background preloader

Homme augmenté mode d’emploi

Homme augmenté mode d’emploi
Si vous n'y connaissez pas grand chose au sujet, voici une première approche faisant le point sur la recherche dans le domaine et les enjeux éthiques et économiques. Les 2 et 3 avril (2010, ndlr), Megève accueille le premier Congrès International de l’Homme Augmenté. Une réunion de scientifiques, commerciaux, chercheurs et penseurs autour du thème de cet homme nouveau, qui utilise la technologie pour maximiser ses possibilités. Comme souvent lorsque l’on aborde le sujet des biotechnologies, il s’agira d’examiner les bénéfices qui peuvent être tirés (humains et économiques), mais aussi de soulever les questions éthiques, légales et de sûreté. Membres ressuscités Cela fait plusieurs années que des prothèses ingénieuses voient le jour. Exosquelette Qu’est ce que c’est que ce nom barbare ? Remue-méninges Une autre piste de recherche chez les scientifiques des biotechnologies, c’est la possibilité d’augmenter la mémoire ou le savoir en insérant des puces à cet effet dans le cerveau.

Robot obeys to commands and gestures At the CeBIT in Hanover, Karlsruhe Institute of Technology and the FZI Research Center for Information Technology will present innovations for our everyday life in the future. At the joint stand G33 in hall 26, a humanoid kitchen robot will move around. The FZI House of Living Labs will present the interactive HoLLiE service robot and solutions for intelligent energy management. ARMAR Robot Learns by Watching A robot helping in the household no longer is a dream of the future. ARMAR, the humanoid robot, can understand commands and execute them independently. Thus, it adapts naturally to our environment. A video on ARMAR can be found at:

Bibliographie Cyborg | MTI AlkA Philosophie de l’ère cyborg Bibliographie 1. Travaux de réflexion Allouche Sylvie, doctorat de philosophie en cours. Arendt Hanna, [1961] 1972. Arendt Hanna, 1961. Augst-Merelle Alexandra et Nicot Stéphanie, 2006. Badiou Alain, Bénatouil Thomas, During Elie et al., 2003. Ballard, [1977], 2006, Millénaire mode d’emploi, essais et critique [1996], Paris, éditions Tristram. Bourcier Marie-Hélène et Moliner Alice, 2012. Bourcier Marie-Hélène, 2001. Bourcier Marie-Hélène, 2005. Bourcier Marie-Hélène, 2011. Breton, André, Manifestes du surréalisme (1924 et 1930), Paris, Gallimard, 1979. Butler Judith, 2005. Carrouges Michel, 1954. Carrouges, Michel, 1976. Cassin Barbara, 2006. Clair, Jean, Marcel Duchamp ou le grand fictif, Paris, Galilée, 1975. Colson Raphaël et Ruaud André-François, 2006. D’Harnoncourt, Anne, et Huchet, Jean-Charles, 1987. l’Amour discourtois. Deleuze Gilles et Guattari Félix, 1972-73, L’Anti-Œdipe, Paris, Les Éditions de Minuit. Deleuze Gilles et Guattari Félix, 1975. 2. X-Men.

Kinect peut assister les chirurgiens pendant les interventions Le torse, la tête et les bras du praticien sont suivis en permanence par le capteur Kinect afin de recueillir des informations contextuelles qui alimentent l’algorithme. Selon les chercheurs, ces données ont permis de réduire de façon très significative le pourcentage de faux positifs. © Université Purdue Kinect peut assister les chirurgiens pendant les interventions - 2 Photos Lors d’une opération chirurgicale, les médecins utilisent couramment l’IRM (imagerie par résonance magnétique). La manipulation de ces images nécessite que le praticien (ou une personne qui l’assiste) accède à l’ordinateur pour afficher les clichés au cours de l’intervention. Une alternative qui est en train de s’imposer repose sur la technologie de détection des mouvements, afin de permettre aux chirurgiens de manipuler l’outil informatique et les contenus dont ils ont besoin par leurs seuls gestes. La main créée par le Kinect dirigée par les gestes Le Kinect reconnaît 97 % des commandes À voir aussi sur Internet

Paralyzed individuals use thought-controlled robotic arm to reach and grasp n an ongoing clinical trial, a paralyzed woman was able to reach for and sip from a drink on her own -- for the first time in nearly 15 years -- by using her thoughts to direct a robotic arm. The trial, funded in part by the National Institutes of Health, is evaluating the safety and feasibility of an investigational device called the BrainGate neural interface system. This is a type of brain-computer interface (BCI) intended to put robotics and other assistive technology under the brain's control. A report published May 16 in Nature describes how two individuals -- both paralyzed by stroke -- learned to use the BrainGate system to make reach-and-grasp movements with a robotic arm, as part of the BrainGate2 clinical trial. For the woman, it was the first time since her stroke that she was able to sip a drink without help from a caregiver. "The smile on her face was a remarkable thing to see. NIH has supported basic and applied research in this area for more than 30 years. Dr. Dr.

Half man, half machine: Scientists engineer first 'cyborg' tissue - which uses living human cells and organic polymers Harvard scientists created 'cyborg' skin from neurons, heart cells, and nano-electronic wiringWiring allows scientists to detect and respond to pH changes on the tissue's surface, the same as human skin By Daily Mail Reporter Published: 04:43 GMT, 30 August 2012 | Updated: 16:31 GMT, 30 August 2012 It like it’s something out of a science-fiction movie – genius scientists engineer a synthetic skin that’s part living, part electronics. But scientists at Harvard University have done just that, creating meshes of electronic and biological tissue. The end result is cyborg tissue, which is created from electrodes and wires combined on a Nano-scale. Engineering humanity: Scientists at Harvard have found a way to create cyborg skin, using nano-wires to mesh and human cells High tech: Here, cardiac cells are pictured with a nano-electroic electrode highlighted The results, published in Nature Materials, detail how scientists in the lab embedded electrical nanowires into the lab-grown flesh.

Google Glass: what you need to know Update: Google has halted production on its experimental wearable, but Google Glass 2 may secretly be making rounds. Matt's original review is below. Google Glass is the controversial wearable that still has its sci-looking beta testers turning heads and being peppered with questions. The increasing number of Google Glass invites has led to Project Glass being open to everyone in the US and now the UK, so curious, tech-savvy early adopters can answer most of these questions on their own. It's a little easier for them to say "yes" to Glass now that it's been upgraded with more memory and new apps. But there's one query all prospective Glass owners all struggling with right now at checkout, and it's a question I get all of the time: is Google Glass worth it? To answer that burning question, I turned a critical eye to Google's wearable computer and tested its Explorer Edition of Google Glass for eleven months. Still, this new Project Glass model is better at addition than subtraction.

Indoor navigation system for blind University of Nevada, Reno computer science engineering team Kostas Bekris and Eelke Folmer presented their indoor navigation system for people with visual impairments at two national conferences in the past two weeks. The researchers explained how a combination of human-computer interaction and motion-planning research was used to build a low-cost accessible navigation system, called Navatar, which can run on a standard smartphone. "Existing indoor navigation systems typically require the use of expensive and heavy sensors, or equipping rooms and hallways with radio-frequency tags that can be detected by a handheld reader and which are used to determine the user's location," Bekris, of the College of Engineering's Robotics Research Lab, said. "This has often made the implementation of such systems prohibitively expensive, with few systems having been deployed." "My research is motivated by the belief that a disability can be turned into an innovation driver," Folmer said.

Cerveau biologique et corps mécanique Jusqu’à présent, plusieurs expériences évaluaient le fonctionnement complémentaire de composants organiques et robotiques : de la puce électronique qui commande à l’organe, jusqu’au petit groupe de neurones reliés à un dispositif mécanique tel qu’une prothèse de bras. Une nouvelle étape vient d’être franchie : un cerveau biologique contenant plusieurs dizaines de milliers de neurones connectés à un système robotique, a donné naissance à un petit cyborg à même d’apprendre des comportements simples comme éviter un mur, et destiné à favoriser les études sur la mémoire ou la neurodégénération. C’est un petit robot disposant d’un nombre conséquent de neurones biologiques qu’une équipe de l’université de Reading, menée par le célèbre professeur Warwick, a conçu en couplant biologie et électronique. Le cerveau biologique a ainsi pu apprendre à contrôler sommairement la partie mécanique, permettant au robot d’apprendre, notamment d’éviter et de contourner les obstacles. Articles relatifs

Google Glass: The opposition grows | Technically Incorrect The opposition will congregate in dark corners. They will whisper with their mouths, while their eyes will scan the room for spies wearing strange spectacles. The spies will likely be men. It won't be easy. One site is called "Stop The Cyborgs." It's going to take a lot of bitty fighting, but the people behind this site -- they're naturally anonymous, in an attempt to stop Google spying on them -- say they're fighting Google Glass in particular. They say that it will herald a world in which "privacy is impossible and corporate control total." Some would say that, thanks to Googlies and other bright, deluded sparks, we're there already. Still, the people behind this anti-cyborg movement claim that there's no way you'll ever know that someone wearing Google Glass is recording your every word and movement. There's no way of even knowing if someone else is recording you through their glasses from somewhere in the cloud. Well, yes. They are, of course, right.

Exoskeleton of advanced design promises new degree of independence for people with paraplegia The dream of regaining the ability to stand up and walk has come closer to reality for people paralyzed below the waist who thought they would never take another step. A team of engineers at Vanderbilt University's Center for Intelligent Mechatronics has developed a powered exoskeleton that enables people with severe spinal cord injuries to stand, walk, sit and climb stairs. Its light weight, compact size and modular design promise to provide users with an unprecedented degree of independence. The university has several patents pending on the design and Parker Hannifin Corporation -- a global leader in motion and control technologies -- has signed an exclusive licensing agreement to develop a commercial version of the device, which it plans on introducing in 2014. According to the National Spinal Cord Injury Statistical Center, somewhere between 236,000 to 327,000 people in the U.S. are living with serious spinal cord injuries. About 155,000 have paraplegia.

Cyborg et IA : la fusion programmée entre l'homme et la machine | CommentCaMarche Décembre 2017 Ces deux domaines, aussi vastes que passionnants, sont des thèmes très utilisés dans les oeuvres de science-fiction, passionnant les foules depuis plus d'un siècle. Si certains livres, séries ou films les ont popularisés, ces deux notions restent difficiles à définir, car elles recouvrent de nombreux champs de connaissances, souvent peu accessibles au grand public. Le Cyborg : la frontière entre l'homme et la machine On appelle « cyborg » tout être vivant - généralement humain - qui aurait été « augmenté » par des ajouts mécaniques au sein même de son corps. Mais le concept a émergé bien avant. Aujourd'hui on parle de plus en plus de cyborg non plus en termes de fiction, mais d'avancées scientifiques. Des hommes dont les capacités physiques ou mentales dépendraient de machines ? Sommes-nous déjà des « cyborgs » ? La question peut sembler ironique, mais tout dépend de l'angle sous lequel on la traite. Le futur déjà à nos portes Mais où en sommes-nous aujourd'hui exactement ?

L’Homme “augmenté” selon Google Le discours de la firme de Moutain View se rapproche furieusement de celui prôné par le transhumanisme. Un programme qui ne réjouit pas vraiment Jean-Christophe Féraud, notre très humain replicant. Ce que nous essayons de faire c’est de construire une humanité augmentée, nous construisons des machines pour aider les gens à faire mieux les choses qu’ils n’arrivent pas à faire bien… On ne pourra pas dire que nous n’avons pas été prévenus. Le PDG de Google a pourtant clairement annoncé la couleur fin septembre à la conférence TechCrunch de San Francisco : “La” Firme Internet ambitionne désormais de rendre son moteur de recherche suffisamment “autonome et intelligent” pour deviner nos désirs, faire de notre découverte du monde “un heureux hasard” calculé par les algorithmes sorciers concoctés par les cerveaux œuvrant au Googleplex de Mountain View. «le troisième hémisphère de notre cerveau » Vous ne pourrez plus vous passer de Google, sauf à être un homme “diminué”. Quel est le but ?

Les Google Glass ne seront pas commercialisées avant un an L'ancien PDG de Google, Eric Schmidt, a révélé à la BBC que ses lunettes à 1 500 dollars ne seraient sans doute pas commercialisées avant un an. Alors que les premiers développeurs ont déjà eu l'occasion de tester les Google Glass, Eric Schmidt a révélé que ce modèle, qui devrait être commercialisé au tarif de 1 500 dollars, ne sera sans doute pas disponible au grand public avant une année. Celui qui est désormais président exécutif du conseil d'administration a expliqué à la BBC que les développeurs recevraient des milliers de lunettes dans les mois à venir. "En fonction de leurs retours, nous procèderons à des modifications du produit, chose qui nous prendra probablement une année." Les premiers tests ont par ailleurs permis d'apprendre que certaines fonctionnalités mystères pourraient être activées au fur et à mesure. A en croire un développeur qui a scruté le code source des lunettes, les Google Glass permettront de prendre une photo en clignant des yeux.

Google Glass : des lunettes pour les gouverner tous "C'est quoi les Google Glass ?" Pour ceux qui ont raté les épisodes précédents, Google a conçu et peaufine actuellement un concept de lunettes connectées, sobrement baptisé "Google Glass". Ce petit écran de verre sur une monture légère permet, via une liaison avec le smartphone, d'obtenir en surimpression quantité d'informations. On pourra téléphoner, lire ses messages, photographier ou filmer tout ce que l'on a dans son champ de vision, en commandant simplement par la voix de "prendre une photo" ou d'"enregistrer une vidéo". L'idée de voir concrétiser le "scouter" du manga "Dragon Ball", l'appareil qui servant à évaluer la puissance d'un adversaire, a enthousiasmé les geeks du monde entier. L'œil de Sauron Au-delà de la critique en règle, le site américain mérite de poser la question centrale : celle de la vie privée. Le sénateur australien Cory Bernardi : "Plus besoin de saisir son iPhone et de cliquer pour capturer le moment. "Ça va finir au CE !" Pis, quelle impolitesse !

Related: