background preloader

Pearltrees of wisdom

Pearltrees of wisdom
Image by: wilgengebroaed Social Networking is one of the most talked about subjects on the web and more people are looking at new ways of engaging with people. With Facebook being the largest of the networking sites I wondered what other sites would be useful to consider and this is when I came across pearltrees.com with more than 100,000 unique visitors per month to the site and approaching 10,000,000 page views. Unlike Facebook and other networking sites Pearltrees does not have a running news-feed but operates more as a mind map that people can look into and share with ease. Here is a video to sum up what the idea behind it is. I have been playing around with Pearltrees for a while now and I have found it very intuitive to use, it is very easy to collect information and add it to your own tree. I also found there to be a lot of support and advice about different subjects available to the user. Another appealing aspect of Pearltrees. No related posts. Related:  Beyond pearltrees...

Peartrees: Multi-dimensional Curation A few weeks ago now, I posted an opinion piece on Technorati titled, 'Why Social Media Curation Matters'. Following this I received quite a lot of feedback and it’s thanks to one of these comments – posted by on my blog – that I was led to Pearltrees. In addition to this, I was also motivated to re-evaluate my position on the subject of curation and take a closer look at what I perceived that to be. At first I made the rather naïve assumption that the difference between Pearltrees and the services I’d discussed in my previous articles both here and on my blog, was purely aesthetic – Pearltrees has a beautifully designed Flash interface. However, as I delved further into the service, and further contemplated readers' feedback, I began to realise that there were actually some fundamental differences both in the approach of the developers and in my perception of curation. Nonetheless, they are just lists. The answer can be summed up in one word, depth.

Pearltrees : un concurrent à Google ? Nous les geeks… on aime les outsiders. Et comme tout ceux de notre génération (ou presque), nous étions « Fans » des premiers Macbooks et iMac. Fans car cela était contraire à la suprématie du géant Microsoft. Il en va de même pour Google qui au début avait tout les suffrages (contrairement à ses rivaux de l’époque tels que : Altavista ou Yahoo!) Et bien pour toutes les personnes qui suivent de près ou de loin mon compte Twitter, vous avez pu remarquer mon attrait en janvier dernier pour une startup française qui porte le drôle de nom de : Pearltrees. Pearltrees se définie comme étant un moteur de recherche communautaire et humain à la fois. En effet, si demain je dois faire une recherche google et que je tape le mot : Je vais me retrouver avec des résultats principalement commerciaux : Ces résultats ne sont pas illogiques. Maintenant il faut voir à l’avenir quel serra le modèle économique de Pearltress également. [Edit : Réponse d’un community manager de chez Pearltrees à l’article]

Pearltrees lève 5 millions d'euros et prépare un modèle freemium Loin de la Silicon Valley, les startups françaises dont l’unité de base en matière de levée de fonds est le million d’euros ne courent pas les rues. C’est pourtant le cas de Pearltrees, qui vient de boucler son quatrième tour de table, avec cette fois une levée record dans sa jeune histoire : 5 millions d’euros. Pour ceux qui seraient passés à côté des épisodes précédentes, Pearltrees est un service web de « social curation », autrement dit un site qui permet de collectionner, organiser et partager toutes les trouvailles que l’on repère sur le web dans une page simple et conviviale, sous forme de « perles » regroupées en grappes thématiques, les « pearltrees ». 15 millions de perles ont été créées à ce jour par les membres du site. Si cela ne vous parle pas, je vous conseille juste d’essayer : c’est plus facile à utiliser qu’à expliquer. 4 levées de fond en 3 ans, et monétisation en vue… le site Pearltrees

Related: