background preloader

La lutte contre les inégalités scolaires

La lutte contre les inégalités scolaires
L'inégalité face à l'éducation est la première des injustices contre lesquelles il faut lutter. Or elle s'est accrue ces dernières années. Pour inverser la tendance, le Gouvernement s'est fixé un objectif : ramener à moins de 10% les écarts de réussite scolaire entre élèves. Deux réformes ont été menées de front : la refonte de la carte de l'éducation prioritaire et celle de l'allocation des moyens pour toutes les écoles et tous les collèges de France. Contenu publié sous la présidence de François Hollande du 15 mai 2012 au 15 Mai 2017 La réforme de l'allocation des moyens pour tous Au-delà des réseaux de l’éducation prioritaire, j’ai voulu que les critères sociaux et territoriaux soient désormais pris en compte dans l’attribution des moyens à l’ensemble des écoles et collèges de France. Les déterminismes sociaux pèsent trop fortement sur la réussite scolaire des élèves. Twitter (cards) est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour accéder à cette fonctionnalité. ✓ Autoriser Autoriser

https://www.gouvernement.fr/action/la-lutte-contre-les-inegalites-scolaires

Related:  Inégalités scolairesinégalité scolaireLes inégalités scolairesmickael_antoine_elodieCom Oral

Systèmes éducatifs et inégalités scolaires : une perspective internationale 1La sociologie des inégalités sociales à l’école s’est enrichie ces dernières années des résultats des grandes enquêtes internationales sur l’éducation. Pour les enquêtes de l’IEA (2007) et de l’OCDE (2004), il s’agit de comparer des systèmes éducatifs en fonction de ce qu’ils « produisent » en termes de compétences des élèves. On peut ainsi penser les processus éducatifs en relation avec les politiques scolaires de chaque pays en considérant toute une série d’indicateurs comme l’âge de la première orientation, le nombre de filières, les modes de regroupement des élèves, la part du privé et du public dans les systèmes éducatifs, etc. (Demeuse, Baye et al, 2005). Quelle organisation éducative, quel système d’enseignement produit quels types d’inégalités ? 3La façon dont chaque système éducatif se propose de rassembler ou de séparer les élèves de niveaux scolaires et sociaux différents est au cœur de l’interrogation sur la production des inégalités à l’École.

Réussite scolaire : comment réduire les inégalités ? « L’avenir des enfants se joue avant 6 ans » titre Le Figaro du 9 novembre. « La réussite scolaire dépend des classes » affirme avec malice le quotidien 20 Minutes. Avec leurs préoccupations éditoriales propres, les deux journaux réagissent à une étude publiée par l’Insee dans son « Portrait social » de la France. Selon Jean-Paul Caille et Fabienne Rosenwald (Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, DEPP), si « les deux tiers des enfants d’ouvriers non qualifiés atteignent aujourd’hui la sixième à l’heure ou en avance alors que, parmi les élèves entrés au CP en 1978, moins de la moitié d’entre eux ont connu un tel parcours… Reste qu’au-delà de ces évolutions, les disparités sociales demeurent importantes ». Ainsi l’Ecole, injuste socialement, accentuerait l’inégalité. « Les disparités sociales en fin d’école élémentaire résultent donc de la conjugaison de deux phénomènes.

Les inégalités à l’école expliquées par les experts Marie Duru-Bellat, sociologue, et Jean-Paul Delahaye, spécialiste en sciences de l’éducation, apportent leur éclairage sur les inégalités à l’école à travers des vidéos courtes, dans un langage accessible. Issues de notre webdoc sur les inégalités, ces interviews sont à votre disposition pour vous aider à comprendre, à réfléchir ou à animer un débat sur le sujet. Réalisation et montage : Thibaud Melin, Anouk Mathieu, Johan Sonnet. Vidéos disponibles en version française sous-titrée. gratuit

Panorama des inégalités scolaires d’origine territoriale en France Les inégalités scolaires d’origine territoriale sont peu explorées et demeurent taboues dans une République une et indivisible. Aussi, le Cnesco a conduit une évaluation très fine des disparités scolaires d’origine territoriale en Île-de-France en se fondant sur la plus petite unité géographie établie par l’Insee, appelée IRIS ou plus communément, quartier. Ce découpage permet de révéler des inégalités invisibles à des niveaux d’études territorialement plus agrégés (par exemple au niveau communal).

Les causes sociales des inégalités à l’école 11 mai 2004 - Dans un article de synthèse, Marie Duru-Bellat (sociologue, Université de Bourgogne et Iredu) analyse les causes des inégalités à l’école et envisage les moyens pour les réduire. Pour elle, la réforme de l’école ne suffira pas si le contexte social demeure inégalitaire. Les sociétés démocratiques font face à la nécessité de justifier le contraste entre le principe d’égalité et la réalité des inégalités. Certaines inégalités sociales peuvent apparaître légitimes parce qu’elles semblent découler des seuls talents et efforts d’individus placés au départ dans des conditions d’égalité des chances.

Les inégalités sociales sont fortes dès le primaire et le collège Les inégalités de niveau scolaire liées au milieu social existent dès les petites classes. Au CE2, le quart des élèves les moins favorisés – selon un indice de position sociale [1] élaboré par le ministère de l’Éducation nationale – obtient une note de 58 sur 100 en maîtrise du français et de 57 en mathématiques, contre 87 et 85 pour le quart issu du milieu social le plus favorisé (données 2017). Le redoublement, même s’il est de moins en moins utilisé, traduit les difficultés de certains élèves à suivre le rythme normal de la scolarité. Il concerne principalement les enfants issus des catégories modestes.

Des pratiques pédagogiques pour réduire les inégalités On le sait : toutes les pratiques pédagogiques ne se valent pas. Certes, aucune pratique n’abolira cette loterie qui fait naitre certains dans de beaux quartiers et d’autres dans des « zones ». Mais aucune fatalité sociale ne nous fera mettre un signe égal entre les pratiques à l’école quant à leurs résultats. Je voudrais ici reprendre (de manière non exhaustive) quelques caractéristiques de ces pratiques qui vont plutôt dans le sens de la réduction des inégalités, qui donnent davantage de chances à ceux qui en ont peu au départ, même si nombre d’entre elles impliquent bien souvent d’autres fonctionnements de l’école. J’illustrerai mes propos d’exemples pris d’abord dans mon expérience personnelle d’enseignant, mais aussi de formateur et de directeur de collection pédagogique, en contact avec de nombreux innovateurs et à des équipes de terrain. J’ai tenté un inventaire de ces caractéristiques positives à l’occasion d’une intervention sur le thème de l’égalité à l’école pour la FCPE.

La construction de l’inégalité scolaire dès l’école maternelle 1Depuis une quarantaine d’années, les textes offi- ciels relatifs à l’école maternelle soulignent la nécessité de « lutter contre l’échec scolaire ». Auparavant absente à ce premier niveau de la scolarité, cette préoccupation a pris une telle importance qu’elle a conduit à reconsidérer le statut de l’école maternelle : elle tend de plus en plus à être considérée comme la première école (Brougère, 1995, p. 217), une école qui doit préparer les plus jeunes élèves à accomplir une scolarité de plus en plus longue. 3Comme le remarquait il y a plus de vingt ans Chamboredon dans cette même revue, ce type de régularités statistiques pose « la question des usages de l’institution (et des effets de l’institution) sur la réussite scolaire, question parfois sous-estimée au profit d’une imputation abstraite de la réussite scolaire au seul héritage culturel ou trop vite réglée par une dénonciation globale des effets sélectifs, voire discriminants de l’institution » (Chamboredon, 1988, p. 83).

L’éducation des filles et des garçons : paradoxes et inégalités Gaussel Marie (2016). L’éducation des filles et des garçons : paradoxes et inégalités. Dossier de veille de l’IFÉ, n°112 Disponible au format PDF : 112-octobre-2016 La France, championne des inégalités à l’école au sein des pays de l’OCDE Le Conseil national d'évaluation du système scolaire publie mardi 27 septembre un rapport accablant pour la France. Parmi les 35 pays membres de l'OCDE, notre pays est devenu, en quelques dizaines d’années, le pays le plus inégalitaire en matière d’éducation. Élève moyen dans les années 2000, la France se place désormais en toute fin de palmarès pour les inégalités à l’école au sein de l’OCDE, révèle le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) dans une étude rendue publique mardi 27 septembre. Cette enquête inédite réalisée sur deux ans par 22 équipes de chercheurs français et étrangers, pose "un diagnostic sur les inégalités sociales et migratoires à l’école". Et constate que malgré les politiques engagées, l'école française continue de "fabriquer de l'injustice scolaire".

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation, Inégalités sociales, inégalités scolaires Inégalités sociales, inégalités scolaires La préoccupation la plus constante, sinon la plus ancienne, concerne la formation des inégalités scolaires. Pourquoi observe-t-on partout que les élèves issus des catégories sociales les moins favorisées obtiennent, en moyenne, de moins bons résultats que leurs camarades venant des groupes les plus favorisés ? Cette question est d'autant plus centrale que nous vivons dans des sociétés démocratiques affirmant l'égalité fondamentale des individus et dans lesquelles l'égalité des chances scolaires est tenue pour une valeur fondamentale de l'école. Avec la massification scolaire amorcée dans les années 1960 et 1970, et la possibilité offerte, en principe, à tous les élèves d'accéder aux formations les plus longues et les plus prestigieuses, le maintien des inégalités sociales face à l'école apparaît comme une sorte de scandale. Bien que la théorie de la reproduction ait dominé la sociologie française de l'éducation des trente [...]

Les six pistes pour réduire les inégalités à l’école Près de sept Français sur dix (69%) estiment que l'égalité des chances n'est pas garantie par l'école, selon un sondage Ifop pour Fondapol publié jeudi dans Le Parisien/Aujourd'hui en France. 20 minutes a recensé six pistes qui permettraient de réduire le fossé qui sépare les élèves. 1-S’attaquer aux inégalités scolaires dès le plus jeune âge Dès le CP, les écarts de niveaux se creusent entre les élèves et sont difficilement rattrapables. Pour prendre le mal à sa racine, «Il faut développer quantitativement le dispositif "plus de maîtres que de classes", lancé en 2013, qui permet d’affecter un maître supplémentaire dans les établissements les plus en difficultés», suggère la sociologue de l’éducation, Marie Duru-Bellat. «Mais il faut impérativement évaluer le dispositif afin qu’il soit bien ciblé sur les classes qui rencontrent le plus de difficultés», insiste la sociologue.

Related: