background preloader

Bioéthique

Bioéthique
Related:  euthanasie

Le projet de loi bioéthique renforce l'emprise des adultes sur la vie Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Brice de Malherbe, prêtre, co-directeur du département de recherche éthique biomédicale Collège des Bernardins Les Etats généraux de la bioéthique ont eu le mérite de nous rappeler combien les débats autour des applications de la technologie médicale sur la vie humaine concernaient l'ensemble des citoyens. Les choix posés en matière de procréation ou de dons d'organes renvoient à la valeur reconnue à tout être humain dans sa corporéité. Ils attestent aussi de l'impossibilité pour une société humaine de fonctionner comme si la sphère des choix individuels et la cohésion des relations sociales étaient parfaitement étanches l'une envers l'autre. Le cas emblématique du dépistage systématique de la trisomie 21 conduisant à l'élimination quasi-totale in utero des enfants concernés manifeste l'imbrication entre démarche individuelle et comportement collectif. Le projet de loi relatif à la bioéthique a été présenté en conseil des ministres le 20 octobre.

Belgique : un meurtrier obtient le droit d'être euthanasié Le prisonnier qui estime être un « danger pour la société » avait fait sa demande il y a trois ans. Frank Van Den Bleeken est détenu depuis près de 30 ans pour le viol et le meurtre d'une étudiante de 19 ans dans le centre psychiatrique fermé d'une prison située près d'Anvers en Belgique. Il a demandé l'euthanasie il y a trois ans évoquant une «souffrance psychique insupportable». Chargée de son cas, la Commission fédérale relative à l'euthanasie a affirmé qu'elle n'examinerait sa demande que lorsque toutes les possibilités thérapeutiques seraient épuisées. La cour d'appel de Bruxelles a de son côté jugé que la ministre n'était pas compétente pour décider d'un éventuel transfert aux Pays-Bas dans un établissement spécialisé et a refusé cette option. «Mon client peut être transféré dans un hôpital pendant 48 heures pour faire ses adieux à sa famille puis mourir de manière digne. «Un danger pour la société» 5 euthanasies par jour en Belgique

Bioéthique : Tribune du P. de Malherbe sur lemonde.fr Pour Brice de Malherbe, prêtre et co-directeur du département de recherche éthique biomédicale au Collège des Bernardins à Paris, le projet de loi sur la bioéthique « renforce l'emprise des adultes sur la vie ». Il s'explique dans un billet daté du 14 décembre 2010 sur lemonde.fr Dans sa tribune, le P. de Malherbe rappelle que la révision des lois de bioéthique concerne l'ensemble des citoyens et souligne « l'imbrication entre démarche individuelle et comportement collectif », en référence notamment à la proposition systématique aux femmes enceintes du dépistage de la trisomie 21. « Adopté en l'état, ce projet renforcerait en fait nettement l'emprise des adultes sur la vie et le devenir des générations futures » estime le prêtre qui prévient : « Quelles que soient les options prises par les parlementaires, nous ne pourrons considérer le dossier clos et nous désengager d'une réflexion en conscience sur des pratiques touchant au cœur des relations interpersonnelles ».

Une majorité de catholiques favorable à l'euthanasie, selon un sondage Ifop Société L’Ifop révèle que catholiques et sans religions sont majoritairement favorables à l’euthanasie, mais leurs raisons divergent. Analyse. Une majorité de catholiques pratiquants se déclare favorable à la légalisation de l’euthanasie. Comme le résume l’AFP, près d’un Français sur deux considère que la loi Léonetti, qui proscrit l’acharnement thérapeutique et autorise l’arrêt des traitements quand le patient le demande, ne permet pas « suffisamment d’atténuer les souffrances physiques ou morales » des malades ; une majorité considère même qu’elle ne permet pas « d’éviter toute forme d’acharnement thérapeutique », ni « de respecter la volonté du malade concernant la fin de vie ». Pour une majorité de catholiques interrogés, le fait de « vouloir maintenir en vie certaines personnes très gravement malades » et peut-être leur infliger ainsi « des souffrances inutiles » justifie la légalisation de l’euthanasie.

Vatican to update bio-ethics guide for Catholic hospitals Francis X. Rocca Religion News Service Updated 2/3/2011 5:29:33 PM | VATICAN CITY — Controversies over bioethical standards at U.S. By Jack Kurtz, The Arizona RepublicThe Bishop of Phoenix removed the Catholic status of St. By Jack Kurtz, The Arizona Republic The Bishop of Phoenix removed the Catholic status of St. NO LONGER CATHOLIC: Bishop boots hospital in ethics disputeFAITH & REASON: Catholic health leader says hospital made life-saving choice Church leaders said a new set of biomedical guidelines will be published later this year, as well as a separate document on AIDS prevention after last year's controversial remarks by Pope Benedict XVI on the morality of condom use. The announcement, at a press conference to publicize educational initiatives of the Vatican's Pontifical Council for Health Care Workers, did not include a publication date for the AIDS document. Bishop Jose L. Such disputes show the need to translate church teaching into the terms of "modern society," Redrado said.

L’euthanasie du point de vue islamique L’homme représente l’œuvre divine la plus importante et la plus complexe également. Il est la créature qui porte l’empreinte divine et qui représente son pouvoir sur la terre. Bref, l’homme est à l’image de Dieu gloire à lui. Mais la vie sur cette terre est loin d’être un paradis, elle comprend le bien et le mal et témoigne d’une épreuve continuelle. Certaines personnes souffrent terriblement, et sans faire référence à l’idée eschatologique, elles demandent qu’on mette fin à leur vie du fait que ce qu’elle subissent dépasse leur capacité physique et intellectuelle. Devant cette réalité douloureuse, l’homme a donné son point de vue et proposé des solutions variantes et inconstantes selon les personnes et les circonstances de leur vie. L’islam, quant à lui n’est pas resté muet à ce propos et par l’intermédiaire d’imminents juristes a explicité la question. Définition : Diagnostic : Un enfant atteint de la maladie de Crewsfield Jacob à un stade très avancé. Analyse : Conclusion Références :

Vers une révolution anthropologique ? - Édition mars-avril 2011 (n°46) Lois de bioéthique Antoinette Fouque, cofondatrice du Mouvement de libération des femmes (MLF), psychanalyste, et Jacques de Longeaux, théologien à la faculté Notre-Dame (collège des Bernardins), débattent en vue de la prochaine révision des lois de bioéthique, autour de deux thèmes polémiques : la recherche sur l’embryon et la gestation pour autrui. Jacques de Longeaux et Antoinette Fouque © Marc Chaumeil / Fedefoto Après une année 2009 marquée par les états généraux de la bioéthique, la mission d’information sur la révision des lois de bioéthique a rendu sa copie en janvier 2010, ouvrant la voie au Parlement qui se prononcera prochainement sur une nouvelle version de la loi. Pour l’essentiel, ce rapport encourage députés et sénateurs à ne pas bouleverser les principes établis par les textes précédents. Antoinette Fouque, regrettez-vous ce statu quo et comment l’expliquez-vous ? ■ Jacques de Longeaux : Je soulignerais, tout d’abord, l’importance des lois de bioéthique.

L'euthanasie et la Religion - L'euthanasie est-elle éthique? Cette page vous présente le rapport euthanasie/religion, montrant ainsi une raison de polémique sur ce sujet. Euthanasie et catholicisme L’église catholique Romaine refuse à la foi l’acharnement thérapeutique, l’euthanasie active et l’euthanasie passive. On peut observer, à la lecture de son catéchisme, que les catholiques rejettent totalement l’euthanasie. « Quel qu’en soient les motifs et les moyens, l’euthanasie directe est moralement irrecevable. On peut donc comprendre, grâce à cet extrait du catéchisme, que les catholiques pensent que Dieu donne la vie et donc, que Lui seul peut la reprendre. « Même si la mort est considérée comme imminente, les soins extraordinaires donnés à une personne malade ne peuvent être légitimement interrompus. Les catholiques semblent donc se positionner contre l’euthanasie mais, néanmoins, d’autres témoignages sont plus nuancés. « Je n’hésiterais pas à demander l’abrègement de mes souffrances si je me trouvais, un jour, prisonnier de mon corps.

Accueillir tout frère en humanité : l’enjeu de la bioéthique - ParvisDesGentils sur LePost.fr Publié parParvisDesGentils post non vérifié par la rédaction 24/03/2011 à 08h37 - mis à jour le 24/03/2011 à 08h45 | vues | réactions En son article Premier, la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». Ce texte voulu après les bouleversements destructeurs de la deuxième guerre mondiale porte encore aujourd’hui l’espérance d’une communauté internationale constituée de nations respectueuses des droits de chacun de leurs citoyens. Dans sa concision même l’article cité associe liberté et égale dignité de tous, appelée à une reconnaissance juridique parce qu’elle est intrinsèque. En fait, la littéralité de l’article premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme ne permet pas de trancher. Brice de Malherbe Brice de Malherbe est prêtre du diocèse de Paris depuis 1994.

b) La religion. - TPE sur l'euthanasie L’euthanasie et la religion Ici, nous allons donner l’avis des principales religions de la planète sur la question de l’euthanasie. Ø L’Islam : Dans la religion islamique (qui représente 6% de la population française), l’Homme représente l’œuvre de Dieu la plus complexe et la plus importante. Il représente aussi le pouvoir divin sur Terre. La religion et la loi sont liées. L’euthanasie passive n’est donc pas interdite. Ø La religion Catholique : Pour le catholicisme (qui représente 62% de la population française) l’euthanasie fait opposition avec le 6ème commandement « Tu ne tueras point ». En revanche, l’Eglise catholique est opposée à toute forme d’acharnement thérapeutique et autorise les soins palliatifs. Ø Le Protestantisme : La religion protestante soutient l’idée que Dieu n’est pas exclusif dans le fait de disposer de son corps. Ø Le Judaïsme : Le Judaïsme représente 1% de la population française. L’euthanasie active est interdite. Ø La religion bouddhiste : Ø La religion orthodoxe :

Thomas More

Related: