background preloader

Les gueules cassées de la Grande Guerre ...

Les gueules cassées de la Grande Guerre ...
Document 2004 - " Sophie Delaporte comble un vide comme si l'expérience était proprement indicible. Pionnier et précieux. " Le Monde. " Elle a accompli un travail remarquable, remontant le chemin de croix de ces soldats, traitant aussi bien de la médecine d'urgence, de la chirurgie réparatrice de la face que de leurs souffrances et de leur détresse morale. " Anne Muratori-Philip, Le Figaro. " L'ouvrage écrit par Sophie Delaporte fait partie de ceux qu'on a le devoir de regarder en face. Comme le visage de ces hommes défigurés qu'on ne pouvait, littéralement, plus dévisager ". Christophe Violette, Ouest-France. " L'auteur s'est penchée sur ces " oubliés de l'histoire ", dont beaucoup, défigurés, ont terminé leur vie à l'écart des leurs et du monde, vivant en autarcie dans des institutions spécialisées. " Antoine de Gaudemar, Libération. Sophie Delaporte Stéphane Audouin-Rouzeau (Préfacier) Leurs blessures de la face sont les plus dévastatrices, cruelles et hideuses qui soient.

Gueules cassées Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Blessés de guerre à l'hôpital. Vitrine pédagogique illustrant les progrès de la chirurgie reconstructrice avec diverses opérations de chirurgie maxillo-faciale surtout mises au point durant et après la première guerre mondiale (Archives médicales militaires des États-Unis) L'expression « gueules cassées » inventée par le Colonel Picot, premier président de l’Union des Blessés de la Face et de la Tête, désigne les survivants de la Première Guerre mondiale ayant subi une ou plusieurs blessures au combat et affectés par des séquelles physiques graves, notamment au niveau du visage. À la fin de la grande guerre, le nombre total de morts s’élevait à 9 millions dont plus de 2 millions d’Allemands, presque 1,5 million de Français, 1,8 million de Russes, 750 000 Britanniques, et 650 000 Italiens. Historique de la législation sur les travailleurs mutilés et handicapés[modifier | modifier le code] Tableau de Kārlis Padegs, intitulé « Memento From1918.

Larousse WWI Conflit qui, de 1914 à 1918, opposa l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, rejointes par la Turquie (1914) et la Bulgarie (1915), à la Serbie, à la France, à la Russie, à la Belgique et à la Grande-Bretagne, alliées au Japon (1914), à l'Italie (1915), à la Roumanie et au Portugal (1916), enfin aux États-Unis, à la Grèce, à la Chine et à plusieurs États sud-américains (1917). 1. Introduction Août 1914. Pour la génération de 1914-1918, la Grande Guerre signe un changement d'époque, la disparition de l'ordre ancien, la véritable fin du xixe siècle. 2. Face à ce cataclysme et à ses 9 millions de morts, l'assassinat de l'archiduc héritier François-Ferdinand de Habsbourg à Sarajevo par le jeune nationaliste serbe Gavrilo Princip, le 28 juin 1914, apparaît aujourd'hui comme un simple fait divers qui ne peut évidemment rendre compte des origines de cette guerre. D’autre part, chaque pays a engagé une véritable course aux armements et au renforcement de ses effectifs militaires. 2.1. 2.2. 3. 3.1. 6.

Uniformes 14-18 A : France B : 1. Empire britannique; 2. C : 6. D : 12. 1918 - Cavalier du Régiment de marche de Spahis Marocains 1914 - Gefreiter du 113e Infanterie-Régiment 1917-1918 - Fantassin du Royal Warwickshire Regiment 1914 - Officier de Cavalerie de la Division du Caucase dite "Division Sauvage" 1918 - Cavalier du 13e Régiment de Light-Horse 1917 - Private du 4e Régiment "Otaga New-Zealand Rifles" untitled EPOQUE CONTEMPORAINE / XX ème siècle THEMATIQUE/ ŒUVRE D’ ART ET POUVOIR (propagande/résistance/mémoire) PREMIER CONSTAT : introduction/présentation (Ce que je vois) -une image sur papier (reproduction en couleur) -il s’agit de la photographie d’une peinture -les indications : Titre = LES JOUEURS DE SKAT Auteur = Otto DIX, artiste Allemand né en 1891 mort en 1969 Date = 1920 Format = 110 x 87 cm Technique = huile sur toile et collages Lieu de conservation = Galerie Nationale de Berlin INVENTAIRE RAISONNE : description (Ce que je perçois) Ce tableau représente une scène banale de la vie quotidienne où des hommes jouent aux cartes. L’homme à gauche présente à l’évidence de nombreuses et horribles cicatrices qui lui couvrent le visage. La gamme chromatique employée volontairement par Otto Dix exclue ici les couleurs vives. La construction du tableau manque d’équilibre, Dix organise volontairement celui-ci en une succession de lignes confuses ou brisées afin de faire écho à son sujet.

Histoire Militaire des Guerres Puniques Ned: Amazon.fr: Le Bohec Y 14-18 : les 10 films qu'il faut avoir vu De Chaplin à Tavernier, la Grande Guerre a laissé des traces dans le septième art. Sélection des 10 films incontournables. La magnifique intuition de Chaplin qui ne connut pas la guerre mais y jette Charlot dès 1918 (Shoulder Arms), la terreur pure du livre, puis du film de Dalton Trumbo, Johnny got his gun (1971) qui déchiquète le corps humain, la stupéfiante reconstitution des Croix de bois par Raymond Bernard (1931) ou encore La Vie et rien d’autre (1989) et Capitaine Conan (1996), les deux films de Bertrand Tavernier... autant de chefs-d’œuvre – on évitera l’expression « films culte » – à avoir vu sur la guerre de 14. 1. Scène finale des Sentiers de la gloire, de Stanley Kubrick (1957) 2. A défaut de sauver le soldat poilu, tous ces films louent à leur manière le courage des combattants, évoquent leur humanité broyée, dénoncent la bestialité du carnage ou l’incohérence des états-majors. 3. Pourquoi Charlot est-il dans le brouillard ? 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Les gueules cassées : victimes sans visage d’une guerre mécanisée Gueule cassée CISA1146 © Medic@ Le visage est exposé, menacé, comme nous invitant à un acte de violence. En même temps, le visage est ce qui nous interdit de tuer. Notre visage est le reflet de notre humanité, tentons d’imaginer ne serait- ce que l’espace d’un instant ce que nous serions sans lui. Comme le signale Xavier Riaud, en conclusion de son ouvrage sur les pionniers de la chirurgie maxillo-faciale, les premiers cas de gueules cassées remontent à la guerre de Sécession américaine mais c’est avec la Première Guerre mondiale que proportion et gravité de ces blessures vont considérablement augmenter. Pourquoi tant de gueules cassées ? Dans un premier billet sur la chirurgie, nous avions évoqué ces graves blessures et leur nombre important durant le premier conflit mondial liées à la mécanisation de la guerre où les obus dilacèrent les chairs. Rapatrier les gueules cassées vers l’Arrière Le calvaire d’une gueule cassée©Medic@ Soigner et reconstruire Si ce sont des hommes Références 1.

La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives » Séance introductive : La Première Guerre Mondiale en perspective, par Annette Becker Séance1 : L'atelier de l'historien. Sources et méthodologie, par Gilles Ferragu Séance 2 : Entrer en guerre, par Gilles Ferragu Séance 3 : Une guerre mondiale : les belligérants et leurs colonies, par Gilles Ferragu Séance 4 : Une guerre industrielle, par Gilles Ferragu Séance 5 : Les contraintes du quotidien. Séance 6 : Les mobilisations économiques, par Patrice Baubeau Séance 7 : Endurance, refus et propagande, par Valérie Tesnière et Benjamin Gilles Séance 8 : Les mobilisations du front domestique, par Gilles Ferragu Séance 9 : Représenter la guerre, par Caroline Fieschi et Benjamin Gilles Séance 10 : Du front militaire au front domestique: mort et deuil, par Annette Becker Séance 11 : Situations extrêmes: occupations, prisonniers, transferts de population, extermination des Arméniens, par Annette Becker Séance 12 : Passer à la paix ? du cours : du contenu produit par les internautes :

Témoignages immortels de soldats canadiens de Vimy Un texte de Catherine François Une exposition est dédiée à ces témoignages éternels au Musée de la guerre à Ottawa, alors qu'on s'apprête à commémorer, l'an prochain, le 100e anniversaire de cette bataille épique. Laisser une trace Ils sont des dizaines de milliers de Canadiens entassés dans ces tunnels qui sont d'anciennes carrières de craie creusées sous la colline de Vimy et ils attendent l'ordre de lancer l'assaut. Alors certains d'entre eux ont le réflexe de graver dans les murs le portrait de leur amoureuse, leur nom, des indications pour se repérer dans ce réseau de tunnels baptisé « le métro », des feuilles d'érable ou ce gros cochon bien portant, souvenir de temps meilleurs probablement pour le soldat qui l'a dessiné. Autant de traces laissées par ces hommes, autant de témoignages de leurs angoisses, de leurs peurs, de leur envie de vivre et de survivre à ces atrocités. Impact stratégique des tunnels Pendant des mois, la bataille se planifie méticuleusement.

Boucle OODA Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. John Boyd a développé un concept permettant de formaliser le cycle des décisions face à un pilote ennemi. Les bonnes décisions, étant ici celles qui déroutent l'adversaire, donnent l'initiative et bloquent ou désamorcent les attaques adverses. L'outil nommé « cycle de Boyd » ou « boucle OODA » permet de savoir quand une décision a été prise et d'éviter de rester immobile. Il permet de déterminer quel est le camp le plus rapide. Il permet donc de savoir qui est en train de gagner. Les quatre phases de la boucle[modifier | modifier le code] Observer[modifier | modifier le code] Pour le premier O, il s'agit d'observer. S'orienter[modifier | modifier le code] Pour le second O, il s'agit de s'orienter. Décider[modifier | modifier le code] Pour le D, il s'agit de décider. Cette hypothèse est qu'une action est meilleure que les autres possibilités. Agir[modifier | modifier le code] Pour le A, il s'agit d'agir. Le cycle est complet. ↑ David G.

La Grande Guerre 1914-1918 - Annuaire de sites Internet sur la Première Guerre Mondiale et ressources multimédias.

Related: