background preloader

La symbolique Templière : Abraxas, Abacus, Baphomet, Beaucent, Gonfanon, Bouclier, épée, Chiffres, nombres, couleurs, croix, graffiti

La symbolique Templière : Abraxas, Abacus, Baphomet, Beaucent, Gonfanon, Bouclier, épée, Chiffres, nombres, couleurs, croix, graffiti
Le symbole du Temple Par définition, l'Ordre du Temple fait référence à un type de construction précis, le temple, en l'occurrence le Temple de Salomon de Jérusalem, terme et « puissance » des lieux qui ne manquèrent pas d'influer sur le psychisme collectif, la nature et la mission de l'Ordre. Julius Evola a noté que le terme « Templiers » (et « Temple », N.D.A.) fait penser à un dépassement (Révolte contre le monde moderne). Et c'est bien de cela qu'il s'agit, à travers l'image du temple, édifice qui bénéficie d'une appellation à la fois plus prestigieuse et plus vaste que celle d'église, mais qui, sur le plan formel et symbolique-spirituel, est un endroit plus « restreint », plus confidentiel, se prêtant mieux à une réelle « conservation » du divin. Top Eglise de Torres del Rio: Dite du Saint-Sépulcre, sur plan hoctogonal. Eglise de Torres del Rio: le dôme intérieur Bien que tous deux espaces sacrés, le temple et l'église possèdent deux natures différentes et incompatibles.

Portail:Ordre du Temple Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Articles récents Articles récemment créés ou ayant subi une évolution significative dernièrement Février 2014 Novembre 2013 Octobre 2013 Septembre 2013 Août 2013 Juillet 2013 Juin 2013 Mai 2013 Avril 2013 Février 2013 Janvier 2013 Décembre 2012 Organisation Si vous souhaitez participer à la rédaction et à l'amélioration des articles sur les templiers, vous êtes invité à visiter le Projet:Ordre du Temple et à venir discuter avec ses participants. Articles proposés (votes en cours) : Articles en phase de préparation : N'hésitez pas à venir voter pour de nouveaux articles ! Les Templiers ont-ils découvert l'Arche d'alliance ? Les Templiers ont-ils découvert l'Arche d'alliance ? ’Arche d’Alliance fascine les foules depuis des millénaires. Depuis son apparition dans les textes sacrés, on a suivi sa piste avec intérêt en s’émerveillant de son pouvoir. De nombreux mystères entourent sa construction, son utilisation et sa véritable utilité.

Les Templiers et la métallurgie On possède très peu d'informations sur la métallurgie au Moyen-Age. Au 12ème et 13ème siècle, la métallurgie, pour ce que l'on en sait, suivait les techniques anciennes, mais on observe au début du 14ème siècle une récession en matière de métallurgie, puis une reprise une quarantaine d'années plus tard sous une forme renouvelée : reprise en main différente, organisation au niveau du travail du métal, des corporations en particulier, redistribution des tâches, internationalisation du commerce. On s'achemine de plus en plus vers une technicité qui présage une ère industrielle différente. Les Templiers dans tout cela ? Le métal au quotidien Les Templiers, dès l’origine de l’Ordre, ont eu nécessairement recours à la métallurgie, et tout premièrement en ce qui concerne l'armement, le harnachement des chevaux, tout ce qui concerne la guerre, la Croisade et leur état de chevalier. La question de la monnaie Les métiers du métal L’armement fait travailler bon nombre d'artisans de la métallurgie.

La symbolique Templière : Abraxas, Abacus, Baphomet, Beaucent, Gonfanon, Bouclier, épée, Chiffres, nombres, couleurs, croix, graffiti Le Baucent ou Gonfanon Le baucent ou « gonfanon baucent » était la bannière, véritable palladium, de l'Ordre du Temple. En temps de paix, il était gardé en la maison du maître. En temps de guerre, il était toujours emmené en expédition, mais devait se tenir auprès du « hault seigneur ayant fonction et honneur de maître », comme le précise la Règle. Lors d'une halte au cours de laquelle on dresse le campement, le baucent devait figurer auprès de la tente ronde du maître, s'il n'est « en icelle tente ». La Règle précise encore que la bannière est portée par le maître (ce qui devait être rarement le cas, compte tenu de ses fonctions de commandement) ou par le maréchal ou son assistant et gardé par des frères-chevaliers qui doivent l'entourer « le mieux qu'ils pourront » ; un frère-chevalier ne devant « laisser le gonfanon pour aucune raison », ce qui exposerait ce chevalier à une punition sévère. Top Trois diférentes formes de Gonfanon Baucent Le Gonfanon La Flamme Baussanne La devise

Templiers en haute provence Les Templiers en Haute Provence: Dans cette province de Haute Provence comme partout ailleurs en France, les Templiers recueillirent de nombreuses donations des seigneurs du cru. C'est pourquoi, on les trouve implantés un peu partout. Dès le 12 ème siècle, les Templiers se virent, comme en Palestine, confier la sécurité des axes routiers qui étaient infestés de brigands et autres détrousseurs de grands chemins. --- Richerenches. Le plus grand bâtiment des Alpes de Haute Provence qui peut se rattacher à eux est le château de Gréoux les Bains dont la construction a commencée au XII ème siècle. Leur présence est établie par l'abbé Féraud mais est considérée comme une fable par Raymond Collier (archiviste et historien des Alpes de Haute Provence) qui dit, quand même, que le donjon pourrait remonter à eux mais il parle de leur époque et ajoute le mot « hypothétiquement » et par J.A. Eaux de Gréoux » en faisant référence à eux comme seigneurs de cette ville. --- Entrevaux. Quelques ouvrages

Histoire des croisades (12) : Templiers et ordres militaires Les croisades étaient des pèlerinages guerriers, et c’est dans cette logique qu’apparaît le concept de « chevalier du Christ ». Mais plus encore que les chevaliers se croisant afin de combattre pour Dieu, c’est bien l’apparition des ordres religieux militaires qui marque l’originalité de la Croisade, en devenant l’un des symboles. Les origines Dès le XIè siècle, avant même la Première croisade, des hospices sont créés pour accueillir les pèlerins qui tentent de rejoindre Jérusalem, et qui font face à des dangers de plus en plus grands. Ainsi, ce sont les Amalfitains qui, au milieu du siècle, fondent l’Hospicium base des futurs Hospitaliers. Quels ordres ? Il ne s’agit pas ici de détailler l’histoire de chaque ordre, tous très connus, mais d’en faire un rapide aperçu : le premier chronologiquement est donc l’ordre des Hospitaliers, dont la naissance est située entre 1048 et 1063, avant la Première croisade. La défense de la Terre Sainte Un rôle politique Lire la suite : Mongols et Mamelouks

Biographie de Jeanne d'Arc, (la Pucelle) BIOGRAPHIE : Jeanne naquit le 6 janvier 1412 à Domrémy en Lorraine. De parents aisés, elle grandira alors que la France sombre dans la 2nde guerre de Cent Ans. Jeanne a 13 ans et les voix qu’elle entend (celles de Saint Michel, Sainte Marguerite et Sainte Catherine) lui disent d’aller sauver la France des Anglais (vers 1428) et de faire couronner Charles VII. Elle désire se rendre auprès du Dauphin à Chinon. Crédible, elle se fait aider par Baudricourt qui lui confie quelques hommes pour l’escorter durant un long voyage très mouvementé, entre le 23 février et le 6 mars 1429. En mai 1429, elle force les Anglais à lever le siège d'Orléans, qui avait commencé le 12 octobre de l’année précédente. Le 17 juillet 1429, Charles VII est sacré et couronné dans la cathédrale de Reims.

Commanderie du Ruou Le domaine s'agrandit rapidement et les Commandeurs successifs créèrent des fermes, des granges et des maisons indépendantes. Au total les exploitations couvrirent un millier d'hectares répartis sur 28 communes dont Draguignan, Tourtour, Callas, Entrecasteaux et surtout Lorgues où les Commandeurs résidèrent jusqu'en 1193. Le premier Commandeur fut en 1170 HUGUES RAYMOND de VILLACROS. Au total, 32 Commandeurs se succédèrent et le nombre des Frères Chevaliers atteignit un effectif quatre fois supérieur à la moyenne des autres commanderies. En 1223 on notait ainsi à côté du Commandeur, la présence de 16 Frères, du Chapelain et d'un nombreux personnel de service. L'année 1307 vit l'arrestation des Templiers par Philippe le Bel. A partir de 1460 aucun texte ne fait plus mention du RUOU. Vers 1843 une fabrique de tomettes vint occuper les lieux et a fonctionné jusqu'en 1914.

Related: