background preloader

Pour détecter et sortir des jeux de pouvoir en entreprise

Pour détecter et sortir des jeux de pouvoir en entreprise
« Les victimes d'hier sont les bourreaux de demain. » Victor Schoelcher (Homme politique antillais) Parmi les jeux de pouvoir les plus présents en entreprise, le plus courant est le triangle dramatique. Le triangle dramatique mis en exergue en 1968 par le Dr. L’objet de cet article est d’analyser la problématique du triangle dramatique dans le contexte de l’entreprise et notamment de répondre à trois questions-clés : Comment le détecter ? Qu’est-ce que le triangle dramatique ? Le triangle dramatique illustre schématiquement un jeu de pouvoir impliquant trois rôles différents mais intimement liés : · Persécuteur (ou Bourreau) : il s’agit du rôle de l’agresseur, de l’attaquant. · Victime : il s’agit du rôle de la personne qui subit l’agression du persécuteur. · Sauveur : il s’agit du rôle du protecteur, du chevalier blanc. Voici quelques exemples de situations d’entreprise susceptibles de refléter un triangle dramatique : - supérieur hiérarchique, moi et responsable RH, Comment le détecter ? Related:  S'affirmer sans s'imposer

Les styles de direction – la décentralisation du pouvoir Introduction : Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1980) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] I – Les styles de direction A – Les styles de direction selon Rensis Likert Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1981) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] Il cherche à comprendre dans quelle mesure la nature des relations entre supérieurs et subordonnés peut conduire à des résultats très différents dans un contexte organisationnel identique. A partir d’enquêtes auprès de directeurs de grandes compagnies d’assurances, il observe que ceux qui ont les résultats les plus médiocres présentent des traits communs. Source : Jean-Michel Plane, Management des organisations, Dunod, 2003 1 – Le manager autoritaire Il ne fait aucune confiance à ses collaborateurs. La crise ?

Article : déjouer les pièges de la communication Au sein d’un groupe ou de relations inter-personnelles, une communication floue peut générer des dysfonctionnements et des problèmes relationnels. Apprenez à maîtriser sur le bout des doigts les questions simples qui dissipent les malentendus, aidez vos interlocuteurs à préciser leur propos et remotivez toute la troupe ! Cliquez sur l'image pour l'agrandir Mémorisez ce schéma et découvrez en détail dans les pages suivantes les flous de communication les plus courants et quelles questions poser pour les dissiper. Le modèle de précision : les questions qui améliorent la communication. Vous échangez à plusieurs sur un projet commun et, c’est bien normal, tout le monde n’est pas du même avis. Découvrez les 5 types de questions du modèle de précision.

Positions de vie et possibilité de changement Notions de changement et de coaching Le changement est une notion floue basée sur l’idée qu’il existe un état idéal meilleur que celui dans lequel on se trouve actuellement et qu’il faut s’efforcer d’atteindre pour accroitre son bien être. Les clients du coaching vivent dans un monde de changement perpétuel. Il est donc fréquent que les attentes par rapport au coaching soient d’accélérer ou d’approfondir le processus de changement traversé. Au démarrage du coaching, le client peut penser que son coach “est supposé savoir” et qu’il fournit les solutions de changement. Les positions de vie en Analyse Transactionnelle Définition et évolution du concept Eric Berne, fondateur de l’Analyse Transactionnelle, appelle position de vie, la manière fondamentale et constante dont une personne se situe face à elle-même et aux autres. Il y a donc quatre positions de vie : L’enclos OK de Franklin Ernst Remarque, lorsque l’on parle de position de vie, on trouve également référence à : Le but du coaching

Les dix stratégies de manipulation de masses Les dix stratégies de manipulation de masses PRESSENZA Boston, 21/09/10 Noam Chomsky Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. 1/ La stratégie de la distraction Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. 2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». 3/ La stratégie de la dégradation Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement. 4/ La stratégie du différé J'aime :

Chapitre 7 : décision et pouvoir dans l’entreprise Décision et pouvoir dans l’entreprise La décision est la partie la moins visible de la politique de l’entreprise. C’est pourtant son moteur principal. Grâce à la décision, les idées, les sentiments, les ambitions des individus se transforment en actions. A. 1. Selon la théorie classique, la décision est le processus qui aboutit à un choix. Avant de prendre une décision, il est nécessaire d’identifier et de caractériser le problème ou la question clé. Qu’est-ce qu’une bonne décision ? - ex ante (a priori) : elle répond au problème posé et entraîne l’adhésion des personnes qui la mettront en œuvre ; - ex post (a posteriori) : elle s’apprécie en rapport avec les résultats obtenus. 2. Décider est une nécessité. Décider est une manifestation d’autorité. Effectuer le bon choix nécessite une information de qualité. B. 1. L’urgence pousse à la réaction immédiate. La culture d’entreprise crée une identité de vision au sein de l’entreprise. 2. On peut distinguer trois formes d’incertitude. A. 1. 2. 3.

Article : 5 façons de gérer sa colère au travail La colère a mauvaise réputation parce qu'elle est associée à la violence. Or c'est une fonction vitale qui permet de déplacer l'obstacle, de le contourner ou de le fuir. En entreprise, la saine colère aide à se faire respecter. Et pour y parvenir, il faut maitriser cette colère néfaste qui ravage tout. 1. La situation : Votre collègue vous interrompt pour vous annoncer le report en fin de journée d'une réunion sur le projet Z, capitale pour vos travaux. >>> Le conseil: se recentrer sur soiVous êtes hors de vous ? 2. La situation : " Les DRH ne sont jamais très clairs, c'est bien connu ! >>> Le conseil: adopter les 4P Cette technique en quatre étapes permet de prendre du recul.1/ Présenter les faits : "je ne suis pas à l'aise avec votre discours." 2/ Partager les émotions : " J'en suis contrarié " .3/ Proposer des solutions :" j'ai besoin de cohérence et d'explications ". 4/ Produire du futur. 3. >>> Le conseil: amortir le chocAdoptez la technique de l'édredon, très efficace. 4. 5.

Persécuteur, victime ou sauveur… Le jeu des manipulations | UN Special Stephen Karpman est un psychologue américain ayant mis en évidence un système de communication basé sur trois rôles. Il a noté que nous passons les trois-quarts de notre temps à jouer à l’un de ces personnages : le persécuteur (bourreau, tyran), la victime (souffre-douleur, martyre), et le sauveur (défenseur, bienfaiteur). Il l’a appelé le Triangle Dramatique. Chacun des joueurs a une part de responsabilité dans le rôle qu’il a choisi. Il y a des avantages à jouer dans l’une ou l’autre des catégories. Toutefois d’une manière générale il semble qu’il en soit un qui domine habituellement. LE PROBLÊME Le problème avec le sauveur même si cela part d’une bonne intention, en ne nous laissant pas faire nos propres essais, il nous infantilise. Le problème avec la victime c’est qu’elle se laisse diriger, le pouvoir des deux autres lui permet de rester passive et de ne pas affronter la responsabilité des choix qu’elle fait dans sa vie.

Disclaimer Quelques notions sur le pouvoir et l'autorité Lorsqu’on parle d’autorité, il est dans un premier temps nécessaire de faire la distinction entre l’autorité relevant d’une fonction hiérarchique (le cadre de santé dans son service de soins par exemple) et l’autorité personnelle qui permet de s’imposer au jugement, à la volonté, au sentiment d’autrui et qui est inhérente à l’individu. Autorité et pouvoir L’autorité peut être considérée comme une supériorité grâce à laquelle un individu se fait obéir en inspirant croyance, crainte ou respect et s’imposant à leur jugement volonté ou sentiment. Le pouvoir se manifeste : soit comme une propriété inhérente aux choses entendue en termes de capacités, soit comme un attribut conféré par un groupe social, soit enfin comme une capacité conquise ou investie par la violence par exemple.L’argument d’autorité est un argument imposé sans démonstration logique ni preuve tirée de l’expérience. Deux types de relations d’autorité s’opposent : Les formes d’autorité Autorité au travail Conclusion

Related: