background preloader

Hémisphère gauche - Hémisphère droit

Hémisphère gauche - Hémisphère droit
Chacun de nous utilise une partie de son cerveau plus que l’autre. Rien de grave, sinon qu’en ignorant notre « préférence », nous nous privons d’informations cruciales sur nous-même. Test et conseils pour tout savoir sur notre hémisphère dominant. Anne-Laure Gannac Sommaire L’heure de gloire du cerveau gauche A découvrir L’hémisphère gauche Il gère le temps, le langage, le calcul, la pensée analytique, les savoir-faire, les procédures. Que les choses soient claires : nous n’avons pas deux cerveaux, mais un seul, constitué de deux hémisphères, qui communiquent entre eux en permanence et nous sont tous deux indispensables. Pourtant, de même que nous utilisons une main plus facilement que l’autre, nous nous servons plus spontanément de l’un ou l’autre de ces hémisphères. L’hémisphère gauche vivait son heure de gloire. La difficile percée du cerveau droit L’hémisphère droit Il gère l’espace, l’intelligence globale, l’intuition, le sens artistique. Test : Etes-vous cerveau gauche ou cerveau droit ? Related:  Gestion mentaleCerveau | Hémisphère gauche / droit [brouillon]

Hypersensibles - Surchauffe du bulbe Le cerveau a-t-il un sexe ? En savoir plus Pas trop déçus ? Vous ne pourrez plus dire "je ne suis qu'une femme" devant un plan ou "je ne suis qu'un homme" devant une femme en attente de paroles. Oh oui nous sommes différents, mais notre cerveau n'en témoigne pas. Attention aux dérives dangereuses La seule différence sexuelle observable dans notre cerveau est notre sexe génétique. Rien dans notre cerveau ne permet donc de distinguer l'homme de la femme et encore moins de justifier les différences de comportements observées. Le fonctionnement cérébral est un terrain complexe. Hommes-femmes : sommes-nous différents ? Que devient la frontière entre les deux sexes quand on l'examine avec des outils scientifiques. Nos dossiers consacrés au cerveau La mémoire : Définitive ou précaire ? En direct du système nerveux Cerveau, sexe & pouvoir De Catherine Vidal et Dorothée Benoit-Browaeys 110pp, Ed. Consultez les libraires Masculin/féminin [1] La pensée de la différence De Françoise Héritier 332pp, Ed. Consultez les libraires

Le cerveau peut se soigner tout seul Lors de l’émission Science Publique du 12 octobre 2012, que j’ai animée sur France Culture, il est arrivé ce qui se produit parfois lors d’une émission de radio. L’un des invités, Denis Le Bihan, directeur de Neurospin, a relaté des expériences qui ont été menées par différents laboratoires et dont les résultats ont été publiés dans des revues scientifiques. Et sa description s’est révélée tout bonnement sidérante. Elle est arrivée à un moment de l’émission où étaient évoquées les limites des thérapies actuelles. Qu’elles soient chimiques, avec les médicaments, ou électriques, avec les électrodes implantées à l’intérieur du cerveau, pour soigner, par exemple, la maladie de Parkinson. La douleur disparaît “Mais le cerveau peut aussi se soigner lui-même”, a alors lancé Denis Le Bihan. Biofeedback Cela s’appelle le biofeedback par IRM. Dépression, Parkinson… Résultats également positifs sur la maladie de Parkinson. Un divan en forme de miroir La fatalité des bugs Comme un pli anormal

Langage de lumière du Futur | Tachyon Par le terme "tachyon", la physique entend une particule théorique, capable de voyager à une vitesse supérieure à celle de la lumière. A la fin du XIXème siècle, Nikola Tesla observa durant une éclipse de soleil des phénomènes d'antigravitation : En approfondissant cette découverte, il découvrit un champ énergétique qu'il breveta sous le nom de "énergie cosmique", étant donné que l'univers tout entier en est rempli. Au cours du XXème siècle, de nombreux scientifiques ont poursuivi ces recherches sur ce domaine de l'énergie : le "Champ de Feinberg" ou"tachyonique", appelé ainsi d'après le nom du physicien Feinberg qui exposa sa théorie en 1966. L'espace n'est pas vide, mais immergé dans un champ énergétique extrêmement concentré, composé de ces particules théoriques qui se déplacent plus rapidement que la lumière et qui constituent une source d'énergie libre située au-delà du champ électromagnétique, indépendante de la lumière et du soleil. Une particule est à la fois onde et corpuscule.

La mémoire et son optimisation - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 17 février 2015 09:30 Le sommeil n’est que l’un des facteurs qui affectent notre mémoire. Celle-ci peut être définie comme l’ensemble des systèmes de projection des informations dans l’avenir. Comme le soulignent Schmidt et Bjork (1992), « l’objectif de l’apprentissage, dans la vie réelle, doit être de maximiser les performances futures et le transfert à des situations nouvelles. […] Les enseignants croient souvent que les facteurs qui maximisent la performance et la vitesse d’apprentissage pendant l’entrainement permettent d’atteindre ces deux objectifs. Or, toute une série d’expériences indique que cette hypothèse est souvent fausse. » En d’autres termes, enseignants et élèves se trompent parfois radicalement sur les conditions qui optimisent la mémoire. Dès 1885, Ebbinghaus émet l’hypothèse que l’oubli suit une loi exponentielle en fonction du temps. Le troisième facteur déterminant est l’espacement des apprentissages. Pashler tire de ces travaux plusieurs enseignements pratiques.

"Une vraie spécificité cérébrale ? (2) Cell patterning technologies for organotyp... [Trends Biotechnol. 2011 Comprendre le cerveau et son fonctionnement - Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière La recherche scientifique permet chaque jour d’en savoir un peu plus sur le cerveau, siège de la cognition, de la mémoire, des émotions… De l’anatomie du cerveau aux connaissances actuelles sur la conscience, en passant par les différentes maladies neurologiques, découvrez notre dossier sur le cerveau, proposé par Yves Agid, Professeur de neurologie et de neurosciences, Membre Fondateur de l’ICM. Pourquoi chercher à comprendre le cerveau ? Pour au moins quatre raisons. Philosophique, car le cerveau est l’organe qui perçoit, qui pense, et qui agit. C’est la raison de l’existence de l’ICM qui a sélectionné une élite scientifique et médicale sur un même lieu, au sein de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, connu pour la qualité des soins prodigués et de l’Université Pierre et Marie Curie renommée pour la qualité de la formation scientifique ainsi qu’avec l’appui du CNRS et de l’INSERM, opérateurs de recherche réputés.

Related: