background preloader

Un RSE fait-il diminuer le pouvoir des managers ?

Un RSE fait-il diminuer le pouvoir des managers ?
J’entends souvent des personnes parler des conséquences d’un RSE (Réseau Social d’Entreprise) sur le pouvoir des managers. Ils sont dans la crainte d’un changement radical dans le rapport manager/salarié. Certes, ces nouveaux outils visent à faire évoluer nos modes de travail au quotidien mais je ne pense pas qu’ils changeront radicalement les rapports hiérarchiques établis dans les entreprises françaises. Un RSE aidera même le manager dans son quotidien s’il est bien utilisé. Le bon manager Le RSE : un outil managérial… de plus Penser qu’un réseau social d’entreprise va remplacer ces différentes actions est selon moi une erreur. Les réseaux sociaux favorisent la collaboration efficace, la traçabilité des actions et l’émancipation des idées. > Ensuite, un RSE va permettre à chaque collaborateur de tracer ses actions au quotidien afin d’en informer le reste de l’équipe, de communiquer ses idées simplement, de donner son avis et de partager son expertise sur un sujet. Related:  RSE et management 2.0RSE

Réseaux sociaux d'entreprises : vers un nouveau management ? (Easybourse.com) Les réseaux sociaux structurent de plus en plus les relations sociales et professionnelles. Les informations échangées dans ces communautés concernent le cercle privé mais également les entreprises et leurs activités. Dès lors, l'entreprise ne peut plus rester étrangère à ce phénomène structurant de société et doit entrer dans cette économie de l'immatériel pour en tirer profit plutôt que la subir. Quels sont les leviers de performance des réseaux sociaux d'entreprises ? Interview Fanny Georges Docteur en sciences de l'information et de la communication CNRS Damien Douani Community Conversationalist Officer Bluekiwi Patrick Hereng Directeur des systèmes d'information et des télécommunications Total Christophe Borée Responsable développement commercial et recrutement USEO RSE et dynamique des réseaux sociauxLes réseaux sociaux se définissent comme « un dispositif visant à créer ou à développer les liens sociaux entre les participants » (étude USEO 2010).

10 bonnes résolutions journalistiques Pour arrêter de regarder passer la révolution numérique qui emporte les médias, tonton Van Achter a listé pour 2012 dix points qui pourraient changer notre manière de faire du journalisme à mettre sous les sapins de toutes les rédactions ! La recommandation par les pairs est l’un des phénomènes les plus puissants révélé par la “démocratisation de la diffusion”. En 2012, pour les journalistes, et ceux qui aspirent à le devenir, justifier sa place de médiateur de l’information passe donc immanquablement par une plongée en apnée dans le grand bain des réseaux sociaux. Twitter, Facebook, Instagram, Soundcloud, Storify… sont donc AUSSI le terrain. Je n’ai pas de baguette magique mais voici 10 pistes qui me semblent intéressantes à creuser. 1) Trouvez-vous un binôme, un partenaire, un homme/femme de confiance avec qui le courant passe bien. 2) Partagez et donnez à voir de vous tout ce qui permettra aux internautes de sentir de quel bois vous vous chauffez. 4) Testez, expérimentez, bidouillez.

Le RSE chez la Société Générale et PSA Peugeot Société Générale prévoit de se servir de son RSE pour socialiser ses apps métiers. Quant à PSA Peugeot Citroën, il utilise le collaboratif pour stimuler l'innovation participative. Après avoir passées le stade de la découverte, les entreprises sont nombreuses à s'intéresser aux réseaux sociaux d'entreprise pour répondre à des enjeux business. En particulier ceux liés à l'amélioration de leur efficacité opérationnelle et à la socialisation de leur système d'information. Alors que s'ouvre la conférence Entreprise 2.0 Summit, qui se tient du 10 au 12 février sur le campus de l'ESCP à Paris, le JDN en profite pour lever le voile sur deux projets RSE et collaboratifs présentés à l'occasion de l'événement. Dans le cadre de son "Plan Ambition 2015", la Société Générale s'est donnée pour objectif de pousser au maximum les interactions entre collaborateurs, de booster la collaboration et de casser les silos d'informations. Société Générale Communities soutenu par le PDG Frédéric Oudéa

L'organisation du travail évolue grâce à Internet et aux réseaux sociaux Equipe-projet, travail en réseau, plates-formes d'échange de compétences, managers en temps partagé sont autant de nouvelles formes d'organisation du travail. Elles permettent aux entreprises, et surtout aux TPE et aux PME, d'accéder à des compétences pointues facilement et à n'importe quel moment. Quels que soient la taille, le métier ou le secteur d'activité d'une entreprise, de nouveaux modes d'organisation du travail voient le jour et s'imposent progressivement. La méthode du «juste à temps», lancée par Toyota pour optimiser la production de ses usines dans les années 70, est désormais appliquée dans de nombreuses activités. Autre forme, le travail en équipe-projet ou en réseau prend peu à peu le pas sur l'organisation séquentielle. De même, les TPE qui n'ont pas le volant d'affaires ou l'effectif suffisant pour recruter un directeur financier ou un directeur des ressources humaines trouvent les compétences qui leur manquent auprès de professionnels en temps partagé.

Journalisme et réseaux sociaux: 11 tendances pour 2011 » Article » OWNI, Digital Journalism Rétrospective non exhaustive des idées qui ont été discutées ces derniers temps sur les blogs et dans les conférences sur le blog de Citizenside. Bon, c’est vrai, le titre est facile, mais vous connaissez un titre davantage Google-Facebook-Twitter-friendly pour cette fin d’année ? Ni prédictions, ni révélations ici, mais une synthèse non exhaustive des idées lues, vues, entendues en cette fin d’année sur les blogs et dans les conférences (notamment Rencontres RSLN, LeWeb, news:rewired), par Citizenside On aurait pu titrer en parlant de “mots-clés”, mais c’est so 2008. 1/ SEO journalism, ou le journalisme d’autocomplétion Écrire et titrer pour Google ? Des spécialistes interviennent dans les rédactions pour aider les journalistes à mieux référencer leurs articles, comme Masha Rigin de TheDailyBeast.com, invitée par l’École de Journalisme de Sciences Po (merci à Alice Antheaume pour son récit de la journée). Les journalistes peaufinent le titre que vous avez envie de lire. Dingue. Le modèle ?

Le Réseau Social d’Entreprise et les autres outils collaboratifs L’expérimentation d’un Réseau Social d’Entreprise est l’occasion de tester des fonctionnalités, valider des cas d’utilisation et sonder l’enthousiasme des futurs utilisateurs. Déployer véritablement un Réseau Social d’Entreprise implique plusieurs autres questions. Parmi celles qui reviennent assez souvent, et que nous rencontrons fréquemment chez nos clients, la question de la (plus particulièrement : les outils collaboratifs, les plateformes de gestion de documents et la messagerie). Apportons tout d’abord un peu de nuance au discours très enthousiaste sur la génération Y et les collaborateurs qui veulent un RSE à tout prix. L’écrasante majorité des employés a besoin d’explications, de prise en main et d’accompagnement dans la démarche d’adoption du Réseau Social d’Entreprise. Par ailleurs, il est rare, pour ne pas dire impossible, qu’un RSE vienne occuper un terrain vierge. Entre les deux, les positions sont multiples. : le super système qui fait tout n’existe pas encore.

Réseaux sociaux d’entreprise : le management est-il prêt ? Un rêve qui devient réalité ? À l’heure du numérique, les outils d’échange et de partage des connaissances dans l’entreprise sont en plein développement. Mais pour leur utilisation devienne maximale, il faudrait que le management fasse, lui aussi, sa révolution. Chats, forums, réseaux sociaux d’entreprise, blogs, réseaux d’échanges réciproques de savoirs (RERS)… Les outils du Web 2.0 semblent ouvrir un champ quasi infini aux échanges entre salariés. Certaines entreprises vont très loin, telles Assystem, groupe d’ingénierie et de conseil qui a opté, dès 2011, pour un réseau social interne, baptisé Assystem Connected, qui réunit 175 communautés. La plupart sont orientés “métiers” et permettent échanger autour de problématiques communes. Majoritairement en libre-service, à l’exception notamment de projets confidentiels, et basées sur le volontariat, les personnes n’y adhérent pas sur demande de leur manager, mais simplement si elles le souhaitent. Décloisonner l’entreprise Mai 2013

De quoi OWNI est-il le laboratoire? » Article » OWNI, Digital Journalism OWNI mode d'emploi : comment envisageons-nous notre métier et quel écosystème nous permet, tous les jours, de faire carburer la soucoupe ? En bonus, une galerie photo pleine de gentils aliens /-) Si nous expérimentons et revendiquons « sérendipité » et « bêta permanente », la soucoupe OWNI n’en est pas moins l’espace commun d’une intuition, devenue conviction partagée : l’information indépendante de qualité a un coût que ne peuvent ou ne devraient financer seuls ou majoritairement ni les annonceurs, ni l’État, ni le consommateur final – l’audience – au prix alors de péages ou de contraintes allant à l’encontre de la libre circulation de l’information mais aussi de la définition de ce que devrait être un « beau média » : un média qui chercherait avant tout à délivrer « une information de qualité dans le meilleur des contextes possibles ». 15h45 : Y a-t-il un geek pour stopper Leguillaume? Nous ne sommes pas une « breaking news organisation » OWNI est un groupe de médias innovants

Pourquoi trop de projets de réseaux sociaux d’entreprise échouent dans les 6 mois Aujourd’hui, les entreprises qui n’ont pas une réelle présence sur les médias sociaux grand public sont l’exception. Les sociétés explorent même les bénéfices des réseaux sociaux internes pour leur organisation. Au cours des dernières années, beaucoup de choses ont changé dans l’attitude des entreprises envers les réseaux sociaux. Il n’y a pas si longtemps, les cadres dirigeants étaient terrorisés à l’idée que des secrets d’entreprise puissent être divulgués sur Facebook et Twitter, et ils percevaient l’utilisation des réseaux sociaux uniquement comme une perte de temps, un lieu idéal pour les commérages de bureau. Aujourd’hui, ce sont les entreprises qui n’ont pas une réelle présence sur les médias sociaux grand public qui sont l’exception, et de plus en plus d’entreprises sont en train d’explorer les bénéfices des réseaux sociaux internes pour leur organisation. De nos jours, il y a de moins en moins de promoteurs de ce concept simpliste de machine à café virtuelle.

Réseau Social d'Entreprise Vs hiérarchie?? Réseau Social d’Entreprise Vs hiérarchie?? Sérieusement?? Cela fait déjà plusieurs mois que je souhaite écrire un post a ce sujet. J’ai eu le plaisir il a quelques mois, d’assister à plusieurs conférences sur l’épineux sujet de l’engagement dans l’entreprise. Copyright Dilbert.com C’est exactement contre CE discours que je me bats. C’est la que les RSE ont été séduisants. Il faut souvent le dire et le redire… Une solution technique ne règle pas des problèmes d’organisation. D’autres changement technologiques majeurs ont déjà été dans la situation actuelle concernant les RSE. Donc, personnellement, je n’oppose pas les RSE a la hiérarchie mais au contraire comme un outil permettant de la mettre en valeur. L’application Org Chart de Yammer vous permet de réconcilier les Réseau Sociaux d’Entreprise avec votre Hiérarchie… Simple?! Mais mieux encore… Vous êtes peut-être utilisateur de la messagerie Office 365?

La G?n?ration Y - Julien Pouget 13 freins et obstacles à l’adoption des Réseaux Sociaux d’Entreprise (#RSE) Tout comme les dispositifs de veille, la mise en place d’un réseau social d’entreprise (RSE) ne s’improvise pas, et nécessite un certain nombre de prérequis pour augmenter les chances de sa réussite et sa viabilité dans le temps pour l’ensemble de l’organisation. Plusieurs freins sont en effet à l’origine de blocages dans l’adoption des RSE malgré les efforts fournis, et ils trouvent majoritairement leur origine dans le rapport de l’entreprise à la notion de collaboration. A ce titre, voici une liste non exhaustive des freins et obstacles fréquemment rencontrés lors de la mise en place d’un RSE. Il est à noter que ces freins ne sont pas complètement indépendants, et majoritairement, c’est un ensemble d’obstacles qui justifient l’échec du projet, et non pas un seul et unique paramètre. La connaissance c’est le pouvoir : certains trouvent et justifient leur légitimité par l’accès à certains types d’informations qu’ils n’ont pas envie de partager, par crainte de perte de pouvoir interne.

Related: