background preloader

La conscription sous le Premier Empire

La conscription sous le Premier Empire
A. - L'élaboration et le vote de la loi Jourdan-DelbrelIl ne fallut pas moins d'un an pour que la commission militaire mène à bien l'élaboration de la loi. Cette Commission se regroupait autour du général Jourdan et comprenait Marbot et Lacuée du Conseil des Anciens, Ludot, Porte, Savary et Talot du Consul des Cinq-Cents. Le 23 nivôse an VI (12 janvier 1798), Jourdan présenta un rapport sur un nouveau mode de recrutement des armées (9). Le 6 ventôse an VI (24 février 1798) le député du Lot au Conseil des Cinq-Cents, Delbrel, s'élève contre le projet Jourdan. Pour lui, chaque citoyen doit être assujetti au service personnel. Par deux fois déjà, le Comité militaire de la Constituante et le Comité de Salut Public avaient rejeté le système de la conscription. L'année 1808 ouvrit l'ère des énormes levées : d'importantes consommations d'hommes dans les campagnes, et l'ouverture du second front en Espagne, creusant des trous qu'il faut sans cesse combler. F. Related:  1804-1814 - premier empire

AHPE, Association Histoire du Premier Empire Conscription et remplacement au 19ème siècle Autour d'Ecuras. Journal d'Histoire locale, monuments, folklore. Par Mme Fils Dumas-Delage. ISSN : 1153-0014. Tous droits réservés No 4, Décembre 1990 - CONSCRIPTION ET REMPLACEMENT AU XIXème SIECLE - La loi JOURDAN du 19 fructidor an 6 (1798, sous le Consulat) met en place la conception moderne du service militaire en établissant le système de la conscription. Ce système de remplacement qui faisait retomber sur les plus démunis le poids de la conscription exista donc dès le Consulat, pour être remodelé par tout un ensemble de lois élaborées de 1818 à 1832. Jusqu'en 1855, le conscrit fournissait lui-même son remplaçant, soit par connaissance, soit en ayant recours aux services d'un "marchand d'hommes" dont la spécialisation lucrative fleurissait autour de ce genre de trafic. Ces remplacements étaient l'objet de véritables contrats passés devant notaire entre le conscrit et son "homme". TAMBOUR-MAJOR (vers 1850) Face à ceux qui se vendent, il y a ceux qui réussissent à acheter leur "homme".

Les répertoires des dossiers individuels du fonds du ministère de la guerre en ligne : mode d’emploi Les répertoires des dossiers d'officiers supérieurs et subalternes et des dossiers de pensions militaires conservés dans les fonds du ministère de la guerre sont en ligne ! Ils représentent plus de 36 000 pages et permettent d'identifier à distance les cotes de près de 900 000 dossiers. Les répertoires des sous-séries 3 à 7 Ye (dossiers individuels des officiers, à l'exclusion des officiers généraux, ayant quitté le service entre 1791 et 1940) et des sous-séries 2 à 9 Yf et 11 Yf (dossiers de pension de 1801 à 1926) ont été numérisés en mode image et sont maintenant accessibles sur notre site internet. Consulter les répertoires alphabétiques : mode d'emploi A compter du 19 octobre 2010, les images numérisées sont directement accessibles au format original et non plus d'abord en mode dégradé : moins de manipulation pour un meilleur confort de consultation ! 1. 2. 3. Consulter les répertoires alphabétiques : mode d'emploi en vidéo Cliquer pour consulter la vidéo dans une meilleure définition

Nos Gloires militaires , texte et dessins, par Dick de Lonlay,... Accessiblité Une question ? Espace personnel Recherche avancée Aucun mot recherché, veuillez saisir un terme. Fermer Accueil Consultation Nos Gloires militaires , texte et dessins, par Dick de Lonlay,... 1888 Informations détaillées Notice complète Titre : Nos Gloires militaires , texte et dessins, par Dick de Lonlay,... Auteur : Lonlay, Dick de (1846-1893) Éditeur : A. Date d'édition : 1888 Type : monographie imprimée Langue : Français Format : Gr. in-8° Format : application/pdf Droits : domaine public Identifiant : ark:/12148/bpt6k6349686d Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 4-LH1-55 Relation : Provenance : bnf.fr Date de mise en ligne : 06/11/2012 Zoom Feuilleter en plein écran Affichage Table des matières Aller à la page de la table des matières 643 Page (Vue 464 / 692) Télécharger / Imprimer Téléchargement Contribuer Signaler une anomalie Vous souhaitez signaler une anomalie sur le document suivant :

L'Histoire autrement Des noms illustres ou inconnus qui ont fait l'Empire Nous vous proposons... Endemix n°1 p.36Fichespratiques Lesaidesfinancières p.28Grandeinterview PeggyBonnet-Vergara p.24Questionsà... Document Adobe PDF Albums, Actualités, Français Par Quillier Pages: 60 Lectures: 62 Téléchargements: 0 p.36Fichespratiques Lesaidesfinancières p.28Grandeinterview PeggyBonnet-Vergara p.24Questionsà... Publiée le 15 Avr. 2014 Captiv Magazine N°78 - Avril 2014 Avril 2014 # 78 Sport : Grenoble au pas de course Actu : dans les coulisses du CoWork Culture : les maîtres nordiques au Musée de Grenoble Histoire :... Par Captiv Press Pages: 68 Lectures: 630 Téléchargements: 133 Avril 2014 # 78 Sport : Grenoble au pas de course Actu : dans les coulisses du CoWork Culture : les maîtres nordiques au Musée de Grenoble Histoire : l’hôtel Ermitage, un rêve de luxe entre ciel et terre Publiée le 7 Avr. 2014 Dossier de presse ETHNIK SEASON #5 - Mystical Tribe Albums, Culture, Français Par Kultur Bazar Pages: 11 Lectures: 204 Publiée le 6 Avr. 2014 Magazines, Divers, Français Lectures: 36

Historique de la fête des Conscrits C'est une occasion de rencontre pour renouer les liens entre conscrits, c'est-à-dire les gens qui sont de la même classe. Il est intéressant de connaître la provenance de cette fête. Cette tradition est originaire de Villefranche-sur-Saône. Sous le Second Empire, une nouvelle loi sur la conscription militaire imposait à tous les jeunes gens, un tirage au sort. Un simple numéro puisé dans une urne avec une frange tricolore décidait si le conscrit allait faire son service militaire pour 7 ans ou s'il en était dispensé. La loi permettait à ceux qui en avaient les moyens de payer un remplaçant. La loi de 1872, au début de la Troisième République, établit l'obligation militaire pour tous. La loi de 1889, fixa la durée du service militaire égale pour tous à 3 ans. La loi du 21 mars 1905 abolit le tirage au sort et fixa la durée d'incorporation à 2 ans. Avant cette date, le tirage au sort était important dans la vie de tous les hommes puisqu'il définissait leur destinée pour plusieurs années.

13e régiment d'infanterie de ligne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le 13e régiment d'infanterie est un régiment français dont la tradition remonte à la formation d’un régiment à partir des bandes de Montferrat en 1584. Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code] 1584 : formation d’un régiment à partir des bandes de Montferrat.1597 : renommé régiment de Nerestang.1661 : renommé régiment de Silly. De 1616 à 1635 de nouveaux régiments devinrent permanents. On les surnomma les *« petits vieux ». insigne de béret d'infanterie Colonels/ Chefs de brigade[modifier | modifier le code] Ancien régime[modifier | modifier le code] Le premier colonel de ce régiment fut Philibert marquis de Nerestang, le 6 mars 1597. Ce régiment porta, durant les premières années, successivement les noms de ses colonels. Le marquis de Laval prit le commandement de ce régiment le 18 avril 1776, comme mestre de camp ou colonel. Ses successeurs furent : Révolution et Empire[modifier | modifier le code] Bourbonnais sans tache

riaudmedecinecombat La médecine napoléonienne au combat par Xavier Riaud (*) , FINS Après les combats, le sol est jonché de débris de cadavres et de blessés. Le champ de bataille est un spectacle si désolé, si terrible, en particulier lors de batailles particulièrement meurtrières comme Wagram (1809) par exemple que Napoléon en a des larmes aux yeux. Percy et Larrey interviennent auprès de l’Empereur pour lui faire sentir combien la situation est intolérable. En 1799, Percy met en place le Wurtz avec l’armée du Rhin. Pendant toutes les guerres napoléoniennes, les blessés sont négligés, abandonnés à leur propre sort. Des locaux insalubres, une absence totale d’hygiène et d’asepsie, des pansements sommaires sans suivi, des chirurgiens débordés par le nombre des blessés, un mépris total de l’homme et de l’Humanité en général, voilà dans quelles conditions évoluent les opérants et les opérés. D’ailleurs, des études archéologiques le démontrent. En 1806, 16 000 hommes sont blessés et malades.

Related:  Armée