background preloader

Socialisation genrée : grandit-on dans un monde sexiste ?

Publié initialement le 17 octobre 2011 A la fin des années 70, dans l’Arrangement des sexes, Goffman posait la question suivante : « Comment dans une société moderne, les différences biologiques non pertinentes entre les sexes en viennent-elles à sembler d’une telle importance sociale ? » En 2011, malgré le travail accompli ces trente dernières années, entre inégalités sociales et professionnelles, cette même question est plus que jamais d’actualité. Sur la suggestion de l’une de vos cervelles bien remplies, la 3ème édition de #ce que veulent les madmoiZelles causera de socialisation genrée : comment et où commence la différenciation entre les sexes (flash back : nous avions commencé à en parler par ici) ? Dès votre premier souffle, figurez-vous, peut-être même avant, à l’instant même où bien au chaud dans la placenta maternel, votre sexe est annoncé à votre futur entourage. Les attentes parentales Influence des pairs, amis, professeurs et médias Pour aller plus loin

http://www.madmoizelle.com/socialisation-genree-monde-sexiste-66405

Related:  STEREOTYPESDiscrimination et problèmesSocialisation du genreFéminisme

La princesse comme modèle de la féminité au profit de l'homme 1. : sa sexualité naissante représentante une menace pour une autre femme, elle est donc tuée. Son unique atout, sa beauté physique, est ce qui la sauve à la fin. 2. Transsexuel je te vois. Transgenre, je ne te connais pas. Alors que la transsexualité n’est plus considérée comme une pathologie mentale en France depuis le 8 février 2010, les parcours médicaux et juridiques de ceux qui souhaitent changer de genre restent toujours infernaux mais surtout invisibles. « En attendant, la prise en charge est au point mort, peut-être pour longtemps encore. Les trans sont toujours dans ce flou, cet espèce de «no man’s land» » explique à Libération en 2011, Axel Léotard, transsexuel F to M (Female to Male NDLR) . L’auteur de Mauvais Genre, publié en 2009 chez Hugo&Cie, raconte son parcours du combattant pour devenir un homme et évoque les «belles promesses» de Roselyne Bachelot lors du retrait en 2010 de la transsexualité des Affections Longue Durée (ALD) psychiatriques pour migrer vers la liste des ALD non spécifiques. Ceux qui souhaitaient changer de sexe ne seraient désormais plus soumis à une batterie de consultations psychiatriques. © Photo: Chill 0.

Typologie des phrases sexistes que j'entends en soirée (et idées de répartie) Vendredi dernier, j’étais invitée à la crémaillère d’une amie. Après ma journée de travail, j’ai donc décidé d’aller inaugurer ce nouvel appartement parisien. Mon verre à la main, j’étais plutôt disposée à échanger avec autrui, je dirai même « guillerette » à l’idée de festoyer (oh dis donc !). Pourtant, j’ai rapidement déchanté, me confrontant encore et toujours à un bon nombre de clichés sexistes.

Les personnes transgenres sont-elles victimes de discrimination? L’année 2015 pourrait bien être l’année de la révolution transgenre. Les personnes transgenres sont aujourd’hui présentes sur la scène publique et revendiquent haut et fort leurs droits. Malgré cela, sont-elles toujours victimes de discrimination? Cette semaine à OPEN télé,Sophie Durocher (@sophiedurocher) en discute avec Michelle Blanc (@MichelleBlanc) et plusieurs autres invités. Twiveurs Gersande La Flèche (@gersandelf), étudiante et chercheuse au centre TAG, Université Concordia

Une campagne contre le viol qui ne blâme pas les victimes Une campagne canadienne contre le viol utilise des termes simples pour tenter de raisonner et de responsabiliser les potentiels agresseurs. Les campagnes d’affichage contre le viol qui ne blâment que les agresseurs et ne tentent pas inconsciemment de faire culpabiliser les victimes sont malheureusement bien rares. Il y a près d’un an, par exemple, une campagne américaine conseillait aux femmes d’éviter de perdre le contrôle d’elles-mêmes en buvant par exemple à outrance. Ce faisant, elle rendait les victimes responsables du viol qu’elles avaient subi, ce qui revient à faire du slut-shaming.

Pour Disney, les filles n'étaient bonnes que pour le coloriage Quand sa grand-mère est morte, Kevin Burg a retrouvé une lettre de rejet de candidature qui avait été envoyée à celle-ci par Walt Disney en 1938. Le contenu est tellement sexiste que Burg a posté la missive sur FlickR. publicité (FlickR/CC 2.0/simsandwich) Mary V. Ford, de son nom de jeune fille, avait manifestement écrit au célèbre studio d’animation pour connaître les critères nécessaires pour être admise à l’école Disney, qui formait ses animateurs. Je suis féministe, mais… c’est pas toujours évident Le magazine ELLE a fait parler de son numéro d’avril sur les réseaux sociaux, avec cet article (qu’on espère bien sûr parodique) (mais on se fait pas trop d’illusion) (rapport que c’est Alix Girod de l’Ain qui l’a écrit). Plutôt que se joindre à la meute et d’exprimer notre consternation, nous avons préféré nous pencher sérieusement sur ce « je suis féministe, mais… » et ce qu’il implique, au-delà des clichés. Des « je suis féministe, mais… », tout le monde en a entendus, et probablement pensés ou dits. Voici une sélection d’exemples glanés par les membres de la rédac dans leur entourage… et parfois dans leur propre esprit. « Je suis féministe, mais… je n’échappe pas à mon corps » En pole position des apparentes contradictions entre des convictions féministes et des conventions sociales assimilées, on trouve une floppée d’injonctions à paraître.

Sites web “Transgenre” et “Transsexuel” à éviter absolument ! Nous rêvons d’une communauté Transidentitaire respectueuse de la diversité de nos expériences et de nos parcours ; dans ce monde idéal, cette page resterait bien heureusement vide de toute pertinence. Malheureusement, nous croisons parfois des ressources et informations (blog ou forum) sur la toile qui sous couvert d’un témoignage ou d’une réflexion, sont remplies de préjugés, de clichés, de contre-vérités, de boules puantes, de rejets de la différence, … et entretiennent un climat d’intolérance entre les transidentitaires de tout genre (travestiEs, transgenres, transsexuelLEs, …). Cette page a donc pour vocation de vous informer et de faire pression sur ces sites pour qu’ils soient fermés car nous considérons qu’ils sont non seulement transphobes mais surtout dangereux pour les personnes transidentitaires qui commencent un parcours ! Vous trouverez aussi des liens sérieux et utiles dans nos pages Associations et Liens et autres blogs des copines.

Ton regard est sombre Petite sœur effacée de Juliet Berto, tout aussi sous-employée – ou disons-le : maltraitée – que sa grande sœur délurée par la Maison cinéma et le monde, Maria Schneider vient de mourir à l’âge de 58 ans. Les lignes qui suivent lui rendent hommage. « Lui : “Passe-moi le beurre !” Elle : “Quoi ?” Lui : “Passe-moi le beurre, j’te dis !”

Mentionner le sexe sur les papiers d'identité a-t-il un sens? Les personnes intersexes mettent le doigt où ça fait mal: sur notre besoin maladif d'identités fixes. Le combat n’est pas fini, mais Gaétan Schmitt (un pseudo) peut être heureux/heureuse d’avoir remporté déjà une bataille. Le tribunal de grande instance de Tours vient en effet d’ordonner à l'état civil de la mairie de Tours de modifier son acte de naissance, qui stipulait «sexe masculin», pour y apposer la mention «sexe neutre». Un jugement rendu le 20 août 2015 révélé par 20 minutes ce mercredi 13 octobre et duquel le procureur a déjà fait appel, mais qui d’ores et déjà représente une petite révolution. Mais faut-il un sexe neutre… ou tout simplement se débarrasser de la mention du sexe, comme le demandent certains groupes de personnes et des spécialistes du droit?

Qui est Amy Schumer, trublionne américaine hilarante et féministe ? Amy Schumer, c’est la nouvelle sensation humoristique de la télé américaine. Mais elle n’est pas uniquement une femme (très) drôle : c’est une icône féministe comme on en a besoin en 2015 ! S’il fallait décrire Amy Schumer, je dirais que c’est l’enfant spirituelle de Sarah Silverman, Joan Rivers, Ricky Gervais et Andy Samberg. Discrimination transgenre : la réaction du public encourage la communauté LGBT Le public a répondu en grand nombre à l'histoire d'une grand-mère de Melville qui a raconté au journal Leader-Post de Regina un cas de discrimination transgenre concernant sa petite-fille et le programme d'hébergement d'une équipe de hockey. Amanda Guthrie de l'organisme OUT Saskatoon est heureuse de voir que plusieurs Saskatchewanais appuient la communauté LGBT devant cette situation. Depuis la sortie médiatique de la grand-mère, l’organisation de l’équipe des Millionaires de Melville s’est excusée. Plus tôt cette semaine, Ellenor Kormos a expliqué au journal qu’elle aurait été retirée du programme d’hébergement des joueurs de l’équipe parce que sa petite-fille, qui demeure avec elle, est transgenre.

Agression à Reims : cinq filles rouent de coups une fille en maillot de bain Agressée à cause de son bikini, titre le site L’Union, qui rapporte le déroulement du fait divers qui s’est produit au parc Léo Lagrange, mercredi 22 juillet, dans l’après-midi. Une Rémoise de 21 ans bronzait en maillot de bain avec ses amies, lorsqu’elle est prise à partie par un groupe de cinq filles, qui lui reprochent l’indécence de cette tenue. N’étant pas disposée à se laisser dicter « la décence » en matière vestimentaire, la jeune femme répond sèchement, et l’altercation escalade en échange de coups. La victime a dû être transportée au CHU de Reims. Toujours selon L’Union, elle s’en sort avec 4 jours d’ITT. (Incapacité Temporaire de Travail).

Related: