background preloader

Concurrence pure et parfaite

Concurrence pure et parfaite
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La concurrence pure et parfaite correspond à la théorie de la formation du prix élaborée au XIXe siècle par les économistes classiques. La concurrence pure et parfaite est censée permettre l’équilibre sur tous les marchés sous des conditions suffisantes très particulières. La concurrence pure et parfaite représente un des deux cas extrêmes de structures de marché étudiés par les économistes néoclassiques, le second étant le cas de monopole. En 1921, les conditions de la concurrence pure ont été explicitées par Frank Knight[1]. En 1953, Kenneth Arrow, et Gérard Debreu reprennent les travaux de Lionel W. Contenu et hypothèses[modifier | modifier le code] La pureté de la concurrence[modifier | modifier le code] Pour être « pure », la concurrence doit remplir les trois conditions suivantes : La perfection de la concurrence[modifier | modifier le code] Pour être « parfaite » la concurrence doit remplir les deux conditions suivantes : Related:  alimoubahclo26

Stratégie d'entreprise Economie industrielle Cours Stratégie d'entreprise - {*style:<b> <u>Organisation des cours </u> </b>*} 24 heures de cours Chaque séance de cours est articulée autour d'une étude de cas (étude d'une entreprise et du secteur dans lequel elle est présente). La stratégie d’entreprise consiste à fixer des objectifs en fonction de l’environnement (contraintes extérieures) et des ressources disponibles dans l’organisation, puis à allouer ces ressources afin d’obtenir un avantage concurrentiel durable et défendable, F. Bouba-Olga O. (2003), ’ , Édition du Seuil. Leroy F., , Topos Dunod, 2005. Pellicelli G., , Edition DeBoeck, 2007. Présentation du champs, des outils et méthodes Amazon : un cybercommerçant leader dans la vente en ligne de bien culturel Support de cours : PDF ou PPT Liens Journal du net : rubrique e-commerce Site de la FEVAD ( Fédération de la Vente à Distance) publiant régulièrement un Indice du Commerce Electronique (ICE) et un rapport sur le développement du e-commerce Compléments de cours : PDF Le groupe Inditex

Stratégie d'entreprise Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La stratégie d'entreprise[1] désigne l'ensemble des choix d'allocation de ressources qui définissent le périmètre d'activité d'une organisation en vue d'assurer sa rentabilité, son développement et/ou sa pérennité. Elle correspond aux axes de développement choisis pour l'entreprise et se concrétise à travers un système d'objectifs et un modèle économique (ou une chaine de valeur). Qu'est-ce que la stratégie d'entreprise ?[modifier | modifier le code] Plusieurs définitions de la stratégie d'entreprise existent dans la littérature : Il ressort de ces définitions que la stratégie d'entreprise consiste fondamentalement à répondre à trois questions[9],[10] : Quel modèle de création de valeur (V) utiliser afin d'assurer des profits durables à l'entreprise (quel est son modèle économique) ? Ces trois dimensions, Valeur-Imitation-Périmètre (ou modèle VIP), résument l'essentiel des questions stratégiques. Au Ve siècle av. . On distingue :

Réviser l'économie avec Assemb'live Dans le cadre du projet TRAAM 2011-2012, la classe de terminale CFE de Joan Grard a effectuée une séance de révision en utilisant un environnement virtuel.Les avatars des élèves de Canet en Roussillon ont révisé une partie du thème "Hétérogénéité de l’économie mondiale : Croissance et développement". Commentaires de lycéens « Ce fut intéressant de participer à Assemb’live car ça donne un autre aspect des cours. On donne tous nos idées et ça nous fait des révisions. » « L’utilisation de ce site est très intéressant car cela est plus facile pour les cours cela permet de faire cours à distance. » td_croissance_fiche_pedagogique Fiche outil - Assemb’live TD_croissance_support_eleve td_croissance_support_prof Voir aussi laliste de préconisation pour utiliser Assemb’live

Le marché, la concurrence pure et parfaite et le monopole Séance 7 – le marché, la concurrence pure et parfaite et le monopole Afin de terminer le cours de microéconomie et de faciliter la transition avec le cours de macroéconomie, je vous propose d’aborder ici l’un des symbôles de la microéconomie. Il sera alors bien plus facile de critiquer ce symbôle dans le cours de macroéconomie ! Bonne lecture ! Partagez cet article, choisissez votre réseau ! Aujourd'hui professeur d'économie à BGF, je souhaite partager ce que j'enseigne et ce que j'apprends sur l'économie, les sciences et la culture en général.

Fusion-acquisition Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’expression fusion-acquisition (on parle parfois de « fusac », ou de M&A pour Mergers and Acquisitions) recouvre les différents aspects du rachat d'une entreprise par une autre entreprise, dans les domaines de finance d'entreprise, de stratégie d'entreprise et de gestion d'opérations financières. L'entreprise acquise peut conserver son intégrité, ou bien être fusionnée à l'entreprise acquérante. Les fusions et acquisition sont un outil utilisé par les entreprises dans le but d’accroître leurs activités économiques et d’augmenter leur profit. Type de fusions-acquisitions[modifier | modifier le code] Classement[modifier | modifier le code] Lorsque les motifs sont essentiellement stratégiques et/ou productifs on parle de : Concentration horizontale (rachat de concurrents sur le même marché)Concentration verticale (rachat de clients et/ou de fournisseurs)Conglomérats. Les concentrations observent des modes ou de grandes tendances.

Dynamique des Structures Dans son célèbre ouvrage Structure et dynamique des organisations, H. Mintzberg définit la structure d'une organisation comme "la somme totale des moyens employés pour diviser le travail entre tâches distinctes pour ensuite assurer la coordination nécessaire entre ces tâches". 1. Cinq mécanismes expliquent les moyens fondamentaux par lesquels les organisations coordonnent leur travail : - l'ajustement mutuel : coordination du travail par simple communication informelle, - la supervision directe : mécanisme de coordination par lequel une personne se trouve investie de la responsabilité du travail des autres, - la standardisation des procédés : le contenu du travail est spécifié ou programmé (ex : mode d'emploi, gamme de fabrication), - la standardisation des résultats : par exemple, spécification des dimensions du produit ou de la performance à atteindre, - la standardisation des qualifications : spécification de la formation de celui qui exécute le travail. H. Haut - le centre opérationnel 4. 5.

Communication orale - Théorie de Jakobson Cette théorie est née de la constatation de la différence qui peut exister entre le message émis et le message reçu. Pour le contenu, nous connaissons le jeu du « téléphone arabe » qui est un exemple du premier niveau de déformation. Résumé du concept : Le message est pensé par l’émetteur, puis codé par lui (langage et non-verbal), et finalement exprimé. Le message passe par un « canal » et est perturbé par des « bruits ». Ex. : « Il écoute d’une oreille distraite. », « Nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde. », « Je lui ai parlé, mais il était ailleurs. »… Outil(s) de la méthode : Le feed-back ou la re-formulation Re-formulation simple : elle consiste en une simple répétition. Ce travail de re-formulation s’adapte au langage comme à l’état émotionnel.

Stratégies d'innovation Le modèle des cinq forces concurrentielles de Porter est un outil d’analyse stratégique de l’environnement concurrentiel d’une entreprise. L’auteur, M.E. Porter, part du postulat selon lequel la “performance” de l’entreprise dépend de sa capacité à affronter, influencer et résister aux pressions de sont environnement concurrentiel. En effet, l’objectif principal d’une entreprise doit être d’obtenir un avantage concurrentiel sur son marché, ce qui se mesure in fine par sa capacité à générer du profit (sa performance). Les cinq forces concurrentielles de Porter Michael Porter a identifié 5 types de forces qui peuvent s’exercer de manière plus ou moins intense dans l’industrie. Ces forces sont exercées par des groupes d’acteurs (nouveaux entrants potentiels, entreprises de produits de substitution, fournisseurs, clients et concurrents directs) qui influencent l’intensité de la concurrence dans l’industrie observée. Pour plus d’interactivité, voici une interview de Michael E. Sources :

Related: