background preloader

Accueil du site Sommeil Vigilance Somnolence-

Accueil du site Sommeil Vigilance Somnolence-
Related:  sommeil

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! L’hormone sécrétée par la glande pinéale, la mélatonine, ne fut découverte que vers la fin des années 1950. Le rôle de cette hormone dans les rythmes biologiques se dévoila ensuite progressivement. Reste que la glande pinéale fut la dernière des glandes endocrines dont la fonction fut identifiée. Pendant des siècles, le rôle de la glande pinéale a donné lieu à de nombreuses spéculations, tant physiologiques que métaphysiques. Le fait que cette glande soit la seule structure du cerveau à ne pas apparaître en double a sans doute contribué à alimenter les hypothèses à son égard. En effet, contrairement aux autres structures du cerveau qui se présentent toujours en deux exemplaires, l’un à gauche et l’autre à droite du plan sagittal, la pinéale semble unique (voir encadré à gauche) et se trouve exactement au milieu de cette ligne virtuelle qui passe entre nos deux hémisphères cérébraux.

Sleep for Success! To be a peak performer you need to be fully alert, dynamic, energetic, in a good mood, and cognitively sharp. You must be able to concentrate, remember, make critical and creative decisions, communicate persuasively, and be productive all day long. None of this is possible without quality sleep. Furthermore, healthy sleep has been proven to be the single most important determinant in predicting longevity. It is more influential than diet, exercise or heredity-but our modern culture has become a study in sleep deprivation. We must learn to value sleep, yet most of us know very little about the incredibly varied activity that occurs during the course of each night, and how it affects health, happiness and performance. This multi-media keynote presentation consistently receives standing ovations and highest accolades for “great take-away value” from corporate, association, professional, academic and general/family audiences. Watch Recent TV and Radio Appearances:

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Les noyaux suprachiasmatiques ne sont plus considérés comme une entité uniforme, mais à l'instar d'autres noyaux plutôt comme un ensemble d’unités fonctionnelles distinctes et interconnectées. En s’appuyant sur les neuropeptides produits par les différents neurones des NSC ainsi que sur l’organisation fonctionnelle des afférences et des efférences de cette structure, on distingue maintenant le NSC ventral et le NSC dorsal. Il semble que les neurones du NSC ventral seraient moins des horloges mais plutôt l'endroit du NSC qui reçoit les afférences tandis que ceux du NSC dorsal constitueraient la véritable horloge endogène robuste du NSC. Or on a découvert que le neurotransmetteur GABA excite les cellules du NSC dorsal mais inhibe celles du NSC ventral. Source: Hugues Dardente et Nicolas Cermakian, Médecines/Science, Volume 21, numéro 1 (Janvier 2005)

Somnolence au bureau, quel fléau ! Vous avez une irrésistible envie de « piquer du nez » après le déjeuner ? Des difficultés à rester concentré toute la journée ? Vous êtes peut-être concerné par la somnolence, un malaise qui peut cacher une véritable pathologie… Identifier la somnolence Paupières lourdes, concentration en berne… Après la pause du midi, qui n’a pas été saisi par une brusque envie de s’assoupir ? Comprendre ses habitudes de sommeil En dehors de cette phase d’hypovigilance, la somnolence peut être causée par un simple manque de sommeil. La micro-sieste, un remède aux petites fatigues Contre la somnolence, il y a déjà une solution simple : la sieste. La somnolence peut cacher une pathologie Si toutefois, même après une petite sieste, vous peinez à rester éveillé et que vous vous sentez moins efficace dans votre travail, attention, c’est peut-être le signe d’un malaise plus profond. Marie-José Gava, Médiatrice certifiée en résolution de conflits, Journaliste RH Cet article sur votre blog

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Être éveillé n’est pas le fruit du travail d’un « centre de l’éveil » dans le cerveau. mais bien le résultat de l’activation d'un réseau complexe et redondant d'une dizaine de groupes de neurones répartis de l’hypothalamus au bulbe rachidien. Ces neurones communiquent entre eux grâce à différents neurotransmetteurs mais ont tous en commun de diminuer ou d’arrêter complètement leur activité pendant le sommeil. Un premier groupe de neurones activateurs de l’éveil utilise comme neurotransmetteur. Situés à la jonction de la protubérance et du mésencéphale, ces neurones projettent leurs axones sur les cellules thalamocorticales du thalamus qu’elles excitent grâce à l’acétylcholine. Des neurones produisant de participent aussi à l’éveil. Ces neurones, dont les corps cellulaires sont situés dans le locus coeruleus envoient des projections vers le cortex et le système limbique. Les des noyaux du raphé jouent également un rôle important dans l’éveil en bloquant par exemple .

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! L’activité rythmique observée sur le tracé d’un électroencéphalogramme (ou EEG) est une mesure globale de la sommation des courants générés par l’activité des neurones corticaux (voir encadré). Chacun de nos différents états de vigilance (veille, sommeil lent, sommeil paradoxal) a . Cette rythmicité est le fruit des interactions entre le thalamus et le cortex, qui elles-mêmes dépendent des modulations du tronc cérébral et de l’hypothalamus. Il est important de remarquer que l’acétylcholine n’excite pas directement les neurones thalamiques sensoriels, se contentant plutôt de les sensibiliser en les dépolarisant légèrement. Cette dépolarisation fait passer leur pattern de décharge en bouffée à une décharge régulière de . Puis, durant les minutes où se déroule l’endormissement, on observe une baisse dans la fréquence de décharge des neurones à noradrénaline, à acétylcholine et à sérotonine du système activateur du tronc cérébral.

Le sommeil favorise la production de myéline dans le cerveau Le sommeil est fondamental pour la santé. Cette nouvelle étude montre que pendant le repos, les oligodendrocytes, des cellules de soutien dans le cerveau, fabriquent davantage de myéline. Cela protégerait mieux les neurones et favoriserait la circulation de l'influx nerveux. © mark sebastian, Flickr, cc by sa 2.0 Le sommeil favorise la production de myéline dans le cerveau - 2 Photos Nous passons plus d’un tiers de notre vie à dormir. Apprendre à ménager son sommeil est donc primordial pour garder un bon équilibre physique et psychique. Schéma d’un neurone. (1) dendrite, (2) axone, (3) nœud de Ranvier, (4) extrémité de l’axone, (5) myéline, (6) corps cellulaire, (7) noyau. Sur ce plan, la France ne fait pas office de bon élève. Une nouvelle étude, publiée dans la revue The Journal of Neuroscience vient enfoncer le clou sur l’importance du repos. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Pourquoi la sieste est si bénéfique Le mépris à l’égard de la sieste, réservée aux enfants, aux personnes âgées et aux fainéants, est totalement injustifié. Non seulement dormir un peu pendant la journée procure un regain d’énergie mais apporte aussi des bénéfices importants en terme cognitifs et de santé. Et c’est la science qui le démontre. Contrairement à 85% des espèces de mammifères, l’homme ne dort qu’une fois par jour. Les scientifiques ne sont pas sûrs si nous sommes naturellement monophasiques (et pas polyphasiques) ou si c’est la société moderne qui nous a rendu ainsi. En tout cas, la vie moderne fait qu’au moins un tiers d’entre nous ont un déficit de sommeil important. Maintenant, pour en tirer tous ses bénéfices, il faut faire une vraie sieste. C’est une phase de sommeil qui dure entre 10 et 30 minutes idéalement entre 13 heures et 16 heures. La découverte des vertus de la sieste n’est pas récente. Faire une sieste au travail est loin d’être une mauvaise idée, même du point de vue de l’employeur. Conclusion.

Related: