background preloader

Violence policiere indignes defense UNCUT

Les immigrés «doivent adopter nos coutumes» insiste Guéant Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, a affirmé que «les immigrés que nous accueillons chez nous» devaient «adopter nos coutumes, respecter nos lois» et «être intégrés», jeudi sur LCI, avant un déplacement à Montfermeil (Seine-Saint-Denis) sur le thème de l’intégration. Ce déplacement fait suite à une étude, conduite par le politologue Gilles Kepel, à Clichy-sous-Bois et Montfermeil (Seine-Saint-Denis), qui a mis l’accent sur une «intensification de l’identité musulmane» chez des habitants qui se sentent relégués socialement. «C’est précisément pour cela que je vais à Montfermeil», a expliqué le ministre, qui a ajouté: «Cette étude (…) montre que se constituent à Montfermeil, à Clichy-sous-Bois (…) des communautés qui sont d’origine immigrée, qui vivent selon des règles qui sont les leurs, qui s’éloignent du respect de la règle commune, et qui d’ailleurs ont peu connaissance des lois de la République, des modes de vie de la France.» (Source AFP)

untitled Faire garder son enfant n’est pas chose facile. Les places en crèche sont de plus en plus rares, les assistantes maternelles de plus en plus chères et l’offre disponible de plus en plus inadaptée aux contraintes professionnelles des parents. Il est aujourd’hui pratiquement impossible de trouver une solution de garde après 17h00 pour nos quelques compatriotes qui n’ont pas les moyens d’avoir une fille au pair, le tout sans compter les défaillances multiples de l’institution, à commencer par les mouvements de protestation qui agitent régulièrement le milieu ultra-gauchiste de l’éducation nationale contre le redressement général de la Patrie. Heureusement, il existe une alternative qui suscite un vif intérêt chez les braves parents : la garde à vue. « L’annuaire téléphonique est le fondement de notre projet pédagogique », déclare un éducateur. La méthode est exclusivement basée sur le principe du volontariat. Kévin, 14 ans, sort de garde à vue.

VIDEO. L'inscription sur les listes électorales, un enjeu pour les partis - Présidentielle : la bataille du web 43,2 millions de Français sont inscrits sur les listes électorales en 2011. Près de 2 millions ne le sont pas, bien qu'en âge de voter. Certains partis tentent de convaincre les Français de s'inscrire sur les listes électorales. "Nous nous sommes rendus compte que le gouvernement n'avait pas fait de campagne de communication sur ce sujet depuis 4 ans ", explique l'un des responsables de la communication des MJS. Première question : "Que pensez de la campagne du gouvernement pour inciter les Français à s'inscrire sur les listes électorales", c'est une très bonne chose, répondent-il en choeur. Députés UMP piégés : Campagne dinscription sur... par mjstv "Manifestement, pour le gouvernement, mieux vaut un jeune non-inscrit qu’une probable voix en plus pour la gauche", écrivent les jeunes socialistes dans un communiqué rappelant que les jeunes avaient majoritairement voté pour Ségolène Royal en 2007.

Les Indignés en procès pour une vitre décollée Ce matin, dans la 29e chambre du tribunal correctionnel de Paris, une audience pour le moins singulière. Onze Indignés comparaissaient pour avoir, lors d'un rassemblement place de la Bourse, "dégradé des biens publics" - en fait "décollé" la vitre du fourgon de police dans lequel ils étaient détenus. Les prévenus, alignés, se succèdent à la barre, devant le micro. "Je n'ai rien vu, je n'ai rien fait, puisque je n'étais pas dans ce fourgon !" "Un policier en civil m'a parlé avec violence, véhémence, poursuit le jeune homme. Me Breham, l'avocat des onze Indignés, lâche : "Je rappelle que la vitre ne s'est pas cassée, elle s'est juste décollée, parce qu'elle tenait mal." «Oui, je suis vraiment indignée !» Parmi les prévenus, il y a aussi Hilmar, 36 ans. Séverine, absente au procès, est celle qui, selon la présidente du tribunal, a "le casier le plus chargé": une arrestation pour conduite en état d'ivresse. Puis c'est au tour de la procureure, Laurence Dané, de décrire un tout autre scenario.

"Roué de coups par des policiers à une fête chez moi" Des confettis sur des pavés (David Sifry/Flickr) La soirée était organisée chez moi, dans le quartier de la Goutte d’or, boulevard Barbès à Paris. Nous étions une trentaine. Vers trois heures du matin, une de mes colocs vient me voir en me disant que des policiers lui ont hurlé dessus, alors qu’elle avait ouvert une des fenêtres, en lui demandant de « grouiller son cul » (sic) pour lui ouvrir la porte du bas, qui nécessite des codes. On éteint la musique et on entend en bas les policiers qui frappent violemment à la porte. Etrange. lls n’ont pas un passe ? Je répète aux policiers que je vais leur présenter les cartes d’identité Ils nous poussent et montent au premier étage au pas de course. Nous arrivons, nous leurs disons que c’est nous qui habitons là. Un policier veut rentrer dans l’appartement, on lui dit qu’il n’en a pas le droit. Roué de coups, menotté au sol Vu la violence de leur propos, on leur demande leur matricule, leur nom et toujours la raison de leur intervention.

Peut-on imaginer une politique de #protectionnisme social par la #TVA Dans le contexte de mondialisation dominé par la pensée néo-libérale promouvant coûte que coûte la libre circulation des biens et des capitaux, les politiques de protectionnisme sont mal vues par les Instances Non Démocratiques Gouvernantes et leur relais démocratiques, s’il en est… Qu’on ne vienne pas nous dire qu’il est inenvisageable de protéger nos marchés : cela s’est fait de tous temps et ce n’est que depuis une quarantaine d’années que le sujet est tabou. Cela procède de la dialectique dominante, celle de la pensée unique destinée à nous empêcher de nous poser des questions, d’ouvrir des débats, afin de nous asséner qu’il y a une solution (une seule! comprenez bien!) aux problèmes*. En France on constate malheureusement que l’application de l’idéologie néo-libérale de libre circulation marchande et financière a pour effet la remise en cause d’un certain équilibre social acquis de longues luttes, au profit de la rémunération des capitaux.

14 ans, en garde à vue en pyjama France Info, décidément à la pointe sur la question de la garde à vue (c’est le chef de son service police-justice, Matthieu Aron, qui a révélé que les statistiques officielles étaient grossièrement maquillées à la baisse en ignorant les gardes à vue pour délits routiers, au nombre de 200.000), sort une nouvelle info aujourd’hui. C’est une info anecdotique, un cas individuel, mais qui selon les responsables de la radio d’information est révélateur de la dérive actuelle. Son récit peut être entendu sur cette page (cliquez sur “Récit d’une garde à vue en pyjama à 14 ans Par Grégory Philipps”, Flash® nécessaire). Un responsable syndical de Synergie, interviewé sur l’antenne (toujours sur cette page, cliquez sur ” La version de Anne, démentie par Mohammed Douhane, commandant de police et membre du syndicat d’officiers de police Synergie”) il y a une heure environ a démenti les propos de la jeune fille. Tout cela appelle un commentaire de ma part. Et pour finir, une réflexion plus générale.

Dette publique de la France Dette publique de la France, en milliards d'euros courants et en % du PIB, fin 1978 à fin septembre 2017. Dette publique et affichage des couleurs politiques des gouvernements (source : INSEE). La dette publique, « au sens de Maastricht » estimée par l'Insee, s'élevait à 2 299,8 milliards d'euros à la fin du deuxième trimestre 2018[1], soit 99 % du PIB, contre 55,8 % à la fin de 1995 et 66,8 % à la veille de la crise de 2008. Ce montant, à rembourser par les administrations publiques, peut être comparé à leurs recettes annuelles, à leurs actifs financiers et à leur patrimoine net. L’endettement public a connu au cours de l’histoire de fortes variations, ne prenant de l'ampleur qu'au XVIIIe siècle et atteignant lors des guerres puis de la Révolution des niveaux considérables, ensuite épongés par des périodes de forte inflation, de forte croissance, ou de hausse des recettes publiques. De 2007 à 2017, la France ne respectait aucun de ces critères. Définitions[modifier | modifier le code]

NOUS VOULONS UNE DÉMOCRATIE RÉELLE.

INDIGNÉE !!!
Ou que tu sois toi aussi tu peux agir !
A vos parapluies et faites leurs comprendre que nous sommes les 99% !

Retrouvons-nous :

Twitter : @acampadaparis
Wiki de l'AG parisienne : en français du mouvement: : Réelle Maintenant :
Paris : : : : : : : : : : : by archives_2.0 Apr 18

Related: