background preloader

Into time .org by rafaël rozendaal, 2011

Into time .org by rafaël rozendaal, 2011

Cath Tate Direct 106 of the most beloved Street Art Photos – Year 2011 | STREET ART UTOPIA More info. Let us begin with this words that come as a response to the photo above: “There´s tools and colours for all of us, to lend from nature to make the world more understandable and beautiful”. 1# Click on a photo and you make it bigger and can post a comment on it. 2# Make sure that you read the story in the end! More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info and photos. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More by Slinkachu. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info.More by Oakoak. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info. More info.

Cardigan - Home Linda Sanchez, - Oeuvres Le travail de Linda Sanchez prend des formes variées (dessin, vidéo, sculpture, installation, performance) : ces productions sont toutefois « reliées » par les textes, notes et archives qui les documentent presque systématiquement. A partir d’un environnement domestique, Linda Sanchez expérimente des bricolages et combinatoires de matériaux, d’objets et de gestes du quotidien. Elle consigne des observations et hypothèses, elle élabore des protocoles, relançant et modifiant sans cesse ces opérations de construction / déconstruction. La démarche de Linda Sanchez n’est pas sans rappeler l’esprit de certaines littératures (Queneau, Borgès, Pessoa…), qui procèdent de l’inventaire systématique, voire obsessionnel, ou de la variation d’états dûment documentés, et atteignent l’absurde ou le fantastique, ou encore une grande poétisation du réel – une extrapolation de la tentative d’exister par une attention éperdue à ce qui nous entoure. Corinne Guerci Exposition personnelle Young! Résidences

Le maillot en crochet de Michaela Burger On est frappées de plein de fouet, non ? Il vient de chez Michaela Buerger . Vert Wimbledon, ça s’appelle, cette couleur. Et ce serait quand même marrant de voir Rafael Nadal dedans (ok, cliquez sur « voir la suite » si nous nous prenez au mot). Dernier point, sur ce maillot. Est-ce qu’on peut se baigner avec ? Ilaria Casati

Le Polaroid, la photo nostalgique dont la magie les enterrera tous | Rue89 Eco Le principe n’a pas changé depuis 1948 : on cadre, on déclenche la prise de vue et, en quelques secondes, la photo est développée. Entre-temps, Polaroid a déposé le bilan et ne produit plus que des appareils numériques. Ce sont donc de vieux appareils qui circulent : 300 millions seraient encore utilisables. On en trouve dans les vide-greniers, sur eBay, chez des collectionneurs. Les prix varient de quelques euros à plusieurs centaines. D’anciens employés de Polaroid ont racheté leur usine aux Pays-Bas et relancé la production de films Polaroid sous le nom de « The Impossible Project ». La France est le premier marché européen de cette jeune marque. Une belle alternative au numérique Polaroid : quelques dates Initialement amateur, le Polaroid gagne ses lettres de noblesse à partir des années 1970 et l’arrivée d’un nouveau procédé, plus stable et de meilleure qualité. Andy Warhol, Walker Evans, Sarah Moon l’utilisent. « L’image numérique est neutre, pas très belle.

Tu mourras moins bête Un livre encodé dans des molécules ADN Quel est le point commun entre un bit et un nucléotide ? Facile : l'un est la base de L'autre est la base de l' ADN : c'est à dire, de Et si ces deux systèmes d'information distincts pouvaient Et bien, on pourrait peut-être faire de De la science-fiction ? > Des 0 et des 1 dans l'ADN Pour convertir les informations, le procédé est en théorie plutôt simple : l'information génétique est codée par fonctionnant deux à deux ( et , et ). Les informations numériques ont ensuite été introduites dans des cellules d'ADN synthétisées artificiellement, au moyen d'une imprimante à jet d'encre. Au final, le procédé n'est donc pas très différent d'une copie de données sur disque dur... à la différence près qu'on ne peut sur un brin d'ADN. Alors, l'ADN est-il le futur du stockage d'informations ? L'ADN présente en outre de nombreux atouts, rappelle ActuaLitté : facile à copier, il reste lisible après des milliers d'années, même conservé dans les pires conditions imaginables.

Related: