background preloader

Indignés de tous les pays… 

Indignés de tous les pays… 
Related:  Belgique

La parole aux citoyens "Vous spéculez avec nos vies". Devant le siège de la BCE, à Francfort (Allemagne), le 15 octobre. Les mouvements d’indignés qui fleurissent à travers le monde représentent une nouvelle forme de participation politique. Non organisés, ils exigent des institutions un dialogue permanent qui ébranle leur autorité. A première vue, c’était une manifestation comme une autre, une marche de protestation classique sur la voie publique. Samedi 15 octobre, dans le monde entier, des gens ont répondu à l’appel des "indignés" invitant la population à descendre dans la rue. Comment exploiter le potentiel de cette contestation ? Leurs motivations semblaient variables. Un débat continu Utilisé sur les réseaux sociaux pour classer par thème les informations et les commentaires, le hashtag [“#” ou mot-clic, collé aux mots-clé des tweets] est devenu un moyen efficace de coordonner la communication, et fragilise une autre logique centralisatrice jusqu’alors en vigueur : l’autorité de l’auteur.

ÉTATS-UNIS • Les indignés inventent la "bibliotente" Pour tenir dans la durée, les militants du mouvement "Occupy Wall Street" s'organisent. A New York, Boston et dans plusieurs autres campements, des coins bibliothèque ont fait leur apparition pour occuper le terrain... et les esprits. La ville de Boston, qui abrite la première grande bibliothèque publique ouverte aux Etats-Unis, possède désormais un tout nouveau coin lecture, un peu moins majestueux. Installée sous une tente militaire, la bibliothèque du camp Occupy Boston, sur Dewey Square, offre une myriade d'ouvrages érudits à emprunter, sans date de retour ni frais pour restitution tardive. Sa collection, qui comprend plus de 500 volumes classés par genre (consumérisme, identité sexuelle, militantisme/organisation) et ne cesse de croître, est gérée par un libraire et un petit groupe de bibliothécaires qui soutiennent le mouvement. Occupy Boston n'est pas la seule branche du mouvement à posséder sa propre bibliothèque. Reste que tenir une bibliotente présente plus d'une difficulté.

« Occupy Wall Street », le miracle qu'espérait le (faux) Révérend Billy (De New York) Il est attendu comme un messie sur les marches du Zuccotti Park, désormais célèbre pour accueillir les « Indignés » du mouvement « Occupy Wall Street » à New York. Mélange d’Elvis Presley aux cheveux peroxydés et de télévangéliste américain question look, Billy Talen, alias Révérend Billy, ne sort plus sans sa chorale de chanteurs gospel, alertant la population sur les dangers du capitalisme. Un prêche en anglais du révérend Billy devant les manifestants d’« Occupy Wall Street » Moitié acteur, moitié gourou Depuis près de douze ans, il prêche contre la consommation de masse. Le Révérend Billy espère pouvoir mieux relayer son propos en faisant écho aux paraboles chrétiennes qui ont fondé l’Amérique. ‘Nous sommes un groupe d’agnostiques ironiques qui se tiennent par la main et qui prient pour la Terre. Ancien candidat aux municipales de New York Toujours suivi par sa compagne Savitri D. ‘On avait pensé que peut-être nous pourrions faire la différence.

Journée planétaire des « indignés » : les images de Paris Indignés de tous pays, (ré)unissez-vous ! Voilà l’appel qui était lancé samedi par le mouvement du 15 octobre. La journée mondiale des « Indignés » a rassemblé des dizaines de milliers de personnes dans quelque 951 villes et à travers plus de 80 pays. Du côté de Paris, le rendez-vous était donné à 17 heures sur le parvis de l’hôtel de ville. Après avoir convergé de différents quartiers de la ville, près de 2 000 personnes se sont assises pour assister à l’assemblée populaire. Ça parle italien, allemand ou espagnol dans l’assemblée. De Sydney à Madrid en passant par Rome et Tokyo, le rendez-vous planétaire des « indignés » a été un succès, malgré des accrochages à Rome et à New York.

EN IMAGES • Les 99 % en action 981 villes ont répondu à l’appel international des Indignés à manifester le 15 octobre. Retour en images sur la manifestation qui a eu lieu à New-York. Courrier international 17 octobre 2011 | Partager : La journée mondiale des indignés, samedi 15 octobre, a été marquée par de fortes mobilisations en Italie, en Espagne, au Portugal mais aussi au Canada et en Australie ainsi que dans plusieurs villes américaines, en particulier à New York, où des milliers de manifestants ont rallié plusieurs points névralgiques de la ville. Voici les photos de notre confrère Roman Schmidt, qui a suivi les manifestants à Manhattan : "Les banquiers sont des escrocs". "Nous occupons". Les indignés américains ont créé leur propre journal, gratuit, pour rendre compte du mouvement. A l'origine du mouvement des Indignés américains, la nonchalance de Wall Street vis-à-vis de sa responsabilité dans la crise financière et la récession. "J'emmerde la cupidité des entreprises".

Des milliers d'altermondialistes envahissent Nice à deux jours du G20 "Nous refusons de laisser aux puissants le droit d'imposer leurs solutions à des crises qu'ils ont engendrées. Des voies alternatives existent", résument les tracts des organisateurs de la manifestation, qui espèrent attirer quelque 10 000 personnes mardi sur un parcours excentré du nord-est de Nice. Le collectif organisateur regroupe plusieurs dizaines de syndicats et d'associations (Attac, Greenpeace, Mrap ou encore Ligue des droits de l'Homme), soutenus par des partis écologistes et d'extrême gauche. Les manifestants ont commencé dès lundi soir à se rassembler aux "Anciens abattoirs", un centre culturel municipal ouvert pour la semaine aux protestataires, qui, outre la manifestation, organisent jusqu'à vendredi un "sommet des peuples" avec un programme très dense de conférences-débats. "Paradis fiscaux, qu'on les ferme", réclame un calicot.

Californie: la police évacue et arrête des militants d'Occupy Wall Street La police a arrêté 51 personnes devant l'Hôtel de Ville de San Diego, où les militants campaient depuis trois semaines, et 11 autres dans un parc voisin, a précisé le porte-parole de la police de la ville, David Stafford. L'opération d'évacuation a commencé à 2h du matin et a duré environ 45 minutes. Aucun blessé n'était à déplorer. Cette évacuation intervient trois jours après des échauffourées entre la police et des militants du même mouvement à Oakland, près de San Francisco, qui a fait un blessé grave. La police de San Diego affirme avoir reçu de "nombreuses plaintes" au sujet du campement, dénonçant les conditions sanitaires précaires, la consommation de drogue, ou l'accumulation de déchets. Des militants d'"Occupons Wall Street" sont installés depuis le 17 septembre dans le quartier financier de Wall Street à New York pour dénoncer les excès du monde de la finance et les inégalités croissantes. Belga

Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso comprennent les "Indignés" Interrogé lundi par la presse sur ce mouvement social global, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a dit comprendre les réactions provoquées par les mesures d'économies prises çà et là en Europe. "Ces mesures doivent éviter de créer la pauvreté", a plaidé l'ancien Premier ministre belge lors d'une conférence de presse tenue à l'issue d'une réunion avec les patrons et syndicats européens. "Mais le plus important, c'est qu'elles puissent montrer des résultats en matière d'emploi et de croissance", a-t-il ajouté. Présent aux côtés de M. Van Rompuy, le président de la Commission José Manuel Barroso a abondé dans le même sens. "Je comprends la frustration et l'indignation de ces personnes. "Le secteur financier doit livrer une contribution plus importante au bien commun", a ajouté le président de la Commission, rappelant au passage les attitudes "parfois de nature criminelle" des opérateurs. Compréhensif pour ce mouvement social, M. Belga

UNION EUROPÉENNE • Où s'indigner ? 14 octobre 2011 | Partager : Les mesures d'austérité en cours dans plusieurs pays d'Europe suscitent révoltes et indignations. Mais pour le chroniqueur de Público Rui Tavares, il reste à trouver le lieu qui symbolise le mieux ces mouvements. "Quand les Arabes se sont indignés, ils sont sortis dans la rue; une dictature étant partout à la fois n'importe quel lieu de rassemblement suffit à la remettre en cause. "Où doivent aller les indignés portugais?

ÉCONOMIE • Les promesses oubliées du G20 Face à la tourmente financière des dernières semaines, certains prédisent une nouvelle crise semblable à celle qui a secoué le monde il y a trois ans. Les dirigeants du G20 n'ont-ils pourtant pas travaillé avec diligence pour rendre le système financier international plus sûr et plus résistant aux chocs ? De fait, ils n'ont pas ménagé leur peine. Hélas, il n'est pas certain, loin de là, que les milliers d'heures consacrées à la mise au point d'une réforme réglementaire aient mis le système à l'abri de l'instabilité que nous connaissons actuellement. Ce sont les incertitudes politiques en Europe et aux Etats-Unis qui ont déclenché les récentes turbulences financières. Pourtant, les mesures réglementaires prises par le G20 auraient peut-être pu prévenir en partie la crise en renforçant les finances publiques via la mise en place d'impôts et de taxes sur le secteur financier privé. Note :L'auteur est professeur de science politique à l’université de Waterloo (Ontario).

ÉTATS-UNIS • Paranoïa sécuritaire chez les milliardaires de Wall Street Face au mouvement des "indignés" américains, les requins de la finance dépensent des milliers de dollars pour assurer leur sécurité. Des craintes qui font les affaires des sociétés de protection. Ils appellent lorsqu’ils apparaissent sur la liste des 400 Américains les plus riches établie par le mensuel Forbes. Ils appellent lorsque sont publiés les classements annuels des fonds spéculatifs les plus performants, lorsque leur nom est mentionné par un journaliste de la chaîne d’information financière CNBC ou que leurs enfants se rendent à l’étranger. Les richissimes banquiers, les gestionnaires de fonds spéculatifs et les cadres des sociétés de capital-investissement de New York font depuis longtemps appel à des agences de sécurité privées pour les protéger eux et leur fortune. Les services de protection destinés aux plus riches ont connu un premier pic d’activité au moment de la crise financière de 2008. La récente explosion de colère a cependant accru le facteur de risque. Howard A.

Related: