background preloader

Snapchat, Facebook, Google… que font-ils au journalisme ?

Snapchat, Facebook, Google… que font-ils au journalisme ?
Sur certaines plateformes, dont Facebook est emblématique, les algorithmes promeuvent des contenus de mauvaise qualité : les appeaux à clics, voire des fake news. Le rapport de la CJR pointe la responsabilité des grandes plateformes et surtout, de leur modèle économique. Choisir entre qualité et visibilité, dilemme incontournable ? Non, selon Marie-Amélie Putallaz, responsable des réseaux sociaux au Figaro : « les réseaux sociaux restent des lieux formidables pour écouter sa communauté, pour que les journalistes y trouvent de la matière éditoriale et un peu d’audience (...). Des articles de très bonne qualité peuvent théoriquement bien fonctionner sur un site comme Facebook. D’autant que la grande différence entre un site "de buzz" et un média de qualité, c’est que nous tenons la promesse éditoriale de nos titres. Toutefois, l’AFP a intégré le dispositif de lutte contre les fake news mis en place par Google et Facebook. Côté résultats, l’AFP avoue manquer de recul.

https://www.inaglobal.fr/presse/article/snapchat-facebook-google-que-font-ils-au-journalisme-10066

Related:  presseINA

Pour les Français, face à la désinformation, le métier de journaliste de plus en plus utile Liberté d’expression et pluralisme, décryptage, vérification et investigation : pour toutes ces raisons, une grande majorité de Français reconnaît l'utilité du métier de journalistes. Ce sont les premiers enseignements d'un sondage réalisé pour Radio France et ses partenaires dans le cadre des Assises du journalisme. Dans une société où, désormais, les individus, les personnalités ou les entreprises et groupes quels qu'ils soient échangent et s’informent sans intermédiaire, où tout un chacun peut publier un article, un commentaire ou une vidéo en leur donnant un aspect journalistique, où les échanges et l’accès à l’information sont très largement facilités, on pourrait penser que le journalisme perdrait de son utilité pour le plus grand nombre.

6 conseils pour mettre votre communauté de clients au service de votre marque Parmi les multiples bouleversements qu’il a apporté à la vie quotidienne, Internet a permis aux personnes partageant les mêmes goûts et affinités de se rassembler et de partager avec une facilité encore jamais vue par le passé. Une véritable aubaine pour de nombreuses marques qui, avec minimum de notoriété, voient s’épanouir une puissante communauté en ligne constituée des clients les plus fidèles et les plus enthousiastes. Une bonne gestion de communauté consiste à recruter des ambassadeurs de marque, mettre en place un vrai marketing participatif et conquérir de nouveaux prospects. Mais comment procéder ? Ci-dessous tous nos conseils pour optimiser l’animation de votre communauté. Soyez présent sur les supports utilisés par vos clients

Louise Merzeau : "Il n'y a pas de mémoire sans une pensée de l'oubli" Vous travaillez sur la question de la mémoire et des traces. En quoi le numérique a-t-il marqué une mutation dans ce domaine ? Je qualifie volontiers cette mutation de tournant anthropologique. En effet, si jusqu'à l'avènement du numérique, la lutte contre l'oubli nécessitait un véritable déploiement d'énergie, de moyens et d'innovations technologiques, le numérique a introduit une rupture, voire une inversion de ce processus : les systèmes de communication, de production, d'inscription et de partage via les réseaux ou les supports numériques ont engendré une traçabilité automatique, condition de nos activités et donc préalable à toute véritable intention de "faire trace". Par exemple, le simple fait de consulter un site internet laisse une trace numérique bien que nous ne soyons alors pas dans une démarche "d'expression". Il y aurait donc aujourd'hui une inversion dans l'équilibre entre mémoire et oubli ?

Plus de 9 Français sur 10 jugent le journalisme "utile" Plus de 9 Français sur 10 estiment que le journalisme est "utile", selon un sondage réalisé par Viavoice pour les Assises internationales du journalisme qui se tiendront du mercredi 14 mars au samedi 17 mars, à Tours. Pour 92% des sondés, le journalisme est "utile". D'après des extraits publiés dimanche de cette étude réalisée en partenariat avec France Télévisions, France Médias Monde, Le Journal du Dimanche et Radio France, 92% des personnes interrogées déclarent que le journalisme est utile, contre 6% d'un avis contraire et 2% qui ne se prononcent pas.

LES FEMMES LES PLUS INFLUENTES DE L’ANNEE 2017 DANS LES MEDIAS ET SUR TWITTER L’Argus de la presse | Groupe Cision dévoile les résultats de ses baromètres des femmes françaises les plus citées dans les médias traditionnels et sur le réseau social Twitter au cours de l’année 2017 dans trois catégories : politique, direction de grandes entreprises et médias/chaînes TV. Ce classement annuel compile les résultats des quatre baromètres trimestriels publiés par l’Argus de la presse | Groupe Cision en 2017. Ce premier baromètre révèle les résultats des femmes membres du gouvernement ou présidentes de commissions à l’Assemblée Nationale les plus citées dans les médias et sur Twitter. Celui-ci met en avant, du 1er janvier au 31 décembre 2017, la part de voix de ces femmes pendant cette période. Ce classement des citations dans les médias traditionnels (presse et audiovisuel) consacre deux ministres de la Santé, Agnès Buzyn, du gouvernement Philippe, et Marisol Touraine, des gouvernements Ayrault puis Valls. *Méthodologie

La démocratie des crédules-conférence G. Bronner Cette conférence-débat est organisée en partenariat avec les Cafés des Sciences du Pays Vizillois (ACSPV), la Société Française de Physique (SFP), l'Association Française pour l'Information Scientifique (AFIS), l'Union Rationaliste, et l'association "Sauvons Le Climat". Pourquoi les mythes du complot paraissent-ils envahir l’esprit de nos contemporains ? Pourquoi se méfie-t-on de plus en plus des hommes de sciences ? Comment d’une façon générale, des faits imaginaires, inventés ou parfois franchement mensongers arrivent-ils à se diffuser dans l’espace public, à nous faire croire tout et n’importe quoi, à infléchir les décisions des politiques, bref à façonner une partie du monde dans lequel nous vivons ?

Médias français : qui possède quoi (à jour) (Le Monde diplomatique, décembre 2016) Dernière mise à jour : décembre 2020 (v. 16.2) Cette affiche prend le parti de la lisibilité plutôt que de l’exhaustivité. Y figurent des médias d’information qui « font l’opinion » et qui dépendent d’intérêts industriels ou financiers, de groupes de presse ou de l’État : • les titres de presse écrite papier à diffusion nationale de type généraliste, économique et politique ; • les titres de la presse quotidienne régionale ; • la télévision nationale (et quelques chaînes de télévision locales) ; • les canaux de radio à portée nationale ; • certains sites d’information en ligne. Les titres indépendants (comme Le Canard enchaîné) ainsi que la presse dite alternative ne sont pas représentés (1). Enfin, on a limité les liens capitalistiques aux principaux actionnaires (2).

Enquête sur les usages du Crowdsourcing et du Crowdfunding (partie 1) – Les Internautes par V. Rouzé et S. Costantini Accès direct :Partie 2 (porteurs de projets)Partie 3 (contributeurs) Cette première partie du questionnaire (Voir la présentation et le protocole de l’enquête ici) visait précisément à connaître et comprendre les pratiques des internautes, qu’ils soient impliqués ou non dans les logiques de crowdfunding et crowdsourcing culturel. L’enjeu étant ici de dessiner le contexte et les usages des Internautes dans et en dehors de ces plateformes spécifiques tout en les incluant dans un contexte de pratiques numériques plus larges. Les répondants interrogés sont dans l’ensemble très connectés sur les réseaux sociaux et plus largement sur internet : plus de 80% ont une page Facebook et la moitié possèdent un compte sur les réseaux professionnels. Leur activité de publication, à titre personnel ou professionnel est assez soutenue mais revêt une distinction importante. L’exploitation quotidienne de son compte dans un contexte privé donne lieu majoritairement à la publication de photos.

Chemins du savoir, une postface pour Dans le labyrinthe d’A. Serres – Introduction à l'architecture de l'information J’ai préparé une conférence sur le livre d’A. Serres à l’occasion d’une journée d’étude organisée par les ESPE de l’Ouest à Rouen. Mais dix centimètres de neige ont semé le chaos dans la ville. L’université a fermé et la journée a été annulée. Pour ne pas perdre ce travail, j’ai enregistré la conférence sous trois vidéos de 10mn. Vous pouvez les télécharger en attendant qu’elles soient en streaming sur un site universitaire : vidéo 1, vidéo 2, vidéo 3.

Les réseaux sociaux imposent des formats particuliers à l'information et même si cela semble être anodin, il y a des conséquences. L'information traitée en story sur Snapchat est-elle complète? Ne mérite-t-elle pas d’être approfondie? by colinemme Oct 28

Related: