background preloader

Politique culturelle française

Politique culturelle française
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La politique culturelle française regroupe les actions gouvernementales, administratives et territoriales, orientées vers un enjeu culturel. Le constat d'une exception française[modifier | modifier le code] Siège du Ministère de la Culture, au Palais-Royal, symbole du volontarisme culturel de l'État Selon Jean-Michel Djian, « la politique culturelle est une invention française », née « d'une préoccupation constante des pouvoirs monarchiques, impériaux ou républicains de s'accaparer, au nom d'une mystique nationale, la protection d'un patrimoine artistique et par extension d'encourager ce qui le deviendra »[1]. La politique culturelle française se distingue en effet par sa longue histoire, la forte présence de l'État, et la continuité des institutions au fil des siècles. « Ni la volonté politique, ni les moyens financiers, ni l'armature administrative », souligne Jacques Rigaud, n'atteignent un tel niveau dans aucun autre pays[2]. Related:  démocratie culturelle?

Appel: la construction culturelle en danger Des centaines de pétitionnaires ont écrit au Président de la République pour l'alerter sur la situation de la politique culturelle française qui s'aggrave de jour en jour. Parmi les premiers signataires, on trouve des artistes de toutes les disciplines, des chercheurs mais aussi cinq syndicats (CGT, CFDT, FSU, UNSA et SUD-SOLIDAIRES). Pour vous associer à cette démarche, adressez votre accord à Jack Ralite. Monsieur le Président, Par nos engagements culturels, artistiques et citoyens, nous sommes fidèlement attachés à la politique culturelle française que nous entendons voir se développer selon le principe d’invention de la perpétuelle ouverture. Or, nous constatons que cette démarche après avoir marqué le pas connaît notamment par la politique budgétaire de notre pays une situation s’aggravant de jour en jour. Le travail est tellement livré au management et à la performance que les personnels se voient ôter leurs capacités de respiration et de symbolisation. Les signataires

L'éducation populaire, Monsieur, ils n'en ont pas voulu... » de Franck Lapage - Cercle GRAMSCI Document de présentation Compte rendu réalisé à partir de l'enregistrement audio de la soirée, et de larges extraits du livre de Franck Lepage. * Le personnage entre en scène. Il est vêtu en jardinier du dimanche : chemise hawaïenne à manches courtes, short-bermuda, bottes en caoutchouc, chapeau de paille. Sur la culture Mesdames, Messieurs, bonsoir. J'habite en Bretagne et je suis dans la culture des poireaux. On dit aussi que la culture sert à reproduire les rapports sociaux. Je faisais ça dans les banlieues (c'est là qu'ils sont souvent, les pauvres) et donc, je leur balançais des charrettes d'engrais culturel, essentiellement sous forme d'art contemporain et de " création ". Détendez-vous, cela n'a pas commencé. Sur la durée Ca va durer environ deux heures, ce qui est la durée d'un spectacle de théâtre. Je vais vous donner un ou deux exemples. Vous allez me dire : " Ca ne sert à rien ! Quand et comment tout cela a-t-il a commencé ? Sur la nature du spectacle Spectacle J'y suis allé.

L’école du peuple en recherche-action ? par Raymond Millot. Quand Robert Gloton (alors président du GFEN) a fait appel à des volontaires pour rependre en main une école du XXe, dans un quartier difficile, il ne projetait pas explicitement d’en faire une « école du peuple » (encore que…). Certain-e-s d’entre vous connaissent l’école Vitruve qui vient de fêter ses 50 ans d’existence. Il en a été de même avec la Villeneuve de Grenoble (Grégory Chambat a récemment fait pour Q2C une critique très positive de la brochure « école ouverte- recherche action- société éducatrice » qui en décrit l’expérience et les acquis). Même au lendemain du « grand soir » une recherche-action sera plus que jamais nécessaire pour aller à la recherche de cette « école du peuple ». L’occasion en est donnée par la « refondation » de l’éducation prioritaire qui va toucher un nombre significatif d’écoles et de collèges, établissements se prêtant, plus que tout autres, à projeter cette « école du peuple ». 1. 2. 3. 4. 5. 6. 8. 9. 10.

Une histoire de l’éducation populaire L’éducation populaire milite pour une diffusion de la connaissance au plus grand nombre, afin que chacun puisse s’épanouir et agir dans la société. Jean-Marie Mignon, conseiller technique et pédagogique de la Jeunesse et des Sports et maître de conférences associé à l’IUT de Paris-XIII-Bobigny, revient sur cette démarche éducative si particulière. En 1792, en présentant son rapport sur l’instruction à l’Assemblée législative, Marie-Jean de Condorcet, député du Tiers-Etat, jette-t-il les bases de l’éducation populaire ? La création, par Jean Macé, de la Ligue de l’enseignement en 1866 représente une autre date importante.Pour ce journaliste politique du Haut-Rhin, le succès du réseau de bibliothèques populaires communales créées en Belgique est révélateur d’une forte demande sociale. Quel rôle joue l’affaire Dreyfus (1894) dans l’histoire de l’éducation populaire ? Comment voyez-vous l’émergence de l’animation socioculturelle à partir des années 1960 ? Propos recueillis par Katia Rouff

Démocratisation culturelle (4/4) : La naissance des MJC - [60 ans des MJC] Démocratisation culturelle (4/4) : La naissance des MJC Emission "la fabrique de l’histoire" du 24 Mai 2004, france culture pour plus de renseignements sur l’émission, nous écrire A l’occasion d’un mois complet consacré à la démocratisation culturelle. Invités Laurent BESSE Doctorant en histoire qui achève un travail sur l’histoire des MJC. Un événement historique raconté par ceux qui l’ont vécu. La naissance des MJCUn documentaire d’Amélie Meffre, réalisé par Véronik Lamendour Alors que le régime de Vichy avait crée une quarantaine de Maisons de Jeunes, afin d’inculquer à la jeunesse la doctrine de la révolution nationale, le 2 octobre 1943, le commissaire à l’Intérieur du Comité français de la libération nationale, André Philip élabore une ordonnance sur les groupements sportifs et de jeunesse. La Médiathèque Culturelle Livres

La mondialisation conduit-elle à une uniformisation culturelle La mondialisation conduit-elle à une uniformisation culturelle ? Document 1 – Autour de soi, chacun sent bien que l’alibi de la modernisation sert à tout faire ployer sous l’implacable niveau d’une stérile uniformité. Un pareil style de vie s’impose d’un bout à l’autre de la planète, répandu par les médias et prescrit par le matraquage de la culture de masse. ( Source : Ignacio Ramonet, Le Monde diplomatique, mai 1993 ) Document 2 – L’équipement en moyens de télécommunications dans le monde en 2001 (Source : Alternatives économiques, Hors Série n° 59, Décembre 2003) Document 3 – La diffusion des biens culturels communs à l’humanité entière prend dans le monde actuel une ampleur singulière. Cependant, la « civilisation industrielle » exportée par l’Occident n’est qu’un des traits de la civilisation occidentale. (Source : Fernand Braudel, Grammaire des civilisations, Flammarion 1987) Document 4 – (Source : J.Levy, Sciences humaines, Hors série n° 17, juillet 1997) Document 5 – Document 6 –

THEME MONDIALISATION ET UNIFORMISATION CULTURELLE Document 3 : La mondialisation actuelle nous montre ce que le développement a été et que nous n'avons jamais voulu voir. Elle est, en effet, le stade suprème de l'impérialisme de l'économie. Rappelons la formule cynique d'Henry Kissinger : “La mondialisation n'est que le nouveau nom de la politique hégémonique américaine". Mais alors quel était l'ancien nom ? C'était tout simplement le développement économique lancé par Harry Truman en 1949 pour permettre au Etats-Unis de s'emparer des marchés des ex-empires coloniaux européens et éviter aux nouveaux Etats indépendants de tomber dans l'orbite soviétique. Source : S Latouche , l'occidentalisation à l'heure de la globalisation : défi européen et sagesse africaine , dakar mars 2005. Document 4 : Pour de nombreux auteurs, l'impérialisme culturel américain ne fait pas de doute. La suprématie des produits américains entraîne-t-elle mécaniquement une pénétration de la «culture américaine»? Source : J.C. Document 5 : c Document 6 : © Getty Images

Démocratie culturelle et démocratisation culturelle - Démocratie Essai, par Alexandre Laraque La culture selon l’UNESCO est « dans son sens le plus large, considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances.» La langue, la façon de s’habiller, la musique que l’on écoute, la façon de danser, tout cela fait partie de notre culture. De nombreux débats sur les politiques culturelles ont eu lieu sous l’égide de l’Unesco. La démocratie dans ce sens émane de la culture. Démocratisation culturelle À la suite de la seconde guerre mondiale, les grandes puissances, dans leur élan de démocratie ont axé leur politique culturelle sur la démocratisation de la culture. Démocratie culturelle Pratiquer la démocratisation culturelle, c’est revendiquer qu’il existe une culture supérieure, celle de l’élite.

Un front culturel contre la crise 38% des Français ne partiront pas en vacances cet été. Placé sous l’ombre d’une crise économique et sociale installée, l’été 2013 verra se développer d’autres formes de sociabilités, plus urbaines, dans lesquelles la culture jouera un rôle déterminant. Parisiens et touristes pourront notamment se retrouver le soir, comme chaque année depuis plus de 20 ans, sur la prairie du triangle du parc de la Villette pour assister au Festival «Cinéma en plein air». Gratuite, ouverte à tous, cette manifestation emblématique du territoire de la Villette a accueilli l’année passée plus de 160.000 spectateurs. publicité Dans et hors les murs du territoire de la Villette, la culture est notre moteur pour un vivre-ensemble réussi. L’esprit du lieu est animé par une conception «laboratoire», tournée vers la réinvention d’une culture qui se revendique comme étant la somme de ses expressions contemporaines. Mais, ne lâchons rien! Jacques Martial Devenez fan sur , suivez-nous sur

Démocratisation culturelle lundi 26 août 2013 Revue de presse Pour plaire à un petit cercle d’initiés, la création se coupe peu à peu du grand public, alerte Bernard Faivre d’Arcier. Une tendance qui met la démocratisation culturelle en danger. Par Bernard Faivre d’Arcier Théâtre - Démocratisation culturelle - critique mercredi 20 février 2013 Revue de presse En dignes héritiers d’André Malraux et des maisons de la culture, les acteurs culturels de la région Centre récoltent les fruits d’un long travail de médiation. Publics - Démocratisation culturelle - Diffusion - Spectacle vivant - Centre - Institutions culturelles mercredi 5 décembre 2012 Revue de presse 28% de la population francophone est considérée comme "désengagée culturelle" selon l’Observatoire des Politiques culturelles. Education - Démocratisation culturelle - Pratiques culturelles - Belgique août 2012 Revue de presse Il aura été beaucoup reproché à M. Politique culturelle - Démocratie culturelle - Démocratisation culturelle - Etat

tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/democratiser_culture/Laurent_Martin.html La démocratisation de la culture en France Une ambition obsolète ? Je partirai de l’excellente chronologie qu’a proposée Pierre Moulinier dans le cadre du chantier sur la démocratisation culturelle lancé par le Comité d’histoire du ministère de la Culture en 2011 et dont la journée d’étude du 9 février 2012 est l’une des premières manifestations publiques. Ce document de travail, qui, ainsi que son auteur le précisait lui-même, « a vocation à être complété » ne concerne que la France et démarre en 1920 avec, comme premier et unique jalon de cette histoire avant les réalisations de la Ve République, avant les textes de la Libération et de la IVe République, la fondation du théâtre national populaire, confiée par l’Etat à Firmin Gémier. Il me semble que l’on peut et doit remonter en amont de cette date. Il y a donc une démocratisation culturelle avant la lettre – ladite lettre n’apparaissant qu’au cours des années Malraux, même si le ministre n’employa jamais lui-même cette expression.

De la réception à la participation, les approches d'un rôle culturel Par Pierre Grosdemouge « Les fans de médias sont des consommateurs qui produisent, des lecteurs qui écrivent, des spectateurs qui participent» (Henry Jenkins) « La distinction entre auteur et public, maintenue conventionnellement par la presse bourgeoise, commence à s’effacer dans la presse soviétique. Là, le lecteur est à tout moment disposé à devenir un scripteur, à savoir un descripteur ou encore un prescripteur. C’est à titre d’expert - fut-ce non pas pour une spécialité mais pour le poste par lui occupé - qu’il accède au statut d’auteur. » (W. Les manières dont les sciences humaines se sont penchées sur les pratiques culturelles se sont profondément diversifiées au fil des dernières décennies, notamment en ce qui concerne le statut qu’elles accordent au récepteur ou au public des productions culturelles. Ce personnage s’est étoffé à l’occasion d’un premier mouvement de diversification épistémologique. Certains auteurs, comme H. Il est souvent reproché à H. Les positions d’H.

Related: