background preloader

Sérotonine

Sérotonine
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Elle est majoritairement présente dans l'organisme en qualité d'autacoïde. Sa part dans le cerveau où elle joue le rôle de neurotransmetteur ne représente que 1 % du total présent dans le corps[3], mais elle y joue un rôle essentiel[4]. Elle est impliquée dans la régulation du cycle circadien[5] dans le noyau suprachiasmatique (siège de l'horloge circadienne), dans l'hémostase, dans la mobilité digestive et « dans divers désordres psychiatriques tels que stress, anxiété, phobies, dépression ». Histoire[modifier | modifier le code] La sérotonine a été identifiée en 1946, sous le nom d'entéramine[6], par le pharmacologue italien Vittorio Erspamer (1909-1999) dans les cellules entérochromaffines du tube digestif[7]. Localisation[modifier | modifier le code] Localisation des neurones sérotoninergiques. La sérotonine a été identifiée dans la muqueuse gastro-intestinale, dans les plaquettes sanguines et dans le système nerveux central[6].

Sérotonine et autres molécules impliquées dans la dépression Le lithium le régulateur de l’humeur le plus couramment utilisé dans le traitement des troubles bipolaires. Il est efficace chez près des trois quart des patients maniaco-dépressifs. Le lithium est un simple élément qui fait partie du groupe des métaux alcalins comprenant aussi le sodium et le potassium avec qui il partage plusieurs propriétés. Le mécanisme par lequel le lithium parvient à amoindrir autant les phases maniaques que les phases dépressives des troubles bipolaires est encore mal connu. Il pourrait également agir sur un système de second messager dans le neurone post-synaptique. Le lithium inhiberait l’enzyme chargée de transformer l’inositol phosphate en inositol libre, d'où une accumulation d’inositol phosphate qui pourrait avoir de nombreux effets dans le neurone post-synaptique.

Sérotonine et Dépression : attention aux fausses informations ! De fausses informations circulent sur la sérotonine et ses conséquences neurochimiques chez les personnes dépressives. De nombreux articles dans la presse ont souligné le rôle et les liens entre la dépression et la sérotonine. Mais cela a amené un malentendu majeur qui a fait croire à de nombreux dépressifs que le manque de serotonine dans le cerveau est la cause de la dépression. La sérotonine est un composant chimique qui joue un rôle majeur dans les humeurs et dans de nombreuses maladies psychologiques. L’erreur induite par cette découverte du lien entre la sérotonine et la dépression est donc de considérer que le manque de sérotonine cause la dépression et que dès lors la solution se trouve dans la prise d’antidépresseurs rétablissant ce niveau de serotonine. La sérotonine aide également à supporter plus facilement la douleur. La serotonine intervient également dans la régulation du sommeil.

Les bactéries intestinales régulent les taux de l’hormone de l’humeur Escherichia coli, ici à l'image, est la bactérie la plus célèbre de la flore intestinale. On trouve aussi des dizaines d'autres espèces qui profitent de notre système digestif pour se développer. En contrepartie, elles régulent nos taux de sérotonine, qui contribuent au bien-être ! © Janice Haney Carr, CDC, DP Les bactéries intestinales régulent les taux de l’hormone de l’humeur - 2 Photos L’union fait la force. Ce n'est pas le seul impact sur notre organisme puisque des chercheurs de l’University College de Cork (Irlande) viennent de montrer qu’elles régulent également les taux de sérotonine, une molécule jouant aussi bien le rôle de neurotransmetteur que celui d’hormone et qui intervient dans le contrôle de l’humeur. La flore intestinale, gardienne des taux de sérotonine Cette expérience, publiée dans Molecular Psychiatry, fait appel à des souris ayant la particularité d’être dénuées de toute communauté bactérienne. Une thérapie bactérienne contre les troubles de l’humeur

La dépression - Comment les oméga-3 luttent contre la dépression Les suppléments d’EPA et DHA améliorent les symptômes Lorsqu’on donne des suppléments d’huiles de poisson pendant huit semaines, en plus de leur traitement, à des personnes dépressives, on observe dans la plupart des cas une nette amélioration de leurs symptômes.[11] Chez des femmes enceintes qui souffraient de dépression, la prise quotidienne de 4 g d’EPA et de 2 g de DHA a permis d’améliorer les symptômes, au bout de 4 semaines. Au bout de 6 semaines, mis à part l’insomnie et des pensées angoissantes qui survenaient de temps à autre, tout était rentré dans l’ordre. Le pouvoir de l’EPA Différentes doses d’EPA (1 g, 2 g, 4g par jour) ont été testées chez des malades dépressifs résistants aux traitements anti-dépresseurs classiques. Une étude a donné 2 g de DHA seul pendant 6 semaines. Le krill concurrence les poissons gras A côté des poissons gras, il existe une autre source d’oméga-3 d’origine marine : le krill, une petite crevette qui se nourrit de phytoplancton.

Le 5-HTP (5-hydroxytryptophane) restaure les niveaux de sérotonine, agissant ainsi sur l'humeur, les maux de tête ou l'appétit Le tryptophane, précurseur de la sérotonine La sérotonine, la dopamine et la noradrénaline sont les trois principaux neurotransmetteurs “monoamines”. Mono, parce que chacun d'eux est fabriqué à partir d'un acide aminé spécifique. Dans toute alimentation normale à base de protéines animales ou végétales, le tryptophane est le moins abondant des vingt acides aminés alimentaires. Comment sauvegarder votre santé mentale si vous souffrez de SPM ou de symptômes de la ménopause… - Santé mentale De la puberté à la ménopause vous pouvez être victime d’un déséquilibre hormonal qui va affecter votre qualité de vie non seulement physiquement mais mentalement. Quand on parle d’équilibre hormonal, on se réfère à l’équilibre entre les principales hormones stéroïdes, qui sont l’œstrogène, la progestérone et la testostérone. Le syndrome prémenstruel est un signe évident d’un déséquilibre entre ces hormones, presque toujours occasionné par une carence en progestérone due à des cycles Taanovulatoires ou au stress. Chez les femmes à la préménopause, les cycles anovulatoires deviennent de plus en plus fréquents, de là les changements dans le cycle menstruel, les menstruations abondantes, l’apparition des fibromes et de kystes sur les ovaires. La production ovarienne d’œstrogène diminue graduellement mais la production de progestérone chute dramatiquement et tombe à zéro avec l’arrêt de l’ovulation qui signale l’arrivée de la ménopause. Bonne santé au naturel!

L'addiction au tabac : Faites le plein de sérotonine ! - Nutrilife BlogNutrilife Blog Provenant du latin «ad dictus» ce qui signifie «dire à…», l’addiction est une alchimie fine et délicate. Elle serait liée au sentiment de sérénité et de bien-être que procurent trois mousquetaires, trois systèmes de l’activité cérébrale : dopaminergique, noradrénergique et sérotoninergique. Situé au cœur de ce qu’on appelle le «circuit de la récompense», le système dopaminergique mémorise les expériences agréables et procure un plaisir intense lorsqu’elles sont vécues. C’est ainsi qu’à chaque instant positif offert par la drogue, une décharge de dopamine (molécule qui assure le passage de l’influx nerveux) engendre une satisfaction de vivre et une grande confiance en soi. Le système noradrénergique rend la drogue intéressante, alléchante, saillante. Mais il se trouve que la cigarette, contrairement aux autres drogues, agit d’une façon totalement différente. Sans doute, la nicotine n’est pas le seule coupable. Fumer moins grâce à un apport supplémentaire en sérotonine ?

Pourquoi la rééducation du système sérotoninergique peut être utile à l’aide au sevrage tabagique ? Depuis les années 80, et malgré des données expérimentales contradictoires, les théories neurobiologiques de l’addiction ont accordé un rôle central à la dopamine, et plus généralement au « circuit de la récompense ». Dès la fin des années 90, l’équipe du docteur Tassin a mis en évidence que le système dopaminergique n’intervenait sans doute que secondairement et que la noradrénaline et la sérotonine jouaient un rôle critique dans les processus addictifs (Darracq et al., 1998; Drouin et al, 2002; Auclair et al., 2004). En 2006, ils ont montré, par une approche pharmacologique, neurochimique, génétique et comportementale chez la souris de laboratoire, que les neurones noradrénergiques et sérotoninergiques se régulent mutuellement et que la prise répétée de drogue d’abus (amphétamines, cocaïne, morphine, alcool…) découple ces deux systèmes qui deviennent alors hyper-réactifs (Salomon et al., 2006; Lanteri et al., 2008). Effets du tabac sur le cerveau

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! La mise au point des différentes classes d’antidépresseurs a suivi l’évolution des hypothèses biochimiques concernant la dépression. Une première hypothèse formulée durant les années 1960 ciblait la noradrénaline comme le neurotransmetteur principal impliqué dans la dépression. Cette hypothèse dites «des catécholamines» proposait que la dépression était due à une déficience en noradrénaline dans certains circuits cérébraux, alors que la manie correspondait à une surabondance du même neurotransmetteur. Bien qu’encore reconnue, cette hypothèse n’explique pas tout, et en particulier pourquoi des fluctuations du taux de noradrénaline n’affecte pas l’humeur de certaines personnes. Durant les années 1970, l’implication d’un autre neurotransmetteur, la sérotonine, fut postulée dans ce que l’on a appelé l’hypothèse «permissive» de la dépression. Fluoxétine (Prozac) Un troisième neurotransmetteur d'importance dans la dépression est la dopamine.

La sérotonine, l'hormone du bien-être - Bien être, santé, relaxation, massage, stress, shiatsu, Qi Qong; phytothérapie, remède de grand-mère La sérotonine est un messager chimique du système nerveux central impliqué dans plusieurs fonctions physiologiques comme le sommeil, l’agressivité, les comportements alimentaires et sexuels, ainsi que dans la dépression. La sérotonine est le baromètre de nos états d'âme, quand le taux dans le cerveau est élevé, nous sommes de bonne humeur, quand il est bas, nous sommes déprimés. La lumière du soleil augmente notre taux de sérotonine. Caresser les être vivants, humains ou animaux, libère les hormones du bien être. En France, la consommation d’antidépresseurs a été multipliée par sept en vingt ans. Le rôle fondamental de la sérotonine Pour comprendre la fonction de la sérotonine, voici quelques éléments de biologie :La plupart des cellules vivantes sont rondes – comme un œuf au plat – avec le jaune au centre qui est le noyau.Du noyau des cellules nerveuses appelées neurones, partent des dendrites un peu comme des tentacules qui atteignent d’autres cellules voisines. Sérotonine et dépression

La sérotonine serait liée à l’humeur dans les deux sens. C’est-à-dire que le taux de sérotonine influencerait l’humeur, et que les pensées positives ou négatives influenceraient à leur tour le taux de sérotonine. La pratique régulière d’un sport augmente la sécrétion naturelle de sérotonine by nicoxbus Mar 13

Related: