background preloader

Bernard Werber

Bernard Werber
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Bernard Werber Bernard Werber en février 2013 par Michel Restany. Œuvres principales Son œuvre, traduite dans une trentaine de langues, fait se rencontrer philosophie, spiritualité, science-fiction, polar, biologie, mythologie, etc. L'auteur qualifie parfois ses romans de « philosophie-fiction »[1]. Biographie[modifier | modifier le code] Bernard Werber publie son premier roman, Les Fourmis, en 1991. À la suite de son livre éponyme, il a lancé l’Arbre des possibles, site Web et « projet pour rechercher ou imaginer les futurs possibles de l’humanité[7] ». Bernard Werber est membre du collectif d'écrivains français La Ligue de l'Imaginaire créé en 2008. Écriture[modifier | modifier le code] Son style d’écriture mêle différents genres, notamment la saga d’aventure, la science-fiction, de l’entre-deux-guerres et le faux conte philosophique. Dans deux romans, Bernard Werber décrit des auteurs de littérature. — Bernard Werber, Soutien à l'INREES Related:  Auteurs

Charles Baudelaire Œuvres principales Charles Baudelaire est un poète français. Né à Paris le 9 avril 1821, il meurt dans la même ville le 31 août 1867. Biographie Jeunesse Un an plus tard, sa mère se remarie avec le chef de bataillon Jacques Aupick. Vie dissolue De retour à Paris, Charles s’éprend de Jeanne Duval, une « jeune mulâtresse » avec laquelle il connaîtra les charmes et les amertumes de la passion. En dandy, Baudelaire a des goûts de luxe. Dessin de Courbet pour Le Salut public, 1848. Portrait-charge par Nadar. Condamnation des Fleurs du mal Lettre de Charles Baudelaire à l'impératrice Eugénie lui demandant d'intervenir afin que soit diminuée l'amende dont avaient été frappées Les Fleurs du mal, 6 novembre 1857. Dernières années Baudelaire quelques mois avant sa mort. Le 24 avril 1864, très endetté, il part pour la Belgique afin d’y entreprendre une tournée de conférences. Maison où est décédé Charles Baudelaire. Lors d’une visite à l’église Saint-Loup de Namur, Baudelaire perd connaissance. Annexes

Jules Verne Jules Verne photographié par Nadar, vers 1878. signature Jules Verne, né le 8 février 1828 à Nantes et mort le 24 mars 1905 à Amiens, est un écrivain français dont l'œuvre est, pour la plus grande partie, constituée de romans d'aventures évoquant les progrès scientifiques du XIXe siècle. Les romans de Jules Verne, toujours très documentés, se déroulent généralement au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Outre ses romans, on lui doit de nombreuses pièces de théâtre, des nouvelles, des récits autobiographiques, des poésies, des chansons et des études scientifiques, artistiques et littéraires. Jules Verne est populaire dans le monde entier ; selon l’Index Translationum, avec un total de 4 702 traductions, il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie[1]. Biographie Jeunesse En 1834, à l'âge de six ans, il est mis en pension dans une institution tenue par une certaine Mme Sambin, veuve putative[N 4] d'un capitaine de cap-hornier[8].

Guy de Maupassant Œuvres principales Henry-René-Albert-Guy de Maupassant [gi d(ə) mo.pa.ˈsɑ̃] est un écrivain et journaliste littéraire français né le 5 août 1850 au château de Miromesnil à Tourville-sur-Arques[1],[2] (Seine-Inférieure) et mort le 6 juillet 1893 à Paris. Biographie Gustave de Maupassant, le père de l'écrivain. Laure Le Poittevin, mère de Guy de Maupassant (date de prise de vue inconnue). Guy de Maupassant à sept ans. Guy passe le reste de son enfance dans la maison « Les Verguies », une grande bâtisse du XVIIIe siècle à Étretat — que Laure sur les conseils de son frère, Alfred Le Poittevin, a acquise avant son mariage[5] — où, entre mer et campagne, il grandit dans l'amour de la nature et des sports en plein air ; il va pêcher avec les pêcheurs de la côte et parle patois avec les paysans. Ayant à peine 20 ans, Guy de Maupassant s’enrôle comme volontaire pour la guerre franco-prussienne. « J'ai la vérole ! Maupassant à la fin de sa vie. Guy de Maupassant caricaturé par Coll-Toc, 1884 Thèmes Œuvre

Jacques Prévert Œuvres principales Compléments Fille de Jacques Prévert : Michèle Prévert (1946 - 1986)Petite-fille de Jacques Prévert : Eugénie Bachelot (1974-)Ayant droit : Eugénie BachelotSite officiel : www.jacquesprevert.fr Biographie[modifier | modifier le code] Jacques Prévert ne se sent pourtant pas encore écrivain. Il s’installe rue Dauphine et intègre le groupe des Lacoudem, également lié par une forte amitié[5]. Toute sa vie, Jacques Prévert témoignera d'un engagement politique sincère. Cet engagement sera à l'origine de ses plus belles réussites et de nombre de ses déboires. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il protège son ami Joseph Kosma[17], qui, grâce à lui, peut poursuivre son travail de musicien, et il aide également le décorateur Alexandre Trauner à se cacher. Ses poèmes sont mis en musique par Joseph Kosma dès 1935 (À la belle étoile) ; ses interprètes sont, entre autres, Agnès Capri, Juliette Gréco, les Frères Jacques, Yves Montand. L’un et l’autre se connaissent de nom.

André Malraux signature André Malraux, pour l'état civil Georges André Malraux, né le 3 novembre 1901 dans le 18e arrondissement de Paris et mort le 23 novembre 1976 à Créteil (Val-de-Marne), est un écrivain, aventurier, homme politique et intellectuel français. Essentiellement autodidacte et tenté par l'aventure, André Malraux gagne l'Indochine, où il participe à un journal anticolonialiste et est emprisonné en 1923-1924 pour vol et recel d'antiquités sacrées khmères. Revenu en France, il transpose cette aventure dans son roman La Voie royale publié en 1930, et gagne la célébrité dans la francophonie avec la parution en 1933 de La Condition humaine, un roman d'aventure et d'engagement qui s'inspire des soubresauts révolutionnaires de la Chine et obtient le prix Goncourt. Militant antifasciste, André Malraux combat en 1936-1937 aux côtés des républicains espagnols. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Origines familiales[modifier | modifier le code] Clara Malraux

Molière Œuvres principales Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, est un comédien et dramaturge français, baptisé le 15 janvier 1622 à Paris, où il est mort le 17 février 1673. Issu d'une famille de marchands parisiens, il s'associe à 21 ans avec une dizaine de camarades, dont la comédienne Madeleine Béjart, pour former la troupe de l’Illustre Théâtre qui, malgré la collaboration de dramaturges de renom, ne parvient pas à s'imposer à Paris. L'œuvre de Molière, une trentaine de comédies en vers ou en prose, accompagnées ou non d'entrées de ballet et de musique, constitue un des piliers de l'enseignement littéraire en France et continue de remporter un vif succès au théâtre, non seulement en France et à la Comédie-Française, surnommée « la Maison de Molière », mais aussi à l'étranger. Biographie Maisons 94 et 96 rue Saint-Honoré construites sur l'emplacement où naquit Molière, photographie d'Eugène Atget en 1907. La jeunesse de Molière Famille Études Des débuts difficiles Nom de scène « Moliere » La troupe

Robert Merle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Œuvres principales Robert Merle, né à Tébessa (en Algérie) le 29 août 1908 et mort en son domaine de La Malmaison à Grosrouvre (Yvelines) le 27 mars 2004, est un écrivain français. Biographie[modifier | modifier le code] Robert Merle est né à Tébessa (en Algérie) le 29 août 1908[1]. Il est le fils de Félix Merle (1871-1915[2]), né en Algérie, soldat à la bataille des Dardanelles en 1915, puis rapatrié à Marseille en raison d'une fièvre typhoïde. Robert Merle est mort en son domaine de La Malmaison à Grosrouvre, dans les Yvelines[4]. Œuvres[modifier | modifier le code] Romans divers[modifier | modifier le code] Robert Merle a été marqué par la guerre et par sa captivité de 1940 à 1943. Série Fortune de France (romans historiques)[modifier | modifier le code] La série Fortune de France est une fresque historique s'étendant de 1547 à 1661. La seconde partie (7 tomes a priori interrompus par son décès), à travers ceux de son fils, Pierre-Emmanuel.

Jean-Paul Sartre Jean Paul Sartre en 1967. signature Œuvres principales Compléments Jean-Paul Charles Aymard Sartre [ ʒãpol saχtχ][1], né le 21 juin 1905 dans le 16e arrondissement de Paris et mort le 15 avril 1980 dans le 14e arrondissement, est un écrivain et philosophe français, représentant du courant existentialiste, dont l'œuvre et la personnalité ont marqué la vie intellectuelle et politique de la France de 1945 à la fin des années 1970. Il a partagé sa vie avec Simone de Beauvoir, philosophe de l'existentialisme et féministe, avec laquelle il a formé un des couples emblématiques du XXe siècle. Biographie[modifier | modifier le code] « Je n’essaie pas de protéger ma vie après coup par ma philosophie, ce qui est bâtard, ni de conformer ma vie à ma philosophie, ce qui est pédantesque, mais vraiment, vie et philo ne font plus qu’un. » (Carnets de la drôle de guerre) Introduction[modifier | modifier le code] Jeunesse et engagement[modifier | modifier le code] Enfance[modifier | modifier le code] — Sartre

Stendhal Pour l’article ayant un titre homophone, voir Stendal. Henri Beyle, plus connu sous le pseudonyme de Stendhal[1] (prononcé [stɑ̃.dal][N 1]), né le à Grenoble et mort d'apoplexie le à Paris, est un écrivain français, connu en particulier pour ses romans Le Rouge et le Noir et La Chartreuse de Parme. Stendhal aurait voulu consacrer sa vie à la rêverie, à la « chasse au bonheur », aux arts et à l'amour ; bien malgré lui, il a eu une vie mouvementée[N 2]. Après la mort d'une mère trop aimée, il souffre d'une enfance étouffante à Grenoble auprès d'un père qu'il méprise et d'un grand-père qu'il adore. Il trouve refuge dans la littérature avant de partir de Grenoble, en 1799, pour aller étudier à Paris. Ses romans de formation Le Rouge et le Noir (1830), La Chartreuse de Parme (1839) et Lucien Leuwen (inachevé) ont fait de lui, aux côtés de Balzac, Hugo, Flaubert ou Zola, un des grands représentants du roman français au XIXe siècle. Biographie[modifier | modifier le code]

Émile Zola Autoportrait au béret, Émile Zola, 1902. Œuvres principales Compléments Sa vie et son œuvre ont fait l'objet de nombreuses études historiques. Sur le plan littéraire, il est principalement connu pour Les Rougon-Macquart, fresque romanesque en vingt volumes dépeignant la société française sous le Second Empire et qui met en scène la trajectoire de la famille des Rougon-Macquart, à travers ses différentes générations et dont chacun des représentants d'une époque et d'une génération particulière fait l'objet d'un roman. Biographie Enfance et adolescence provençale (1840-1858) Émile Zola enfant avec ses parents, vers 1845. Les créanciers poursuivent alors la société du canal. Émilie Aubert, sa mère, totalement démunie, s'occupe de l'orphelin avec sa grand-mère, Henriette Aubert. Au collège à Aix-en-Provence, il se lie d'amitié avec Jean-Baptistin Baille[N 2],[6] et surtout Paul Cézanne qui reste son ami proche jusqu'en 1886. Dès sa prime jeunesse, Émile Zola est passionné par la littérature. Mort

Related: