background preloader

Hydroponie

Hydroponie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un chercheur de la NASA vérifie les oignons hydroponiques : à sa gauche se trouve de la laitue Bibb et à sa droite des radis. Photo d'un plant de bananier dans le potager hydroponique HydroTown. Récolte de poivrons sur le potager hydroponique HydroTown. Culture hydroponique de tomates (hybrides de Black Macigno), Sardaigne, Italie Variante de culture hydroponique de tomates, sur ballot (hybrides de Black Macigno), Sardaigne, Italie L’hydroponie ou culture hydroponique (ou agriculture hors-sol), du grec πονος (ponos, « le travail » ou « l'effort ») et ὕδωρ (hudōr, « l'eau »), est la culture de plantes réalisée sur un substrat neutre et inerte (de type sable, pouzzolane, billes d'argile, laine de roche etc.). La culture hydroponique est très présente en horticulture et dans la culture forcée de certains légumes sous serre. L'état sanitaire de ces cultures est contrôlé par des pesticides ou produits phytosanitaires. Related:  zigue

Béa Johnson: le nouveau messie de l'écologie Elle arrive pieds nus, mince comme une brindille, sexy dans une grande chemise d’homme noire, les cheveux mouillés. Elle sort de la douche et nous ouvre la porte vitrée de sa maison. A Mill Valley, village chic au nord de San Francisco, des médias, elle en a vu défiler. Depuis qu’elle a lancé son blog «Zerowastehome» en 2010, ils sont tous venus l’interviewer : le «New York Times», «USA Today», «Sunset», «NBC», «People Magazine», le «Huffington Post»… Avec Scott, son mari et leurs garçons Max et Léo, elle a aussi été starisée dans des talk-shows télé. Et a convaincu des milliers d’adeptes de suivre ses préceptes à la lettre. «Ça me fait super plaisir que les Français s’intéressent à ma démarche!» Le modèle «zéro déchets», un ascétisme chic Ces derniers temps, elle reçoit tellement de sollicitations qu’elle a pris un agent. Béa Johnson a répondu aux questions de Paris Match. Paris Match. Vous considérez-vous comme une écologiste ? «Le recyclage est le dernier recours»

L'autonomie est-elle l'avenir de notre société? Chaque homme doit inventer son chemin... mais est-ce véritablement le cas dans nos sociétés modernes? Perdu dans ses finances incontrôlables, ses productions mondialisées et ses entreprises où l'humain et la nature ne pèsent pas bien lourds, le capitalisme d'aujourd'hui semble s'être laissé piéger par sa complexité et son obsession du profit. Et nous, citoyens-consommateurs, courons chaque jour derrière la consommation, l'épargne, le travail, la sécu, la retraite... Est-ce vraiment la bonne réponse à notre quête personnelle de sens et de bien-être? Est-ce la bonne voie pour pérenniser notre économie et réinventer l'imaginaire de notre avenir collectif? Une solution est en marche qui pourrait résoudre une partie de nos difficultés: l'autonomie. Le royaume des "créateurs-fabricants" C'est aussi le royaume du do-it-yourself, ce mouvement d'individus qui cherchent à tout fabriquer par eux-mêmes. Plus d'indépendance pour un meilleur contrôle des budgets Vers "l'autonomie heureuse"

Béa la Gardoise a lancé le “zéro déchets“ aux USA La mère de famille fait tenir ses poubelles de l’année dans un bocal. L’Amérique est séduite. Le phénomène arrive en France. Aux États-Unis, elle est devenue la “papesse” du “zéro déchet” : un livre, “Zero waste home”, paru au printemps dernier, et son blog, suivi chaque jour par au moins 10 000 followers, lui valent d’être consultée par les grands noms de l’industrie agroalimentaire et les particuliers désireux de se “désencombrer”, d’être invitée aux débats politiques, de donner des conférences dans les universités, d’être interpellée dans la rue. Ses astuces antigaspillage et ses recettes pour arrêter de polluer font mouche. Rochefort-sur-Gard Béa Johnson distille conseils pratiques et images chocs : à San Francisco, sa famille ne produit pas plus d’un litre de déchets par an. Supprimer le superflu L’ultra société de consommation, Béa Johnson la connaît trop bien : "Je voulais la grande voiture, la grande maison... Une écologie moderne Des alternatives (1) Zéro déchet, ed.

Se nourir au niveau localement - Site national des AMAP Ennesys, cultiver des micro-algues pour produire de l’énergie Interview de Christine GRIMAULT, Directrice du développement chez Ennesys, publiée dans le Lettre du pôle de compétitivité Trimatec n°17 de Juin 2013 Quelle est l’activité d’Ennesys ? Notre métier est de cultiver des micro-algues pour produire de l’énergie en dépolluant les eaux usées, grâce à des éco-systèmes que nous installons sur les bâtiments ou industries rejetant des eaux polluées. Quand la société a t-elle été créée et quel est son effectif ? Ennesys a été créée en septembre 2010. L’équipe est actuellement composée des trois associés fondateurs, de 3 ingénieurs système, 1 ingénieur biologiste et de stagiaires et s’appuie sur un comité stratégique composé d’experts tels le Docteur Rhadidja Romari ou Philippe Hachin, directeur immobilier d’Areva. Quels principaux marchés sont adressés par Ennesys ? Nous visons deux marchés prioritaires : celui du bâtiment à énergie positive et celui du traitement local des eaux polluées. Quels objectifs de développement se donne Ennesys ?

Pierre Rabhi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pierre Rabhi Pierre Rabhi en 2009. Pierre Rabhi, né en 1938 à Kenadsa, en Algérie[1], Rabah Rabhi de son vrai nom (en arabe رابح رابحي le vainqueur)[2],[3], est un essayiste, agriculteur biologiste, romancier et poète français, d'origine algérienne, inventeur du concept « Oasis en tous lieux ». Il défend un mode de société plus respectueux de l'homme et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement et préservant les ressources naturelles, l'agroécologie, notamment dans les pays arides[4]. Il est le père de l'ingénieur Vianney Rabhi[5] (l'inventeur du procédé du moteur MCE-5, un dispositif permettant de rendre le taux de compression variable dans les moteurs à pistons) et de Sophie Rabhi-Bouquet (présidente de l'écovillage du Hameau des Buis[6]). Jeunesse algérienne[modifier | modifier le code] Pierre quitte Kenadsa pour Oran avec sa famille d'adoption et y suit deux années d'études secondaires.

Acta Alga révolutionne le biocarburant de microalgues Acta Alga est une jeune société française qui a frappé un grand coup : elle a réussi à mettre au point brevet de production de carburants à l’aide de microalgues deux fois plus efficace que les méthodes existant jusqu’alors. Elle est peut-être un futur géant du secteur ? Le rendement qu’a réussi à atteindre Acta Alga dans la production de biocarburant à base d’algues est inégalé dans le monde : 20 000 litres de carburant par hectare pour une hauteur d’eau de 1 mètre. Ce résultat est loin d’être le fruit du hasard. Un projet d’avenir qui concrétise la vision et l’acharnement d’un entrepreneur aguerri, Michel Conin. Un brevet qui concrétise une recherche pointue Michel Conin, homme d’affaires aux multiples expériences, a créé Acta Alga dès 2008, persuadé de l’immense potentiel des microalgues tant sur le terrain énergétique qu’alimentaire. Exploiter le potentiel des microalgues Produire 1 litre de biocarburant consomme 50 fois moins de surface avec des algues qu’avec du colza.

"Arrêtons de manger n'importe quoi" - Nutra News «Aliments et santé : ce qu'on vous fait avaler» Les auteurs passent en revue l'existence ou non de validations scientifiques concernant plusieurs «idées reçues» autour de quatre grands thèmes : lait, graisses, sucres/glucides et régimes. Dans la plupart des cas, les auteurs ont travaillé en liaison avec les chercheurs de l'école de santé publique de Harvard (Boston, Massachusetts). Ils ont adopté nombre de leurs préconisations et de leurs critiques, parce qu'à leurs yeux, elles reposent sur la science la moins contestable. Maigrir, après 40 ans, ce n'est pas simplement une question de régime. Ce ne sont que quelques exemples des sujets abordés qui nous incitent à poser la question « Quelle est la valeur des conseils de “bonne santé“ dont certains risquent parfois de faire le lit de l'obésité, du diabète et d'autres maladies chroniques ?»

Concevoir un diaporama pour mon cours Nous avons déjà largement exploré la question passionnante de la préparation d'un diaporama efficace, que ce soit en support à une présentation ou en support à un cours. Nous avons évoqué certaines des figures centrales de la théorisation de cet exercice, qu'il s'agisse de Garr Reynolds ou, à un autre niveau, de François Jourde dont tous les diaporamas préparés pour ses cours de philo contituent des exemples remarquables de ce qu'il faut faire. Un diaporama pour enseigner Si nous revenons sur le sujet de la conception d'un diaporama utilisé dans le cadre d'un cours ou d'une formation, c'est qu'une nouvelle auteure mérite largement de rejoindre le carré encore très fermé de ceux dont les apports comptent : il s'agit de Anne-Céline Grolleau, conseillère pédagogique à l'Ecole des Mines de Nantes (France). Mme Grolleau a animé un atelier lors d'une journée de formation à laquelle participaient des enseignants des Grandes écoles de la région Pays de la Loire. Voir aussi, sur Thot :

Permaculture La permaculture (mot-valise anglais formé à partir de « permanent (agri)culture » ; en français : « agriculture durable » ou « culture permanente ») est, à l'origine, une conception de l'agriculture et de l'horticulture durable fondée sur l'observation minutieuse des écosystèmes et des cycles naturels et leur imitation. Elle a été élaborée dans les années 1970 par le biologiste australien Bill Mollison et son élève David Holmgren. En 1981, Mollison reçoit le Right Livelihood Award pour son travail. La notion de permaculture a progressivement été étendue à une conception systématique de l'environnement et à une éthique normative définissant des modes de vie et un fonctionnement de la société souhaitables. En Europe, la permaculture est pratiquée aussi bien dans des jardins privés que dans des fermes de taille moyenne. Jardin cultivé selon les principes de la permaculture dans le Nord de la France. Définition[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] Howard T.

1- Oh non un diaporama... Voici quelques semaines, Caroline Jouneau-Sion, professeure d'histoire, nous confiait ceci : "Autrefois, je passais des nuits à préparer de magnifiques diaporamas, et les élèves n'avaient plus qu'à cliquer... C'était du cours magistral avec des images, rien de plus !" Comme nombre de ses collègues, comme nous tous, elle s'était laissée prendre par l'illusion technologique, qui associe mécaniquement le "plus moderne" au "meilleur apprentissage"... avant de réaliser que rien n'avait changé finalement, rien surtout n'était advenu de ce qu'elle souhaitait mettre en place pour rendre ses élèves plus actifs, plus autonomes et colaboratifs dans leurs apprentissages. 40 diapos pour le prix de 10 ! Henri Boudreault, formateur d'enseignants et auteur du blogue "Didactique professionnelle", pointe lui aussi cette illusion et nous fait franchement rire : "Lorsque j’ai débuté en enseignement, le moyen didactique le plus répandu était l’acétate.(...) L'ilusion de la simplicité Des idéateurs

2 - Génial un diaporama ! La semaine précédente, nous engagions une série d'articles consacrés à la présentation avec support visuel. Nous avions fait part des critiques, nombreuses, qui pleuvent ces derniers temps sur l'usage inapproprié du diaporama (celui qu'on appelle, par abus de langage « PowerPoint »), quel que soit le contexte d'utilisation. Dans cet article, nous allons examiner les tendances à l'amélioration et les repères fournies par certains utilisateurs expérimentés. Les champions Les références ultimes, en matière de diaporama efficace, s'appellent Lawrence Lessig (professeur de droit et inventeur des licences Creative Commons) , Al Gore, Bill Gates et surtout Steve Jobs, dont l'art de la présentation a été décortiqué dans les moindres détails. Tous ces brillants orateurs utilisent le diaporama de manière convergente : Ces présentateurs de talent (dont certains, comme Bill Gates ou Al Gore, ont subi un entraînement intensif) utilisent le diaporama comme support ou complément à leur prestation orale.

Comment faire une bonne présentation? | Daniel Lafrenière Préparer et présenter un sujet devant un public est un art. Malheureusement, cet art n'est maîtrisé que par bien peu de personnes si je me fie à ce que je vois depuis des années. Ce n'est pas parce qu'on sait se servir de PowerPoint qu'on sait faire une présentation. Faire une présentation, c'est entrer en contact avec son auditoire pour lui communiquer un message et non lire à haute voix ce qui est écrit à l'écran ! Voici quelques conseils que j'ai traduits et adaptés du site de Garr Reynolds avec sa permission (© Garr Reynolds, 2006). En espérant qu'ils vous seront utiles. Les 10 meilleurs trucs de préparation 1. Avant même de démarrer PowerPoint, assoyez-vous et prenez le temps de penser à la journée de votre présentation. 2. Avant d’élaborer le contenu de votre présentation, vous devez vous poser plusieurs questions afin de devenir le meilleur présentateur possible pour cet auditoire. Qui assistera à la présentation ? 3. Attention ! 4. « Simple » ne veut pas dire « simpliste ». 5. 6.

Related: