background preloader

La Chinafrique, mythe ou réalité ?

La Chinafrique, mythe ou réalité ?
Dans un article paru sur le site des Cafés géographique, Thierry Pairault déconstruit le mythe de la Chinafrique. Thierry Pairault, « Quelle présence chinoise en Afrique ? », Les cafés géographiques, janvier 2018. Voici quelques-uns de ses arguments : L'expression est trop englobante et donne une vision trop uniforme des 54 pays africains, qui permet mal de saisir des situations économiques pourtant très variées à l'intérieur du continent. La Chine ne serait donc rien de plus qu'un partenaire important pour les États d'Afrique, aux côtés de leurs autres partenaires comme l'Inde ou les États de l'Union Européenne. Ce tableau permet aussi rappeler le poids de la Chine dans l'économie mondiale, ce qui explique qu'elle soit un partenaire aussi important pour les pays africains comme pour bien d'autres États dans le monde. Pour compléter Nuancer la Chinafrique Thierry Pairault, « Quelle présence chinoise en Afrique ? Rappeler le rôle de la Chine et de l'Inde dans l'émergence de l'Afrique Related:  AfriqueAfrique et Moyen-OrientThème 3

L’Afrique : un continent émergent ? Café géographique de Paris, Mardi 30 janvier 2018Café de Flore, Paris Intervenants : Alain Dubresson, Géraud Magrin, Olivier NinotAnimatrice : Elisabeth Bonnet-Pineau Après une présentation des trois intervenants, tous géographes spécialistes de l’Afrique et auteurs d’un excellent Atlas de l’Afrique paru aux éditions Autrement en 2016, l’animatrice (EBP) lance le débat en pointant les changements accélérés et d’une ampleur inégalée du continent africain qui sont porteurs autant d’opportunités que de défis. Propos liminaires sur les thèmes généraux du développement et de l’émergence (Géraud Magrin) L’atlas qui sert de base à ce café géo n’est ni tout à fait descriptif, ni exhaustif : c’est un atlas à thèmes et à thèse (voire à hypothèses). Une des thèses de l’atlas est la diversification croissante des situations au sein de ce continent, tant à l’échelle des pays que des territoires à d’autres échelles. Le thème transversal de l’urbanisation du continent africain (Alain Dubresson)

Chine vs Etats-Unis vs France : la concurrence des influences étrangères en Afrique? Etats-Unis, Russie, Turquie, Chine, France : en quelques mois, cinq puissances significatives ont entrepris une tournée diplomatique en Afrique. Comme Emmanuel Macron depuis son élection, certains insistent sur la rénovation des liens diplomatiques. Rénovation ou réassurance ? Cette volonté de renouvellement a été soulignée par Emmanuel Macon en novembre à Ouagadougou et Abidjan. Elle s’est accompagnée d’une diversification diplomatique avec la première visite d’un président français dans un pays anglophone ; démarche poursuivie il y a dix jours par le MEDEF au Kenya et en Ethiopie. Jean-Yves le Drian s’est lui récemment rendu en Angola lusophone. Sur un temps plus long, ces trois dernières années l’Allemagne, le Japon, l’Inde ont aussi chacun tenté leur sommet ou forum dédié, et leur tournée. @TEnjeux + @XXMonde

Notion à la une : périurbanisation Bibliographie | citer cet article La notion de périurbanisation est utilisée pour qualifier l’urbanisation se réalisant autour des agglomérations, le plus souvent aux dépens des espaces agricoles et naturels. Elle recouvre pourtant un processus protéiforme dans ses modalités d’expansion comme de transformation des espaces. Les changements dans la composition des textures invitent d’ailleurs à approcher le processus au pluriel, tant son développement et ses effets apparaissent divers selon les contextes étudiés et selon les échelles d’observation mobilisées. Depuis quelques décennies le processus s’est diversifié socialement et spatialement, dans son peuplement comme dans ses morphologies. L’analyse du processus est au cœur de controverses intellectuelles (Guilluy, 2013 ; Charmes et al., 2013 ; Lévy, 2013) et médiatiques ou il est bien souvent décrit comme le symptôme d’une France « devenue moche » dans laquelle « des métastases périurbaines » dévorent « la campagne » (Télérama, 2010).

Une ressource : les captations vidéo du FIG 2017 sur « L’Afrique face aux défis du changement » - Histoire-géographie - Éduscol Alain Dubresson, professeur émérite à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense propose dans sa conférence une synthèse des grands enjeux du continent africain. Les ressources publiées sur le portail permettent d’aborder chacune des parties de la conférence (les quatre tendances favorables au changement et les quatre tendances inverses, favorables au mal développement). La table ronde qui suit porte sur « Les enjeux multiples du continent africain ». Géraud Magrin, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, y aborde la transition démographique, les nouveaux partenariats et les grands ensembles régionaux, Alain Dubresson, la révolution urbaine. En complément, il est possible de consulter les propositions pédagogiques présentées lors des ateliers du FIG et qui portent sur l’Afrique du sud : Retrouvez sur le portail les différentes sessions du FIG et les ressources associées. Scénarios pédagogiques traitant les thèmes de programmes : Autres actualités en lien :

Sécheresse en Afrique de l’Ouest, peut-on sauver le Lac Tchad du désert ? Les 6 pays de la Commission du Bassin du Lac Tchad se sont réunis à Abuja pour examiner un projet pharaonique : un des plus grand-système de barrages au monde qui doit détourner les eaux du Bassin du Congo pour les reverser dans le Bassin du lac Tchad, via un canal de 2600 km vers le Nord. Le but est de remédier à l’assèchement chronique de la zone depuis 1973 – la surface en eau s’est réduite de 90 % – et aux problèmes qui y sont liés : pauvreté, réfugiés et recrutement jihadiste. 40 millions de personnes, pour beaucoup pêcheurs, cultivateurs ou éleveurs sont concernées, sur la frontière entre trois pays. L’idée d’un tel projet n’est pas neuve, mais depuis son élection en 2015, le président nigérian Muhammadu Buhari a relancé l’idée avec le concours de la Chine qui investit massivement au Nigeria. La force multinationale conjointe mise en place contre Boko Haram par six pays de la région a montré qu’une coopération régionale est possible sur le sujets sensibles.

Le Sahel dans quel État Recensé : Gregory Mann, From Empires to NGOs in the West African Sahel : The Road to Nongovernmentality, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, 281 p. Pour qui s’intéresse à la politique en Afrique postcoloniale, une question revient toujours : pourquoi un grand nombre d’États africains se sont-ils trouvés, à différents moments et dans des contextes très divers, affaiblis voire menacés de disparition ? Dans certains cas, comme en Angola et en Algérie, une guerre d’indépendance brutale a laissé des fractures profondes ; dans d’autres cas, comme en Côte d’Ivoire et au RDC, les politiques néo-libérales de démocratisation et d’ajustement structurel des années 1990 ont étrillé ce qui restait des structures de l’État. Mais que l’Afrique contemporaine ait été le théâtre de guerres meurtrières, de l’exploitation de matières premières et du capitalisme rampant ne suffit pas à expliquer la faiblesse chronique de l’État. De la colonie à la post-colonie Migration et surveillance G.

Mobilités et migrations intra-africaines La majorité des migrants internationaux africains changent de pays sans sortir du continent. D'après un volet récent de l'émission « Le Dessous des cartes », 13,4 % des 32 millions de migrants comptabilisés dans le monde sont africains, et une majorité d'entre eux reste en Afrique. L'Afrique du Sud est le pays d'Afrique qui compte le plus d'immigrés : 3,15 millions venus principalement des pays voisins. Le documentaire rappelle aussi que la xénophobie est présente dans les pays d'accueil comme l'Afrique du Sud ou la Côte d'Ivoire. Les migrations économiques ne doivent pas faire oublier les réfugiés et les déplacés qui sont plus nombreux en Afrique qu'en Syrie et en Irak réunis. « Migrations intra-africaines », Le Dessous des Cartes du 6 janvier 2018, disponible jusqu'au 6 mars 2018, Arte, 13 min. Voir aussi : Nathalie Bougnoux et Rohen d’Aiglepierre, « Les migrations subsahariennes : déconstruisons les idées reçues », Le Monde, 15 février 2016. Dans la littérature scientifique Sitographie

Maie Gérardot : L’habiter… ça se mérite. Maie Gérardot Si l’habiter a été théorisé en France dans les années 1960, à partir des travaux de Georges-Hubert de Radkowski, d’Henri Lefebvre ou encore d’Henry Raymond, il est aujourd’hui un concept central de la recherche en sciences sociales. Géographes ou non, de nombreux chercheurs le placent au coeur de leur réflexion sur l’espace, la science, la société ou encore le Monde. Cependant, parmi les géographes qui ont fait de l’habiter le centre de leur pensée, seul Olivier Lazzarotti, pouvait commencer un livre en citant Maxime le Forestier, faire passer Azouz Begag pour un penseur, s’adresser à la « géographie, belle et insolente géographie » (p. 17), tout en démontrant la pertinence du concept d’habiter pour la géographie, et réciproquement, l’importance de la géographie comme clé de compréhension de l’habiter contemporain. Le propos de Habiter, la condition géographique est « de présenter ce que la science géographique peut gagner avec l’habiter » (p. 5). Bibliographie Note Résumé

De la célébration païenne au produit commercial : Noël, une fête mondialisée L’histoire de noël est aussi une histoire de la mondialisation (voir notre notion à la une de décembre : mondialisation et globalisation). La fête du solstice existait dans plusieurs religions de l’Antiquité, et elle était notamment célébrée à Rome vers le 25 décembre. La date devient tardivement celle de la nativité du Christ après la christianisation de l’empire. La fête de Noël, moins importante dans la lithurgie chrétienne que la date de Pâques, se perpétue cependant dans les différentes traditions malgré les schismes successifs, et elle se diffuse dans les colonies européennes, au cours de la première mondialisation. Les XIXe et surtout XXe siècle font de cette fête un événement commercial, en généralisant et en multipliant les cadeaux aux enfants puis aux adultes, et en y associant des marques et des noms d'entreprises. C’est désormais un lieu commun de dire que le Père Noël est chinois. Bonnes vacances et joyeuses fêtes de fin d'année à tous nos lecteurs et lectrices !

[herodote.org] Espace très convoité, objet d’enjeux politiques et de « territorialisation », le Sahara traverse depuis les années 2000 une période agitée en raison, notamment, de l’installation de groupes terroristes islamistes sur son sol, du développement de trafics en tous genres, de l’immigration clandestine de Subsahariens ou encore de la compétition engagée entre pays du Nord et émergents pour s’approprier ses richesses minières et pétrolières. Désordre, pouvoirs et recompositions territoriales au Sahara André Bourgeot, Emmanuel GREGOIRE Depuis une dizaine d’années, on assiste à un retour du Sahara sur la scène politique internationale et médiatique. | lire la suite. Les résumés et les articles complets : Résumé seul Article complet Sahara : perspectives et illusions géopolitiques par Yves Lacoste | Voir l'article. Sahara de tous les enjeux par André Bourgeot | Voir le résumé. Enchevêtrements géopolitiques autour de la lutte contre le terrorisme dans le Sahara par Antonin Tisseron | Voir l'article.

Au Sahara, voyager devient un crime La France s’est émue lorsque Mamadou Gassama, un Malien de 22 ans, sans papiers, a sauvé un enfant de 4 ans d’une (probable) chute fatale à Paris. Une figure de « migrant extraordinaire » comme les médias savent régulièrement en créer, mais une figure qui ne devrait pas faire oublier tous les autres, « les statistiques, les sans-nom, les numéros. » Ni tous celles et ceux qui n’ont aucune intention de venir en Europe, mais qui sont néanmoins victimes des nouvelles politiques migratoires européennes et africaines mises en œuvre à l’abri des regards, à l’intérieur même du continent africain. Les migrations vers et à travers le Sahara ne constituent certes pas un phénomène nouveau. Ce point de vue, qui repose sur des représentations partielles et partiales des faits, éloignées des réalités de terrain observées par les chercheurs, sert depuis lors de base de légitimation à la mise en œuvre de politiques migratoires restrictives en Afrique. Le Sahara, zone de contrôle La migration criminalisée

Nourrir les Hommes : l'Éthiopie, étude de cas. Pourquoi le choix de l’Éthiopie ? La situation de l’Afrique subsaharienne sur la question de la sous-alimentation reste aujourd’hui préoccupante (voir carte de synthèse et l’article sur l’Afrique et les défis du développement). L’Éthiopie bénéficie aujourd’hui d’une croissance économique dont les médias font largement écho. Faut-il pour autant penser que les défis sont tous surmontés ? Sur le plan du développement agricole, de la capacité à nourrir une population tout en garantissant une politique de développement durable, les interrogations demeurent. La cartographie fil conducteur de l’étude : L’Éthiopie face au seul défi alimentaire ? Le PDF de la carte : La cartographie Partie 1 : L’Éthiopie face au seul défi alimentaire ? Partie 2 : Quelle révolution agricole pour l’Éthiopie ? Quelle révolution agricole pour l’Éthiopie ? Partie 3 : Un exemple d’enjeu du développement durable : Pourquoi chercher à développer une "économie verte" ? Un exemple d’enjeu du développement durable.

Développement durable, changement global et éducation au développement durable. 1- Le développement durable, un concept déjà enseigné mais à actualiser. Le DD, un concept évolutif Une définition « historique »… : « Le DD, un développement qui satisfait les besoins de la génération actuelle sans priver les générations futures de la possibilité de satisfaire leurs propres besoins ». (1987-rapport Brundtland)C’est un concept global qui, à l’origine, prend en compte 3 dimensions (Rio de Janeiro, 1992) … qui s’est enrichie de nouvelles dimensions : la gouvernance (participative) la dimension culturellevoir la fleur du développement durable dans L’information géographique n° 3-2007, A. « Avec le social, l'économie et la culture, l'environnement constitue l'un des quatre piliers du développement durable, qui vise plus largement à atteindre un « développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins ».Circulaire 2015-018 du 4 février 2015 2- Comment enseigner le changement global en géographie ?

Related:  #géoAfrique