background preloader

Le réseau AMAP ILE DE FRANCE.

Le réseau AMAP ILE DE FRANCE.

http://www.amap-idf.org/

Related:  Circuits courts en Ile de FranceScience et développement durable

MAIRIE DE PARIS - 50 restaurants labellisés "produits d’ici cuisinés ici" 50 restaurants labellisés "produits d’ici cuisinés ici" « Des Produits d’ici, cuisinés ici » est le premier label qui distingue les restaurants proposant une cuisine à base de produits issus du local, c’est-à-dire d’Île-de-France. Produits de saison, cultivés sur place pour être consommés directement dans votre assiette avec un minimum de transport et d'intermédiaires. Le brevetage du vivant, une notion qui fait débat ! Il concerne la brevetabilité des différentes formes de vie (cellules, tissus, animaux, etc.) et des patrimoines génétiques. Il est défini par la directive 98/44 de l’Union Européenne. Cette directive prévoit que les variétés végétales, les races animales et le corps humain (aux différents stades de sa constitution) ne peuvent pas être brevetables. En revanche, sont brevetables, non seulement les inventions portant sur des végétaux ou des animaux (dont l'application n'est pas techniquement limitée à une variété), mais aussi sur un élément isolé du corps humain, y compris sur la séquence complète ou partielle d'un gène. Le débat sur la brevetabilité du vivant a pris de l'ampleur dans les années 90 à cause du développement des OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) et du séquençage ADN. Pour les détracteurs de la directive 98/44, cette disposition ouvre la porte au commerce sur les organismes vivants parce qu'elle confond invention et découverte d'éléments naturels existants.

Le droit de planter et cultiver librement bientôt interdit ? Les industries et multinationales semencières veulent rendre les paysans captifs… grâce à la loi. Les députés doivent examiner le 28 novembre un texte instaurant une « contribution volontaire obligatoire » : une véritable dîme sur les semences. Ressemer librement sa propre récolte ou échanger des variétés de plantes deviendra illégal. Soucieux de préserver l’autonomie alimentaire, des paysans et des citoyens entrent en résistance. Photo : source

Proposer des « grainothèques » en bibliothèque pour favoriser le partage des semences libres – – S.I.Lex – Mon intérêt pour les biens communs m’a peu à peu fait découvrir la problématique des semences, dont les enjeux sont aujourd’hui considérables et rejoignent par certains côtés ceux de la Culture libre. J’ai eu déjà eu par exemple l’occasion sur S.I.Lex de consacrer des billets à des projets de licences libres appliquées aux semences ou à la question du domaine public végétal. Alors que les semences constituent un patrimoine millénaire qui s’est développé par le biais du partage de graines entre paysans, cette pratique est aujourd’hui fragilisée par des restrictions légales, faisant courir un risque à la biodiversité. Les variétés végétales tout comme les oeuvres de l’esprit, peuvent en effet être saisies par la propriété intellectuelle, par le biais de certificats d’obtention végétale ou de brevets protégeant les intérêts de l’industrie semencière.

Museumotel L'utopie Dormir dans une « bulle », ça ne vous tenterait pas le temps d’un week-end inoubliable avec votre Jules ? Situé à Raon l’Etape dans les Vosges, le « Museumotel l’Utopie » offre neuf bungalows-bulles à thèmes aux allures de village d’extraterrestres inspiré des tendances design des années pop. Insolite et exclusif ! EELV ILE DE FRANCE 14/02/13 Evitons les scandales alimentaires, privilégions les circuits courts ! La région structure ses filiè Plus jamais de « Chevalgate »! Nous voulons une filière alimentaire qui permette de savoir ce que l’on a dans l’assiette… et d’où cela vient. La Vice-présidente de la Région IdF en charge de l’agriculture, Hélène Gassin, a présenté son plan d’action en faveur de la structuration des filières agricoles :« Pour assurer une alimentation de proximité et de qualité, il est crucial de donner la possibilité aux acteurs Franciliens de s’organiser pour sauvegarder l’agriculture et son développement en Ile-de-France ».

Université de tous les savoirs - Chaînes - Canal-U L'Université de tous les savoirs UTLS au lycéeLes conférenciers Présentation L’Université de tous les savoirs 2000-2010 L’Université de tous les savoirs a été créée en l’an 2000 pour marquer le passage au XXIe siècle par une grande encyclopédie vivante de 366 conférences, une chaque jour de l’an 2000. Lancée le 1er Janvier 2000 avec une conférence de François Jacob sur le thème « Qu’est-ce que la vie ?

50 idées reçues sur l’agriculture et l’alimentation - Marc Dufumier Marc Dufumier est agronome, enseignant-chercheur et expert auprès des Nations Unies et de la Banque Mondiale. Il plaide pour une agriculture inspirée de l’agroécologie et milite pour son développement. Ses métiers l’ont amené à parcourir le monde et réaliser de nombreuses missions d’expertises dans ce domaine. En partant d’une cinquantaine d’idée sur la hausse de l’espérance de vie dans les pays industrialisés, la nocivité des pesticides, l’alimentation (scandales, régimes…), les aliments (lait, huile de palme, tomates, fraises, poisson…), la santé (cancer, allergies…), les semences, le bien être animal, les rendements agricoles, les excédents alimentaires, le bio et l’agriculture industrielle, le commerce équitable, la PAC, etc.

Qui sommes-nous ? - Graines de Troc Présentation de Graines de Troc : histoire - nos valeurs L'association agit pour la défense de la biodiversité cultivée, et promeut l’échange des graines et des savoir-faire. Ses actions visent à se réapproprier ensemble les savoir-faire, découvrir des semences locales, sensibiliser à la magie des graines, faire naître de petits conservatoires locaux, redonner aux semences une place oubliée, retrouver jusque dans l’assiette le goût de la biodiversité... Nous sommes convaincu que la transmission des savoir-faire associés est garante de la préservation de ce patrimoine commun. C'est pourquoi nous encourageons tout passage de connaissance via le relais de trocs locaux, d'ateliers ou de formations dans les domaines des semences, de l'agro-écologie, et la permaculture, que ce soit au niveau professionnel ou amateur Pour un accès à tous, et une circulation des graines et des savoirs, pour un partage intergénérationnel, nous accueillons le parfait néophyte comme le plus expert des jardiniers.

l’arpent nourricier » Conférence de Pierre Rabhi et Raoul Jacquin du 9 décembre 2008 à Caluire (69) J’avais dit que j’écrirais un ré­cit de la confé­rence que Pierre Rabhi a te­nue à Es­pa­lion en juin der­nier. Peine per­due — mes notes sont inexploitables. En guise de conso­la­tion, voici une confé­rence plus ré­cente, vi­sion­nable sur Dai­ly­mo­tion grâce à l’excellent tra­vail de Eric Bou­ta­rin de La Té­lé­vi­sion Pay­sanne. L’essentiel étant le dis­cours, on peut se pas­ser de l’image : j’ai ex­trait la bande son (après avoir té­lé­chargé le .flv) via la com­mande mplayer -dumpaudio in.flv (vive Li­nux !)

ALIMENTATION_GOUV_FR 14/04/14 Un drive fermier près de Paris. La Cueillette de la Grange permet depuis 25 ans à des particuliers de venir cueillir eux-même des fruits et légumes chez l’exploitant. Toutefois, ce dernier, Marc Lemarié, explique que les « champs sont trop boueux en hiver, il fait froid, il pleut. Les gens n’ont pas envie de venir cueillir dans ces conditions. » La solution est alors la mise en place d’un site internet sur lequel le consommateur choisit soit des paniers prêts à consommer ou compose lui-même son panier produit par produit. Les produits proposés ne sont que des produits de saison et du terroir de Seine et Marne. Ce sont également les entreprises et les collectivités qui vont pouvoir profiter de ce nouveau concept de distribution dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres.

Brevets sur le vivant SWISSAID s'oppose résolument aux brevets sur la vie, car ils empêchent tout développement social et économique dans les pays du Sud et sont un obstacle à la recherche. Les expériences dans le passé ont démontré que les brevets sur les médicaments, les vaccins et les traitements renchérissent les soins médicaux, les rendant inabordables pour les plus démunis. Et les brevets sur les semences et les animaux sont une véritable menace pour les paysans du monde entier. SWISSAID veut sensibiliser le public aux conséquences négatives de ces brevets pour l'agriculture des pays en développement. Lorsqu'une semence est brevetée, comme c'est le cas de toutes les plantes modifiées génétiquement, les paysans n'ont pas le droit de réutiliser les semences qu'ils produisent à partir de leurs propres récoltes. En revanche, année après année, ils doivent payer une taxe aux propriétaires des brevets ou racheter de nouvelles semences.

Related:  AGRICULTURE, ESPECES MENACEES ET DEVELOPPEMENT DURABLEdéveloppement durable environnementAMAP & paysansAMAPAmap, épiceries sourcing