background preloader

Hémisphère gauche - Hémisphère droit

Hémisphère gauche - Hémisphère droit
Chacun de nous utilise une partie de son cerveau plus que l’autre. Rien de grave, sinon qu’en ignorant notre « préférence », nous nous privons d’informations cruciales sur nous-même. Test et conseils pour tout savoir sur notre hémisphère dominant. Anne-Laure Gannac Sommaire L’heure de gloire du cerveau gauche A découvrir L’hémisphère gauche Il gère le temps, le langage, le calcul, la pensée analytique, les savoir-faire, les procédures. Que les choses soient claires : nous n’avons pas deux cerveaux, mais un seul, constitué de deux hémisphères, qui communiquent entre eux en permanence et nous sont tous deux indispensables. Pourtant, de même que nous utilisons une main plus facilement que l’autre, nous nous servons plus spontanément de l’un ou l’autre de ces hémisphères. L’hémisphère gauche vivait son heure de gloire. La difficile percée du cerveau droit L’hémisphère droit Il gère l’espace, l’intelligence globale, l’intuition, le sens artistique. Test : Etes-vous cerveau gauche ou cerveau droit ? Related:  Visualisations - A Classer

Le cerveau a-t-il un sexe ? En savoir plus Pas trop déçus ? Vous ne pourrez plus dire "je ne suis qu'une femme" devant un plan ou "je ne suis qu'un homme" devant une femme en attente de paroles. Oh oui nous sommes différents, mais notre cerveau n'en témoigne pas. Attention aux dérives dangereuses La seule différence sexuelle observable dans notre cerveau est notre sexe génétique. Rien dans notre cerveau ne permet donc de distinguer l'homme de la femme et encore moins de justifier les différences de comportements observées. Le fonctionnement cérébral est un terrain complexe. Hommes-femmes : sommes-nous différents ? Que devient la frontière entre les deux sexes quand on l'examine avec des outils scientifiques. Nos dossiers consacrés au cerveau La mémoire : Définitive ou précaire ? En direct du système nerveux Cerveau, sexe & pouvoir De Catherine Vidal et Dorothée Benoit-Browaeys 110pp, Ed. Consultez les libraires Masculin/féminin [1] La pensée de la différence De Françoise Héritier 332pp, Ed. Consultez les libraires

Pense-t-on en mots ou en images ? - Achille Weinberg On a souvent affirmé que c’est le langage qui fait la pensée. Et si cette idée était tout simplement fausse ? De nombreuses expériences invitent à penser qu’une grande partie de notre monde mental passe par les images plutôt que par les mots. Que se passe-t-il dans la tête d’un sourd-muet en train de se masturber ? Ici, G. La seconde erreur est plus fondamentale. Les représentations mentales plutôt que verbales Les premiers arguments nous viennent de l’expérience ordinaire. L’expérience du « mot sur la langue » est encore plus probante. Or, certains aphasiques temporaires ont réussi à raconter comment ils pensaient sans langage. Si l’on y songe, une grande partie de notre vie mentale, que l’on appelle la « pensée », passe par des images mentales, pas seulement par des mots. La linguistique cognitive De nombreuses expériences psychologiques apportent du crédit à la thèse d’une « pensée en images ». La linguistique dite « cognitive » va également dans ce sens. Un outil imparfait W.

"Une vraie spécificité cérébrale ? (2) Où est passé la puissance de la “pensée visuelle” Dans le dernier numéro de Wired, l’éditorialiste Clive Thompson évoque la puissance de la pensée visuelle, c’est-à-dire celle qui s’exprime par le dessin plutôt que par les mots. Pour cela, il convoque le dernier livre de Dan Roam (blog), auteur du Retour de la serviette (The Back of the Napkin, évoquant la serviette en papier sur laquelle on griffonne souvent un petit schéma éclairant pendant un repas d’affaires), dans lequel ce dernier montre que notre culture repose trop fortement sur les mots. Nos systèmes scolaires et politiques sont conçus pour promouvoir des gens éloquents dont le mode de pensée est essentiellement verbal. Notre système de pensée nous encourage à décrire nos problèmes sous forme de récits ou des listes linéaires de fait. Mais les problèmes dynamiques ou compliqués ne peuvent souvent pas se résumer à de simples récits. Image : à l’occasion d’une session sur le Mind Mapping, Fix avait commis ce petit dessin sur les cartes qui disent des choses et font parler.

"Une vraie spécificité cérébrale ? (1) Cerveau droit La plasticité cérébrale contre les stéréotypes de genre Force est de constater que malgré l'avancée des connaissances en neurosciences, les préjugés sur les différences cérébrales entre les hommes et femmes sont toujours bien vivaces. On ne cesse d'entendre dire que les femmes seraient naturellement multi-tâches et attentives aux autres, tandis que les hommes seraient nés bons en maths et compétitifs. Ces discours laissent croire que nos aptitudes, nos émotions, nos valeurs sont câblées dans des structures mentales immuables. Or les progrès des recherches montrent le contraire : le cerveau fabrique sans cesse des nouveaux circuits de neurones en fonction de l'apprentissage et de l'expérience vécue (Vidal, 2009). Ces propriétés de "plasticité cérébrale", découvertes il y a une vingtaine d'années, ont révolutionné nos conceptions du fonctionnement du cerveau. Rien n'y est a jamais figé, ni programmé à la naissance. Or malgré ces évidences l'idée d'un déterminisme biologique de nos actions perdure. Références bibliographiques:

Visual Thinking + Synthesis Photo by Ken Yeung I really enjoy talking complex subjects, processes or business problems and boiling them down to their core essence. This is becoming known as the process of "Visual Thinking". I use visual metaphors and storytelling to do this. My style of visual thinking is immediately recognizable and has helped me build a strong following of influential professionals who use my visuals in their own presentations and documents.

Related: