background preloader

Les bibliothèques publiques face au défi du "vivre ensemble"

Les bibliothèques publiques face au défi du "vivre ensemble"
Les décideurs locaux ont trop souvent tendance à sacrifier la conception d’un ouvrage public sur l’autel des économies d’investissement de bouts de chandelle. Au delà des aspects liés à la construction, le souci accru du "vivre ensemble" dans des sociétés anxiogènes devrait nous inciter à faire évoluer leurs usages. Une petite révolution tranquille semble pourtant gagner les municipalités les plus averties[L’article d’Anne Céline Imbaud sur le blog culturel des Administrateurs territoriaux de l’INET[ Elle vient d’outre-atlantique, conceptualisée au début des années 1980 par Ray Oldenburg, professeur émérite de sociologie urbaine à l’université de Pensacola en Floride. L’idée de faire des équipements ouverts aux publics des "troisième lieu"[Pour aller plus loin sur la notion de "troisième lieu"[ distincts des deux premiers : foyer et travail. Proposition Related:  3ème lieu

La sidération du troisième lieu Vous n’êtes pas parfois excédés par la référence (révérence ?) réitérée à la bibliothèque comme troisième lieu ? Ce troisième lieu (il ne s’agit pas ici du bar lesbien des nuits parisiennes ) revient en boucle comme une incantation. Tapez sur Google la requête précise "bibliothèque troisième lieu", vous obtiendrez près de 8 000 réponses : pas mal pour un concept qui n’a été vulgarisé en France que depuis 2009, grâce au mémoire d’étude de Mathilde Servet ! Ce fameux troisième lieu chante la gloire d’espaces accueillants et ouverts, autorisant de multiples postures, facilitant la diversité des comportements, offrant l’opportunité d’un havre chaleureux entre la maison (ce 1er lieu avec les gosses qui crient et le conjoint qui fait la g…) et le travail (un 2e lieu au rythme stakhanoviste et au patron qui fait la g…). Idea store Londres Le lieu comme espoir de légitimité ? lemmings Un cocooning très contemporain ). Mais le projet avait au moins le souffle d’une volonté d’éducation populaire !

Pour des bibliothèques de qualité dans les prisons françaises Le 25 octobre dernier, la médiathèque Marguerite-Duras (Paris 20e) représentée par sa directrice, Christine Péclard, accueillait une journée nationale organisée par l’Association des bibliothécaires de France (ABF) sur la situation des bibliothèques de prison. Ce sujet n’a pas manqué de réunir un public important, autour d’intervenants choisis parmi les différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre et l’animation de ces établissements : ministère de la Culture, administration pénitentiaire, bibliothécaires, associations… Ce programme était introduit par Philippe Pineau, animateur du groupe de travail « Médiathèques/Bibliothèques d’établissements pénitentiaires » mis en place par le conseil national de l’ABF en janvier 2011, et auteur d’un texte de référence sur le sujet qui a donné son intitulé à la journée : « Pour des bibliothèques de qualité dans les prisons françaises 1 ». L’accès à la culture : du droit au protocole Culture/Justice États des lieux et objectifs

"La noosphere et le noomuseum" conférence de Yann Minh Embarquez dans la nef immatérielle du NooMuseum pour un voyage immersif en 3D temps réel dans le cyberespace et la Noosphère avec, à la barre du Nooscaphe géant, le Nooexplorateur Yann Minh. Via son réseau de galeries disséminées le long des réseaux numériques, le Noomuseum abordera les rivages de la préhistoire de la cyberculture et des métaphores cachées en art et au cinéma. Il fera une longue escale dans le monde persistant de Second Life, à la rencontre des golems et égrégores qui le hantent. Une occasion de vous initier aux mystères de ce monde virtuel - prémisse de notre futur - à ses avatars et au phénomène mystérieux de la NooDividuation. YANN MINH Artiste multimédia et transmédia Français, né en 1957, Yann Minh a forgé en 1997 le néologisme "Noonaute" pour décrire sa vocation d'explorateur de la Noosphère. Retrouvez au centre de ressources du Cube les références bibliographiques en lien avec cette conférence : BELL Gordon & GEMMEL Jim, Total Recall, Éditions Flammarion, 2009

La bibliothèque publique : le modèle québécois Quel est le modèle symbolique qui structure nos représentations de LA bibliothèque publique et des bibliothèques publiques en tant que projets au Québec? Le 5ième anniversaire de la BAnQ-Grande Bibliothèque qui dispose de cette double mission, nationale et publique, nous offre l’opportunité de réfléchir à cette question. Dans l’espace, un peu étroit, du billet de blogue, je vais proposer une réponse à l’aide de la monographie Bibliothèque publique et Public Library : essai de généalogie comparée (Presses de l’enssib, 2010) par Anne-Marie Bertrand qui est un essai absolument remarquable. Cet ouvrage poursuit l’exploration de la notion de "modèle de bibliothèque" initiée dans Quel modèle de bibliothèque? (2008), de la même auteure, que j’ai aussi lu et sérieusement apprécié (avec une réserve concernant son analyse du concept même de "modèle", mais ceci est une autre histoire). 1.La fonction de formation. 2.Le rôle dans la vie démocratique. 3.Le soutien public vs le pouvoir public. 5. 6.

Les Learning center sont des… bibliothèques universitaires modernes - J'ai écrit ce blog entre 2005 et 2018, de nombreux billets peuvent vous intéresser. Désormais je m'occupe de Design des politiques publiques. Retrouvez-moi sur mon nouveau blog ! Les missions des centres sont multiples et intégrées : documentaires, (y compris l’offre technologique), pédagogiques, sociales, un peu moins fréquemment culturelles. expériences étrangères les plus réussies se situent dans des universités dispensant des formations professionnalisantes, mais il ne s’agit pas d’un modèle exclusif. Plusieurs établissements exemplaires quant aux publics et aux services sont décrits dans le rapport, notamment les Learning resources centres de l’université de Kingston au sud de Londres, le Saltire Centre de la Glasgow Caledonian University, le projet du Rolex Learning Centre à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. lumière. grande amplitude horaire est la règle, y compris un service de nuit. Qu’est-ce que c’est un Learning center ? C’est que le modèle semble se développer en France :

«La faible présence des seniors dans les bibliothèques n’est pas une fatalité» - Yves Alix, inspecteur général des bibliothèques Avez-vous été surpris par les résultats de votre enquête ? Oui. Ma première surprise a été de constater que les plus de 60 ans disparaissent rapidement des bibliothèques. autour de 55-64 ans,puis de 65-74 ans,et, enfin, 75 ans et plus. Je ne pensais pas que la baisse de fréquentation commençait si tôt. Dans un second temps, j’ai été surpris de voir que les professionnels n’avaient pas fait ce constat. Mais cette situation n’est pas une fatalité. Dans votre rapport, vous expliquez pourquoi il est nécessaire de distinguer entre personnes âgées et retraités actifs, d’une part, et entre personnes âgées et personnes handicapées, d’autre part. C’est effectivement une grande difficulté, qui peut freiner les initiatives. On pourrait, alors, formaliser les grands objectifs et les pratiques, qui seraient recensées, échangées, labellisées, et soutenues. Il permettrait aussi une meilleure identification des actions par les conseils généraux. Les musées ne connaissent pas du tout ce phénomène. Focus

Jeunes et Internet : observer, accompagner Mis en ligne le mardi 9 octobre 2012. L’INJEP a organisé le 25 septembre 2012 une conférence débat sur le thème : "Jeunes et pratiques d’information : quels enjeux". Dans ce cadre, la première table ronde organisée sur le thème "Orientation : les pratiques d’information change la donne" a fait l’objet d’un compte rendu sur Ressources jeunesse. Voici des éléments de la 2e table ronde organisée sur le thème : "Jeunes et Internet : observer, accompagner". Cette table ronde fait suite à la publication du n°36 des Cahiers de l’action , édités par l’INJEP intitulé : "L’information des jeunes : observer accompagner ; expérimentations avec des professionnels de jeunesse" paru en août 2012. © INJEP, Nicolas Thouvenin En introduction, Cécile Delesalle, pyschosociologue, qui a dirigé le n°36 des Cahier de l’action [1] a rappelé en introduction les objectifs et les principaux enseignements de l’ouvrage qui s’appuie sur sept expérimentations réalisées dans des contextes différents. Ressources jeunesse

Colaco - Au service des organismes culturels et collectifs Bibliothèques : s'éloigner des livres pour devenir "troisième lieu" Si les bibliothèques n'ont plus l'apanage de l'accès à la culture, elles font toujours figure de « troisième lieu », un endroit autre que celui du travail ou de la vie privée, favorisant les rencontres et le lien social. Les recherches architecturales tendent désormais à penser ces espaces de manière différente, par rapport à la seule nécessité de stocker et de présenter des documents. Le plan retenu pour la Washington DC Library, par Mecanoo Architecten et Martinez+Johnson Architecture Le principe du troisième lieu est particulièrement apprécié par les citoyens : gratuit et ouvert à tous, il permet de fréquenter ses semblables dans une relative sérénité. Le projet retenu pour la refonte de la bibliothèque de Washington DC, mis au point par les cabinets Mecanoo Architecten et Martinez+Johnson Architecture, est particulièrement révélateur. Par ailleurs, l'établissement (de grande échelle, certes) se doit aussi de proposer un espace ouvert, une terrasse en l'occurrence. Pour approfondir

à retenir : les bibliothèques françaises sont davantages des lieux de savoir et de sachants. Au contraire des usages de celles du Québec : démocratie, culture, éducation informelle; Chicago : convivialité, aides à la lecture, salles d’études et services d’aide aux devoirs ou de cours aux adultes; Toronto :Toronto, services à l’emploi, logement pour nouveaux arrivants. by carolinekermarrec Mar 20

Related: