background preloader

Les limites d’âge n’aident pas parents et enfants à comprendre les réseaux sociaux

Les limites d’âge n’aident pas parents et enfants à comprendre les réseaux sociaux
Par Hubert Guillaud le 04/11/11 | 2 commentaires | 2,575 lectures | Impression Aux Etats-Unis, l’âge légal pour rejoindre les sites sociaux est de 13 ans, selon le Children Online Privacy Protection Act (Coppa) : une mesure destinée à aider les parents à protéger leurs enfants des risques des réseaux sociaux. Ce qui n’empêche pas beaucoup d’enfants de s’inscrire sur les sites sociaux avant l’âge légal, assez souvent avec l’accord explicite de leurs parents d’ailleurs. Ce qui a donné l’idée à Eszter Hargittai, Jaso Schultz, John Palfrey et danah boyd de commettre une nouvelle étude : “Pourquoi les parents aident-ils leurs enfants à mentir à propos de leur âge sur Facebook, ou les conséquences inattendues de la Coppa”. Face à ce détournement massif, la question est de savoir si la Coppa aide à responsabiliser les parents et les enfants. Pourtant, rappellent les chercheurs, les parents souhaitent des conseils et des recommandations pour les aider à prendre des décisions éclairées. Related:  Jeunes et réseaux sociauxVeille doc professionnelle

Teens, kindness and cruelty on social network sites Social media use has become so pervasive in the lives of American teens that having a presence on a social network site is almost synonymous with being online. Fully 95% of all teens ages 12-17 are now online and 80% of those online teens are users of social media sites. Many log on daily to their social network pages and these have become spaces where much of the social activity of teen life is echoed and amplified—in both good and bad ways. We focused our attention in this research on social network sites because we wanted to understand the types of experiences teens are having there and how they are addressing negative behavior when they see it or experience it. As they navigate challenging social interactions online, who is influencing their sense of what it means to be a good or bad “digital citizen”? How often do they intervene to stand up for others? In our survey, we follow teens’ experiences of online cruelty – either personally felt or observed – from incident to resolution.

Du bon usage des écrans chez les enfants Face à la montée en puissance des nouvelles technologies, les modes de vie évoluent sans cesse et placent l'enfant au coeur des débats. Quelles relations entretiennent-ils avec les écrans ? Ces derniers jouent-ils un rôle important dans leur développement personnel ? Quelles conduites adopter ? Sensibilisée à ces questions, l' Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) invite les parents à suivre les conseils du Professeur Serge Tisseron , psychiatre et psychanalyste, spécialisé dans les relations jeunes-médias-images et auteur de la règle du 3-6-9-12. Télévision, ordinateur, jeux vidéo... les recommandations à adopter Conseil n° 1 : pas de télévision avant 3 ans, avec discernement après 3 ans. Les jeunes enfants grandissent aujourd'hui dans des familles où la télévision est souvent allumée, sans que les parents ne se rendent compte que cela perturbe leur développement. L'enfant à cet âge a besoin de se percevoir comme acteur. tout ce que l'on y met y restera éternellement,

eBouquin L’Unesco a-t-il besoin de Wikipédia pour protéger notre Patrimoine mondial… immatériel La lecture de la semaine, il s’agit d’un papier posté le 1er novembre sur le site du magazine américain Wired, on le doit à Jonathon Keats, auteur d’un livre sur les mondes virtuels. L’article s’intitule : “Pourquoi Wikipédia est aussi importante que les Pyramides”. Le 31 juillet 2007 commence Keats, une vieille mine d’argent japonaise connue sous le nom de Iwami Ginzan a été considérée par l’Unesco d’une “valeur universelle exceptionnelle” et ajoutée à la liste du Patrimoine mondial, au côté des Mégalithes de Stonehenge et des Pyramides d’Egypte. Les Japonais sont restés perplexes. Abandonné en 1923, le site ressemble aujourd’hui plus ou moins à un trou dans le sol. Quatre ans plus tard, lors de la Conférence Wikimédia, une coalition allemande a proposé que Wikipédia devienne le premier site internet classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Vous aviez déjà entendu parler de cette classification ? Cependant, l’Unesco est aux prises avec un problème plus grave. Xavier de la Porte

Comprendre Facebook (3/3) : L’internet des API, le web des applications Pour les 500 millions d’utilisateurs de Facebook il semble n’y avoir qu’une manière d’accéder à Facebook : celle de se connecter sur le réseau social pour consulter son mur d’activité (le « NewsFeed »). Pourtant, via Facebook Connect, on a déjà vu qu’il y en avait une autre, distante, permettant d’interagir avec les services de Facebook depuis d’autres sites. Il y en a encore une autre, réservée aux services informatiques des sites qui utilisent Facebook. Cet autre accès passe par les API, les interfaces de programmation, c’est-à-dire des jeux de données ouverts qui permettent aux développeurs d’utiliser les services proposés par Facebook et qui sont l’une des clefs du fonctionnement du web 2.0. C’est bien en tout cas dans les interfaces de programmation que se concoctent le web d’aujourd’hui et le web de demain : dans les négociations permettant d’accéder aux services des uns et des autres, dans les mashups de services où la bonne alchimie créera le bon service. Hubert Guillaud

Social networking increases risk of teen drug abuse: study Il n’y a pas de solution imparable pour protéger les enfants sur l’internet Par Hubert Guillaud le 29/01/09 | 17 commentaires | 11,489 lectures | Impression Selon un rapport publié par l’Internet Safety Technological Task Force et le Berkman Center for Internet and Society de l’université d’Harvard, intitulé Enhancing Child Safety & Online technologies (Améliorer la protection des enfants et les technologies en ligne), il n’y a pas de solution imparable pour protéger les enfants sur l’internet. Image : cc par Shavar. Le premier risque que rencontrent les enfants en ligne vient des autres enfants ! L’étude montre tout d’abord que dans la plupart des cas, les adolescents sollicités par des adultes sur l’internet sont conscients du caractère sexuel de ces sollicitations. Faut-il s’étonner que les adolescents découvrent leur sexualité avec les outils qui sont les leurs ? Certes, l’internet augmente la disponibilité de contenus nuisibles, problématiques ou illégaux, mais sans pour autant augmenter démesurément l’exposition des mineurs à ces contenus. Hubert Guillaud

livre numérique en bibliothèque : contexte juridique « Publie.net via sa plateforme de distribution Immateriel.fr a des pratiques tout aussi douteuses que Gallimard mais vis-à-vis de ses clients et en particulier des bibliothèques. » note du lundi 27 février, 18h15 Message reçu à l’instant via Facebook :Directrice de la médiathèque de Martigues, je suis désolée des propos de mon collègue que j’ai découvert et que je ne partage pas. je ne rentre pas dans votre discussion, tout a été dit et bien posé dans le débat. Dont acte, et discussion donc close. J’aimerais quand même un correctif à l’expression pratiques douteuses : dans l’espace public du web, on ne lâche pas des scuds comme ça sans les justifier, ou, s’ils ne sont pas justifiés, de s’en excuser. Je n’en fais pas une maladie, mais assez d’être pris pour cible de cette façon, simplement parce qu’on propose des contenus numériques aux bibliothèques, ce qui n’est pas le cas, par exemple, de Gallimard. François Bon | réponse à la bibliothèque de Martigues C’est ici un site personnel. [...]

Education et nouvelles technologies : y croire ou ne pas y croire Après un premier article polémique (voir Dans la salle de classe du futur, les résultats ne progressent pas), Matt Richtel a continué son enquête pour le New York Times sur le « pari éducatif high-tech ». Comme le montrait déjà le début de son enquête, ses derniers articles dessinent un fossé, une coupure assez radicale, entre ceux qui croient dans les vertus des technologies pour l’éducation et ceux qui n’y croient pas, avec des arguments aussi faibles dans l’un ou l’autre camp que ceux qu’on éprouve entre les tenants du livre papier et du livre électronique. La valeur des TICE dépend-elle du niveau d’argent dépensé ? Le second article de cette série s’intéressait donc au « boom des logiciels éducatifs », mais avant tout pour dénoncer leur manque de résultats effectifs. Ainsi, les évaluations de ces logiciels montrent qu’ils n’ont « aucun effet discernable » sur les résultats aux tests standardisés que subissent les élèves du secondaire aux Etats-Unis.

Internet : Un mois d’utilisation ramené à une heure Social networking's good and bad impacts on kids Public release date: 6-Aug-2011 [ Print | E-mail Share ] [ Close Window ] Contact: Lisa Bowenlbowen@apa.org 202-336-5707American Psychological Association WASHINGTON – Social media present risks and benefits to children but parents who try to secretly monitor their kids' activities online are wasting their time, according to a presentation at the 119th Annual Convention of the American Psychological Association. "While nobody can deny that Facebook has altered the landscape of social interaction, particularly among young people, we are just now starting to see solid psychological research demonstrating both the positives and the negatives," said Larry D. In a plenary talk entitled, "Poke Me: How Social Networks Can Both Help and Harm Our Kids," Rosen discussed potential adverse effects, including: Rosen said new research has also found positive influences linked to social networking, including: For parents, Rosen offered guidance. "Communication is the crux of parenting. Dr. [ Print | E-mail

Hack Academy

Related: