background preloader

Continent sciences - Sciences

Continent sciences - Sciences
Related:  LES perspectives énergétiques, entre bio et technologies

idées en vrac Le greenwashing passe en justice Nouvelle-Zélande / / Océanie Les étiquettes “vertes” poussent sur tous les produits et dans tous les rayons, mais peuvent facilement induire en erreur. La Chambre de Commerce s’attaque à six cas pour désamorcer la tendance mensongère, involontaire ou non. Le greenwashing est un technique marketing punie par la loi. Les peines encourues pour le greenwashing vont de 60 000 dollars pour un individu à 200 000 dollars pour une entreprise, contre plusieurs dizaines de milliers de dollars pour obtenir une certification écologique légitime preuve à l’appui. Les consommateurs se laissent influencer par les arguments « verts » Selon une enquête de consommateurs, environ 60% se laissent influencer par le label écolo pour faire leurs achats, et cela ne fait qu’augmenter. Pour beaucoup d’entreprises, le coût d’une évaluation officielle est encore difficile à financer. Parmi les fraudes les plus courantes, on trouve: - les noms de marque impliquant un statut vert non prouvé.

Well Done Stuff ! Store Sustentator préparation d'un outil de VEILLE, investigation à réaliser La ville du futur sera campagnarde » Retrouvez notre dossier «La ville de demain» Un homme en costume, faisant, à grand peine, rentrer sa vache dans un ascenseur. En son temps, cette publicité pour les produits laitiers avait fait beaucoup rire. Car pourquoi donc avoir une vache chez soi quand il suffit d'aller au supermarché pour acheter une brique de lait? Dans la ville de demain, pourtant, les vaches feront peut-être leur réapparition. Après des décennies d'urbanisation des campagnes, les jardins forcent en effet la porte des villes et les champs pénètrent dans les faubourgs. La ville de demain risque en effet la crise d'inanition. L'Ile-de-France, pourtant réputée pour ses immenses champs de blé, est ainsi en permanence sous la menace du jeûne: elle ne produit que quelques maigres pourcents de sa consommation alimentaire et Rungis, dont 50% environ des approvisionnements viennent de l'étranger, ne dispose que d'environ 3 jours d'autonomie! Des fermes dans des gratte-ciels Des jardins sur les toits Catherine Bernard

Motit, le motopartage électrique Après l’autopartage, voici le motopartage. Depuis quelques semaines, les barcelonais peuvent se déplacer grâce à Motit, des scooters électriques en libre service mis à disposition dans les rues de la cité catalane. Et si l’une des tendances de 2014 était la fin de la propriété ? Un article de La Tribune avance cette hypothèse et donne comme exemple la floraison de services de location courte durée de véhicules urbains : Autolib, velib, pour ne citer que des exemples parisiens. Motit est un nouvel exemple de ce mode de mobilité urbaine, partagée, mais aussi électrique, Il s’agit du premier réseau de scooters électriques en libre service, déployé dans les rues de Barcelone, en Espagne. En service depuis septembre 2013, Motit a séduit un millier d’utilisateurs avec ses 40 deux roues mis à dispositions dans le centre de la capitale catalane. Motit est organisé sans station de recharge ou de location. A terme, le réseau devrait compter 1500 scooters. — Benoît Solivellas

Accueil | Voiture, vélo, scooter et véhicule électrique ou hybride. La transition énergétique allemande: une introduction La transition énergétique, « l’Energiewende » en allemand, est une expression qui fait flores depuis peu en politique, en Allemagne comme en France, et ailleurs. L’abandon du nucléaire en Allemagne, suite à l´incident de Fukushima, a provoqué beaucoup de réactions. Pour quelques-uns, cette décision politique va dans la bonne direction, mais elle est encore trop modeste et sa mise en application trop lente. Pour d’autres, cette décision semble populiste, voire trop radicale. Mais quoiqu’il en soit, « l’Energiewende » allemande a certainement le mérite d´avoir (re-)lancé le débat aussi bien à l’échelon local que global sur le passage nécessaire aux renouvelables. Même s’il existe actuellement un vif débat à ce sujet, on constate en effet un vaste consensus au sein de la population allemande qui estime qu’un tel pas, une telle « Energiewende » est indispensable. C’est la raison pour laquelle la Fondation Heinrich Böll a mis en place ce site internet sur la transition énergétique allemande.

Les leçons de la transition énergétique allemande Fermer la vingtaine de réacteurs nucléaire d'ici 2022; produire 60% de l'énergie (et 80% de l'électricité) grâce aux renouvelables d'ici 2050 et diminuer à cette échéance de 80% à 95% par rapport à 1990 les émissions de gaz à effet de serre. Tels sont les principaux objectifs de la transition énergétique entamée par l'Allemagne en 2011. Une transition que les experts du Centre d'analyse stratégique ont examinée à la loupe dans une note publiée en septembre et qu'a commentée pour Slate Fabien Roques, directeur à l'IHS-CERA, cabinet de consultants en stratégie énergétique. Abandonner le nucléaire, c'est possible? oui Avant Fukushima, l'Allemagne comptait 17 réacteurs en fonctionnement. publicité Huit réacteurs ont été fermés en 2011 et cela n'a visiblement posé aucun problème: la différence a été compensée par une baisse des exportations électriques, une augmentation de la production des énergies renouvelables et une petite baisse de la consommation. non (pas pour l'instant) Catherine Bernard

Greenwashing : Trop vert pour être vrai ! Greenwashing : Trop vert pour être vrai ! Greenwashing, écoblanchiment, désinformation verte voire même « verchiement »… Certes, cette dernière dénomination peut porter à sourire. Et pourtant toutes désignent un procédé marketing qui consiste à mettre en avant un engagement écologique qui n’est pas réel. Le mot « greenwashing » est apparu au Royaume-Uni vers la fin des années 90. Attention tout de même à ne pas faire l’amalgame entre le marketing vert ou greenmarketing et greenwashing, concepts qui prônent des valeurs diamétralement opposées. Le marketing vert obéit à de véritables règles strictes dont la transparence est la ligne directrice. Tout le problème pour le consommateur est de parvenir à faire la différence entre le développement durable intégré dans la stratégie de l’entreprise et le développement durable comme simple composante de la stratégie marketing. Absolument tous les secteurs sont concernés par le greenwashing et bien évidemment le tourisme n’y échappe pas.

Les Amis de la Terre : Les prix pinocchio du développement durable chinese company 3D prints 10 recycled concrete houses in 24 hours apr 24, 2014 chinese company 3D prints 10 recycled concrete houses in 24 hours chinese company 3D prints 10 recycled concrete houses in 24 hoursall images courtesy winsun new materials winsun new materials, a chinese company based in suzhou, china, has managed to print 10 full-sized eco-friendly houses in just one day. measuring 200 square meters and costing $4,800 USD to build, each dwelling was created in under a few hours entirely out of recycled construction and industrial waste with an enormous 3D printer. instead of using bricks and mortar, the system extrudes a mix of high-grade cement and glass fiber material, layer by layer, similar to traditional rapid prototyping processes. using CAD for the architectural plan, calculated tracing paths consider insulation materials, plumbing, electrical lining and windows, which can later be outfitted once the rest of the structure is assembled. the 3-D printer used for the construction measures 6.6 m x 10 m and is 150 m long 3D printing process

Technologie de rupture Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une technologie de rupture, également connue comme « rupture technologique », est une innovation technologique qui porte sur un produit ou un service et qui finit par remplacer une technologie dominante sur un marché. Cette disparition de la technologie existante se fera bien que la technologie de rupture soit radicalement différente et qu’elle soit souvent moins performante à l’origine selon les critères traditionnels de mesure. Par opposition aux technologies de rupture, les technologies de continuité ou d’amélioration continue ne créent pas de nouveaux marchés : elle procèdent par améliorations et incréments graduels successifs des performances de la technologie actuelle. Les tenants du marché sont donc en concurrence permanente pour l'amélioration de leurs produits. Le terme de « technologie de rupture » (Disruptive technology en anglais) fut introduit et argumenté par Clayton M. La théorie[modifier | modifier le code] (en) Clayton M.

Related: