background preloader

Anonymat des blogueurs : quand le sénateur cachait son identité

Anonymat des blogueurs : quand le sénateur cachait son identité
Jean-Louis Masson, sénateur non-inscrit de Moselle, est devenu en quelques jours une véritable célébrité sur le web, s'attirant les foudres de la "toile". La raison ? Le sénateur a déposé le 3 mai dernier une proposition de loi visant à mettre fin à la possibilité pour les blogueurs non professionnels de rester anonymes. Le sénateur s'inquiète, notamment, de la multiplication des "propos inexacts, mensongers ou diffamations qui sont, hélas, de plus en plus souvent colportés", selon lui, sur Internet. Le web s'est depuis mobilisé contre la mesure, et plusieurs acteurs de l'Internet français ont publié, mercredi 26 mai, un appel accompagné d'une pétition contre la proposition. Plus encore, le passé sulfureux du désormais "fameux" sénateur de Moselle refait surface. Un an d'inéligibilité La première affaire le concernant remonte à 1983. Deuxième affaire, plus récente celle-ci. Sa faute ? (Stéphanie Hancq, Nouvelobs.com)

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20100529.OBS4670/anonymat-des-blogueurs-quand-le-senateur-cachait-son-identite.html

Un sénateur contre l'anonymat pour se faire un nom ? Le sénateur divers droite de la Moselle, Jean-Louis Masson, entend supprimer l’anonymat des blogueurs. Entretien. Texte « techniquement » inefficace, « allumé de première », « atteinte à la liberté d’expression »... Depuis le dépôt de sa proposition de loi le 3 mai, Jean-Louis Masson est sous le feu des critiques pour s’en être pris à l’anonymat des blogueurs. Le sénateur divers droite de la Moselle répond sur Rue89. Sur Internet, on n’envisage pas l’anonymat Jardinier.net : Jardinier, jardin et jardinage Notre site vous permettra de vous informer sur les métiers liés au jardinage, les villes fleuries ainsi qu'une rubrique sur les différents types de jardins et des conseils ... Jardinerie en ligne : achat/vente de plantes pour le jardin & le ... Vente en ligne de plantes, fleurs, graines & accessoires pour le jardin.

Haut les masques Depuis une quinzaine de jours, on parle beaucoup sur la toile d’une proposition de loi déposée par le sénateur Jean-Louis Masson (Moselle, non inscrit), tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des « blogueurs » professionnels et non professionnels, dont le titre est presque plus long que le contenu. Le contenu de la proposition de loi Rappelons qu’on parle de projet de loi quand le Gouvernement en est à l’origine, et proposition de loi quand c’est un parlementaire, député ou sénateur. Article unique Neutralité du net : voilà ce qui arrive quand on ne la défend pa Une image vaut mieux que mille mots, paraît-il. Celle-ci est particulièrement criante sur les enjeux de la neutralité des réseaux. M6 Mobile propose dans le cadre de ses forfaits bloqués de payer 1 euro par mois pour accéder en illimité, non pas au web, mais aux seuls Facebook et Twitter :

Petite bio Politique 23/05/2010 à 14h32 - mis à jour le 30/05/2010 à 15h00 | vues | réactions Zorro | Montage Le Post Jean-Louis Masson, sénateur non-inscrit de la Moselle, a déchaîné les passions du Net avec une proposition de loi visant à interdire la publication d’articles sous pseudonyme sur les blogs ou autres sites « collaboratifs ». Evidemment, cette proposition ne fait pas que des heureux : elle apparaît comme une tentative de coups et blessures contre la liberté d’expression.

A quoi ressemblerait l'Internet sans anonymat La proposition de loi déposée par le sénateur Jean-Louis Masson a peu de chances de passer, mais elle a le mérite d'ouvrir un débat passionnant. Le sénateur (non inscrit) de Moselle propose d'obliger les blogueurs à écrire sous leur vraie identité. La proposition suscite une levée de bouclier des acteurs du web français: un appel «pour la défense du droit à l'anonymat sur Internet» a été lancé par des personnalités comme Pierre Chappaz, PDG de Wikio, Tristan Nitot, président de Mozilla Europe et Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF). Si le débat se polarise sur la question des blogueurs, la proposition de loi est assez confuse pour englober en fait toutes les publications d'internautes sur «les services de communication au public par voie électronique», autrement dit partout sur le web à partir du moment où le contenu est public. publicité Twitter: les mentions légales en 160 signes

Jean-Louis Masson cherche à gagner un prix du ridicule politique Peut-on être plus grotesque que le sénateur Jean-Louis Masson ? Le mois dernier, l'ancien membre de l'UMP a déposé une proposition de loi pour interdire l'anonymat aux blogueurs, et les obliger à divulguer leurs nom, prénoms, numéro de téléphone, adresse e-mail et adresse de domicile. Un texte équivalent en Chine ou en Iran aurait tout de suite soulevé l'indignation du nouvel amoureux de la liberté d'expression sur Internet, Bernard Kouchner, qui n'a pas pipé mot contre le sénateur. Mais on a compris assez vite que Jean-Louis Masson n'en avait rien à faire d'Internet, et profitait simplement de sa position au Parlement pour régler un petit conflit personnel de politique locale.

Second Life », un monde où refaire sa vie Second Life est la dernière frontière à conquérir. Un Far-West numérique peuplé de pionniers en quête d'eldorado. Des hommes et des femmes à la recherche d'expériences inédites, venus bâtir un nouveau monde, commencer une nouvelle vie ou tout simplement réenchanter leur quotidien. En mars 2002, le développeur californien Linden Lab lance ce qui va rapidement devenir un phénomène explosant les carcans du jeu en ligne. Inéligible A.N., Moselle (3ème circ.) Le Conseil constitutionnel, Vu 1°) la requête et le mémoire complémentaire présentés par M. Daniel DELREZ, demeurant à Metz (Moselle), déposés respectivement les 4 et 6 juin 1997 à la préfecture de la Moselle, enregistrés au secrétariat général du Conseil constitutionnel les 6 et 13 juin 1997 et tendant à l'annulation des opérations électorales auxquelles il a été procédé les 25 mai et 1er juin 1997 dans la 3ème circonscription du département de la Moselle pour la désignation d'un député à l'Assemblée nationale ;

Les outils du blogueur anonyme et dissident » Article » owni.fr, Le débat sur l'anonymat des blogueurs nous permet de traduire ce billet de l'Electronic Frontier Fondation, qui rappelle comment préserver un certain anonymat et protéger son activité. Sous la proposition de loi du sénateur Masson transparaît à la fois une méconnaissance de l’Internet, une peur qui en découle et une volonté sous-jacente de contrôle d’un environnement qui échappent aux politiques ne maîtrisent plus depuis longtemps. Quoiqu’il en dise, l’anonymat sur Internet est d’une importance cruciale. Voilà quelques conseils pour bloguer sans être ni découvert, ni retrouvé, ni inquiété. Les blogs sont un mélange de conversations téléphoniques privées et de journaux.

C’est la fin du monde La fin du monde je vous dit. Genre les 10 plaies d’Egypte, en pire. Les 4 cavaliers de l’Apocalypse, l’Antéchrist et tout ça. Et puis c’est pour demain hein. Une liste de 400 sites sous Creative Commons Sur un média wiki j’ai commencé en 2005 une collecte dé références de sites qui faisait le choix de contenus réutilisables par d’autres en utilisant la licence Creative Commons. Au fil des échanges et des rencontres cette liste a grossi très doucement en 2006et 2007 : 148 sites notés en janvier 2008. Puis la collecte s’ést élargie en 2008 : 215 sites en novembre 2008 et surtout depuis un an : plus de 400 sites référencés en décembre 2009. Comme le temps passé de mon côté reste limité, que le bnombre de contributeurs n’est pas iomportant j’y vois un développement de l’usage des licences creative commons.

Metz: Rausch: la fois de trop? A partir de quand un homme politique est-il usé? A quel moment doit-il décrocher? Comment réussir sa sortie? Un projet de loi sur l'anonymat des blogueurs suscite l'inquiétu Bientôt la fin des blogs anonymes ? Le sénateur de la Moselle, Jean-Louis Masson jette un pavé dans la mare en proposant de « faciliter l'identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des « blogueurs » professionnels et non professionnels ». Cela pour « protéger les éventuelles victimes de propos inexacts, mensongers ou diffamations qui sont, hélas, de plus en plus souvent colportés sur la toile ».

Related: