background preloader

La Tribune des Archives

La Tribune des Archives
Pour citer Bibliothèques [reloaded] : "L'EAD est un très bon format d'échange entre deux bases d'archives, pour partager un inventaire. Mais ça ne sert à rien d'en faire un format natif". Pour faire une comparaison plus compréhensible aux bibliothécaires (enfin, aux bibliothécaires qui lisent ce blog) : c'est un peu comme si on demandait à un catalogueur d'écrire ses notices en iso2709 ou en MarcXML. Il vaut mieux consacrer du temps à savoir produire automatiquement de l'EAD à partir d'un autre format, que de le passer à taper les balises et attributs à la main".

http://latribunedesarchives.blogspot.com/

Related:  ArchivesARCHIVISTE

Albert-Kahn Présentation Les missions financées par Albert Kahn dans plus de 60 pays ont permis de réunir une collection exceptionnelle de films en noir et blanc et la première collection au monde d’autochromes (photographies en couleurs véritables sur plaques de verre). Portraits, scènes de vie, architecture… : les Archives de la planète représentent un témoignage photographique et cinématographique unique du quotidien des habitants du monde au début du XXe siècle. Présentation détaillée Des images pour un monde en paix FAKIR Fonds Albert-Kahn Informatisé pour la Recherche Le thème du mois Retrouvez tous les mois une selection d'autochromes autour d'une thématique.

Référentiel métier : la profession d'archiviste ou les métiers des archives Archiviste est un métier qui a connu plus d’évolution ces trente der­niè­res années que depuis son appa­ri­tion cons­ciente au XIXe siècle. Cette pro­fes­sion, qui étudie et donne à com­pren­dre le contexte de pro­duc­tion de l’infor­ma­tion géné­rée par une acti­vité, est passée d’une vision essen­tiel­le­ment patri­mo­niale à une saisie glo­bale de la pro­duc­tion docu­men­taire depuis son ori­gine. L’archi­viste doit faire chaque jour preuve d’une sou­plesse d’esprit et d’une adap­ta­bi­lité qui font de lui un acteur essen­tiel du fonc­tion­ne­ment de la trans­pa­rence et de la mémoire des orga­ni­sa­tions qui l’emploient, et par là-même, il cons­ti­tue un rouage majeur de la société moderne. Exemple pour le clas­se­ment : Savoir : Cadre légis­la­tif et régle­men­taire appli­ca­ble aux éliminations

Archives en ligne : une étude des conditions de réutilisation « Au mois de juin dernier, j’avais produit une étude des conditions de réutilisation de 122 bibliothèques numériques françaises à partir de l’analyse de leurs mentions légales, à l’occasion de la journée d’étude organisée par l’IABD (Interassociation Archives Bibliothèques Documentation) "Numériser les œuvres du domaine public, et après ? Diffusion, réutilisation, exploitation : des objectifs contradictoires ?" (actes en ligne et compte rendu). A titre de comparaison, il m’avait paru intéressant de prolonger cette première étude en direction d’autres institutions culturelles, à commencer par les services d’archives, qui produisent une grande partie de l’effort de numérisation au niveau national (et on a un peu trop tendance à l’oublier en ce moment…). Étudier la question de la réutilisation des contenus numérisés est particulièrement fécond à propos des archives, en raison du nombre et de la variété des sites, ainsi que des types de documents concernés.

Archives, archivistes, archivistique-Europe du Nord Le colloque tenu au Centre des archives du monde du travail, l’un des cinq centres d’archives dépendant des Archives nationales, du 2 au 4 décembre 2004, est né du souhait de la section régionale Nord-Pas-de-Calais-Picardie de célébrer, au plan local, le centenaire de l’Association des archivistes français.Organisé avec la coopération du Centre de recherches historiques sur l’Europe du Nord-Ouest (Université de Lille 3), ce colloque a fondé son projet scientifique sur une démarche pluridisciplinaire mêlant archivistes et universitaires, professionnels et utilisateurs, aux liens naturellement étroits et aux finalités complémentaires.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander aux archivistes Pourquoi aller aux Archives, alors que tout est en ligne ? Pourquoi aller aux Archives municipales, alors que les Archives départementales ont tout ? Les archivistes aiment-ils l’indexation ? Font-ils de la généalogie ? Vous vous êtes sans doute, un jour, posé ces questions, sans oser le demander. Archivage électronique : des contraintes juridiques et technologiques Archiver des documents électroniques correspond à l'idée de pérennité de l'information avec la possibilité de la restituer intègre et fidèle, c'est à dire identique en tout point à celle de son origine. Cette opération visant à conserver des informations ayant une valeur probatoire ou des effets juridiques concerne toutes les personnes juridiques sans exception, qu'elles soient physiques, morales, privés ou publiques. Ainsi, la conservation répond à deux objectifs principaux : - elle porte sur des documents servant de pièces justificatives dans le cadre de contrôles administratifs (ex : fiscal ou social), - elle permet la production d'actes juridiques valant preuve en cas de litige. L'article 1316-1 du code civil dispose : "L'écrit sous forme électronique est admis en preuve au même titre que l'écrit sur support papier, sous réserve que puisse être dûment identifiée la personne dont il émane et qu'il soit établi et conservé dans des conditions de nature à en garantir l'intégrité."

Natalis de Wailly (1805-1886) L'archiviste- Benoît Peeters,Scénariste, François Schuiten, Dessinateur -Casterman, 2000 Les documentalistes sont très attachés à l'identification de sources qui soient garantes de la fiabilité des informations qu'ils diffusent. Parmi les sources de réputation fiable se trouvent les archives, ‘sources de l'histoire'. L'archivistique a connu une évolution considérable au 19ème siècle liée à la sécularisation accélérée de la société, une nouvelle approche scientifique de l'histoire poussée par la professionnalisation universitaire de l'activité historique.

Archives : cadre législatif et réglementaire 1) Le régime général des archives Le Code du patrimoine définit les archives comme étant « l'ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l'exercice de leur activité ». La réglementation distingue trois types d’archives. 1. les archives courantes : sont les documents qui sont nécessaires à l’activité des services ou organismes qui les ont produits ou reçus. Dématérialiser en règle Numériser et conserver dans les règles de l’art, c’est surtout minimiser les risques juridiques en cas de litige. A fortiori pour l’entreprise qui exploite factures et contrats sous forme électronique. Rappel de quelques fondamentaux. Si les atouts des documents numériques ne sont plus à démontrer, leur valeur juridique est un point à ne surtout pas négliger. L’arsenal judicaire est conséquent pour garantir la fidélité de l’information par rapport au support, la valeur probante du document, l’accessibilité aux données et la longévité de l’archivage. Dans ce contexte, la norme Afnor NF Z042-013 s’applique indifféremment aux documents dématérialisés et aux documents natifs électroniques.

Patrice Marcilloux, Les Ego-archives 1C'est avec un regard éclairé et éclairant que cet ancien professionnel des archives, historien, paléographe, conservateur du patrimoine et maître de conférences en archivistique propose une ouverture sur la problématique très actuelle de la diffusion des archives. Patrice Marcilloux réalise une enquête sur les indices de nouvelles demandes sociales, sur les usages avérés et les portées des archives. Avec une approche rigoureuse, l'auteur élabore un espace problématisé de l'archive aujourd'hui, qu'il organise en quatre axes principaux : « Présence et visibilité des archives : regard des autres et décalage de perceptions » (p. 15-55), « Utilités sociales : analyse de quelques usages des archives » (p. 57-97), « Demandes sociales : pour une archivistique de l'émergence » (p. 99-180), « Transitions et fluidités » (p. 181-205). 2L'auteur repère les modalités d'usage des archives caractéristiques des années 1990-2000, les étudie et en décrypte la cohérence.

Organisation du réseau des Archives en France Le code du patrimoine dispose que la conservation des archives est organisée « dans l’intérêt public, tant pour les besoins et la justification des droits des personnes physiques ou morales, publiques ou privées que pour la documentation historique de la recherche ». À chaque niveau de l’organisation territoriale de la France, de l’État jusqu’aux communes, le public est donc en droit de trouver les moyens de repérer et de consulter les documents qui l’intéressent. Ceux des documents qui sont des archives publiques au sens du code du patrimoine sont conservés dans de multiples institutions et organismes, sur lesquels le Service interministériel des archives de France exerce un contrôle scientifique et technique. Les Archives nationales sont constituées de trois services à compétence nationale. Le premier est généraliste et regroupe les sites de Paris, Fontainebleau et Pierrefitte-sur-Seine.

03. Contexte et enjeux de l’archivage électronique sécurisé Contexte et enjeux de l’archivage électronique sécurisé Avant la mise en place effective d’un archivage électronique sécurisé, il est indispensable de s’interroger sur l’existant en matière d’archivage électronique en tenant compte du contexte à la fois technique et juridique. Cette étude préalable doit permettre de déterminer et d’apprécier les enjeux de l’archivage électronique sécurisé, en identifiant les besoins et les contraintes générales à prendre en compte dans une approche nécessairement pluridimensionnelle. Architecture de l’archivage électronique

Related: