background preloader

Bioplastique

Bioplastique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme bioplastiques désigne des matériaux de deux types. Il s'agit d'une part de matières plastiques agrosourcés, ou agroplastiques, issus de ressources renouvelables, telles que le maïs, la patate douce, le blé, la canne à sucre ou l’huile de ricin, et d'autre part de plastiques biodégradables, y compris issus de réactions pétrochimiques. Les agroplastiques ne sont pas forcément biodégradables au sens de la norme internationale. Les bioplastiques sont des polymères. À l'inverse, il y a des bioplastiques d'origine pétrochimique telle que la Poly(e-caprolactone) qui sont biodégradables. D'autres plastiques sont dits dégradables (ou oxo-dégradables) grâce à des charges métalliques qui vont casser la structure moléculaire de la matière en particule invisible à l’œil nu,afin de le rendre potentiellement biodégradables. Histoire des bioplastiques[modifier | modifier le code] Les bioplastiques sont caractérisés par le fait que : et/ou Related:  Les bioplastiquesChimie "verte"

Student's Corner download PDF (The characters Achilles and the Tortoise are taken from Douglas Hofstadter's Goedel, Escher, Back: an Eternal Golden Braid.) Achilles (a Greek warrior, fleetest of foot of all mortals) comes across a Tortoise in a forest. Achilles: Good afternoon, Tortoise. Tortoise: I am finished with this plastic packaging, so I am returning it to the earth. Achilles: But all you are doing is hitting it with a hammer. Tortoise: Actually, if you must know, I am degrading it. Achilles: Degrading it? Tortoise: No, no. Achilles: Yes… Tortoise: Well, biodegrading is just one kind of degrading, you know. Achilles: Now wait, but that's hardly the same thing. Tortoise: Why? Achilles: You'll never do it with a hammer. Tortoise: Well, I could use a grinder of some sort. Achilles: That wouldn't… look. Tortoise: Aha, well now I've got you! Achilles: Something you can add now? Tortoise: No, no. Achilles: OK. Achilles: You wouldn't even have to hit it with a hammer? Tortoise: No! Achilles: Oxydolic-degradation?

Biocarburant Actuellement, deux filières principales existent : filière huile et dérivés, comme l'huile végétale carburant, le biogazole (ou biodiesel) ; mais aussi de graisses animales ou des acides gras divers (algues, etc.)filière alcool comme le bioéthanol, à partir de sucres, d'amidon, de cellulose ou de lignine hydrolysées. D'autres formes moins développées, voire simplement au stade de la recherche, existent aussi : carburant gazeux (biogaz, biométhane, dihydrogène), voire carburant solide (gazogène) , etc. La production mondiale d'agrocarburants s'élève à 4 113 PJ en 2019, en progression de 56 % par rapport à 2010. Les principaux pays producteurs sont les États-Unis (37,9 % du total mondial), le Brésil (24,1 %) et l'Indonésie (6,7 %). La consommation mondiale de biocarburants a atteint 58,8 Mtep en 2011 (41,6 Mtep de bioéthanol et 17,2 Mtep de biodiesel), soit 3,1 % de la consommation mondiale des transports routiers. La consommation européenne a été de 14,4 Mtep en 2012, en hausse de 2,9 %.

Q&A: Can I make waterproof bioplastic? Recently we have received a number of comments asking us how people can make their own home-made bioplastics that are waterproof (or at least, water-resistant). Everyone has seen that there are waterproof biodegradable products out in the world. There are bioplastic coffee cups, there are bioplastic bowls, and there are bioplastic soup spoons. There are even bioplastic wrappers that (one imagines) must be at least a little water resistant to work properly. So you think to yourself: "How can I do this at home?" Unfortunately, although it is not impossible, the answer is not as easy as you might think. Let's start by looking at the basic chemical properties of bioplastic, and why the question of waterproofing is difficult. Some biopolymers are intrinsically more water-resistant, and the most well-known example of this is polylactic acid (PLA). Polyhydroxyalkanoates (PHA's) are another naturally produced material, created by microorganisms. Happy experimenting!

Carburants de synthèse, biocarburants, kérosène vert… De quoi parle-t-on exactement ? Ces dernières années, de nouveaux types de carburants (« renouvelables », « verts » ou « alternatifs ») ont fait leur apparition, certains promettant un plus grand respect de l’environnement. Ces produits ont-ils vraiment différents des carburants traditionnels issus du pétrole ? Et est-il correct d’affirmer qu’un carburant est « vert » ? Dans tous les cas, on parle ici d’une seule et même chose : des carburants liquides utilisés pour le transport. Disons-le de suite, le terme « vert » doit nous inviter à la plus grande prudence. Les carburants liquides de transport Un carburant liquide fait référence à une matière composée de molécules combustibles ou génératrices d’énergie pouvant être exploitées pour créer de l’énergie mécanique. La plupart des carburants liquides largement utilisés dans le monde sont dérivés de combustibles fossiles – le plus souvent du pétrole (à plus de 80 %) mais aussi du gaz naturel ou du charbon. Les carburants de synthèse Les e-carburants Le cas du kérosène

ZEROWASTEFRANCE 03/07/20 BIOPLASTIQUES, COMPOSTABLES, BIOSOURCÉS : ON FAIT LE POINT ! Sans surprise, vous ne trouverez pas dans cet article la solution miracle pour résoudre la crise de la pollution plastique, mais vous saurez décrypter les étiquettes et slogans marketing sur certains produits. “Bioplastique”, un terme général… qui ne veut pas dire grand chose Le terme “bioplastique” ne dispose pas à ce jour de définition normée. Il peut donc désigner des matières aux caractéristiques bien différentes : certaines tiennent à la composition de ces plastiques, qui peuvent être fabriqués à partir de matières dites “biosourcées” (des matières issues de la biomasse, considérées comme renouvelables par opposition aux matières fossiles). D’autres caractéristiques tiennent au devenir de ces déchets, qui peuvent être qualifiés de “biodégradables” ou “compostables”. “Biodégradable”, un joli mot marketing Les plastiques “compostables” n’ont rien de très circulaire Les plastiques biosourcés : prudence sur l’origine de la matière Les plastiques “oxo-fragmentables”

Le bioraffinage, une alternative prometteuse à la pétrochimie |  Université de Liège 1Face aux nouvelles préoccupations environnementales (réchauffement climatique, besoin de contrôler et de réduire les émissions des gaz à effet de serre, etc.) et aux évolutions du prix des ressources fossiles, les activités de R&D s'orientent de plus en plus, tant dans les instituts de recherche que dans les industries, vers le développement de nouvelles technologies basées sur l'utilisation de matières premières alternatives et renouvelables. Il est en effet globalement accepté à l'échelle mondiale qu'une utilisation rationnelle et durable de la biomasse pourrait potentiellement remplacer une partie des ressources fossiles tant au niveau du secteur énergétique qu'au niveau d'autres secteurs comme, par exemple, l'industrie chimique ou celle des matériaux (Kamm et al., 2006 ; Kamm et al., 2007a ; Kamm et al., 2007b ; Demirbas, 2009a ; Cherubini, 2010). 3Dans une bioraffinerie, une très large gamme de procédés et de technologies de transformation durables sont utilisés. 121. 132. 143.

FUTURA SCIENCES 04/10/18 Nuatan, un bioplastique que même les poissons peuvent manger Présenté lors du dernier London Design Festival, le Nuatan est un bioplastique développé à base d'amidon de maïs qui est à la fois durable, rapidement dégradable et sûr à ingérer. Ses concepteurs assurent qu'il pourrait remplacer tous les emballages existants, y compris alimentaires. C'est une belle promesse : un bioplastique 100 % issu de ressources renouvelables, 100 % biocompatible et 100 % biodégradable. Le Nuatan est un mélange breveté entre deux biopolymères : de l'acide polylactique dérivé de l'amidon de maïs et le polyhydroxybutyrate fabriqué à partir d'amidon de maïs qui a été métabolisé par des micro-organismes. En outre, le Nuatan peut supporter des températures supérieures à 100 degrés Celsius et a une durée de vie allant jusqu'à 15 ans, dixit ses concepteurs. Et si ce bioplastique obtient un certificat de sécurité alimentaire, il pourrait être utilisé pour l'emballage des aliments et des boissons. Cela vous intéressera aussi Intéressé par ce que vous venez de lire ?

An Overview of Biorefinery Derived Platform Chemicals from a Cellulose and Hemicellulose Biorefinery GRAPHILINE 28/10/15 Les bioplastiques, un nouvel eldorado pour l'emballage alimentaire ? Le marché de l’emballage alimentaire en Europe atteindra un volume d’environ 38,2 millions de tonnes en 2022, selon une étude du cabinet allemand Ceresena. Parmi les tendances qui devraient s’avérer déterminantes quant à l’évolution du marché, le cabinet souligne la substitution du plastique au métal et la croissance rapide des bioplastiques. Les bioplastiques désignent d’une part les matières plastiques issues de ressources renouvelables comme le maïs ou la canne à sucre et d’autre part les matières plastiques biodégradables. Pour les consommateurs, le respect de l’environnement est un critère de plus en plus important dans le choix de tel ou tel produit. De nouvelles exigences d’information vont également se développer. Ils attendent également des emballages légers, pratiques avec un design attrayant.

An Overview on the Use of Lignin and Its Derivatives in Fire Retardant Polymer Systems 1. Introduction Nowadays the growing interest about a green and sustainable development has contributed to recall attention to biomass and specifically to lignocellulosic feedstock as a promising, renewable and vast resource as chemical component, in this context, lignin represents a component of renewable raw material that is available in sufficient quantity and is not in direct competition with food production. After cellulose, lignin is the second most abundant polymer from biomass and the main one based on aromatic units [1, 2, 3]. It has been reported that worldwide more than 50 million tons of lignin is generated every year as a by-product from pulp and paper-making industries, however less than 2% is actually recovered for utilization as a chemical product and the rest is considered as waste and primarily burned for recovering energy [4, 5]. 2. 3. Lignin is extracted from the other lignocellulosic parts by physical and/or chemical and biochemical treatments. Table 1. 3.1. 3.1.1.

INRA 16/07/13 Revêtement de surface : des films bio-sourcés anti-UV, transparents, nanostructurés et ultrafins Les films anti-UV sont en général des films composites formés de matrices de polymères synthétiques intégrant des substances de nature inorganique absorbant les UV qui sont susceptibles de présenter un indice de réfraction élevé dans le visible, ce qui conduit à une forte diffusion des rayonnements, ainsi qu'à un blanchissement systématique de la matrice dans laquelle ils sont incorporés. Des films anti-UV autosupportés (épaisseur > 10µm) ont été fabriqués à partir de lignine (dont la structure phénolique absorbe les UV) extraite de fibres de bois durs et de viscose mais avec un procédé de fabrication complexe pour obtenir des films transparents à 80% dans le visible utilisables dans le domaine de l’emballage des aliments. Le groupe de recherche coordonné par le Dr. Les films ainsi produits ont pour propriétés d’être nanostructurés, auto-supportés ou non, hydrophobes, homogènes, ultrafins (˂ 30 µm), stables, absorbeurs d'UV et transparents au spectre optique visible.

Related: