background preloader

€€€ !!! MUST BUZZ !!! ENORME SCANDALE A BRUXELLES !!!.

€€€ !!! MUST BUZZ !!! ENORME SCANDALE A BRUXELLES !!!.
Related:  implication

Nosdeputes.fr, un site pour évaluer son député | Nouveaux paradigmes (VIDEO) Des députés européens en viennent aux mains quand on les inter Tom Staal, l’animateur hollandais de GeenStijl TV, s’est rendu aux parlements européens de Strasbourg et de Bruxelles en compagnie du député européen Daniël van der Stoep, également hollandais. Dans cette vidéo, l’animateur dénonce les gaspillages que leur simple visite a permis de mettre en évidence. Par exemple, les expositions d’œuvres artistiques qui coûtent 20.000 euros par exposition, au cours desquelles le champagne est servi à volonté aux officiels visiteurs (aux environ de 3 :00). « Je passais par là », explique l’un d’eux pour motiver sa venue. Comme presque tous ceux qui sont interrogés, il manifeste de la difficulté à mémoriser le nom de l’artiste dont les œuvres sont exposées. Mais il y a pire : le cameraman surprend les évolutions étranges du député européen Miroslav Ransdorf, du Parti Communiste de Bohème et de Moravie, à, l’intérieur du bâtiment (aux environs de 5 :00).

Cumul des mandats : la loi adoptée, y compris pour les sénateurs Le Monde.fr avec AFP et AP | • Mis à jour le Le long feuilleton de la loi sur le non-cumul des mandats s'est terminé, mercredi 22 janvier, avec l'adoption définitive par le Parlement des deux projets de loi : le premier interdit le cumul de fonctions exécutives locales – maire notamment – avec un mandat de député ou de sénateur à partir de 2017. Le deuxième, similaire, concerne les parlementaires européens, à partir de 2019. C'est la version votée lors de la précédente lecture par l'Assemblée en novembre qui a été présentée aux députés. Lire sur le blog Lui Président : Non-cumul des mandats : retour sur une promesse « Les sénateurs ne peuvent s'exclure de cette loi », avait estimé le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, lors d'un bref débat dans l'hémicycle, mardi après-midi. Le texte a été voté par 313 voix pour, nettement au-dessus de la majorité absolue des députés (289 voix), nécessaire pour passer outre l'opposition du Sénat. Lire aussi : La maladie française du cumul des mandats

Les sénateurs absentéistes sanctionnés financièrement à partir d'octobre Leurs travaux se divisent en plusieurs catégories : les votes solennels, les réunions de commissions et les séances de questions au gouvernement. Au cours d'un même trimestre, si un sénateur fait l'impasse sur au moins la moitié des travaux d'une de ces catégories, il perdra la moitié de son indemnité de fonctions, soit 700 euros par mois. Si les absences cumulées atteignent plus de la moitié de la présence demandée, cette indemnité lui sera entièrement retirée et il perdra également la moitié de son IRFM (indemnité représentative de frais de mandat), soit 3.000 euros par trimestre. Quelques exceptions ont tout de même été consenties : pour les sénateurs ultra-marins, en cas de maternité ou encore en cas de long congé maladie. A LIRE AUSSI ►►► Sénat : les absentéistes seront sanctionnés L'objectif est évidemment de lutter contre cet absentéisme. Le dispositif entrera en fonction le 1er octobre 2015.

Sénateurs fantômes, institution déshonorée Accueil La délégation massive des votes nominatifs à un seul sénateur, lors des scrutins publics à la Chambre haute, dévoie les débats en séance, sape la légitimité de l'institution et va à l'encontre de la Constitution.(...) Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos Les articles à la une Énergie - Environnement EDF veut céder au moins 10 milliards d’euros d’actifs d’ici... EXCLUSIF- Le projet de construction de deux EPR en Grande-Bretagne impose à EDF des cessions d’actifs. Une EPR : EDF dans la dernière ligne droite outre-Manche L’électricien espère boucler la négociation commerciale pour le 20 octobre. Social Retraite complémentaire : un accord se dessine EXCLUSIF - Le plan de la dernière chance du Medef a été bien accueilli par la CFDT et la CFE-CGC. à lire également sur les echos Recommandé par Les articles les plus lus Le gendarme des télécoms s’empare du sujet de l’itinérance de... Retraites complémentaires : le plan de la dernière chance du...

L'état d'urgence inscrit dans la Constitution... en l'absence de plus de 400 députés Près de 450 députés étaient absents lors du vote sur l'état d'urgence © MaxPPP - 2016 Ils étaient 441 députés absents à l'Assemblée nationale hier pour voter l'article 1 de la révision constitutionnelle, portant sur l'état d'urgence. Article adopté à une large majorité la nuit dernière. 103 députés ont voté pour, 26 contre, 7 se sont abstenus après huit heures de débats. Un hémicycle qui a été déserté hier par 441 députés. Plus de 200 amendements ont été déposés, certains proposaient l'abrogation de l'article 49.3 qui permet au gouvernement d'engager sa responsabilité et de faire adopter une loi sans vote, la suppression de l'articles sur les pleins pouvoir ou encore l'interdiction de la dissolution de l'Assemblée nationale en temps d'état d'urgence. L'état d'urgence décrété en Conseil des ministres ll n'y a que le Parlement qui peut prolonger l'état d'urgence après 12 jours, par une loi.

Absentéisme à l'Assemblée nationale. Mise au point de Gaby Charroux J'ai pu voir dans la presse et sur les réseaux sociaux qu'une nouvelle opération anti-parlementaire était en cours sur la présence des Députés lors de l'examen de la loi constitutionnelle "protection de la Nation". Je n’étais pas en séance de nuit ce lundi lors de l’examen de l’article 1 du projet de loi. Le déchaînement orchestré ici et là sur l'absence de nombreux députés démontre à quel point le fonctionnement de la procédure législative est mal connu. Et certains l'entretiennent volontairement quand on sait à qui cela profite. Certes l’article 1 a été voté mais ce qui est important ce n’est pas le vote article par article, c’est le vote de la loi elle-même et celui-ci est prévu ce Mercredi à 16 h 15 et, bien sûr, je serais dans l'hémicycle pour les explications de vote et le vote comme je l'étais vendredi pour la discussion générale. C’est vrai pour tous les examens de textes : un député ne peut pas être présent en séance du lundi 16h jusqu’au vendredi minuit.

Related: