même si ce recul est plus contenu (-2%). Mauvaise météo, effet « gilets jaunes », nouvelle répartition du budget des ménages… les causes de cette désafection des Françaises pour les articles de mode sont nombreuses. Sans compter le poids toujours plus important des produits à prix barrés, qui plombent les marges des entreprises de mode. En 2018, la part des soldes et promotions a en effet encore gagné du terrain (51,3 % en volume), soit une augmentation de 10 points depuis 2012 ! La Fédération Française du prêt-à-porter féminin a ainsi évalué à 12,4 milliards d’euros les achats des Françaises âgées de 15 ans et plus en 2018 dans le prêt-à-porter femme.

En Ethiopie, les petites mains de H&M ou Calvin Klein gagnent 23 euros par mois Les salariés des usines de vêtements d’Ethiopie, qui travaillent pour des marques comme Guess, H&M ou Calvin Klein, sont les moins bien payés au monde, avec seulement 26 dollars (23 euros) par mois, selon un rapport rendu public mardi 7 mai. L’Ethiopie, qui ambitionne de devenir le principal centre manufacturier du continent, a séduit les investisseurs en mettant en avant la disposition des salariés à travailler pour moins du tiers du salaire des travailleurs du Bangladesh, affirme le rapport du Centre Stern pour les affaires et les droits de l’homme de l’université de New York. Selon cette étude intitulée « Fabriqué en Ethiopie : les défis de la nouvelle frontière de l’industrie du vêtement », les salariés du Bangladesh, notoirement mal payés, gagnent 95 dollars par mois, ceux du Kenya 207 dollars et ceux de Chine 326 dollars. Lire le décryptage : De la ferme à l’usine, la nouvelle vie des ouvrières éthiopiennes Lire notre reportage : L’Ethiopie, nouvelle usine du monde

L’industrie textile en France : une production mondialisée, sauf pour les produits de luxe et les textiles techniques - Insee Première - 1714 Les produits français : traditionnels, mais aussi innovants L’industrie textile – industries de l’habillement, de la fabrication textile, du cuir et de la chaussure – génère une valeur ajoutée de 5,2 milliards d’euros en 2015. Elle représente 2,3 % de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière en France et emploie 103 000 salariés. Entre 1996 et 2015, elle perd 51 % de sa production, 40 % de sa valeur ajoutée, et 66 % de ses effectifs salariés (bibliographie). Ce repli n’est pas spécifique à la France, même s’il y est plus marqué que chez ses partenaires européens : – 25 % en valeur ajoutée en Allemagne, – 14 % en Espagne et – 8 % en Italie. Par ailleurs, les importations françaises de produits textiles ont doublé sur la période tandis que les exportations n’ont crû que de 62 % (figure 1).

Succès de Vinted: un danger pour la fast fashion (H&M, Zara)? Acheter des vêtements d’occasion est devenu très tendance, et le phénomène devrait se confirmer. Les consommateurs, toujours plus friands de fripes et de bonnes affaires ont aussi des préoccupations environnementales. Sur internet, certains acteurs ne s'y sont pas trompés. Un danger pour les marques de fast fashion comme H&M et Zara. S'offrir des vêtements de qualité et d'occasion n'est plus réservé à certains quartiers chics de Paris où des boutiques spécialisées existent depuis des décennies. BILAN DU MARCHÉ MODE 2018 Achats plus raisonnés, recherche de promotions, montée du sportswear… Kantar Worldpanel dresse le portrait du marché textile en 2018. À l’occasion de son Consumer Day, Kantar Worldpanel a donné les grandes tendances du marché de la mode 2018 (*). En voici les principaux enseignements :

Environnement : les grandes marques de prêt-à-porter s’engagent Zara, H&M, Adidas, Pull&Bear… De grandes marques de prêt-à-porter se sont engagées à respecter davantage l’environnement. Le secteur de l’habillement est la deuxième industrie la plus polluante au monde. Les grands groupes de prêt-à-porter se sont engagés cette semaine a devenir plus éco-responsables. Pour marquer leur bonne volonté, ce ne sont pas moins de 64 marques qui ont répondu à l’appel du Global Fashion Agenda (GFA), une organisation qui travaille en faveur d’un meilleur respect de l’environnement et des ressources dans le secteur de la mode. Chacune a défini des objectifs à atteindre d’ici 2020, avec à chaque fois un modèle de « design circulaire » en tête.  C'est quoi l'élasticité prix ?  Bonjour Keilian (et bonjour à toutes et à tous). Voici notre réponse à votre question "C'est quoi l'élasticité prix ?" La notion clé à retenir : L’élasticité prix est un indicateur qui mesure la réaction de la demande (par exemple des consommateurs) face à une variation du prix d’un service ou d’un produit. L’élasticité-prix est, en règle générale, de signe négatif, car la demande est une fonction décroissante du prix (loi de la demande).

Mode : avec Foundry, l’heure est à la synergie entre créativité et technologie Dans le but d’accélérer les synergies entre créateurs et acteurs du monde digital, certains leaders de l’écosystème de la mode n’hésitent plus à nouer des partenariats avec des acteurs technologiques. C’est le cas de l’International Fashion Academy (IFA) Paris avec le lancement de Foundry, hébergé au sein de l’IFA et dédié à l’innovation dans les métiers de la mode. « Foundry a été créé pour les pionniers de la FashionTech à Paris et dans le monde. C’est un espace où nos startups, entrepreneurs, étudiants et partenaires peuvent se rassembler pour créer, fabriquer et faire la démonstration de la FashionTech », explique Peter Jeun Ho Tsang, directeur de Foundry.

Related: