background preloader

Hémisphère gauche - Hémisphère droit

Hémisphère gauche - Hémisphère droit
Chacun de nous utilise une partie de son cerveau plus que l’autre. Rien de grave, sinon qu’en ignorant notre « préférence », nous nous privons d’informations cruciales sur nous-même. Test et conseils pour tout savoir sur notre hémisphère dominant. Anne-Laure Gannac Sommaire L’heure de gloire du cerveau gauche A découvrir L’hémisphère gauche Il gère le temps, le langage, le calcul, la pensée analytique, les savoir-faire, les procédures. Que les choses soient claires : nous n’avons pas deux cerveaux, mais un seul, constitué de deux hémisphères, qui communiquent entre eux en permanence et nous sont tous deux indispensables. Pourtant, de même que nous utilisons une main plus facilement que l’autre, nous nous servons plus spontanément de l’un ou l’autre de ces hémisphères. L’hémisphère gauche vivait son heure de gloire. La difficile percée du cerveau droit L’hémisphère droit Il gère l’espace, l’intelligence globale, l’intuition, le sens artistique. Test : Etes-vous cerveau gauche ou cerveau droit ? Related:  Visualisations - A Classer

Le cerveau peut se soigner tout seul Lors de l’émission Science Publique du 12 octobre 2012, que j’ai animée sur France Culture, il est arrivé ce qui se produit parfois lors d’une émission de radio. L’un des invités, Denis Le Bihan, directeur de Neurospin, a relaté des expériences qui ont été menées par différents laboratoires et dont les résultats ont été publiés dans des revues scientifiques. Et sa description s’est révélée tout bonnement sidérante. Elle est arrivée à un moment de l’émission où étaient évoquées les limites des thérapies actuelles. Qu’elles soient chimiques, avec les médicaments, ou électriques, avec les électrodes implantées à l’intérieur du cerveau, pour soigner, par exemple, la maladie de Parkinson. La douleur disparaît “Mais le cerveau peut aussi se soigner lui-même”, a alors lancé Denis Le Bihan. Biofeedback Cela s’appelle le biofeedback par IRM. Dépression, Parkinson… Résultats également positifs sur la maladie de Parkinson. Un divan en forme de miroir La fatalité des bugs Comme un pli anormal

Pense-t-on en mots ou en images ? - Achille Weinberg On a souvent affirmé que c’est le langage qui fait la pensée. Et si cette idée était tout simplement fausse ? De nombreuses expériences invitent à penser qu’une grande partie de notre monde mental passe par les images plutôt que par les mots. Que se passe-t-il dans la tête d’un sourd-muet en train de se masturber ? Ici, G. La seconde erreur est plus fondamentale. Les représentations mentales plutôt que verbales Les premiers arguments nous viennent de l’expérience ordinaire. L’expérience du « mot sur la langue » est encore plus probante. Or, certains aphasiques temporaires ont réussi à raconter comment ils pensaient sans langage. Si l’on y songe, une grande partie de notre vie mentale, que l’on appelle la « pensée », passe par des images mentales, pas seulement par des mots. La linguistique cognitive De nombreuses expériences psychologiques apportent du crédit à la thèse d’une « pensée en images ». La linguistique dite « cognitive » va également dans ce sens. Un outil imparfait W.

Cell patterning technologies for organotyp... [Trends Biotechnol. 2011 Où est passé la puissance de la “pensée visuelle” Dans le dernier numéro de Wired, l’éditorialiste Clive Thompson évoque la puissance de la pensée visuelle, c’est-à-dire celle qui s’exprime par le dessin plutôt que par les mots. Pour cela, il convoque le dernier livre de Dan Roam (blog), auteur du Retour de la serviette (The Back of the Napkin, évoquant la serviette en papier sur laquelle on griffonne souvent un petit schéma éclairant pendant un repas d’affaires), dans lequel ce dernier montre que notre culture repose trop fortement sur les mots. Nos systèmes scolaires et politiques sont conçus pour promouvoir des gens éloquents dont le mode de pensée est essentiellement verbal. Notre système de pensée nous encourage à décrire nos problèmes sous forme de récits ou des listes linéaires de fait. Mais les problèmes dynamiques ou compliqués ne peuvent souvent pas se résumer à de simples récits. Image : à l’occasion d’une session sur le Mind Mapping, Fix avait commis ce petit dessin sur les cartes qui disent des choses et font parler.

n'est pas accessible Chopin, qui a su traduire dans ses Nocturnes toutes les subtilités d'une âme déchirée, était-il un malade dépressif? Le poète Keats serait-il aujourd'hui diagnostiqué «personnalité évitante» dans nos services psychiatriques? La question se pose lorsqu'on découvre aujourd'hui le monde des hypersensibles tels qu'ils se décrivent et s'encouragent - notamment sur Internet - face à une société qui les comprend mal. Hypersensible, vous l'êtes peut-être. Si, depuis toujours, vous ne supportez ni le bruit ni l'agitation; si vous êtes très susceptible, prenant de plein fouet la moindre remarque désagréable, et si, quand vous entrez dans une pièce, vous «scannez» intérieurement les zones d'inconfort potentiel, tout laisse à penser que vous faites partie de ces 15% à 20% de la population mondiale qu'une psychologue américaine, Elaine Aron, a décrits et commencé à étudier dès le début des années 1990. Besoin d'encouragements «Oui, je suis vraiment HS (hypersensible), écrit Iasseva.

Cerveau droit Le Cerveau et la perception de la réalité Visual Thinking + Synthesis Photo by Ken Yeung I really enjoy talking complex subjects, processes or business problems and boiling them down to their core essence. This is becoming known as the process of "Visual Thinking". I use visual metaphors and storytelling to do this. My style of visual thinking is immediately recognizable and has helped me build a strong following of influential professionals who use my visuals in their own presentations and documents.

Related: