background preloader

Accueil - Association de prévention des enfants sur internet - e-Enfance

Accueil - Association de prévention des enfants sur internet - e-Enfance
Related:  Le cyber-harcélement

Le cyber harcèlement est un délit ! Il est temps de renforcer l'arsenal préventif et répressif contre les cyber-harceleurs Cyber harcèlement, un mot barbare encore trop inconnu. Ce mot désigne le harcèlement sur internet qui devient de plus en plus fréquent. Ce phénomène touche les adolescents âgés entre 13 et 16 ans car ce sont eux qui sont le plus présent sur la toile, internet est leur univers, 40% d'entre eux se disent avoir été victime un jour de cyber harcèlement. Depuis la création des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, il est très facile pour les jeunes de se faire des amis et de dévoiler leur vie privé. Ces sites sont des livres ouverts sur lesquels il n'y a aucune difficulté à se procurer des informations personnelles. Tout peut commencer par une rencontre, une jeune fille fait la connaissance d'un garçon auquel elle s'attache très vite et n'hésite pas à lui dévoiler des choses sur elle et à lui envoyer des photos. Un enfant victime de harcèlement doit être aidé.

Cyber-harcèlement : le bouleversant témoignage d'une victime France 2 a recueilli le témoignage d'une jeune fille de 13 ans, Mathilde (nom d'emprunt) victime de cyber-harcèlement. Aujourd'hui, elle boxe pour vaincre la colère et reprendre confiance. "Je pense à ce qui m'arrive dans la semaine et ce qui m'est arrivé avant aussi", explique Mathilde. Il y a un an, elle était devenue le souffre-douleur de quelques-unes de ses camarades de classe, des copines de toujours qui l'ont mise à l'écart à l'entrée en 6e. Des mots anonymes, des brimades, des insultes... mais le pire s'est passé hors des murs du collège, sur internet. A 13 ans, l'adolescente espérait être populaire en communiquant avec ses copines sur les réseaux sociaux. L'Education nationale estime qu'un élève sur cinq est victime d'insultes ou d'humiliations par SMS ou sur internet.

Événements et concours - Prix "Non au harcèlement" 2016-2017 Avec plus de 30 600 élèves impliqués cette année, contre 19 000 en 2016, le prix « Non au harcèlement » nous montre que l'ensemble de la communauté éducative se mobilise pour lutter contre cette forme de violence. Près de 1 200 professeurs, CPE, assistants d'éducation, infirmiers (...) ont accompagné les élèves. Pour cette seule année, ce sont plus de 650 clips vidéos qui ont été produits dans le cadre de ce prix. Un prix pour lutter contre le harcèlement à l'école Le prix « Non au harcèlement » offre aux élèves et aux équipes pédagogiques et éducatives l'opportunité de débattre en classe de la problématique du harcèlement et du cyberharcèlement, afin de mieux cerner les enjeux, et ainsi, de prévenir plus efficacement les risques liés à ces violences. Pour participer, les élèves doivent envoyer la production réalisée en groupe ainsi que leur projet au référent harcèlement de leur académie. Une cérémonie officielle de remise des prix nationaux aura lieu en mai 2018. Participer au concours

6 choses que vous devez savoir sur le harcèlement à l’école #NAH (1) 700 600 élèves français, de l'école au lycée, sont victimes de harcèlement* Parmi eux, 383 830 élèves sont victimes d'une forme sévère de harcèlement*. Plus précisément : 12% des écoliers (CE2, CM1, CM2) souffrent de harcèlement, soit 295 600 élèves sur 2 463 065. Et 5 % des élèves subissent un harcèlement sévère, soit 123 000 écoliers de cycle 3. (2) 1 élève sur 5 est confronté au cyber-harcèlement 6% des collégiens sont victimes du cyber-harcèlement. (3) en novembre : journée nationale de mobilisation contre le harcèlement Chaque premier jeudi de novembre est organisée une Journée nationale pour dire "Non au harcèlement". (4) Un numéro gratuit : le 3020 Le numéro vert 3020 "Non au harcèlement", ouvert du lundi au vendredi de 9h à 18h (sauf les jours fériés), est animé par l’association "École des parents et des Éducateurs (EPE) d’Île-de-France. (5) Un nouveau site internet et une page Facebook pour agir contre le harcèlement (6) 1 500 formateurs pour sensibiliser 300 000 personnes

Prévention de la violence en milieu scolaire - Le harcèlement en milieu scolaire Le site national Non au harcèlement Pour répondre aux situations de harcèlement, le ministère de l'éducation nationale propose un site permettant de retrouver l'ensemble des outils utiles aux professionnels, afin qu'ils puissent mettre en place des actions préventives contre le harcèlement. Ce site valorise également les initiatives des écoles et des établissements, notamment les outils pédagogiques produits (affiches, vidéos). Le site comprend : les guides "que faire contre le harcèlement" ?" Enfin, le site propose une rubrique « que faire ? Le site Non au harcèlement diffuse également le N° vert mis en place par le ministère, le 3020 Cette plateforme téléphonique destinée aux familles, élèves et professionnels touchés par une situation de harcèlement d'un élève, offre une écoute bienveillante et des conseils personnalisés. Définition du harcèlement en milieu scolaire Ses conséquences à court, moyen et long termes peuvent être graves tant pour les victimes que pour les auteurs. Conséquences

Climat scolaire - Des documentaires et courts métrages pour lutter contre le harcèlement Les élèves de terminale option Cinéma du lycée polyvalent Estournelles-de-Constant, à La Flèche (72), ont réalisé deux courts métrages et un documentaire sur le harcèlement. Sandrine Weil, leur professeur de lettres et de cinéma, nous raconte la genèse des projets. Agir contre le harcèlement : les voix du silence est un documentaire réalisé par les élèves et principalement constitué de témoignages d’élèves. Il existe deux versions : l’une, de 2 minutes, réalisée pour le concours « Agir contre le harcèlement », et l’autre, de 26 minutes, réalisée pour LMtv (Le Mans télévision). À l’origine, ce documentaire est né de la récurrence du thème du harcèlement scolaire dans les réalisations des élèves de terminales option Cinéma (films qu’ils présentent au bac). Deux courts métrages ont également été réalisés sur le sujet du harcèlement, The Blame et Coquille vide. The Blame Voir le film Coquille vide Voir le film Les Voix du silence Voir la version courte du documentaire

Cyberharcèlement : les garçons aussi sont victimes - La Parisienne Ce sont des textos, des photos qui circulent dans le huis clos des classes et qui peuvent faire des ravages. Quand Maxence, 14 ans, a appris qu'un SMS circulait entre ses copains le traitant de « fiotte » parce qu'il n'avait vu aucun match de l'Euro, il a eu un choc : « J'ai trouvé ça crade », confie l'ado, qui a tout de suite soupçonné qui était l'auteur. « J'ai eu la nausée pendant une semaine, j'ai coincé le mec. On s'est expliqués en public, il s'est excusé et les choses se sont tassées. » La cyberviolence, dans les collèges et les lycées, n'est plus réservée aux filles qui osent poster une photo d'elles en maillot de bain ! Les garçons aussi ont droit à leur lot d'insultes ou de clichés insidieux, destinés à lancer la rumeur sur les réseaux sociaux auprès de leurs camarades. Le phénomène concerne « deux garçons par classe », révèle la première étude en France sur le cybersexisme. « Il y a pas plus normatif qu'un ado.

Cyberharcèlement : le drame de Marion, 13 ans, à la télévision - le Parisien Cécile Chevallier (à Évry, Essonne) Ses parents s'inquiétaient des milliers de SMS reçus sur son portable. Ils ont aussi découvert à sa mort que Marion avait ouvert un compte Facebook, sur lequel elle se faisait insulter et menacer jour et nuit, comme ce message glaçant : « Va te pendre sale p... ». « Faire bouger les choses », c'est l'objectif de Bourlem Guerdjou, le réalisateur. « Le livre de Nora m'a bouleversé, confie-t-il. Julie Gayet, qui incarne le rôle de Nora Fraisse, est tout aussi investie. « Aucun de mes enfants n'a souffert de harcèlement, témoigne la comédienne. Nora Fraisse ne demande pas mieux. Le ParisienCécile Chevallier (à Évry, Essonne)

Selfies dénudés, insultes... Des victimes de cyberharcèlement témoignent Livia qui envoie une photo d'elle dénudée à un petit ami insistant. Des filles traitées de "prostituées" après avoir posté des clichés d'elles en débardeur ou maillot de bain. Des commentaires homophobes à l'encontre de collégiens. Dans chaque classe, trois filles et deux garçons sont victimes de "cybersexisme", selon une étude de l'Observatoire universitaire international d'éducation et prévention (OUIEP)* publiée ce mardi. Le centre Hubertine Auclert, qui promeut l'égalité femmes-hommes, commanditaire de ce rapport, préconise d'associer les élèves à la prévention et de l'intégrer dans l'éducation au numérique. LIRE AUSSI >> Marion, harcelée à en mourir "Ce sont des violences sur les réseaux sociaux qui visent à maintenir ces adolescents dans les normes de sexe et de genre attendues", explique Sigolène Couchot-Schiex qui a codirigé cette étude truffée de témoignages d'adolescents de 12 à 15 ans, plus terribles les uns que les autres. Le silence plutôt qu'un téléphone confisqué

Le cyberharcèlement, une spirale infernale Des étudiants, des féministes, des handicapés, des YouTubeurs… Personne n’est à l’abri d’un cyberharcèlement, et ce à tout âge. Un tel acharnement doit être remarqué et pris en charge le plus tôt possible, pour éviter une fin funeste. Image extraite du film Trust (2010). (© Metropolitan FilmExport) “T’es anorexique”, “T’es moche”… Il y a cinq ans, Claire* recevait des appels et des messages à longueur de journée. Le harcèlement avait commencé au collège et se poursuivait à son domicile. Plus aucun endroit ne lui procurait un sentiment de sécurité. Affronter seul cette situation est difficile et les victimes doivent dépasser leurs angoisses. Le fait que les jeunes soient très connectés, n’arrange rien. Inconsciemment, ils peuvent assister ou participer à un lynchage public. “Les adolescents sont les plus touchés. Depuis qu’elle a été victime de cyberharcèlement, Claire n’accorde plus sa confiance. Le côté obscur d’Internet L’idée de réaliser des camemberts lui est venue par la suite.

Related: