background preloader

€€€ !!! MUST BUZZ !!! ENORME SCANDALE A STRASBOURG !! !!!.

€€€ !!! MUST BUZZ !!! ENORME SCANDALE A STRASBOURG !! !!!.

Crise de la Dette Ce petit papier s’intéresse aux effets de la crise sur les taux d’intérêt des bons du Trésor américains. Il conteste l’idée que le recul du risque de défaut de la dette fédérale soit une bonne nouvelle. La politisation récurrente de la dette inévitable jusqu’à la fin du mandat d’Obama conduit à un Krach Obligataire généralisé. [...] Africas Desert Garden Houellebecq, notre contemporain capital - Livres Roman après roman, Michel Houellebecq s’affirme comme l’écrivain majeur de la France contemporaine. Seul Emmanuel Carrère, dans une veine plus égo-psychanalytique, peut prétendre également à résumer l’âme française. Mais chez Houellebecq, d’emblée, dès Extension du domaine de la lutte, une visée sociale s’est imposée. Ce livre n’est pas encore sorti que tout le monde en connaît la trame. Rien en effet dans cet islam ne saurait appeler d’évidence à la résistance. Houellebecq réussit ce tour de force de mettre en scène un futur proche auquel personne n’aurait pensé et qui, si l’on est honnête en le lisant, a tous les éléments de la vraisemblance… C’est sans doute ce qui confère à ce roman sa force exceptionnelle. Le point nodal du roman me semble résider dans ce qui m’a pourtant semblé, en cours de lecture, constituer son point faible. Il me semble que, peut-être sans le vouloir, Houellebecq tire dans le même sens que le pape François. Nous dormirons moins bien en 2015.

"Cavanna était malheureux dans le nouveau 'Charlie'" - 14 juin 2015 Calendrier funèbre. Denis Robert était en train de tourner ce documentaire quand Cavanna est mort, le 29 janvier 2014, et sur le point d’aller filmer son vieil ami Wolinski quand «Charlie Hebdo» a été attaqué. Et pourtant, malgré les petites ailes posées sur les images d’archives ou les interviewés, de Brassens à Cabu, pour signaler leur présence ad padres, c’est un beau film lumineux. On y voit Cavanna inventer «Hara-Kiri» et la presse satirique, dans une France gaulliste et compassée, connaître une gloire méritée après la parution des «Ritals», puis, quelques décennies plus tard, affronter Parkinson avec la même intelligence scintillant dans ses yeux clairs. L'OBS Quel homme avez-vous découvert ? Denis Robert Le même que celui que j’avais rencontré à 24 ans.

Joann Sfar - Durant la campagne présidentielle américaine,... Il était vraiment Charlie: Cavanna raconté à l'écran par Denis Robert "Si un homme sur cette foutue planète peut dire +je suis Charlie+, c'est lui", proclame l'affiche du film, en salles mercredi prochain. "Il y a deux catégories de cons, les cons de naissance et les cons volontaires. De toutes façons, ils sont aussi dangereux les uns que les autres et je les aime pas!" C'est Cavanna tout craché, insolent et libre, qui crève immédiatement l'écran. "Le film arrive cinq mois après Charlie, dans cette France plutôt timorée, la parole de Cavanna a une très forte portée, résonne comme un plaidoyer", déclare à l'AFP Denis Robert, qui craignait de voir disparaître de la mémoire collective le père de la presse satirique, mort en 2014. "J'avais aussi envie de montrer à quel point dans ces années-là, il y avait une liberté de ton bien plus incisive qu'aujourd'hui, fait valoir le réalisateur. - 'Dieu n'existe pas, Cavanna si!' "Cavanna était notre inspirateur, c'est lui qui nous avait inventés!"

Un auteur koweïtien : La Loi dernièrement adoptée aux USA sur la liberté religieuse indique que le monde est saturé par l’extrémisme islamique | Memri Dans un article publié par le quotidien koweïtien Al-Qabas, le journaliste Ahmad Al-Sarraf commente la « Loi sur la liberté religieuse internationale Frank Wolf » récemment adoptée par l’administration américaine. Cette loi, promulguée en décembre 2016, est un amendement à la Loi sur la liberté religieuse internationale de 1998, qui autorise les Etats-Unis à imposer des sanctions à des pays étrangers en réaction à des violations de la liberté religieuse. [1] Cet amendement étend l’application de la Loi à la liberté religieuse internationale, notamment en élargissant la protection accordée aux agnostiques, ainsi qu’aux personnes qui ne professent ou ne pratiquent aucune religion particulière. [2] Al-Sarraf a écrit qu’aujourd’hui, suite à l’adoption de la Loi sur la liberté religieuse internationale Frank Wolf, les Etats arabes et musulmans seront plus vulnérables aux sanctions américaines. Lien vers l’article en anglais

L’islam de France otage des Frères musulmans 16 Jan 2017 | 10:17 A LA UNE, TRIBUNE, Tunisie 13 Les Frères musulman ont pris en otage l’islam de France et tentent de leur imposer leur modèle sociétal islamiste aux Français de confession musulmane. Par Rachid Barnat Quand on voit l’agitation en France autour des questions identitaires que certains soulèvent à propos des banlieues dites «difficiles», on se demande pourquoi ne touche-t-elle que l’immigration maghrébine, c’est-à-dire cette composante des musulmans de France; d’autant qu’il s’agit, en réalité, des enfants de première et de deuxième génération, pourtant Français de naissance ? Si depuis les deux chocs pétroliers, le chômage a touché de plein fouet les immigrés, comment expliquer alors que de tous les immigrés et leurs enfants nés en France, la contestation identitaire provient uniquement que de la communauté musulmane des banlieues «difficiles», pour poser un problème identitaire à leur pays? Un débat identitaire «sélectif» en France Blog de l’auteur.

Raciste, antisémite, homophobe... la France n'est pas à toi "Juif, la France n'est pas à toi!" On est obligé de le voir, de l'entendre, pour le croire. Alors voilà... "Nan mais tu comprends, Guy, faut pas croire. C'est juste une minorité. Rien à voir avec Jour de colère! Rien. Tu comprends ? Des marginaux. Des extrémistes. Oublie..." Non, je ne vais pas oublier. Surtout, je ne digère pas que l'on puisse scander des trucs pareils dans les rues de Paris en 2014. Pas plus que je ne tolère les autres fachos; ceux qui, à quelques mètres de là, bouffaient de l'"immigré", de l'"arabe", du "musulman", du "noir", du "rom" ou du "pédé"... Pas plus que je ne vais supporter d'écouter longtemps, encore, les gros malins qui nous jouent le grand numéro de la "liberté d'expression", bafouée par la "dictature socialiste". Ce sont des comiques qui défilaient, hier, c'est ça ? Tous comiques ! De l'humour, voyons ! Ris ! Dans ce cas, je m'incline et je rentre chez moi. Mais, au fait, c'est où maintenant, chez moi. Baisser les yeux et puis la tête. J'exagère ? C'est moi qui exagère ?

Related: