background preloader

Politique culturelle française

Politique culturelle française
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La politique culturelle française regroupe les actions gouvernementales, administratives et territoriales, orientées vers un enjeu culturel. Le constat d'une exception française[modifier | modifier le code] Siège du Ministère de la Culture, au Palais-Royal, symbole du volontarisme culturel de l'État Selon Jean-Michel Djian, « la politique culturelle est une invention française », née « d'une préoccupation constante des pouvoirs monarchiques, impériaux ou républicains de s'accaparer, au nom d'une mystique nationale, la protection d'un patrimoine artistique et par extension d'encourager ce qui le deviendra »[1]. La politique culturelle française se distingue en effet par sa longue histoire, la forte présence de l'État, et la continuité des institutions au fil des siècles. « Ni la volonté politique, ni les moyens financiers, ni l'armature administrative », souligne Jacques Rigaud, n'atteignent un tel niveau dans aucun autre pays[2].

La Naissance D'Une Politique Culturelle - Compte Rendu - Melllll En France, L'intervention de l'État dans le domaine des arts et des lettres a toujours été très forte, d'après Jean Michel Dijean, la politique culturelle est une invention Française. La spécificité du riche passé historique de notre pays justifie d'une part la tenacité de certains hommes et femmes à perpétuer l'héritage national. La conception de ce devoir d'intervention des autorités dansl'art et la création, émerge vers la fin du XVII. Divers enjeux motivent ces actions : De grands mouvements artistiques poussés depuis la Renaissance Italienne ne peuvent se permettent d' être oublié. L' art s'inscrit alors au statut de média, reflète la puissance et le prestige de la société. François Ier est l'un des premiers souverain à structurer de façon officiel la sauvegarde de cepatrimoine culturel et à apporter son soutien aux créateurs contemporains. Lire la dissertation complète Citer cette dissertation (2011, 04). "La naissance d'une politique culturelle."

L’Assemblée nationale vote le projet de loi pour la Ville Présenté le 2 août dernier au conseil des ministres, ce projet de loi constitue le vecteur législatif de la nouvelle étape de la politique de la ville, engagée sous la responsabilité de François Lamy, ministre délégué à la ville et préparée dans le cadre de la concertation nationale « Quartiers, engageons le changement » entre octobre 2012 et janvier 2013. Le projet de loi devrait être présenté au Sénat courant janvier 2014. Rappelons que ce projet de loi vise à repenser la politique de la ville en profondeur, afin de lui donner les moyens de réduire durablement les inégalités dont souffrent les habitants des quartiers populaires. Par rapport à la version initiale du projet de loi, le texte a fait l’objet de plusieurs amendements gouvernementaux et parlementaires visant notamment : à faire du lieu de résidence le vingtième critère légal de discrimination Dossier de presse "La nouvelle politique de la ville : agir pour les habitants des quartiers populaires" - 27 novembre 2013

Conseil - Mission d'étude en vue de la création d’une plateforme des politiques culturelles brésilienne Historique général de la mission : Cette mission confiée à l’OPC, a été impulsée par l’Ambassade de France et les postes au Brésil (en particulier Rio de Janeiro) comme proposition pour la composante culturelle de l’accord de partenariat stratégique entre la France et le Brésil en 2010. Elle fait suite à une mission similaire en Chine. Le choix de confier cette mission à l’OPC, s’est appuyé sur les nombreuses demandes de partenaires brésiliens concernant des outils d’évaluation et de formation dans le domaine culturel. Objectifs de la mission : À partir d’une analyse de la situation culturelle locale il s’agissait de déterminer quel pourrait être le sens, la place et le rôle d’un outil d’accompagnement culturel de type « plateforme des politiques culturelles » tenant compte de la spécificité territoriale du Brésil. Méthode : Une série d’enquêtes de terrain ont été conduites. Les évaluateurs ont essentiellement travaillé à partir d’entretiens et d’observations de terrain. Rapport :

Onze associations d’élus s’engagent sur « la nouvelle donne des politiques culturelles » Publié le 06/08/2013 • Mis à jour le 08/08/2013 • Par Hélène Girard • dans : A la une spectaclevivant - © © DWP - Fotolia.com Trois ans après leur première déclaration commune, les associations d’élus continuent de parler d’une seule voix face au ministère de la culture. Intitulé « les 15 engagements des associations de collectivités territoriales face à la nouvelle donnes des politiques culturelles », la déclaration commune de 2013 affirme, en préambule, la « nécessité » d’adapter les politiques culturelles « à de très profondes mutations tant sociétales, que politiques, technologiques et artistiques, dans un contexte de contraintes budgétaires durables. » Selon les signataires (2), l’édification d’une « réelle démocratie culturelle » impose des « réponses nouvelles », faute de quoi, les « responsabilités des collectivités territoriales vis-à-vis de l’art et de la culture » risqueraient « la marginalisation. » La « personne » comme référence. le numériquela professionnalisation Focus

Appels à projet CUCS - 2014 / Les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) / Politique de la ville / Solidarité, hébergement, logement et politique de la ville / Politiques publiques / Accueil Les Contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) ont succédé en 2007 aux contrats de ville comme cadre du projet de territoire développé au bénéfice des quartiers en difficulté. Le contrat urbain de cohésion sociale est un contrat passé entre l’Etat et les collectivités territoriales qui engage chacun des partenaires à mettre en œuvre des actions concertées pour améliorer la vie quotidienne des habitants dans les quartiers connaissant des difficultés (chômage, violence, logement...). Il est élaboré à l'initiative conjointe du maire, ou du président de l'EPCI, et du préfet de département . Conclus pour une durée de trois ans renouvelable , les CUCS Contrats urbains de cohésion sociale recouvrent 5 thématiques prioritaires : l’accès à l’emploi et le développement économiquel’amélioration du cadre de viela réussite éducativela prévention de la délinquance et la citoyennetéla santé Demande de subvention CUCS Les documents à télécharger pour les actions au titre du CUCS : - 0,41 Mb - 0,03 Mb

Démocratisation de la culture : suite et fin ? 12 janvier 2010 - Depuis sa création, une des principales missions du ministère français de la culture est de promouvoir un meilleur accès à la culture. Selon Olivier Donnat, sociologue et auteur du rapport sur les pratiques culturelles des Français, cet objectif de démocratisation a été peu à peu oublié sans que celui-ci soit atteint. Article extrait de Culture et société : un lien à reconstruire, sous la direction de Jean-Pierre Saez, Editions de l’Attribut, 2008. Le ministère français des affaires culturelles, quand il fut créé en 1959, s’est vu confier comme principale mission de « rendre accessible au plus grand nombre les œuvres capitales de l’humanité et d’abord de la France », ce qui plaçait d’emblée la question du public au cœur de la politique culturelle. Je pense au contraire que la « question du public » reste pleinement d’actualité. Oublier ou refonder l’exigence démocratique ? Dès lors, l’alternative est claire. En finir « vraiment » avec la démocratisation

Sisyphe à Elsinore L’ouverture des données publiques devient une obligation pour les collectivités locales Le sujet avait été mentionné lors du Comité interministériel à la modernisation de l’action publique, fin décembre 2012. Il est confirmé dans le projet de loi de décentralisation transmis au Conseil d’Etat, que la Gazette s’est procuré le 7 mars : les collectivités locales [de plus de 3500 habitants et leurs EPCI] auront l’obligation d’ouvrir leurs données publiques. Depuis que le gouvernement avait pris position sur le sujet de l’open data, relançant un dossier en sommeil depuis le changement de majorité, il était question de généraliser l’ouverture des données publiques pour réutilisation à tout l’appareil d’Etat, et aux collectivités locales, mais en concertation. Le 28 février encore, alors que le gouvernement présente sa feuille de route pour l’open data, il est question de concertation, de consultation et surtout de temps. Et un peu plus loin, dans le cadre des 6 débats thématiques annoncés pour 2013 : De même, aucune précision n’est donnée sur ce « format électronique ».

L'exception culturelle - Discours publics, discours politiques- Vie © Fotolia.com Le Parlement européenParlement européenInstitution de l’Union européenne représentant les citoyens des États membres a adopté, le 23 mai 2013, une résolution sur la future négociation d’un accord de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis. Le ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat. souhaite exclure les services culturels et audiovisuels de la négociation afin de protéger l’exception culturelle. En mars 2013, la Commission européenne avait donné son feu vert au lancement de négociations avec les États-Unis. La notion d’exception culturelle comprend un ensemble de dispositions faisant de la culture une exception dans les traités internationaux, notamment auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Open data : cachez ces données que l’on ne saurait voir La scène s’est passée devant un élu en charge des TIC dans une région. Il examine la liste de jeux de données candidats à l’ouverture, préparée par l’équipe de l’administration qui porte le projet open data : - « Les données de transports ? Pas de souci, il n’y a pas d’enjeux. Les marchés publics ? L’anecdote montre que toutes les données ne sont pas relâchées avec le même empressement ni sous la même forme, en fonction de leur sensibilité présupposée. Agrégation et poste « divers » - « Les indicateurs qui situent un territoire par rapport aux autres sont présentés sans donner de détails qui feraient apparaître des disparités trop importantes, indique un chargé de projet. Le budget est aussi un point délicat. « La transparence est relative, poursuit-il. L’instrumentalisation des données par l’opposition est l’un des motifs souvent avancés par les élus pour refuser la libération d’un jeu de données.

Les bibliothèques de Winnipeg retirent <i>Tintin en Amérique</i>, jugé raciste Mardi 17 mars 2015 19h17 Radio-Canada a appris que le réseau des bibliothèques de Winnipeg a pris la décision de retirer la bande dessinée Tintin en Amérique en raison de la manière « stéréotypée et raciste » dont sont dépeints les Autochtones dans le livre. Dans un courriel envoyé aux employés, la direction des bibliothèques indique que la décision a d'abord été prise en 2007 à la suite de plaintes du public, mais que les livres ont été ensuite remis en circulation par erreur. En ce moment, une dizaine d'exemplaires de Tintin en Amérique se trouvent dans le réseau de bibliothèques publiques de Winnipeg. Des résidents de la capitale manitobaine ont demandé il y a quelques jours à une librairie Chapters de mettre fin à la vente du livre, qu'ils jugent raciste à l'égard des Premières Nations. La capitale du Manitoba a la plus importante population autochtone urbaine au Canada. Un couple veut inscrire sa fille à l'état civil sous son prénom autochtone Des marches en mémoire de femmes autochtones

Fonds structurels européens Les fonds structurels européens désignent : le Fonds européen de développement régional (FEDER) : règlement (CE) du Parlement européen et du Conseil du 12 juillet 1999 (n°1783/1999) (JOCE L 213 du 13 août 1999); le Fonds social européen (FSE) : règlement (CE) du Parlement européen et du Conseil du 12 juillet 1999 (n°1784/1999) (JOCE L 213 du 13 août 1999); le Fonds européen d'orientation et de garantie agricole (FEOGA) : règlement (CE) du Conseil du 17 mai 1999 (n°1257/1999) (JOCE L 160 du 26 juin 1999); l'Instrument financier d'orientation de la pêche (IFOP) : règlement (CE) du Conseil du 21 juin 1999 (n°1263/1999) (JOCE L 161 du 26 juin 1999). Pour la mise en oeuvre de ces fonds, le règlement général règlement (CE) du Conseil du 21 juin 1999 (n°1260/1999), portant dispositions générales sur les fonds structurels (JOCE L 161 du 26 juin 1999), a distingué deux autorités : une autorité de gestion et une autorité de paiement.

Related: