background preloader

Territoire - Le nouveau zonage en aires urbaines de 2010 - Poursuite de la périurbanisation et croissance des grandes aires urbaines

Territoire - Le nouveau zonage en aires urbaines de 2010 - Poursuite de la périurbanisation et croissance des grandes aires urbaines
Poursuite de la périurbanisation et croissance des grandes aires urbaines Jean-Michel Floch, département de l’Action régionale et David Levy, pôle Analyse territoriale, Insee Résumé En métropole, entre 1999 et 2008, la périurbanisation se poursuit. Les grands pôles urbains et l’espace périurbain couvrent en 2008 la moitié du territoire et rassemblent plus de 80 % de la population et des emplois. Sommaire Encadré Décomposition de l’évolution des grandes aires urbaines entre densification et extension territoriale Publication Les espaces périurbains continuent de s'étendre Élaboré à partir du recensement de la population de 2008, le nouveau zonage en aires urbaines de 2010 définit, à partir des déplacements entre domicile et lieu de travail, un espace des grandes aires urbaines. De 1999 à 2008, l’espace des grandes aires urbaines s’est fortement étendu (+ 39,2 %). Retour au sommaire Une expansion quasi-générale des grandes aires, selon des formes variées Encadré Related:  2. Les aires urbaines

De villes en métropoles : vocabulaire et notions générales Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de LyonMarie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de LyonJean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon. Etudiants du master "Systèmes territoriaux, développement durable et aide à la décision" sous la direction d'Emmanuelle Boulineau, maître de conférence à l'ENS de Lyon, pour l’année 2012-2013 : Constance Berte, Pauline Brunschwig, Paula Dolci, Marie-Caroline Gaymard, Chloé Reiser, Jean-François Perrat

Quelques exemples de maîtrise de l’étalement urbain en France Les villes dont les stratégies de lutte contre l’étalement urbain sont régulièrement citées dans les études internationales sont essentiellement étrangères. Pourtant, des exemples locaux ouvrent des pistes intéressantes pour la maîtrise de l’étalement urbain en France. Certains cas relèvent de véritables stratégies, inscrites dans la durée, d’autres sont plus ponctuels (limités à un quartier) ou encore à l’état d’orientations pour l’avenir. Ces expériences s’articulent autour d’un ensemble de principes : organiser la croissance de l’agglomération, investir dans le renouvellement urbain, accompagner les communes périphériques et mettre en place des outils économiques. 1. Organiser la croissance de l’agglomération Estimer précisément les besoins en logements et les possibilités de renouvellement urbain. Limiter l’offre foncière pour l’urbanisation. Promouvoir le développement multipolaire. Fixer des normes de densité, notamment le long des voies de transports en commun. 2. 3. 4. 5.

La nouvelle carte de France de l'Insee C'est très technique, un peu barbant et pourtant capital. La grande refonte des zonages opérée par l'Insee en 2011 va redessiner en profondeur les contours de la France urbaine et il faut s'en féliciter. Avec de nouvelles zones d'emploi qui ne s'arrêtent plus aux frontières d'un département, les spécialistes ont enfin un outil qui leur permet de mieux comprendre les marchés locaux du travail. Quant aux deux redécoupages des unités urbaines et des aires urbaines qui viennent d'être réalisés, ils sont riches d'enseignements sur l'évolution de la France et de ses villes pendant cette dernière décennie (*). 1. "95% du territoire français vit désormais sous l'influence des villes, assène Bernard Morel, chef du département de l'action régionale de l'Insee, en conférence de presse, le 18 octobre. Le premier enseignement, c'est donc qu'entre 1999 et 2008, la ville a gagné du terrain. 2. Les nouveautés 2011 des aires urbaines . . . . . . .

Notion à la une : périurbanisation Bibliographie | citer cet article La notion de périurbanisation est utilisée pour qualifier l’urbanisation se réalisant autour des agglomérations, le plus souvent aux dépens des espaces agricoles et naturels. Elle recouvre pourtant un processus protéiforme dans ses modalités d’expansion comme de transformation des espaces. Les changements dans la composition des textures invitent d’ailleurs à approcher le processus au pluriel, tant son développement et ses effets apparaissent divers selon les contextes étudiés et selon les échelles d’observation mobilisées. Depuis quelques décennies le processus s’est diversifié socialement et spatialement, dans son peuplement comme dans ses morphologies. L’analyse du processus est au cœur de controverses intellectuelles (Guilluy, 2013 ; Charmes et al., 2013 ; Lévy, 2013) et médiatiques ou il est bien souvent décrit comme le symptôme d’une France « devenue moche » dans laquelle « des métastases périurbaines » dévorent « la campagne » (Télérama, 2010).

Exercices de mémorisation Sondage sur Internet & les réseaux sociaux Réalisé par la classe de 4e4 Cliquez ici pour réponde ! Médias et opinion publique Thème 2 – Idéologies et opinions en Europe de la fin du XIXe siècle à nos jours (12h – 14h) Chronologie 1870-1940 : IIIe République 1881 : Loi sur la liberté […] Le harcèlement, EPI Espagnol/Enseignement moral & civique EPI, Je, tu, il harcèle… ET ALORS ?! La traite négrière et le commerce triangulaire 4e A partir d’un dossier documentaire (texte, gravures) réaliser une production […] Rapport de l’Inspection sur le numériques (Café Péda.) « Plutôt que de fustiger les communautés d’enseignants qui essaient de […]

Aire urbaine (France) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'aire urbaine est une notion utilisée par l'Insee pour appréhender et décrire l'organisation urbaine de la France, et notamment le phénomène de la périurbanisation. La notion d’aire urbaine est utilisée dans d’autres pays, mais avec une signification assez différente. Le terme d'aire métropolitaine peut également être utilisé, mais celui-ci désigne, en France, les plus grandes aires urbaines. La notion d'aire urbaine repose sur celle d’unité urbaine, définie sur des critères morphologiques (continuité du bâti) et démographiques (taille minimale). On utilise pour l'aire urbaine également des critères de fonctionnement : le nombre d'emplois offerts et les déplacements domicile-travail. Cette définition a été élaborée entre 1994 et 1996 et appliquée pour la première fois en 1997 dans le cadre du recensement de 1990[2], en remplacement de la notion de zone de peuplement industriel et urbain (ZPIU), devenue trop peu discriminante.

France - aires urbaines (2010) PartenairesActualité InternationaleDa-KolkoZData NewsNet Humanitaires Blogues recommandésLiens recommandésPartenaires Sites amis Blog à 2 bouches Brut de Pomme Equipement Equitation Equipement Golf Profession : Consommatrice Le périurbain : un concept à l’épreuve des pratiques Bibliographie | citer cet article Construction du XXe siècle, le périurbain voit ses formes et son fonctionnement évoluer invitant à repenser les relations ville-campagne. Celles-ci puisent dans la permanence d’un lien entre le rural et l’urbain remontant à l’Antiquité mais appellent aujourd’hui une autre manière de faire ville et de faire campagne. Le périurbain a émergé dans ses appellations diverses dans les pays dits du Nord pour décrire le renouvellement des formes urbaines et des modes d’habiter à la périphérie des grands centres urbains, sous l’effet d’un usage massif de l’automobile. L’article souhaite montrer que d’une préoccupation d’aménageur qu’il était au départ – appréhendé comme un état provisoire en attente de rattrapage urbain – le périurbain participe d’une réalité métropolitaine hors de l’agglomération dense. 1. 1.1. Figure 1. Figure 2. 1.2. Les faibles densités bâties et la part belle faite à l’automobile ont été l’angle d’attaque le plus virulent. 2. 2.1. 2.2. 3.

L'exception territoriale : un atout pour la France Le recensement de 1999 confirme certaines tendances. L'urbanisation se poursuit, non pas tant par une concentration de la population dans les zones urbaines que par une extension du périmètre urbain. La moitié des 4,5 M d'habitants supplémentaires recensés en France entre 1975 et 1999 sont installés dans six aires urbaines seulement (Paris, Toulouse, Lyon, Montpellier, Bordeaux, Nantes). Figure 3.1 - Evolution comparée des populations urbaines DATAR, Aménager la France de 2020 - Mettre les territoires en mouvement, Paris,La Documentation française, 2002, p.24. La France compte aujourd'hui 52 aires urbaines de plus de 150 000 habitants, qui représentent 52 % de la population du pays. Les dix unités urbaines atteignant ou dépassant 500 000 habitants concentrent 32 % de la population nationale. La dynamique urbaine concerne d'abord les métropoles. Source : INSEE Ainsi, la croissance démographique est plus vive dans les métropoles régionales que dans la capitale. Source : Reclus, Th.

Seulement 5 ou 15 % de ruraux en France métropolitaine ? Les malentendus du zonage en aires urbaines Bibliographie | citer cet article Alors que la démarche de catégorisation des espaces est quasi consubstantielle de l’approche géographique, on oublie parfois de remettre en perspective le processus d’élaboration de ces catégories spatiales, en particulier lorsqu’elles sont issues de nomenclatures officielles. Considérées comme données et légitimes de fait parce qu’issues d’institutions de référence, les nomenclatures spatiales sont pourtant aussi discutables – au sens premier d’examiner minutieusement – que les approches plus théoriques qui circulent dans la recherche, ou que les conceptions des espaces dites « profanes » de monsieur et madame tout le monde. Or, les nomenclatures officielles ont ceci de particulier que leur légitimité institutionnelle leur confère une double portée : d’une part prescriptive, parce qu’elles s’imposent comme une norme et, d’autre part, performative. 1. 2. 3. 3.1. Un premier ensemble de choix méthodologiques concerne la définition des pôles d’emploi.

Portraits d'un Nouveau Monde Vivre dans une maison, le rêve des Français Autrefois, il y avait la campagne et la ville. On pouvait imaginer mettre la ville à la campagne ou la campagne à Paris, mais dans l'ensemble, les choses étaient claires. De nos jours, qui sait où s'arrête la campagne, où commence la ville ? Principale image de cet émiettement du modèle urbain, la prolifération des maisons individuelles, des lotissements dans la lointaine périphérie des grandes métropoles, comme dans ce documentaire « La vie rêvée des pavillons » qui nous plonge dans le quotidien d'un lotissement de Bray sur Seine, une commune située à 100 kilomètres à l'Est de Paris. Les enquêtes montrent que la maison individuelle est le rêve de plus de 70% des Français, et plus de la moitié y habitent effectivement. Un lotissement à la campagne plutôt qu'un appartement en banlieue Ce qui attire les Français dans l'envie de vivre dans une maison « au vert » plutôt qu'un appartement en banlieue d'une grande ville, c'est l'environnement social.

Related: