background preloader

Mode d'emploi

Mode d'emploi
En cette fin de IVe millénaire, les Sumériens venait d'inventer un système complexe qui était composé de différents types de signes : 1) de pictogrammes 2) d'idéogrammes 3) de phonogrammes 4) de déterminatifs 5) de compléments phonétiques haut de page Des pictogrammes, des idéogrammes, des phonogrammes, des déterminatifs et des compléments phonétiques, grâce à l'ensemble de ces signes, il est possible de tout écrire : relevés comptables ou lettres d'amour ! Notre monde moderne n'existerait pas sans l'écriture. Un autre peuple vivait avec les Sumériens : les Akkadiens. Les deux premières langues à utiliser ce système sont donc les Sumériens et les Akkadiens. Le sumérien devint pour l'akkadien un peu ce que la latin fut pour le français. Related:  Sumer - Les Sciences

Cunéiforme L’écriture cunéiforme est un système d'écriture mis au point en Basse Mésopotamie entre 3400 et 3300 av. J.-C., qui s'est par la suite répandu dans tout le Proche-Orient ancien, avant de disparaître dans les premiers siècles de l'ère chrétienne. Les conditions d'élaboration de cette forme d'écriture, qui est la plus vieille connue avec les hiéroglyphes égyptiens, sont encore obscures. Le cunéiforme a été un élément marquant des cultures du Proche-Orient ancien qui ont développé un rapport à l'écrit et des littératures à partir de ce système. La nature des sources : tablettes d'argile et autres supports[modifier | modifier le code] À partir d'une motte d'argile, on confectionnait une tablette (sumérien dug, akkadien ṭuppu(m)[note 1]). Dessin d'un calame de roseau à extrémité triangulaire plate. Les tablettes d'argile pouvaient porter d'autres inscriptions que des signes cunéiformes. Exemples de supports de l'écriture cunéiforme. Le déchiffrement du cunéiforme[modifier | modifier le code]

HISTOIRE • Les Phéniciens, ces grands navigateurs Partis de cités-Etats sur la côte libanaise, ils ont essaimé dans tout le monde antique, fondé un empire qui a fait trembler Rome, et auraient même bouclé le premier tour des côtes de l'Afrique. Retour sur un peuple fascinant, à qui nous devons beaucoup plus que nous ne le pensons. Leurs villes étaient situées sur ce qui est aujourd'hui le littoral du Liban et de la Syrie. Leur nom, "phénicien", viendrait peut-être du grec "phoinix", la "pourpre" tirée du murex, dont ils étaient de grands exportateurs dans tout le monde antique. A partir du Xe siècle avant J.C., les Phéniciens commencent à se répandre au-delà de la Méditerranée orientale, après avoir établi des bases à Chypre. Marins réputés pour leurs prouesses, les Phénciens étaient des navigateurs recherchés. Ils auraient ainsi donc pu atteindre les Açores, même si les preuves restent ténues, et il est attesté qu'ils faisaient escale dans les Canaries.

Scribe dans le Proche-Orient ancien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le scribe du Proche-Orient ancien était la personne pratiquant l'écriture, surtout cunéiforme, chargée de rédiger des textes, mais aussi d'en lire, ou bien d'organiser des classements dans des archives. Il pouvait approfondir sa spécialisation pour devenir qualifié dans un certain domaine. Tout savant devait avoir suivi une formation de scribe. On l'appelait en sumérien DUB.SAR (composé de DUB, « la tablette », et SAR, « inscrire », « écrire » donc : « celui qui écrit sur la tablette »), et en akkadien tupšarru(m) (forme akkadienne de DUB.SAR). Formation[modifier | modifier le code] Organisation de l'enseignement[modifier | modifier le code] L'enseignement était prodigué dans un établissement spécialisé, l'ÉDUBBA/bīt tuppi(m) (« maison des tablettes »), à l'époque d'Ur III (XXIe siècle). Contenu de l'enseignement[modifier | modifier le code] Mais les étudiants n'allaient pas tous vers cette formation professionnelle. S.

Guide touristique de Pompei Pompei On entendait les gémissements des femmes, les vagissements des bébés, les cris des hommes ; les uns cherchaient de la voix leur père et leur mère, les autres leurs enfants, les autres leurs femmes, tâchaient de les reconnaître à la voix. Certains déploraient leur malheur à eux, d'autres celui des leurs. Le site de Pompéi était idéalement installé dans une vallée fertile, le long du Sarno navigable et proche de la mer. Visite Pompei La catastrophe qui a détruit en quelques heures tout une ville et qui a tué plusieurs milliers de personnes est bien entendu un drame humain. Bonne visite... Bibliothèque d'Assurbanipal Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Tablette d'un extrait du récit de l'Épopée de Gilgamesh, trouvée à la Bibliothèque d'Assurbanipal La Bibliothèque royale d'Assurbanipal, qui porte le nom d'Assurbanipal (668-627) – le dernier grand roi de l'Assyrie antique – est une collection de près de vingt-cinq mille tablettes d'argile (la plupart fragmentées) et de fragments contenant toute sortes de textes du VIIe siècle av. J.-C., principalement rédigés en akkadien cunéiforme. Ces textes littéraires et savants ont été retrouvés dans les ruines des palais de la Ville Haute de l'ancienne capitale assyrienne, Ninive (aujourd'hui site de Kuyunjik) en Mésopotamie du nord. Fonds[modifier | modifier le code] Assurbanipal, qui avait reçu une éducation de scribe et écrivait en akkadien et en sumérien, avait voulu fonder une bibliothèque qui serve à conserver les textes de toute la connaissance scientifique de son époque et qui serve également d'archives à tous les textes officiels.

La Gaule Romaine: bibliographie Bibliographie Cette bibliographie n’est pas exhaustive. Cependant, vous y trouverez déjà un large choix d’ouvrages représentatifs de la connaissance actuelle sur les époques représentées par les collections du musée: Les titres suivis du signe * sont disponibles à la boutique librairie du musée. Pour des études plus précises, le centre de documentation et la bibliothèque accessible aux chercheurs sont à votre disposition. Pour une bibliographie sur les collections du musée et des ouvrages rédigés par les conservateurs, reportez-vous à la rubrique « Sur les collections ». Les enseignants peuvent télécharger les fiches pédagogiques. Paléolithique Paléontologie humaine L’Ève imaginaire. La vie quotidienne Les Aurignaciens, premiers hommes modernes, Henri Delporte, La maison des Roches, collection Histoire de la France préhistorique, 1998. L’art Petit glossaire de l’art préhistorique au Paléolithique, Alain Roussot, Confluences, 1998. Les grottes ornées Histoire de la Préhistoire Le Néolithique Divers

Littérature mésopotamienne Le système d'écriture mésopotamien est le plus ancien système d'écriture connu à ce jour. Il date de la fin du IVe millénaire av. J.‑C. En parallèle de son usage pratique, cette écriture a servi à transmettre de véritables œuvres littéraires. La littérature mésopotamienne se manifeste sous différents genres, dont certains sont particuliers à cette culture : mythes, épopées, hymnes, chants, chroniques historiques, sagesses, mais aussi des textes techniques. Définitions et contours[modifier | modifier le code] On a pu tracer les contours de la littérature mésopotamienne en suivant les genres que l'on trouve dans les bibliothèques du Ier millénaire av. Les recueils de traductions contemporains sont focalisés sur les textes mythologiques ou folkloriques, alors que les Anciens mésopotamiens ne les considéraient probablement pas comme les œuvres les plus importantes. Le milieu lettré[modifier | modifier le code] Les lettrés et le problème des auteurs[modifier | modifier le code] (en) J. D.

La Gaule Romaine Milieu du Ier siècle avant J.-C. - fin du Ve siècle après J.-C. A la suite de la conquête de la « Gaule chevelue » par Jules César, tout le pays tombe aux mains des Romains. Après une phase assez longue de pacification, la Gaule, intégrée dans l’Empire romain, est organisée principalement par l’empereur Auguste, qui règne de 27 avant J.-C. à 14 après J. La civilisation matérielle, que le département de la Gaule romaine permet de découvrir, subit des changements graduels, et reflète l’assimilation plus ou moins poussée selon les régions, les milieux sociaux ou les époques, de coutumes, de techniques, de modes de vie et de pensée d’origine romaine ou méditerranéenne. Les sept salles qui composent le département gallo-romain évoquent le monde des dieux et des morts, la présence de l’armée romaine en Gaule, les différents types d’artisanat et tous les aspects de la vie quotidienne : alimentation, costume, parure, loisirs, cadre domestique, médecine, transport, écriture...

Médecine en Mésopotamie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La médecine mésopotamienne est un sujet sur lequel on débat encore. Le problème est comme souvent en histoire ancienne celui d’une opposition entre postures « modernistes » ou « primitivistes ». On a notamment cherché à dégager les éléments proprement scientifiques de cette médecine, et écarté tout ce qui s’apparente à de la superstition, à de la magie (voir le débat sur le statut respectif de l’asû et de l’āšipu). Scène de guérison d'un patient, détail de la « plaque de Lamashtu », Musée du Louvre, VIIIe siècle av. Sources[modifier | modifier le code] Des sources sur la médecine mésopotamienne remontent jusqu’à la période de la Troisième Dynastie d'Ur, à la fin du IIIe millénaire. La plus massive de nos sources sur la médecine mésopotamienne est le Traité de diagnostics et pronostics, qui est comme son nom (moderne) l’indique une liste de diagnostics et pronostics de maladies, avant tout destiné au spécialiste appelé āšipu (voir plus bas).

La Gaule Romaine : collections Accueil > Le Musée > Les Collections > Gaule romaine Gaule romaine : Séléction d'oeuvres Statuette de divinité (?) Pilier orné sur quatre faces : Rosmerta Statuette de Mercure Stèle funéraire d'Apinosus Iclius Mobilier funéraire d'une sépulture d'officier romain Bâton Reconstitution fictive d'une table gallo-romaine Couple dans un lit Pavement de mosaïque Copyrights 2011 Musée d'archéologie nationale - RMN Qualitude : Création de site-web Plan du site - Crédits

Mathématiques sexagsésimales Villeneuve retour au sommaire La preuve cartésienne de la quadrature du cercle Autre Ressource sur CultureMATH Isaac Newton mathématicien : les années de formation et les premiers écrits, Marco Panza (Mathématiques au XVIIe siècle) Ressources externes La géométrie de René Descartes, dans "Oeuvres de Descartes" publiées par Paul Cousin (1824) Commentaires sur la géométrie de M. Algorithmes et puzzles : une ultime approche de Turing Mathématiques de la musique en Afrique centrale Les généralisations de la notion d'intégrale au 19e siècle retour au sommaire A la recherche de la génèse du dernier mémoire mathématique de Georg Cantor: Du côté de chez Franz Goldscheider (lettre de Cantor du 18 juin 1886) Les deux premiers journaux mathématiques français Tout sur les polyèdres: des solides de Platon aux étoiles de Poinsot-Kepler Achille Brocot, mathématicien à ses heures Autres ressources sur CultureMath Roger Mansuy, Les calculs du citoyen Haros. Les calculs du citoyen Haros. Lire le dossier Lire l'article

Les gaulois de Brennus à Clovis (-500 av JC à 500) Brennos (latinisé en Brennus à partir de la racine gauloise Brenn, signifiant « chef de guerre ») est un chef gaulois Sénon du IVe siècle av. J.-C. Il mène ses guerriers en Italie, s'illustrant notamment en rançonnant Rome, en 388 av. J. Les Celtes constituent une civilisation protohistorique de peuples Indo-européens migrants à travers toute l’Europe et vers l’Asie. Ne connaissant pas d'unité politique, les Celtes formaient une myriade de peuples possédant des lois, des coutumes et des rites différents, mais partageaient une même structure sociale et une religion commune. C'est probablement leur incapacité à s'unir et à fonder des entités politiques plus vastes que la cité ou la confédération de peuples qui les a perdus : il semble qu'à l'instar des Grecs archaïques, les Celtes aient eu horreur du centralisme et n'aient connu que des alliances temporaires, fondées sur le clientélisme. Vers 250 av. La Gaule avant Jules César. La civilisation gallo-romaine La Gaule dans l'Antiquité tardive

Numération mésopotamienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La numération mésopotamienne est un système de numération en base soixante utilisé en Mésopotamie dès le IIIe millénaire av. J.-C.. Ce système y perdure en se perfectionnant, au moins jusqu'au IIIe siècle av. J. Historique[modifier | modifier le code] Les textes mésopotamiens dans lesquels on trouve trace de nombres s'étalent sur plus de 3000 ans. Le développement des systèmes de numération mésopotamiens a lieu avant tout dans sa partie Sud, le pays de Sumer, durant la seconde moitié du IVe millénaire av. Le IIIe millénaire av. Les systèmes de numération pour l'écriture des nombres sont très variables dans l'espace et dans le temps. Au-delà de 59, les systèmes de numérations se diversifient. Il existe également des notations spéciales pour les fractions 1/2, 1/3, 1/6, 2/3, 5/6[8] tandis que les autres inverses sont écrits en toutes lettres. Durant les derniers siècles de la civilisation mésopotamienne, au Ier millénaire av. Le nombre et li-im

Qui étaient vraiment les Gaulois ? Des barbares chevelus et mal dégrossis ? Cette fausse image, colportée dès le début de la conquête de la Gaule par Rome, a été relayée pendant des millénaires. Redécouvrez les Gaulois, un peuple bien plus raffiné qu'on ne le pensait. (Article paru dans le Journal du CNRS de juillet-août 2010) Pour des millions de Français, "nos ancêtres les Gaulois" ont le profil du débonnaire Astérix, du livreur de menhirs Obélix et de leurs compagnons un peu frustes. La Gaule d’avant César « n’était pas un territoire sauvage à l’écart de toute civilisation, mais un monde qui avait connu certains des ­processus évolutifs responsables, quelques siècles plus tôt, de l’émergence de la civilisation gréco-romaine », renchérit Christian Goudineau, titulaire de la chaire d’antiquités nationales au Collège de France pendant vingt-cinq ans et combattant infatigable de cette rénovation historique. Une fausse image de la gaule Parler de "la" Gaule, en fait, prête déjà à discussion. L’agriculture L’artisanat La langue

Related: