background preloader

Transurfing de Vadim Zeland

Transurfing de Vadim Zeland
Transurfing, les cinq livres (les trois derniers ne sont pas encore traduits en français) de Vadim Zeland, deviendront indubitablement la cause de nombreux débats, car il est difficile de trouver d’autres ouvrages contenant autant d’idées choquantes et innovantes. Ces livres ouvrent la porte d’un monde bizarre où la réalité, révèle chaque jour des facettes qui ne vous sont pas familières. Beaucoup de questions sur la vie quotidienne sont perçues d’un point de vue absolument nouveau. Vous tous, d’une manière ou une autre, vous trouvez piégés par les circonstances : désirs non accomplis, rêves jamais devenus réalité. Alors que vos pires attentes se réalisent, d’elles même à votre désespoir. Vous ne devez pas lutter pour atteindre vos objectifs, car tout ce que vous désirez vous l’obtiendrez sans aucun effort. Incroyable ? En dépit de la fantastique nature des idées présentées dans ce livre, elles étaient déjà mises en pratique. Demandez au monde en quoi consiste-t-il ?

Pourquoi nous n’hallucinons pas sans drogue ? Si vous avez déjà consommé de puissantes drogues hallucinogènes (par inadvertance, bien sûr) où certains médicaments, ou par simple curiosité, vous pourriez vous demandez ce qui peut crée ces formes géométriques étranges. Quel mécanisme est derrière cet effet bizarre ? Mais une nouvelle étude pose une autre question, non pas “Pourquoi est-ce que surviennent les hallucinations ?", mais "Pourquoi ne se produisent elles pas tout le temps ?" Nous comptons sur notre cortex visuel, situé à l’arrière de notre cerveau, pour traiter les images que nous voyons. Lorsque la lumière pénètre l’œil, il stimule certaines parties dans le cortex visuel, formant un modèle de neurones excités, que nous acceptons comme une image. Comme l’auteur de l’étude Nigel Goldenfeld (Professeur de physique à l’université de l’Illinois,Urbana-Champaign et à l’institut universitaire de biologie génomique) le décrit : Normalement, nous pensons à la diffusion comme un processus qui lisse les choses.

16. La Paranormalité Défricher nos sens pour percevoir l'essentiel Remarque : Dans nos travaux, l’entrainement à la paranormalité va de paire avec un travail de conscience. Ce texte va montrer que ces deux processus sont intimement liés et demandent tous deux un effort individuel pour dépasser ses propres limites. La télépathie permet de percevoir la fréquence et l'énergie des gens autour de nous. Avec la télépathie, on apprend à percevoir ce que son interlocuteur veut réellement dire ; on arrive à mettre le doigt sur ce qui lui pose problème en se passant des mots. Lorsqu'on fait attention aux émotions d'une personne, on peut remarquer que plusieurs questionnements émotionnels se superposent et camouflent la source du problème. Lorsqu'on maîtrise la télépathie, on laisse de côté ce que la personne dit pour se concentrer sur ses vrais sentiments. On peut illustrer ce propos en prenant comme exemple la faculté de psychokinésie. Le contrôle émotionnel ne veut pas dire devenir froid et distant.

cours de neurobiologie Schwann Programmes, tampons et « Esprit du prédateur article par Laura Knight-Jadczyk Traduction française: Signes des Temps Parlons aujourd'hui des programmes - aussi appelés tampons et « Esprit du Prédateur » - comment nous les avons et comment ils nous affectent durant toute notre vie jusqu'? ce que nous apprenions ? leur sujet, les examinions et ayons affaire ? eux de façon cognitive. Commençons par quelques rudiments : A mesure qu'un enfant se développe, la nature de ses expériences instant par instant de son monde intérieur et du monde qui l'entoure change en termes d'intensité (affect/émotion). A d'autres moments, l'enfant a des périodes de haute intensité affective. Ces périodes affectives d'intensité maximale impliquent l'enfant en développement dans une intense expérience d'apprentissage au sujet de ses relations ? Dans le cerveau, les structures mémorielles chargées d'émotions, formées lors d'états de maximum affectif, constituent la fondation des syst? Ceci induit un grand stress dans l'organisme. Un enfant ? En m? Considérons ? 1.

Une organisation insoupçonnée du cerveau révélée par une nouvelle technologie -- Science et Technologie Les images du cerveau créées au moyen d'une nouvelle technologie ont suscité un véritable choc pour Van Wedeen de l'Université Harvard, co-auteur de travaux publiés dans la revue Science: ""Je m'attendais à un pur désordre"", dit-il. Plutôt qu'un enchevêtrement, il a plutôt trouvé une organisation régulière et étonnamment simple de fibres entrecroisées perpendiculairement comme les fibres entrelacées d'un morceau de tissu. Le cerveau est comme un vêtement comportant des plis dont la simplicité de la structure apparaît en le dépliant. Si vous étirez les plis, dit Wedeen, le cerveau consiste en une grille de fibres à trois dimensions. Wedeen et ses collègues des universités Harvard et de Lausanne ont utilisé l'imagerie par résonance magnétique à diffusion, une technique qui utilise les champs magnétiques pour détecter l'eau qui coule le long des neurones. Ils estiment que la structure en forme de grille montrée par ces images reste à prouver. Source

Le cerveau des psychopathes est différent -- La Science de l'Esprit Le cerveau des psychopathes est différent, selon une étude publiée dans le Journal of Neuroscience. Les résultats de cette étude, estiment les chercheurs, peuvent aider à expliquer le comportement antisocial insensible et impulsif manifesté par certains psychopathes. Les chercheurs en psychologie et en psychiatrie Joseph Newman et Michael Koenigs de l'Université de Wisconsin-Madison ont analysé, au moyen de deux différentes technologies d'imagerie cérébrale, les cerveaux de 20 prisonniers ayant reçu un diagnostic de psychopathie (trouble de personnalité antisociale) et 20 prisonniers ayant commis des crimes similaires mais n'ayant pas reçu ce diagnostic. Les images ont montré une quantité réduite de connexions entre le cortex préfrontal ventromédian, une partie du cerveau responsable de sentiments tels que l'empathie et la culpabilité, et l'amygdale, qui est impliquée dans la peur et l'anxiété.

Déjà vu Philippe, 23 ans, n'aurait pour rien au monde manqué d'assister aux Jeux olympiques de Londres. Il conserve de ce voyage à l'étranger de beaux souvenirs, mais également une étrange sensation. Fatigué par un job d'été qui l'a accaparé jusqu'à la dernière minute, anxieux à l'idée de ne pouvoir assister à certaines épreuves dès son arrivée à l'Olympic Stadium, il sort de la station de métro Il a soudain l'impression d'avoir déjà vu cette jolie volontaire qui lui demande de prendre à droite vers les sites de compétition. Ce "déjà-vu" dit normal, qui se produit le plus souvent chez le jeune adulte, plus rarement après 40 ans, est favorisé par la fatigue et le stress. "Le traitement antidépresseur est inefficace et provoque même une exacerbation des épisodes de déjà-vu, souligne le docteur Benjamin Cretin, du département de neurologie des hôpitaux universitaires de Strasbourg. Une sensation particulièrement agréable peut également accompagner le déjà-vu épileptique. Source - Marc Gozlan

La maltraitance dans le cerveau -- La Science de l'Esprit © © Shutterstock/clearimagesLa maltraitance chez l'enfant provoque des dégâts... notamment dans le cerveau. L'hippocampe cérébral de jeunes adultes maltraités durant leur enfance est plus petit que celui d'adultes non maltraités. Cette réduction du volume serait un facteur de risque d'apparition de maladies mentales. Les personnes ayant été maltraitées ont plus de risques de développer des troubles de l'humeur, de l'anxiété et de la personnalité, de consommer des drogues, de souffrir de maladies psychiatriques et de se suicider. Et souvent, leur hippocampe - une région cérébrale impliquée dans la mémoire et les émotions - est plus petit que celui des personnes n'ayant pas souffert. On sait depuis de nombreuses années que le stress provoque des ravages dans le cerveau. Quelques études se sont intéressées à la maltraitance pendant l'enfance. Pourquoi une telle asymétrie ?

Troubles Envahissants du Développement, Autisme, Hyperactivité... D'après moi, autiste est synonyme d'atypique! Et ce n'est pas un hasard si les personnes concernées par l'autisme appellent les personne "normales" des neurotypiques (NT) ! Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Normaux!!! Le Syndrome Le trouble de la personnalité normal Le trouble de consciences simultané Communication prédictive réactive (CPR) et Communication Franche et Directe (CFD). Le terme de neurotypique est quand même controversé, inventé pour différencier les non-autistes des autistes, il est parfois mal employé, connotations péjoratives selon les cas. Et je n'ai pas fini le tour de la question... Qu’est-ce que l’autisme?

How the Brain Stops Time One of the strangest side-effects of intense fear is time dilation, the apparent slowing-down of time. It's a common trope in movies and TV shows, like the memorable scene from The Matrix in which time slows down so dramatically that bullets fired at the hero seem to move at a walking pace. In real life, our perceptions aren't keyed up quite that dramatically, but survivors of life-and-death situations often report that things seem to take longer to happen, objects fall more slowly, and they're capable of complex thoughts in what would normally be the blink of an eye. Now a research team from Israel reports that not only does time slow down, but that it slows down more for some than for others. An intriguing result, and one that raises a more fundamental question: how, exactly, does the brain carry out this remarkable feat? Researcher David Eagleman has tackled his very issue in a very clever way . Was it scary enough to generate a sense of time dilation?

Le cerveau mystérieux de Daniel Tammet Le cerveau mystérieux de Daniel Tammet – une pierre de Rosette scientifique MessageToEagle.com - Daniel Tammet possède l'un des cerveaux les plus extraordinaires sur Terre ! Non seulement Daniel Tammet possède des aptitudes mathématiques exceptionnelles, mais il est également très doué en langues. Il parle dix langues et a démontré avec succès qu'il apprenait une langue étrangère en seulement une semaine ! Né en 1979, il est affecté d'une ''synesthésie'' ( linguistique, numérique et visuelle. Sa compréhension du monde est très différente de celle d'une personne moyenne. Daniel Tammet est un écrivain et un savant autiste. Le fait d'être savant est une situation rare dans laquelle les gens avec des retards de développement du cerveau (notamment un spectre d'autisme), et/ou une blessure du cerveau, manifestent des capacités profondes et prodigieuses et/ou des aptitudes bien loin de celle considérées comme normales. Daniel était solitaire.

Comment les grands sportifs arrivent à ralentir le temps «Tout ralentit, la balle paraît plus grosse et vous avez l'impression d'avoir plus de temps pour taper», expliquait John McEnroe à propos de ses meilleurs coups. Le témoignage du tennisman américain n'est peut-être pas une forfanterie de plus de sa part, d'après des chercheurs travaillant à l'University College de Londres qui ont trouvé que la perception que l'on avait de l'écoulement du temps pouvait être modifiée lors de la phase de préparation d'un geste. Un phénomène qui pourrait être amplifié chez certains sportifs de très haut niveau. Ce n'est pas John McEnroe, mais Tetsuharu Kawakami, un des plus grands joueurs de baseball japonais de tous les temps, qui a donné au spécialiste des neurosciences Nobuhiro Hagura l'idée de travailler sur ce sujet. Lien entre circuits moteurs et visuels Les observations de l'équipe de neurosciences de l'UCL ont été publiées dans la revue Proceedings of the Royal Society B. » Une nouvelle méthode pour cerner l'horloge interne

TDAH Adulte Hyperactivité TDA Déficit d'Attention Probleme concentration Procrastination Cyclothymie Impulsivité. cerveau droit hp Coaching Le magnésium protège de l'accident vasculaire cérébral Le magnésium est soupçonné depuis longtemps de bénéficier à la santé des vaisseaux sanguins et au système cardiovasculaire. Pour en avoir le coeur net, des chercheurs de l'institut national de médecine à Stockholm, en Suède, ont décidé d'effectuer une analyse de toutes les études existantes. Ils ont donc rassemblé toutes les recherches sur le magnésium et l'accident vasculaire cérébral depuis 1966. Après avoir trié les études par leur sérieux et leurs critères, ils ont retenu 7 études pour un total de 241 378 patients. Ils constatent ainsi que pour chaque 100 mg de magnésium supplémentaire consommé, le risque d'accident vasculaire diminue de 8 %. Pour savoir où trouver le magnésium dans votre alimentation, consultez notre base d'aliments : cliquez ici.Et pour tout savoir sur les eaux riches en magnésium ou les compléments alimentaires, consultez nos dossiers. Références: Larsson SC, Orsini N, Wolk A.

Related: