background preloader

30 ans de bidouille politique

30 ans de bidouille politique
Le Chaos Computer Club, célèbre et influente organisation de hackers allemands, fête ses trente ans cet automne. Pour comprendre sa trajectoire, rencontre avec Andy Müller-Maguhn, membre du bureau, et longtemps porte-parole. Andy Muller Maghun à Berlin en novembre 2011, (cc) Ophelia Noor pour Owni Trente ans de hack et tous ses bits : depuis septembre 1981, le Chaos Computer Club [en] rassemble des hackers, ces adeptes passionnés de la bidouille et du détournement de finalité, en particulier dans l’informatique. Le petit groupe créé à Hambourg a ensuite migré à Berlin avant de faire des petits dans tout le pays, et même à l’étranger, au point de devenir la première organisation de ce type en Europe. Ils sont parvenus à acquérir, à coup de hacks restés dans les mémoires, une véritable influence politique dans le domaine des libertés numériques et de la protection de la vie privée. Le CCC vient de fêter ses 30 années d’existence. Quand je suis arrivé, il y avait 300 personnes. Regret ? Related:  linux / libre / open source / hackingPiraterieweb

Les données personnelles d'un millier de cadres UMP piratées Infosignalée par un internaute Adresses privées, numéros de portable, âge de leur(s) enfant(s)... Les coordonnées et données personnelles de cadres de l’UMP ont été piratées et sont librement disponibles sur Internet – Rue89 a choisi de ne pas mettre de lien vers le site d’origine, de partage de documents, ni vers leurs reproductions. Députés, sénateurs, députés européens, membres de cabinets, chargés d’études, collaborateurs de ministre... près de 1 000 personnes (1 330 adresses e-mail) sont concernés par cette fuite. Quatre fichiers texte mis en ligne samedi Des données relativement précises sur les parlementaires UMP sont disponibles sur le site de l’Assemblée (voir, par exemple, la fiche de Bernard Accoyer) mais les données piratées atteignent un niveau de profondeur bien plus important. Quatre fichiers texte ont été mis en ligne samedi 5 novembre et comportent un grand nombre de données sensibles : Les données (anonymisées par nos soins) du secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé

FabLabSquared Billet publié le 11 avril par Fabien Eychenne | 5 commentaires Tag : Lexique Les hackerspaces sont des lieux protéiformes regroupant des personnes d’horizons différents dans l’objectif de produire des projets, de nouvelles idées et de les partager. Les technologies et le numérique sont utilisés comme levier. Les activités liées aux différents hackerspaces peuvent varier par rapport aux lieux, aux cultures, aux personnes qui portent le hackerspace. Les hackerspaces fonctionnent généralement à travers des workshops, des présentations et des cours. Les hackerspaces trouvent leurs racines dans la contre culture des années 60 et les mouvements autonomes. Ils fonctionnent grace aux adhésions de leurs membres bien que leur structure juridique puissent varier en fonction des espaces. En savoir plus sur les Hackerspaces Le wiki général des Hackerspaces : Quelques hackerspaces dans le monde : (Photo : Rubin 110)

anonbox :: Chaos Computer Club Telecomix Censorship-proof DNS wikistream Comment tu hackes ta bibliothèque (Toulouse) ? Au sortir de la longue Quinzaine consacrée au Libre par la Bibliothèque de Toulouse , et au vu des réactions très encourageantes exprimées depuis quelques jours, il est intéressant de revenir sur cette opération annonciatrice de beaux développements. Hacke ton animation : vraiment ? Un programme "augmenté" : merci les réseaux ! Le programme élaboré par les bibliothécaires s'est construit de manière intéressante. A partir d'une demande formulée par l'équipe Musique (2 ateliers sur MAO et PAO et une conférence), on a vu arriver 11 ateliers au final, 3 conférences et 2 espaces de démonstration, ce qui a mis en mouvement pas moins de 12 collègues autour de cette idée centrale : montrer toutes les facettes possibles du Libre. Les compétences et savoir-faire ont donc été sollicités en interne, mais en même temps, la bonne connaissance des réseaux toulousains a été déterminante : de ce côté, c'est une réussite, d'autant que tous se disent partants pour une autre session. Et d'ailleurs ...

anonyme Contourner la censure |  Le livre Contourner la censure et échapper à la surveillance n’est pas chose aisée et vous demandera, pour le faire correctement et en minimisant les risque éventuels, d’apprendre et de comprendre quelques fondamentaux techniques. Afin de vous faciliter la tâche, nous avons édité un manuel exhaustif, rédigé par les plus grands experts, qui se destine à tous les utilisateurs de niveau intermédiaire ainsi qu’aux experts. Ce manuel est disponible en version PDF et ePub, il est également consultable en html. Pour les utilisateurs débutants, nous avons édité à leur intention un court guide leur permettant de maitriser les outils fondamentaux rapidement. Celui-ci est téléchargeable en PDF, vous pouvez également le consulter sur ce site. English | عربي Vous pouvez également télécharger un mini guide pratique au format PDF vous permettant d’être rapidement opérationnel ou le consulter en ligne.

Blogs Jacob Appelbaum says that a number of Tor's development projects are inspired by the needs of the people that Tor works with around the world. Many of these people are working on the front lines of human rights and political activism. “When working with Laura Poitras it became clear that there were key areas where improving her ability to use anonymity and encryption software would greatly strengthen her ability to continue her work. "This is all a team effort - many of our prototypes go on to become full fledged projects. Both Appelbaum and Tor co-founder Roger Dingledine have taught activists around the world to use Tor. Appelbaum and colleagues have also worked with hundreds of people from around the globe who are fighting for basic human rights in their respective countries, including lawyers, politicians, human rights activists, technologists, medical doctors, journalists and academics. Please join Jacob in supporting the Tor Project today!

La petite histoire d’Anonymous à Fantasia Portrait favorable mais néanmoins franc, We Are Legion - The Story of Hacktivists va à la rencontre de spécialistes d’Internet et des médias, mais également de membres et d’anciens membres d’Anonymous, le plus célèbre collectif de pirates virtuels. On les imagine vivant cloîtrés dans les sous-sol de leurs parents, leur existence tout entière vécue devant leur ordinateur. Ils sont les premiers à rire du cliché tout en le validant. Au Québec, la nébuleuse virtuelle Anonymous a défrayé la chronique en mai dernier en sommant le gouvernement Charest, par une vidéo, de mettre un terme aux interventions policières dites « musclées ». Bon pédagogue, We Are Legion - The Story of Hacktivists commence par le commencement en esquissant les grandes lignes de la création d’Anonymous, qui naquit de la fusion de plusieurs regroupements disparates d’internautes experts de la Toile. C’est en effet un document audiovisuel interne de l’Église de scientologie qui serait à l’origine d’Anonymous.

GPG — Wikilivres Un livre de Wikilivres. Bien que la méthode décrite se déroule sous Gnu/Linux, c'est la même que sous les autres systèmes. Attribuer une signature numérique à vos documents, mails et projets secrets ? Chiffrer (= Crypter, mot franglais incorrect) un document encore plus secret, ou alors des photos qui montrent l'existence de votre frère jumeau caché ? En effet GPG (lisez : GNU Privacy Guard) est un outil multi-fonctions, libre et gratuit, qui permet de signer et de chiffrer à peu près tout ce qui se présente sous forme numérique (tout ce qui a un bit, si vous me passez l'expression). Je vous propose un petit didacticiel “in the Molière's language”, pour être un pro du chiffrement, impressionner vos collègues et vous faire aimer de votre boss sur vos incroyables et nouvelles connaissances sur la certification de données. Vous trouverez un excellent didacticiel à cette adresse : Une autre documentation, au format HTML : Introduction à GnuPG [archive] Citation :

SoShare - Send Up To A Terabyte For Free! Mitch Altman: The Hacker Lifestyle Mitch Altman at Chaos Communication Camp, Berlin, August 2011 When he was young, Mitch Altman didn’t like himself. Too much of an introverted geek, too ugly, too queer, in every sense of that word. Today, the first thing that strikes you when you meet him in person is the serenity that emanates from the man. These days Mitch is a respected figure in the hacker community. Blue hackers Before discovering the confidence and infectious enthusiasm he exudes today, Mitch Altman had lived through a long and difficult period. I lived the first half of my life in total and utter depression. “Many know him as the guru of the soldering iron, but he is also warm and a laid-back spokesman for people who struggle with their unhappiness. It has taken Mitch years to find the solution to his unhappiness: live a life he loves and therefore make a living doing what he loves, the hacker ethic as described by Pekka Himanen. I realized that I don’t actually like television! Virtual reality in Silicon Valley

« Je me modifie, donc je suis » Cyril Fiévet (@cfievet) ne nous est pas inconnu. Ancien journaliste pour InternetActu de 2003 à 2006, il fut l'un des blogueurs français les plus prolixes du début des années 2000 avec son blog, Pointblog, son livre BlogStory et son magazine, Netizen, qui avaient tout trois l'ambition de montrer au grand public ce qu'était ce phénomène alors naissant.Cyril Fiévet s'intéresse depuis des années aux technologies. Editeur et traducteur pour Fyp éditions, il vient de signer Body Hacking, un livre très documenté sur la démarche volontaire de modifier son propre corps, "notamment en lui adjoignant des composants artificiels, dans le but de transformer son comportement naturel". InternetActu.net : Qu'est-ce que tu appelles le body hacking (le piratage du corps) ? Cyril Fiévet : : Pour bien comprendre ce qu'est le body hacking, il faut avoir une vision claire de la signification de hacking. Vidéo : le projet d'Oeil Cyborg de Tanya Marie Vlach. Cyril Fiévet : Je ne sais pas.

Related: